Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Rencontres

Un colloque à Manille. Compte rendu de la 18e Conférence et Festival de la Ligue des Compositeurs asiatiques. Manille, Philippines, 20-26 janvier 1997

Anne Caufriez
p. 371-373

Ce sont les Philippines qui ont accueilli, cette année, la conférence des compositeurs et musiciens asiatiques, qui a lieu, chaque année, dans un pays différent de l’Asie. Elle réunit habituellement les représentants de pays aussi variés que la Thaïlande, le Vietnam, Singapour, l’Indonésie, la Corée, la Chine, Hong Kong, Taïwan, le Japon, l’Azerbaidjan, l’Iran, Israël, Chypre. On y rencontre aussi quelques compositeurs d’Amérique du Nord, de Nouvelle-Zélande ou d’Europe qui ont développé des liens particuliers avec la musique asiatique ou qui se sentent proches de l’Asie pour des raisons géo-culturelles. Ils font parfois intervenir dans leurs œuvres des instruments traditionnels de l’Asie.

Les rencontres de Manille réunissaient plus de cent cinquante participants. Elles étaient organisées par le compositeur Ramon P. Santos de la Ligue des compositeurs philippins ACL, en collaboration avec une série d’institutions aussi solidaires les unes des autres. Parmi celles-ci, on trouvait l’Université des Philippines, l’Université de Saint Thomas, l’Université des Femmes des Philippines, L’Institut Asiatique pour la Liturgie et la Musique, le Collège St. Scholastica, le Centre Culturel des Philippines et la Casa San Miguel Pundaquit.

Le programme proposé était extrêmement concentré, en particulier sur le plan du nombre des œuvres musicales qui y ont été exécutées, plus d’une cinquantaine en une semaine, ce qui rendait le travail de préparation considérable (la plupart des œuvres étaient jouées pour la première fois). En effet, l’un des aspects les plus remarquables et les plus originaux de cette conférence était l’idée d’enrichir les communications/discussions sur la musique savante contemporaine par de nombreux concerts venant illustrer les dernières créations des compositeurs d’avant-garde mais aussi les musiques traditionnelles de l’Asie d’aujourd’hui. Plusieurs intervenants sont venus rendre compte des activités musicales de leurs pays respectifs, témoignant ainsi du développement parallèle de deux langages musicaux : celui de l’Orient et celui de l’Occident, sans que l’un entame ou exclue l’autre. La pénétration de notre musique contemporaine dans le contexte musical de l’Asie traditionnelle a marqué une nouvelle évolution dans la musique savante de ce continent, telle que l’illustraient des compositions récentes pour le gamelan javanais, d’une grande beauté, fondée sur une séculaire esthétique de cour.

Le choix des concerts de musique traditionnelle était éclectique. On a pu entendre la musique des Kalinga de Luzon (des flûtes et percuteurs de bambou animant la danse), celle des Magindanao de l’île de Mindanao (des métallophones, des percussions de bambou et de bois), mais aussi la musique des Aborigènes de Taïwan, le gamelan de cour de Java et les très belles séquences d’une ancienne musique de cour chinoise, le Nanguan, ou d’un vieil opéra chinois, le Liyuan, tous deux réhabilités à Taïwan.

La musique ethnique des Philippines a retenu l’attention des auditeurs, non seulement par la qualité de ses musiciens, mais aussi par le côté vivifiant d’un art qui a gardé toutes ses fonctions concrètes. Cette musique ne subsiste plus qu’auprès de quelques populations isolées, la domination espagnole et américaine subie par les Philippines ayant repoussé la musique autochtone dans des zones de repli. Le vieux fonds musical préhispanique est notamment illustré par l’ensemble Kulintang des Magindanao, composé d’une rangée horizontale de gongs à bulbe, de gongs suspendus et d’un tambour. Il est le vestige des influences hindoues et musulmanes qui ont marqué le Sud de Mindanao.

Ce qui frappe dans le Kulintang joué en plein air, c’est l’exceptionnelle fluidité et liquidité de timbres des métallophones, dont la vibration cuivrée se prolonge délicatement dans l’atmosphère. Cet aspect du jeu des gongs de Mindanao rappelle plus la sonorité de certains instruments religieux de l’Inde (telles les cymbales joués à l’entrée des temples hindous) que celle des gamelans indonésiens, malais ou des métallophones thaïs et birmans. Les rythmes, originaux, sont, en outre, d’une subtile complexité.

Aux concerts venaient s’ajouter des ateliers de musique traditionnelle très intéressants, les uns portant sur la musique autochtone et les autres sur celles de Corée et de Taïwan.

Parmi les compositeurs philippins de musique contemporaine (d’essence occidentale), on a pu entendre des œuvres de José Maceda, Ramon P. Santos, Lily Anne N. Perez, Jomar B. Ferreria, Gian Mari Gianan et d’autres. Alors que certaines d’entre elles n’appelaient qu’un orchestre de chambre (dirigé par Francisco Feliciano), c’est l’orchestre Philharmonique des Philippines (dirigé par Josefino Chino Toledo) qui avait été sollicité pour interpréter les autres, au nombre desquelles des œuvres du Vietnam, de Corée, du Japon, de Hong Kong, de Taïwan et de Nouvelle-Zélande. Enfin, une séance était exclusivement consacrée à la créativité des jeunes compositeurs dont le talent fut récompensé par un prix (remporté cette année par une Coréenne). Signalons que la Ligue des compositeurs édite aussi un périodique qui rend compte de l’actualité des musiques dans chaque pays.

Dans cette conférence où l’on avait l’heureux privilège d’entendre plus de musiques que de communications, citons cependant les interventions de José Maceda (sur les rapports entre l’évolution, la dynamique et les fondements des musiques savantes de l’Asie et de l’Europe) ainsi que celle de Dieter Mack (sur les relations entre les procédés du gamelan balinais et de la musique occidentale).

De son côté, le Centre culturel des Philippines de Manille a tenu à inaugurer, en présence des participants à la conférence, une très belle exposition d’instruments de musique traditionnels provenant de plusieurs pays d’Asie. Celle-ci constitue désormais une collection permanente du Centre, accessible au public. Parmi les instruments des Philippines, l’attention était attirée sur un magnifique luth décoré, en forme de pirogue allongée, le kudyapi des Maranao.

En conclusion, cette conférence de la Ligue des Compositeurs Asiatiques était remarquable à plus d’un point de vue : par l’originalité de certaines communications, par les informations apportées sur la musique de chaque pays, par la qualité d’exécution de certaines œuvres, par ses brillants concerts de musique traditionnelle, enfin par l’organisation tout à fait remarquable dont les Philippins ont fait preuve tout au long de ces journées. Le professionnalisme s’accompagnait ici d’un grand sens de l’hospitalité et du cérémonial, qui sont la marque d’un art de vivre que l’Europe a malheureusement perdu.

De cette conférence se dégagait une extraordinaire dynamique, fondée non seulement sur la solidarité et l’échange entre les pays d’Asie, mais aussi sur l’encouragement d’une musique jeune et inédite, riche d’énergies et de potentiels. Une nouvelle école de musique est née dans l’Asie d’aujourd’hui, dont on ne peut qu’admirer la fine maîtrise et l’aptitude à la concentration. Cette école repose sur une musique occidentale en pleine ébullition et sur une musique traditionnelle qui évolue constamment, l’une étant le ferment de la créativité de l’autre.