Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire, traces, histoire

La mémoire chantée des Secwepemc/Shuswap
(Colombie britannique, Canada)

ou comment transmettre par le chant des événements du passé au futur
Nina Reuther
p. 121-139

Résumé

Pour les Secwepemc, chanter et parler sont les deux voies par excellence de la transmission orale de leurs savoirs ancestraux aux jeunes générations. Il s’agit de deux voies complémentaires et inséparables. L’auteure s’attache à montrer, à l’aide de l’exemple du jeu stratégique et musical lehal, la conception secwepemc de ce qu’est un chant et d’en analyser le vocabulaire, afin de montrer comment fonctionne cette complémentarité, qu’elle appelle « mémoire chantée», et comment cette dernière traduit la perception secwepemc de la temporalité du « monde-entier».

Haut de page

Texte intégral

1La sixième édition annuelle du Red Thunder Stickgames Turnament,qui a eu lieu le 6 octobre 2007 à Skeetchestn, est annoncée par les organisateurs comme étant la dernière. Ce tournoi avait été organisé pour la première fois en 2002 par le père et grand-père de la famille, qui était décédé l’année suivante. Depuis, ses descendants avaient continué annuellement ce tournoi en sa mémoire; maintenant, au grand regret de tous les participants, ils ont pris la décision de ne plus continuer car la charge, monétaire et personnelle, devenait trop lourde pour cette petite famille. Pourtant, le capitaine de l’équipe venue de la Côte du Pacifique, qui a assisté à ce tournoi depuis ses origines, prit la parole et pria les organisateurs de ne pas abandonner, puisqu’il s’agissait d’un tournoi qui maintenait la mémoire de cet ancien ayant été à son origine. Il insistait sur le fait qu’il était important de continuer ce genre de rencontres, pour que les jeunes générations puissent expérimenter cette transmission de mémoire vivante. Malgré ses commentaires et d’autres, le tournoi n’a pas eu lieu en 2008.

2Voici un bon exemple de la difficulté actuelle de maintenir l’organisation de tels événements « traditionnels» dans un environnement socio-économique contemporain, très différent de l’environnement traditionnel, puisque les rapports monétaires ont pris l’ascendant sur l’entraide. Cependant, et malgré ces changements, les anciens et anciennes Secwepemc cherchent à maintenir ce genre d’activités traditionnelles, dans l’espoir de réussir à maintenir la mémoire des savoirs ancestraux en la transmettant par l’expérience visuelle, auditive, tactile et verbale. Or une telle transmission, aujourd’hui fortement entravée par l’omniprésence des loisirs multimédia, demande aux jeunes générations une capacité de mémorisation bien particulière, dont ce texte présentera les principaux mécanismes.

  • 1  Ce « learning by doing» résulte d’une participation personnelle dans la vie communautaire, ce qui (...)
  • 2  Pour faciliter la lecture, je n’utiliserai le premier terme uniquement lors de l’analyse du sens s (...)
  • 3  Voir Reuther (1993) pour plus de détails.

3Toutes mes démarches auprès des Secwepemc sont basées sur un échange de savoirs continuel avec mes interlocuteurs, dans le but de comprendre le système analytique secwepemc de l’intérieur, tout en le comparant avec mes propres connaissances provenant d’un autre système de pensée, « scientifique» et quotidien européen1. Cette démarche m’a notamment permis de voir que le jeu stickgame (sllek’mew’es en langue secwepemc ou lehal en Chinook, la lingua franca de la Côte Nord-Ouest du Pacifique, avant l’anglais2), considéré par les premiers ethnographes de l’Amérique du Nord comme « guessing game» ou « jeu de hasard», est, en fait, non seulement un jeu de stratégie, mais occupe une place centrale dans la transmission orale des savoirs traditionnels secwepemc3.

Lehal, jeu de hasard ou jeu de stratégie ?

  • 4  Par sociétés « traditionnelles», j’entends les systèmes de vie datant d’avant le contact avec la c (...)
  • 5  Il existait notamment des « gardiens» spécifiques attribués à ceux qui se destinaient au jeu. Pour (...)

4S’affronter lors de jeux de dextérité physique et/ou mentale occupait une place importante dans toutes les sociétés « traditionnelles»4 nord-amérindiennes (cf. Reuther 1993). C’est en tout cas ce que laisse supposer l’impressionnant catalogue que Saint Culin en fait (son ouvrage ne compte pas moins de 848 pages). Encore aujourd’hui, les enfants, comme les adultes, passent beaucoup de temps à jouer. Lors de mes premiers séjours en terre secwepemc au début des années 1990, le lehal était peu pratiqué; les jeux de cartes ou les jeux vidéo collectifs occupaient une place prépondérante, situation qui s’est à nouveau équilibrée aujourd’hui. On peut répartir les activités ludiques en deux groupes, selon la prépondérance des savoir-faire (skills) mis en œuvre, bien que tous les jeux requièrent toujours toutes ces compétences: la compétition physique et « sportive» d’une part, et la confrontation mentale et stratégique de l’autre. Le premier ensemble regroupe des jeux faisant plutôt appel aux compétences traditionnellement nécessaires à la survie physique du groupe (tir à l’arc, courses à pied, à cheval et en canoë…), alors que le second, dont fait partie le lehal, mais aussi les jeux de cartes, voire aujourd’hui les jeux vidéos, exerce avant tout les capacités mentales combinatoires, stratégiques et prévisionnelles. Toutes ces activités ludiques ne se font d’ailleurs jamais sans « butin», sans enjeu matériel (ou immatériel d’ailleurs), reçu par le ou les gagnants. Dans cet ensemble de jeux, le lehal constitue néanmoins une catégorie à part parce qu’il est le seul à être toujours accompagné de chant, et que le butin mis en jeu est généralement destiné à circuler dans le système traditionnel d’échanges de biens. De plus, la conception même du lehal met en action le savoir ancestral: le tout premier jeu lehal a permis aux êtres humains de triompher des démons et de s’assurer ainsi la vie sur la terre et non dans le sous-sol (où ont dû se réfugier les démons suite à leur défaite); d’autre part, dans la société « traditionnelle», la fonction du joueur était aussi importante que celle du chasseur, du guerrier et du guérisseur5.

La partie visible du jeu lehal

  • 6  Comme les Secwepemc ne parlent presque jamais explicitement de leurs relations familiales, l’obser (...)

5Le lehal se joue en deux équipes, assises face-à-face et séparées par un terrain de jeu délimité par deux troncs d’arbres ou deux planches en bois. La composition des équipes est très complexe car elle se fait par appartenance affective et familiale plus ou moins étendue selon le contexte dans lequel se tient une compétition particulière6. Le terrain de jeu ainsi délimité héberge deux outils de jeu: la mise est posée au milieu, à équidistance des deux équipes, et devant chaque équipe se trouvent les baguettes de comptage des mauvais tirs (voir fig. 1). Tous les autres équipements (tambours, boissons, cigarettes, bonbons pour la gorge…) sont placés à l’extérieur, près de leurs utilisateurs respectifs.

Fig. 1. Lehal

Fig. 1. Lehal

les longs rectangles sont les planches qui délimitent le terrain, les cercles représentent les divers joueurs (le nombre de cinq ici représenté correspond à une situation de tournoi), les croix sont les baguettes de comptage de tir (id.) et le carré est la mise.

6Le jeu se fait à l’aide de deux paires d’os inséparables, composées chacune d’un os « blanc» (non marqué) et d’un os « noir» (marqué) (voir fig. 2). Dans l’une des deux équipes, deux « mélangeurs» (mixers)manipulent les os (voir fig. 3), tandis que l’autre équipe doit trouver (track down) les os blancs. Ce procédé se fait à l’aide de gestes de main de la part du « chasseur» (pointer) désigné, qu’il réalise avec une grande rapidité, souvent difficilement perceptibles pour le novice. Puisque les deux paires sont indivisibles, les os blancs peuvent se trouver uniquement dans quatre positions, chacune étant attribuée à un geste de main spécifique (voir fig. 4):

Fig. 2. Deux séries d’outils de jeu, os et baguettes de comptage des tirs (in Brunton 1999: 576).

Fig. 2. Deux séries d’outils de jeu, os et baguettes de comptage des tirs (in Brunton 1999: 576).

Fig. 3. L’équipe qui manipule les os attend le « tir» de l’équipe adverse. Cliché: Secwepemc News 2006.

Fig. 3. L’équipe qui manipule les os attend le « tir» de l’équipe adverse. Cliché: Secwepemc News 2006.

Fig. 4. Les quatre positions possibles des os blancs et les gestes des mains qui leur sont associés (M1 et M2 représentent les deux mélangeurs).

Fig. 4. Les quatre positions possibles des os blancs et les gestes des mains qui leur sont associés (M1 et M2 représentent les deux mélangeurs).

1. Les deux os blancs se trouvent « à l’extérieur»: le chasseur pointe avec son pouce et son petit doigt dans des directions opposées;

2. Les deux os blancs se trouvent « à l’intérieur»: il pointe avec son index vers le sol;

3. Les deux os blancs se trouvent « à gauche»: il pointe avec son index vers sa gauche;

4. Les deux os blancs se trouvent « à droite»: il pointe avec son index vers sa droite.

7Pour chaque tir de la part du chasseur, il y a de nouveau quatre issues possibles selon le nombre d’os blancs captés. L’issue d’un tir est comptabilisée avec les baguettes de comptage, mentionnées plus haut, selon le principe à la page suivante, déterminant par la suite quelle équipe continue à manipuler les os blancs.

  • 7  Grossièrement, on peut dire que le nombre de 5 baguettes par équipe est réservé aux tournois, alor (...)

8Selon le degré de réussite du tir, aucune, une ou deux baguettes de comptage changent d’équipe. Au début, chaque équipe commence avec le même nombre de baguettes, et celle qui réussit à les rassembler toutes a gagné le match. Selon le nombre de baguettes mises en jeu (dépendant du contexte dans lequel celui-ci est actualisé) et l’adresse des joueurs, la durée d’un match varie: il est rare d’assister à une confrontation durant moins de vingt minutes; la plus longue à laquelle j’ai assisté lors d’une levée de deuil, un an après un enterrement, ayant duré près de sept heures. Il existe différentes techniques de comptabilisation, selon le contexte dans lequel un jeu lehal a lieu7.

La partie sonore du lehal

9Comme le lehal est accompagné de chants, l’ouïe joue un rôle aussi important dans le déroulement d’une confrontation. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les spectateurs sont très silencieux lors d’un jeu de compétition: à aucun moment ils ne soutiennent leur équipe favorite par des exclamations fortes, puisque cela pourrait dérouter les joueurs dans leur concentration. La partie sonore du jeu lehal est donc produite par les joueurs même et forme l’autre volet de la stratégie du jeu. L’illustration 3 montre la répartition des tâches dans l’équipe qui cache les os: les joueurs ne manipulant pas d’os jouent soit des tambours, soit de l’idiophone constitué par la planche délimitant leur côté du terrain de jeu, qu’ils frappent à l’aide de bâtons. Le jeu sur ces instruments produit un rythme assez enlevé (environ 120 doubles frappes par minute), caractéristique pour l’accompagnement des chants lehal. Les mélodies sont constituées de motifs plutôt courts, formés par une imbrication de cellules mélodico-rythmiques sur un motif mélodique généralement descendant. L’exemple suivant est composé de trois motifs de base, A, B et C, avec les variantes B2, B3 et C2 transposées plus bas:

Fig. 5. Transcription du Winning Song.

Fig. 5. Transcription du Winning Song.

10Structurer le thème mélodique à l’aide de transpositions des motifs est un trait assez caractéristique pour les chants lehal. Le thème de base est ensuite répété aussi longtemps que l’équipe qui chante est en possession d’au moins une paire d’os. Les répétitions ne se font jamais à l’identique, puisque le déroulement du jeu se reflète dans des changements dans l’exécution musicale: selon les situations, il peut y avoir des ralentissements ou des accélérations; la mélodie est répétée un peu plus haut ou un peu plus bas. Tous ces changements sont significatifs, à tel point qu’un bon joueur peut grossièrement reconstituer le déroulement d’une partie à laquelle il n’a pas assisté juste à partir d’un enregistrement sonore in situ. Cependant, il est impossible d’associer une réaction musicale particulière à une situation précise; il n’y a pas de « code» préétabli. La compréhension se fait à partir de chaque situation singulière, le but étant toujours de mener le chasseur sur la mauvaise piste, de dérouter son attention et de chambouler sa concentration pour le conduire à faire le mauvais choix.

  • 8  Il s’agit ici de traits généraux, les situations singulières, étant multiples, peuvent fortement d (...)

11Comme la majorité des chants secwepemc, ceschants sont sans paroles fixes, mais portés par des syllabes tout à fait significatives, puisque l’on peut, par exemple, reconnaître dans la composition de voyelles et de consonnes certains styles régionaux. De même, les voyelles aiguës sont plutôt utilisées pour exprimer la joie du vainqueur, alors que les voyelles basses servent souvent à intimider les joueurs adverses8. Si des mots en secwepemctsínsont prononcés, ce sont des interjections, lancées à l’adversaire au moment opportun pour l’intimider. Dans le contexte du lehal, le chant devient un élément fondamental de la stratégie des joueurs. Dans presque tout autre contexte de chant, s’il y a des paroles, celles-ci sont également intercalées entre les répétitions de la ligne mélodique afin d’adapter la signification générale du chant au contexte d’interprétation particulier. Cette manière de faire traduit une conception secwepemc fondamentale: la signification et la raison d’être de tout chant se situe dans la mélodie même; autrement dit, la mélodie est porteuse des connotations et des événements associés à un même chant et c’est à travers elle qu’un chant devient transmetteur de mémoire individuelle et collective.

Chanter comme hommage à la vie

12La triple classification associée par les Secwepemc à leur répertoire intégral de chants reflète les trois dimensions dans lesquelles ils transmettent leurs savoirs. Chaque chant est classé selon les trois critères suivants: son utilisation, son origine et son accessibilité. L’utilisation d’un chant représente la dimension synchronique de la transmission: le partage des chants – et de la mémoire qui leur est associée – entre les membres de la communauté à des moments et des occasions précis et uniques. L’origine d’un chant traduit la dimension diachronique de la mémoire, où un événement unique est associé à des événements similaires du passé. L’accessibilité, c’est-à-dire le système qui détermine qui a le droit d’entamer quel chant, reflète la pensée juridique secwepemc qui gère tout accès aux savoirs secwepemc, non seulement musicaux, mais aussi sociaux, politiques, économiques et spirituels. Le troisième critère ayant déjà fait l’objet d’un article précédent (Reuther 2007a), je me concentrerai ici sur les deux autres critères. Par « utilisation», j’entends le contexte dans lequel le chant est interprété. Le terme « utilisation» correspond plus à la manière secwepemcde vivre le chant que les termes « usage» ou « interprétation». Toute activité chantée comporte une dimension intrinsèque de communication d’une situation particulière au monde ambiant, humain et non humain. Cette conception du chant, partagée par toutes les nations nord-amérindiennes, a, entre autres, souvent mené à l’idée (européenne) que « chez les Indiens, tout est spirituel», idée qui ne reflète qu’un aspect des choses et qui est d’ailleurs considérée par de nombreux Nord-Amérindiens comme assez loufoque: si la dimension « spirituelle», c’est-à-dire la communication avec le monde ambiant, est effectivement omniprésente, elle ne joue pas un rôle plus important que les trois autres dimensions, la physique, la mentale et l’affective. Ces quatre dimensions forment un ensemble qui se déséquilibre dès que l’on privilégie ou que l’on néglige l’une d’entre elles.

Un répertoire adapté aux situations de vie

13Les contextes d’utilisation du chant se divisent en deux grands volets: celui des affaires quotidiennes et celui des situations particulières. Le premier regroupe les chants qui s’attachent à accompagner les situations de tous les jours selon les catégories suivantes:

  • 9  Le terme « lyric songs» provient de James A.Teit, ou plus probablement de Franz Boas, pour traduir (...)

1. Les chants en solitaire (« lyric» songs)9 incluant les chants d’amour, d’au revoir, de solitude et de nostalgie, les lamentations et les chants pour passer le temps. Cette catégorie inclut toutes les situations d’expression de sentiments personnels, que les Secwepemcne partagent pas facilement et certainement pas devant un grand public.

2. Les berceuses, chantées avec l’enfant seul ou lors d’occasions publiques. Il y a une technique vocale particulière réservée aux berceuses: on bouge le bout de la langue très rapidement d’un coin de la bouche vers l’autre tout en produisant la mélodie avec les cordes vocales.

3. Les chants partagés sur des activités communes et publiques: les chants de voyage (à pied, en canoë ou à cheval), les chants d’encouragement, les chants pour se vanter (se vanter verbalement de ses exploits est considéré comme étant de mauvais goût, alors que le faire à travers un chant est socialement accepté) et les chants de beuverie (anciennement, il s’agissait de chants racontant des exploits de guerre, sic).

4. Les chants comiques: se moquer verbalement de quelqu’un de manière explicite était également considéré comme inconvenant, alors que c’était tout à fait possible et largement pratiqué par le biais du chant.

14Le deuxième groupe, celui des situations particulières, englobe tous les moments « non quotidiens», suivant chacun sa propre temporalité; il s’agit des moments cérémoniels, rituels et de recueillement spirituel:

151. Les chants cérémoniels:
a) les chants liés au déroulement de la journée (1. l’aube = réveil du soleil, 2. midi = moment où le soleil est le plus fort, 3. crépuscule = coucher du soleil, et 4. minuit = absence du soleil;
b) les chants liés au cycle des saisons (hiver, printemps, été, automne) et aux activités saisonnières (rites du premier gibier né, du premier saumon qui remonte la rivière, des premières baies mûres, des premières racines cueillies);
c) les chants liés au cycle de la vie (naissance, puberté, mariage, mort);
d) les chants d’attribution de nom;
e) les chants de danses, de rassemblements et de fêtes: danses récréatives, danses cérémonielles (par exemples, les chants d’accueil ou de cérémonie « give-away»), danses mixtes (récréatives et cérémonielles, de compétition et de pow-wow), chants de la danse de prière (un ancêtre de la danse des Esprits, Ghost Dance).

162. Les chants rituels:
a) liés à la guérison;
b) liés à la guerre;
c) liés à la chasse et à la pêche;
d) liés aux jeux.

173. Les chants de recueillement spirituel:
a) les chants de « manitou» (pour reprendre le terme utilisé par James Teit) ou d’esprit gardien;
b) les chants de médecine personnels;
c) les chants de rêve ou de vision;
d) les chants de la hutte de sudation.

18À l’intérieur de chaque catégorie, le nombre de chants est illimité: quand un nouveau chant apparaît, il est immédiatement intégré dans une catégorie d’utilisation. Comme nous allons le voir plus loin, ce système accueille aussi des chants provenant d’autres traditions musicales.

19Quand Otto Abraham et Erich von Hornbostel ont essayé pour la première fois d’établir une classification musicale des enregistrements « Thompson» que Franz Boas leur avait fait parvenir, ils l’ont fait à partir d’une analyse musicale des mélodies, et cela sans succès (Abraham & Hornbostel 1906). Effectivement, les catégories qui viennent d’être mentionnées se définissent par le rythme du tambour qui accompagne les mélodies et non pas par des schémas mélodiques particuliers. Il existe même certaines mélodies qui, à l’intérieur d’une même catégorie, peuvent servir à des fins différentes. Ainsi, certains chants de chasse ou de guérison ont également servi occasionnellement comme chant lehal. Il dépend uniquement du jugement de la personne qui gère l’accès à un chant particulier de décider quand et où elle utilise la force spécifique de ce même chant. Cette dernière résulte de la combinaison des éléments constitutifs d’un « chant».

Les quatre composantes d’un « chant» et leurs interactions

20Le terme « chant» prête en fait à confusion, puisqu’il met en avant la mélodie chantée, alors qu’elle ne constitue en fait qu’un élément de cette activité musicale, ni plus important ni moins que les trois autres. Nous retrouvons ici la même conception d’horizontalité déjà mentionnée plus haut quand il était question de spiritualité: les Secwepemc, voire les autres nations nord-amérindiennes, partent d’une idée d’équilibre fondamental entre les divers éléments, qui exclut l’idée de hiérarchisation verticale; toute chose est composée de plusieurs éléments et vit par l’harmonie de ses composantes et non pas par la suprématie de l’une sur les autres. Puisqu’il faut bien mentionner un élément en premier quand on parle de quelque chose, on choisit en principe celui qui est le plus facilement visible, audible ou accessible; mais ce n’est qu’une porte d’entrée; selon l’occasion un élément différent peut être choisi, sans diminuer pour autant l’importance des autres. Ainsi, commencer avec la mélodie ne représente pas une approche nord-amérindienne de la question car l’élément primordial est le tambour, à travers lequel vit le battement du cœur de la terre et de tous les êtres vivants. Par ailleurs, un chant est souvent appelé dance, même en l’absence de pas dansés.

Fig. 6. Relation entre les quatre éléments d’un chant, l’efficacité de l’exécution et le cadre social.

Fig. 6. Relation entre les quatre éléments d’un chant, l’efficacité de l’exécution et le cadre social.

21Outre la mélodie ou ligne vocale, un chant se compose par le rythme du tambour (qui, puisqu’il est lié au contexte d’exécution, peut différer considérablement de celui de la ligne vocale), par le sens ou la signification du chant (déterminé à l’origine de l’intégration du chant dans le répertoire, il peut être exprimé par des syllabes particulières ou alors par des paroles récitées et/ou chantées, enchaînées de manière plus ou moins décousue) et par la danse ou la mise en mouvement du récit, de la signification du chant. Ces quatre éléments sont toujours présents « mentalement» lors de l’exécution, même s’ils ne sont pas audibles ni visibles. C’est en fait le contexte d’exécution qui détermine combien de ces éléments doivent être présents « physiquement» pour que le chant soit efficace pour la situation: il n’en faut ni trop, ni trop peu, sinon le tout devient contre-productif. Plus les éléments sont représentés, plus le chant devient efficace puisqu’il dévoile ses composantes et, par là même, sa force, ce qui dépend aussi du contexte sociale d’exécution (fig. 6).

  • 10  Celui-ci fait l’objet d’un système de codage extrêmement protégé par les Secwepemc, qui considèren (...)

22Chacun de ces éléments exprime un lien particulier avec le « monde-entier», traduction littéral du terme secwepemctsínpour désigner l’univers: xoxweit te tmícw. Le tambour lie toute situation musicale au rythme de la terre et exprime ainsi l’appartenance de l’être humain à ce monde-entier, comme un élément, certes important, mais au fond presque superflu, puisque le monde pourrait tourner sans lui (contrairement aux trois autres éléments: la terre, l’origine de toute vie, et les plantes et animaux, tous deux sources de nourriture pour l’être humain). Jouer du tambour traduit les différents moments de la vie; c’est pourquoi son rythme diffère selon l’occasion. La ligne mélodique traduit l’atmosphère sonore d’une situation, d’un événement, d’un lieu; elle porte ainsi le sens, la signification du chant10. Elle est liée au système de droits d’accès associé aux chants: l’accès aux mélodies est réglé soit individuellement, soit par des collectivités d’importance diverse (cf. Reuther 2007b). Le choix des paroles chantées exprime l’interprétation personnelle de la signification d’un chant collectif ou d’un moment particulier. La signification d’un chant est liée à son origine, au moment où celui-ci naît et entre dans le répertoire des humains. C’est l’histoire racontée par un chant, sa raison d’être. Finalement, la danse crée le lien entre la signification intime du chant, connue au début uniquement par la personne qui l’a obtenu, et l’accessibilité de cette signification à autrui. Elle transpose la mélodie, le rythme du tambour et le sens d’un chant en mouvements et les rend ainsi visibles pour les autres. C’est l’élément qui lie l’abstrait au concret. Cet élément est aussi le seul qui soit lié aux trois systèmes de classification, par l’accès (danses individuelles ou collectives), par l’utilisation (les catégories de chant sont associées à des pas de danse et à des gestes précis) et par l’origine (indiquant quand la danse doit être présente).

23Par l’activité musicale, c’est-à-dire la combinaison du chant, de la danse et du jeu du tambour, tout le savoir culturel secwepemcétablissant un lien entre les êtres humains et le monde-entier est transmis. Ou alors, comme l’a une fois exprimé l’un de mes principaux interlocuteurs: « As long as we sing and dance, we will stay alive». Cette transmission se joue simultanément dans une dimension diachronique (passage du savoir ancestral) et une dimension synchronique (interprétation d’un moment donné). Le fait que ces deux dimensions temporelles sont pensées comme complémentaires et se déroulent simultanément s’exprime encore autrement dans la langue secwepemc, notamment dans le vocabulaire relatif aux activités mentales et verbales.

La dimension temporelle de la langue secwepemc

  • 11  Cette manière de placer des événements dans le temps s’est maintenu jusqu’à un certain point dans (...)

24La langue secwepemcestune langue agglutinante basée sur des racines lexicales mises en contexte par l’ajout de préfixes, infixes et suffixes; elle ne connaît pas de conjugaisons temporelles. Cette dimension se résume à quelques préfixes, un pour indiquer qu’une action est terminée, un autre pour dire qu’elle n’a pas encore commencé et d’autres pour exprimer différents degrés de probabilité. Elle a donc recours à d’autres formes pour exprimer les dimensions temporelles. L’une est l’emploi d’infixes et de suffixes qui indiquent d’où provient une information dont une personne parle: l’a-t-elle vécue elle-même, quelqu’un la lui a-t-il racontée, est-ce que cette personne est encore en vie ?… À l’aide de ces indications, une information peut être placée dans une suite logique et temporelle11. Une autre est l’existence de plusieurs racines exprimant une même action, mais considérées à partir de points de vue différents. Ces racines comportent toujours deux dimensions, une diachronique et une synchronique, et elles sont pensées comme couples complémentaires (relation ternaire: les deux éléments et leur interaction) et non pas comme des oppositions (relation binaire: juste les deux éléments). L’importance relative des deux éléments en un moment précis dépend toujours de l’angle à partir duquel on observe une situation. Nous nous trouvons ici en présence d’un système de couples de contraires complémentaires où l’un n’a de sens que par rapport à l’autre; le regarder de manière isolée est considéré comme un non-sens. Afin de rendre compte de ces conceptions, je prendrai quelques exemples issus de mon propre apprentissage de la langue.

Transmission du vocabulaire quotidien par les contraires complémentaires

25Quand je suivais des cours de langue secwepemcau début de mes séjours en terre secwepemc, un jour, lors d’une pause, l’un de mes professeurs, Joe Mitchel, me fit la remarque suivante: il était en train de se poser des questions sur le système éducatif canadien (et, par extension, européen) où l’on essayait d’apprendre aux enfants le sens d’adjectifs qualificatifs un par un, et non pas dans sa relation avec son contraire complémentaire. Il termina son commentaire par la phrase suivante: « How can a child understand what is small without being given the notion of big at the same time, or what is black without the white ?», traduisant bien son étonnement.

  • 12  Les transcriptions se réfèrent au English-Shuswap Dictionary Version 2, publié par la Secwepemc Cu (...)

26Au fur et à mesure de mes réflexions sur le fonctionnement de cette langue, notamment en ce qui concerne les manières d’interpréter le « monde-entier», j’ai pris conscience de l’existence de ces racines significatives complémentaires, traduisant une même action vue dans des perspectives différentes selon l’objectif de l’action, ce qui fut ensuite confirmé avec divers interlocuteurs. Ainsi, il existe par exemple deux formes pour exprimer l’action de penser: ptínesem et llek’wmínem12. Les deux se traduisent par « penser à, réfléchir sur», mais elles sous-entendent des temporalités différentes: la première est focalisée sur l’analyse d’une situation d’ensemble, impliquant plutôt une réflexion sur des situations complexes combinant différentes situations similaires; cette approche se place plutôt dans une réflexion de longue durée (on l’utilise par exemple quand on demande à une personne ce qu’elle pense d’une situation). La seconde implique la réflexion sur une situation donnée précise, en combinant différentes variantes vécues ou connues de cette situation. Elle se focalise sur une action particulière, comme une chose qu’il ne faut pas oublier de faire, et est plutôt vue comme étant de courte durée, ou comme plus immédiate (c’est la capacité de combinaison d’expériences mémorisées qui permet de réagir rapidement à une situation donnée). De cette deuxième racine dérive aussi l’appellation secwepemcdu jeu lehal: sllek’mew’es. On pourrait dire que le premier terme analyse une situation allant du particulier vers le général, alors que le deuxième fonctionne dans le sens inverse: du général au particulier.

Dire, parler et raconter

27Des dimensions similaires se trouvent dans les termes qui expriment les différentes manières de parler de quelque chose: la langue secwepemc distingue le fait de mentionner quelque chose à quelqu’un (qwlentés) et exprimer un intention (tsuns). En revanche, les deux termes se réfèrent au moment présent, alors que deux autres se rapportent à une chose passée: stseptékwlem et lexéyem. Dans le dictionnaire, on trouve respectivement les traductions « to tell a myth» et « to tell a story». Or, ces traductions ne sont pas tout à fait exactes, puisque, selon la conception secwepemc, il s’agit dans les deux cas d’histoires qui ont réellement eu lieu, mais dans deux temporalités différentes. Une stseptékwll se joue à long terme: est une histoire qui renvoie aux temps anciens ou « mythiques», un récit symbolique (par exemple les histoires de Coyote, le trickster, du Old One, le Très-Ancien, qui a façonné le monde pour le rendre vivable, etc.). En, revanche, une slexéy’em relève essentiellement du temps humain et se joue ainsià plus court terme: ce sont les « petites histoires» de tous les jours, ou les nouvelles; aujourd’hui c’est aussi le nom d’un journal mensuel. Finalement, on trouve le terme celxéy’ects, basé sur la même racine que lexéyem, en complément de kukwsts. Les deux se traduisent par « dire quelque chose à quelqu’un»; cependant, le premier exprime une intentionnalité, un but, alors que le deuxième désigne juste l’action.

28Cette digression linguistique permet de voir que, pour les Secwepemc, parler et chanter se trouvent dans une relation de complémentarité, puisque les deux actions représentent des formes distinctes de communication humaine.

La complémentarité entre parler et chanter

29La présence de la particule -tsín dans diverses situations relatives à l’action de parler ou de chanter indique déjà un rapprochement conceptuel: comme suffixe, cette particule désigne la langue de quelqu’un, comme dans secwepemctsín, la langue des Secwepemc. Il s’agit bien ici du concept de système d’expression, car il existe un autre suffixe, -tsném, qui désigne la manière particulière de dire ou d’exprimer quelque chose, par exemple dans la combinaison secwepemctsném. On retrouve la particule -tsín comme racine du mot setsíntem, qui se traduit par « song», « chant».

  • 13  Ce qui n’est pas pensé comme négatif; au contraire, le fait de chanter permet d’accompagner le mom (...)

30Tout comme les activités de raconter, de parler et de réfléchir sont pensées en une double dimension temporelle, l’action de chanter se pense également à court terme et à long terme: à court terme, c’est le « simple» accompagnement d’acteurs (danseurs, joueurs…), avec une fonction de « passe-temps13». Dans ce contexte, les paroles prononcées font le lien entre la signification générale du chant et le moment particulier de son utilisation. Autrement dit, la mélodie représente le contexte ambiant et les paroles la dimension personnelle de la situation.

  • 14  Je renvoie ici au cas juridique Rg v. Delgamu’ukw qui s’est tenu au Canada en 1997 entre le gouver (...)

31Vue sous l’angle de la dimension à long terme, la relation entre parler et chanter devient plus systématique, puisque ces deux activités représentent ici deux perspectives différentes d’une même « légende»: celle des humains est parlée, celle des autres vivants (animaux, arbres…) est chantée. Tout comme un chant ne peut déployer sa force qu’en présence de ses quatre éléments constitutifs, une légende ne prend sa signification entière et légitime que lors de la présence des deux visions de l’histoire, l’humaine et la non-humaine14. Or, pour être maintenus en vie, les « chants» et les « légendes» doivent être régulièrement actualisés dans leur intégralité. Cette actualisation maintient le lien avec le passé tout en le transmettant aux générations à venir. La référence aux temps anciens est en fait une légitimation de l’existence: ainsi, la répétition régulière et continuelle des « chants» donnés par The Old One « à l’origine», c’est-à-dire au moment où les Secwepemcsont apparus, assure la transmission des savoirs culturels. Ce répertoire des chants fondateurs est d’ailleurs toujours double, puisqu’il y a systématiquement une variante pour les hommes et une pour les femmes, définis ainsi comme complémentaires, et dont le travail en commun assure la survie physique, mentale, affective et spirituelle du groupe. Parmi ces chants fondateurs se trouve aussi un couple de chants sllek’mew’es (cf. Teit 1912-1921).

  • 15  Après le décès d’un très bon ami à un moment où j’étais au Canada, mais loin de la réserve, ce n’e (...)

32Je propose d’appeler « mémoire chantée» ce processus d’actualisation du passé par le chant en vue de sa transmission pour le futur. Car l’activité de chanter est l’élément partagé dans toutes les situations de transmission de savoirs, puisqu’il place l’activité humaine dans le contexte plus large du monde qui l’entoure, et cela de manière à la fois synchronique et diachronique. Le fait de se rappeler une situation à travers l’apparition soudaine d’une mélodie déjà entendue constitue certainement une expérience largement connue. Or, chez les Secwepemc, il s’agit d’un procédé systématisé et imbriqué dans la transmission des savoirs, procédé qui fonctionne d’ailleurs encore aujourd’hui, même avec des chansons originaires d’autres contextes culturels15.

33Comme mentionné auparavant, l’origine de tout chant du répertoire secwepemc,correspond au moment où il entre dans le monde humain. Selon les Secwepemc, il y a trois sources possibles pour un chant: soit il est reçu du monde des esprits au travers d’un rêve ou d’une vision, soit il est composé par un humain, soit il est emprunté à un autre groupe. L’origine, ou la source, détermine l’usage d’un chant et son premier rayon d’accès. Le souci d’indiquer la source d’une information se retrouve également dans le discours verbal, puisqu’en langue secwepemc, les locuteurs indiquent toujours précisément comment ils ont eu accès à une information, nous l’avons vu plus haut. Il s’agit non seulement d’indiquer la source, mais aussi la relation avec cette source. Finalement, avec chaque actualisation, un chant rajoute un nouvel événement à toute une chaîne d’informations qui débute avec le moment où il est chanté pour la première fois en terre humaine. Actualiser un même chant en différentes occasions signifie aussi que le ou les chanteurs voient un lien entre ces occasions. Ainsi, il s’agit là d’une manière de mémoriser des suites temporelles d’événements en relation les uns avec les autres. Or, cette manière de faire nécessite une capacité de mémorisation particulièrement vaste, qui, d’ailleurs, doit être régulièrement entretenue. C’est ici que certains voient un problème: dans la société multimédiatique actuelle, avec sa surcharge d’informations quotidiennes, exercer une telle mémoire devient de plus en plus difficile.

Conclusion

34Chez les Secwepemc, chanter et parler représentent deux aspects complémentaires du son articulé, sous forme d’actions qui se situent dans le présent et fonctionnent comme transmetteurs des savoirs du passé vers le futur. Si la mémoire occidentale, au travers des siècles, s’est construite notamment à partir d’images avant tout architecturales et basées sur des lieux (voir par exemple Carruthers 2008), la mémoire secwepemc se structure essentiellement par l’articulation d’images naturelles et de son, dans une combinaison de formes verbales et musicales. Or les termes « mémoire» et « histoire» ne me semblent traduire que partiellement l’idée secwepemc de transmission, puisque ces deux termes sont pensés uniquement comme regard sur et vers le passé, alors que la manière secwepemc et, plus généralement, nord-amérindienne a toujours « un œil tourné vers le passé et l’autre vers le futur» pour reprendre une expression nord-amérindienne courante.

35Il s’agit d’une relation fondamentalement dynamique à la vie, où tout est pensé en termes complémentaires et non en oppositions. Cette manière de penser est en quelque sorte ternaire, puisqu’elle prend en considération non seulement les deux éléments complémentaires, mais aussi la relation ou l’interaction, toujours en mouvement, entre les deux. Elle se distingue d’une manière de penser en opposés, qui exclut la relation, donc le mouvement et devient par là même statique, enfermée dans sa binarité. Dans la manière de penser secwepemc, les couples tels que noir/blanc, homme/femme, nuit/jour, simple/complexe, traditionnel/moderne, synchronique/diachronique, sont pensés comme des complémentaires dynamiques (les constituants des couples sont ici donnés dans un ordre arbitraire, et non hiérarchique, car les deux sont aussi importants l’un que l’autre): la relation entre les deux n’est jamais figée ni établie définitivement, mais elle évolue constamment.

36Pour montrer à quel point un regard de l’extérieur, basé sur des concepts de hiérarchisation, peut fausser la vue, j’aimerais terminer avec une anecdote très explicite, racontée par Rupert Ross (1996: 52-53):

  • 16  Traduction Nina Reuther.

Mes propres yeux culturels m’ont souvent joué des tours et m’ont fait voir des choses que les autochtones ne voyaient pas, ou alors m’ont fait passer à côté de choses que ces derniers estimaient être trop banales pour les signaler. L’une des expériences les plus significatives à ce sujet s’est produite un jour que je buvais du café avec une amie ojibwa. Je lui posai une question à propos d’une chose que j’avais souvent observée dans le Nord: quand les couples d’anciens se promenaient, l’homme devançait sa femme de douze pas, elle restant derrière. Je lui demandai comment cette attitude s’accordait avec ce qu’on m’avait appris à propos de l’égalité entre hommes et femmes dans les temps traditionnels. Elle rit, puis dit quelque chose comme « Rupert, Rupert, ce ne sont de nouveau que tes yeux ! Il faut que tu regardes cela de la même manière que nous !»
Elle commença par me demander où ces gens avaient passé le plus fort de leur vie, de m’imaginer en train de marcher avec ma propre famille sur un sentier étroit dans la brousse. Elle me demanda de réfléchir à qui je préférerais avoir devant, ma femme ou moi-même, pour être le premier à affronter un quelconque danger qui guette dans la brousse. Elle dit que, d’une certaine manière, la situation pouvait être comparée aux temps de guerre. « Où, me demanda-t-elle, placerais-tu tes généraux ? Seraient-ils en première ligne ou seraient-ils à l’arrière, où ils auraient le temps de voir, de planifier et de se rétracter ?»
Vues sous cet angle, les choses apparurent comme étant le contraire de ce que j’avais imaginé au début. Au lieu d’avoir une position inférieure, la femme était vue comme l’organisatrice et la directrice, alors que l’homme devant était valorisé pour sa capacité à réagir sous sa direction à elle. Au lieu de me rappeler le contexte de la brousse où ces anciens avaient passé leur vie, je les avais placés dans mon propre contexte de citadin, où une telle formation produit l’effet inverse. « Donc, lui dis-je, en fait c’est elle le général et son mari n’est que le troufion !»
Il y eut alors une pause, puis elle gloussa en secouant sa tête: « pas vraiment, dit-elle. Le problème c’est que tu vois tout en termes de hiérarchie, n’est-ce pas ? Pourquoi fais-tu cela ?» Je n’avais jamais considéré cette possibilité auparavant. […]
Elle essaya ensuite d’expliciter sa manière de voir, celle qu’elle avait comprise des enseignements de ces gens. Dans ces enseignements, toutes les choses ont leur raison d’être, et, tant qu’elles ne sont pas accomplies, la force du tout est affaiblie. Les occupations du mari et de l’épouse étaient juste cela, leurs occupations, accomplies sur la base de leurs savoir-faire et de leurs capacités – des dons différents – réciproques, lesquels ne devaient pas être comparés en termes de valeur ni d’importance. Le fait même de comparer était considéré comme étrange16.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ABRAHAM Otto und Erich von HORNBOSTEL, 1906, « Phonographierte Indianermelodien aus Britisch Kolumbien», Boas Anniversary Volume. New York: G.E. Steichert.
DOI : 10.1007/978-94-010-1676-6_19

BRUNTON B. B., 1998, « The Stick Game». in Walker, D.E (éd), Handbook of North American Indians, Vol 12 « The Plateau», Washington D.C: Smithonian Institution: 573-583.

CARRUTHERS, Mary, 2008, The Book of Memory: A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge University Press: Cambridge Studies in Medieval Literature

CULIN Stewart, 1907, Games of the North American Indians, Washington D.C: BAE Annual Report XXIV.

JULES Mona et Dwight GARDINER eds, 1993, English-Shuswap Dictionary, Version 2, Kamloops: Secwepemc Cultural Education Society.

KUIPERS Art, 1989, A Report on Shuswap, Paris: Peeters-Selaf.

KUIPERS Art, 1974, The Shuswap Language, The Hague-Paris: Editions Mouton.

REUTHER Nina, 1993, Le llek’mew’es, un jeu à paris nord-amérindien. Étude ethnographique et ethnomusicologique. Paris: Université Paris-X-Nanterre (maîtrise non publiée).

REUTHER Nina, 2007a, « Chant et territorialité chez les Secwepemc/Shuswap, ou comment tracer des frontières par la portée du chant». Cahiers d’ethnomusicologie 20: 147-163.

REUTHER Nina, 2007b, La Mémoire chantée des Secwepemc. Transmission orale des savoirs et gestion de l’accès aux ressources chez les « Shuswap» (Colombie britannique, Canada), Strasbourg: Université de Strasbourg (thèse de doctorat non publiée).

ROSS Rupert, 1996, Returnind to the Teachings. Exploring Aboriginal Justice. Saskatchewan: University of Saskatchewan.

TEIT James A., s.d., Notes manuscrites accompagnant ses enregistrements de 1912 à 1920 (non-publiées).

Haut de page

Notes

1  Ce « learning by doing» résulte d’une participation personnelle dans la vie communautaire, ce qui permet d’apprendre par l’observation active sous la supervision des anciens et des anciennes. Le double regard résultant de cette démarche évolue constamment dans une dynamique contrastive et comparative entre les visions de l’intérieur et de l’extérieur.

2  Pour faciliter la lecture, je n’utiliserai le premier terme uniquement lors de l’analyse du sens secwepemc du mot. La terminologie en anglais établie par Saint Culin (1907) prête d’ailleurs à confusion car elle ne correspond pas à l’usage fait par les joueurs eux-mêmes qui, généralement, parlent de « stickgame».

3  Voir Reuther (1993) pour plus de détails.

4  Par sociétés « traditionnelles», j’entends les systèmes de vie datant d’avant le contact avec la culture euro-américaine. Je tiens à préciser que pour les Secwepemc contemporains, comme pour beaucoup d’autres nations autochtones, société traditionnelle et société moderne ne s’opposent pas, mais se complètent.

5  Il existait notamment des « gardiens» spécifiques attribués à ceux qui se destinaient au jeu. Pour plus de détails à ce sujet, je renvoie à ma thèse de doctorat (Reuther 2007b).

6  Comme les Secwepemc ne parlent presque jamais explicitement de leurs relations familiales, l’observation de la composition des équipes permet, entre autres, de s’apercevoir de liens familiaux autrement plutôt opaques. Nous nous trouvons ici d’ailleurs devant un trait caractéristique de l’ensemble de la culture secwepemc, voire de toutes les nations nord-amérindiennes: si un certain nombre de pratiques (exécution d’un pas de danse, d’un chant, d’un travail manuel, etc) renvoient à des conceptions communes, leur mode de réalisation fait apparaître autant de variantes qu’il y a d’acteurs concernés. C’est la raison pour laquelle il est impossible de songer à réaliser un inventaire de toutes les situations existantes. Mes descriptions réalisées à partir de multiples observations rendent compte de cette diversité.

7  Grossièrement, on peut dire que le nombre de 5 baguettes par équipe est réservé aux tournois, alors que dans des contextes plus cérémoniels on joue généralement avec 6 ou 7 baguettes par équipe, si on ne décide pas de faire des « double-jeux», à raison de 12, voire 14 baguettes par équipe. De plus, il y a les variantes « double-win » (les baguettes plantées au début dans le sol sont d’abord couchées et doivent être gagnées une deuxième fois avant de passer à l’adversaire) et « sudden-death » (les baguettes passent chez l’adversaire du premier coup).

8  Il s’agit ici de traits généraux, les situations singulières, étant multiples, peuvent fortement diverger.

9  Le terme « lyric songs» provient de James A.Teit, ou plus probablement de Franz Boas, pour traduire le fait que cette catégorie de chants est celle où les paroles chantées sont les plus fréquentes (puisque le terme anglais lyrics se réfère aux paroles d’un chant et non pas à un style particulier d’interprétation vocale). Le terme anglais utilisé par les Secwepemc est lonesome song, traduit ici par « chant en solitaire».

10  Celui-ci fait l’objet d’un système de codage extrêmement protégé par les Secwepemc, qui considèrent que ce dernier ne peut être transmis que par voie orale et en situation. Mes interlocuteurs insistent régulièrement sur cet aspect. C’est d’ailleurs aussi la raison pour laquelle ils éprouvent une grande réticence à l’idée d’éditer des CDs de chants traditionnels pour un grand public.

11  Cette manière de placer des événements dans le temps s’est maintenu jusqu’à un certain point dans l’usage que les Secwepemc font de l’anglais, notamment dans le fait qu’il est toujours plus important de signaler l’importance d’un événement passé pour le moment présent que d’indiquer précisément le moment quand l’événement s’est produit.

12  Les transcriptions se réfèrent au English-Shuswap Dictionary Version 2, publié par la Secwepemc Cultural Education Society en 1993; les traductions combinent celles du dictionnaire, celles d’Art Kuipers (1974, 1989) et celles issues de mes discussions avec divers locuteurs à ce sujet.

13  Ce qui n’est pas pensé comme négatif; au contraire, le fait de chanter permet d’accompagner le moment vécu.

14  Je renvoie ici au cas juridique Rg v. Delgamu’ukw qui s’est tenu au Canada en 1997 entre le gouvernement et les nations Gits’an et Wetsu’wetn autour des questions territoriales. Lorsqu’il a été question de présenter la partie chantée du « mythe» d’origine devant la cour, le juge a refusé avec l’argument qu’« on n’était pas dans un spectacle…»

15  Après le décès d’un très bon ami à un moment où j’étais au Canada, mais loin de la réserve, ce n’est qu’après avoir chanté une chanson des Beatles qu’il avait toujours aimée, que ses frères et sa compagne ont pu me raconter ce qui s’était passé. L’action de chanter avait créé le lien symbolique entre le moment présent marqué par son absence et les moments antérieurs, lorsqu’il était des nôtres.

16  Traduction Nina Reuther.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Lehal
Légende les longs rectangles sont les planches qui délimitent le terrain, les cercles représentent les divers joueurs (le nombre de cinq ici représenté correspond à une situation de tournoi), les croix sont les baguettes de comptage de tir (id.) et le carré est la mise.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-1.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre Fig. 2. Deux séries d’outils de jeu, os et baguettes de comptage des tirs (in Brunton 1999: 576).
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3. L’équipe qui manipule les os attend le « tir» de l’équipe adverse. Cliché: Secwepemc News 2006.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4. Les quatre positions possibles des os blancs et les gestes des mains qui leur sont associés (M1 et M2 représentent les deux mélangeurs).
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-4.png
Fichier image/png, 4,7k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Fig. 5. Transcription du Winning Song.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 6. Relation entre les quatre éléments d’un chant, l’efficacité de l’exécution et le cadre social.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/957/img-7.png
Fichier image/png, 8,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nina Reuther, « La mémoire chantée des Secwepemc/Shuswap
(Colombie britannique, Canada) », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 121-139.

Référence électronique

Nina Reuther, « La mémoire chantée des Secwepemc/Shuswap
(Colombie britannique, Canada) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/957

Haut de page

Auteur

Nina Reuther

Nina REUTHER, docteure en ethnologie, travaille depuis 1990 avec les Secwepemc (Shuswap), vivant sur le Haut-Plateau nord-américain septentrional, à l’ouest du Canada, sur des questions de transmission des savoirs, musicaux et autres, et sur les voies d’accès à ces savoirs intellectuels très protégés. Elle prépare actuellement un nouveau séjour de longue durée en Colombie britannique, avec l’objectif de comparer ses connaissances acquises chez les Secwepemc avec les conceptions des nations amérindiennes avoisinantes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page