Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire, traces, histoire

Musiques traditionnelles de demain

Entre anamnèse et injonction identitaire
Dominique Salini
p. 49-61

Résumé

À l’intérieur d’un champ heuristique mal défini, discours esthétiques et anthropologiques et pratiques musicales ont suivi leur histoire, indépendamment les uns des autres, malgré des préoccupations communes à propos de la mémoire et de l’oralité. L’ignorance réciproque a engendré malentendus et incompréhension, hypothéquant le devenir des traditions orales. La musique corse pourra servir d’exemple parmi d’autres. Cette série de rendez-vous manqués et d’ambiguïtés sémantiques ne pouvait que générer une fabrique d’identités, conduire les acteurs culturels à une surenchère identitaire, de plus en plus assignée par les médias, car la mémoire identitaire doit désormais s’imposer sur le marché de la diversité des mémoires. Victimes de la définition d’un traditionnel obsessionnel et restées à l’écart des recherches compositionnelles, les musiques de tradition orale risquent de se banaliser progressivement et les groupes culturels pourraient bien endosser définitivement le statut d’intermittent du spectacle.

Haut de page

Texte intégral

1La fragmentation à outrance des sciences humaines qui s’est opérée au fil du xxe siècle n’est pas étrangère à l’émergence de la figure éclatée de l’homme (Durand 1979) ni à la série d’occasions de rencontre manquées et de malentendus sémantiques à propos de la tradition et de l’oralité. Hâtivement définies par rapport à une histoire dont elles auraient été exclues, les cultures de tradition orale deviennent les attributs anthropologiques des sociétés sans autre histoire que la leur. Sous le regard curieux des Autres, elles ont rapidement endossé une identité prête-à-porter qui peine aujourd’hui à échapper aux poncifs. Déjà réduites à l’animation intermittente des spectacles, les musiques traditionnelles ont du mal à imaginer un devenir indépendamment de succès médiatiques, s’écartant, de fait, sinon du terrain de l’anthropologie, du moins du domaine de la création.

2En effet, à l’intérieur d’un champ heuristique mal défini, discours esthétiques (musicologiques et même ethnomusicologiques) et pratiques musicales sont restés à l’écart les uns des autres, malgré des préoccupations communes, en particulier à propos de la mémoire et de l’oralité (Salini 2004). L’ignorance réciproque, qui s’est assez rapidement substituée à la curiosité, a engendré malentendus et incompréhension, et hypothéqué le devenir des traditions orales. Et pourtant, l’histoire la plus significative de l’ethnomusicologie s’est déroulée là, entre histoire et mémoire, traces et oubli, anamnèse et amnésie, le temps étant bel et bien le questionnement central.

D’un premier malentendu sémantique…

3Le premier malentendu d’importance tient probablement au sens très statique accordé à la tradition. Assimilée au passé, nécessairement révolu, la tradition devient une notion floue, essentiellement affective, sorte de nostalgie pastorale, pour reprendre l’image de Jean-Claude Passeron (Passeron & Grignon 1989) et en tout cas, un trésor dont chacun se veut le dépositaire. La défense de sa tradition a été pour certains l’occasion de retrouvailles avec une mémoire plus ou moins virtuelle et pour d’autres celle de légitimer une ignorance historique relativement commode. L’oralité s’est imposée comme un mode de communication qui rendait inutile un savoir historique hormis les quelques points de repère habituels. Symbole de la résistance, elle est vite apparue comme une revanche sur l’histoire et en particulier l’histoire politique avec ses stratégies de déculturation.

  • 1  Brăiloiu se référait sans doute à ce passage de la préface de la Dissertation sur la musique moder (...)

4À l’origine, et entre autres facteurs, de la divergence entre Histoire et Anthropologie, l’opposition que l’on sait arbitraire, et en tout cas sommaire, entre oralité et écriture est désormais relativisée quoique non encore véritablement éclaircie. Tout un chacun admet aujourd’hui que l’oralité n’est évidemment pas absence de savoir d’écriture, mais une forme autre de scripturalité beaucoup plus corporelle et kinésique que la notation. « Si Jean-Jacques Rousseau déplore que les Occidentaux modernes ne sachent plus percevoir la musique qu’à travers les ‹figures› qui l’expriment, et n’y voient plus que noires, blanches et croches, tout ne peut point se lire, cependant, sur leurs portées». écrivait à ce propos Constantin Brăiloiu (1960: 118)1.

5Des traditions vocales toujours pratiquées de cette manière le montrent bien: les chanteurs sont de véritables personnages sonores (Levaillant 1981). Néanmoins rien ne nous autorise à affirmer que l’oralité est plus mémorielle et donc moins historique que l’écriture. Les points d’appui, les repères sont bien évidemment différents de même que les mécanismes (Détienne 1981), et la pensée occidentale a bien subi de profondes mutations lors du passage de la tradition orale à l’écriture si l’on en juge d’après les magistrales analyses de Jean-Pierre Vernant (1965) pour la pensée grecque et de Solange Corbin (1960) pour ce qui est de l’Église en quête de sa musique. Pourtant l’oralité ne cesse de faire problème alors que l’on pensait avoir réglé la question, ne serait-ce que par la modernité des moyens de communication.

  • 2  Il s’agit d’une métaphore qui renvoie simultanément à une forme (profane ou religieuse) et à une t (...)

6Ce texte propose une réflexion sur l’avenir des musiques traditionnelles en prenant l’exemple de ce que les médias nomment « les polyphonies corses». Inscrites dans une histoire mal connue, brandies comme emblème des revendications identitaires des années 1970, elles connaissent toujours un succès médiatique certain. Aujourd’hui est déposée auprès de l’Unesco une candidature d’inscription sur la liste de sauvegarde d’urgence du cantu in paghjella2, et cette démarche, initiée par l’institution (Centre de Musiques Traditionnelles et Collectivité Territoriale de Corse), veille à renouer les liens un peu lâches entre praticiens, parfois héritiers, et approche anthropologique, confirmant ainsi sa fonction dans la communauté.

7Comprise par les insulaires comme un héritage statique, monolithique et intouchable, la tradition polyphonique, dont l’histoire « se perd dans la nuit des temps», est bien la réactivation dynamique d’une mémoire latente. À ce titre, l’usage contemporain de cette forme musicale pourrait correspondre à un événement au sens où l’entend Clifford Geertz (1986), de réalisation contingente d’un modèle culturel. Or, l’ignorance historique du modèle culturel a confiné l’événement dans une mode d’époque, le vidant simultanément de sa force anthropologique et de ses potentialités créatrices, sorte d’épiphénomène éphémère considéré cependant comme les racines d’un futur possible. Sous les diktats médiatiques, se réalise peu à peu la déculturation (Salini 2008b) que n’avaient pas réussi à obtenir, aux siècles précédents, l’Administration et l’Église.

… à un autre

  • 3  L’expression est proposée par Daniel Charles à propos de l’esthétique de John Cage (Charles 1968: (...)

8L’histoire de l’anthropologie n’a cessé de pointer les relations entre histoire et culture, mais la distinction épistémique qui a prévalu le temps des colonies est désormais caduque, le moment étant venu, comme le dit Marshall Sahlins, d’aller au-delà d’une simple collaboration disciplinaire et de « faire exploser le concept d’histoire au moyen de l’expérience anthropologique de la culture», l’expérience historique faisant à son tour « exploser le concept anthropologique de culture – y compris la structure» (Sahlins 1989:17). Chaque chercheur en sciences humaines et sociales admet désormais l’insuffisance théorique du modèle binaire et tente de s’armer pour affronter le nouveau défi intellectuel: comment accepter la relecture du temps, entre diachronie et synchronie, nostalgie et amnésie ? Le temps est sans doute venu, par-delà les contraires, de plaider pour le processus, le work in progress, le non finito3. La distinction entre un temps achevé et un présent sans histoires qui laisserait augurer d’un futur imprévisible, oblige chacun d’entre nous à repenser sa propre histoire de temps.

9Déjà, les hésitations lexicales (folklore, ethnologie musicale ou musicologie comparée) pour qualifier le domaine de la science ethnomusicologique naissante avaient alerté le chercheur sur deux questions devenues très vite déterminantes dans l’orientation théorique ultérieure: existe-t-il réellement une frontière nette entre histoire et mémoire ? N’est-il pas temps d’interroger le musical par-delà ses composantes techniques, mais aussi par delà les sphères d’influences culturelles supposées ? Qu’il s’agisse d’ailleurs aussi bien de traditions orales que de cultures écrites. Autrement dit, le manque d’assurance affiché par la science en voie de constitution lorsqu’il a fallu à la fois définir son objet et s’identifier, aurait dû inciter à une plus grande prudence dans le choix des mots.

10Ces deux questions, sans doute prépondérantes, ont néanmoins occulté l’écart qui existe entre science et pratique, surtout lorsque observant et observé appartiennent à la même culture. L’histoire de l’ethnomusicologie rappelle bien que celle-ci naît en Europe et qu’elle se construit d’abord à partir du folklore européen, en somme de sa propre culture, avant de s’intéresser à l’ailleurs et revenir, après le périple, de nouveau chez elle. Et ce va-et-vient territorial, ce trajet avec des haltes plus ou moins lointaines et longues, n’empêchent pas que l’observation soit déjà interprétation, avec ou sans la distance géographique, avec ou sans la conscience de l’historicité culturelle.

La création s’oppose à la tradition…

11Dans la relation que la science ethnologique entretient avec son objet – la musique vivante –, interviennent d’autres acteurs: le musicologue et le compositeur. Il serait bien difficile de minimiser l’apport considérable, parmi d’autres naturellement, de Béla Bartók dans la conceptualisation de cette nouvelle science. Ses missions (ethno)musicologiques, notamment celle en Algérie en 1913 (Trabelsi 2002), le Congrès du Caire auquel il participa également en 1932 ainsi que, à la même époque, le voyage de Maurice Ravel (Marnat 1995) aux États-Unis, sont autant de points de repères tant historiques que symboliques de rencontres possibles entre le savant et le populaire, le sien et celui de l’autre. De ces moments, en tout cas, ont émergé des questionnements d’une étonnante actualité à propos de l’urgence de l’élaboration d’une anthropologie du musical. Et pratiquer aujourd’hui une anthropologie du musical, c’est justement admettre que la musique est à la fois dans et hors de l’histoire, entre oubli et mémoire, souvenir refoulé et réactivé, puisque la musique n’existe que par celui qui la porte et l’exécute, avec ou sans partition.

12 Mais faire du problème des rapports entre le populaire et le savant la toile de fond de l’interrogation théorique a dressé une ligne de démarcation entre savoir appris, écrit, et culture vécue, héritée par imprégnation, dans la proximité du face-à-face et du bouche-à-oreille. Et l’apartheid se fait toujours au détriment des mêmes, de ceux qui n’ont pas les clés de lecture. Si Bartók a pu rechercher (et trouver) dans les musiques paysannes hongroises ce qui lui permettait d’échapper à la tyrannie de la tonalité (Szabolcsi 1968) ou dans les collectes réalisées dans le Constantinois algérien une source active de création (Trabelsi 2002), l’impact du savant sur le populaire est beaucoup moins évident. Et ceci se vérifie dans de nombreux cas, même s’il a été difficile d’admettre qu’une province n’est pas, à l’instar d’une colonie, une île dans l’histoire, pour reprendre l’image de Sahlins.

13Se profilait déjà l’idée qu’il était indispensable d’approcher autrement la musique et que cette approche ne pouvait être que de nature anthropologique. Néanmoins, avec le souci affiché de devenir une science exacte, plus technique que symbolique, et l’emprunt de ses outils intellectuels à la musicologie plutôt qu’à l’anthropologie, l’ethnomusicologie s’est coupée de la chair du musical. De plus en plus, le théorique et la pratique se sont désolidarisés au point de démanteler l’objet musique. C’est le constat que l’on peut faire justement à propos des musiques dites traditionnelles, renvoyées soit à une histoire des systèmes musicaux plus ou moins bien connue, soit à un émotionnel identitaire entretenu.

  • 4  Les recherches de théâtre musical conduites par Mauricio Kagel consistaient à retrouver la kinésie (...)

14Or, les musiques traditionnelles sont des mémoires sonores, des anamnèses de savoirs accumulés et inscrits dans les corps. Il ne s’agit pas seulement pour les chanteurs de se rappeler des mots ou des timbres et risquer ainsi le trou de mémoire, mais bien de recréer à chaque fois un événement. C’est bien là le point commun avec les projets de la musique contemporaine4 qu’il aurait fallu exploiter. Le questionnement à propos de l’oralité aurait gagné à être posé au croisement de deux préoccupations musicales restées étrangement à l’écart l’une de l’autre dans les vingt années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale: celles de certains courants de l’esthétique musicale expérimentale et celles des revendications identitaires régionales. Serait même apparue comme un truisme l’interrogation suivante: comment composer avec des identités (Pousseur 1989) ou avec des mémoires (Salini 2002) ?

… et les cultures redeviennent des îles

15L’idée longtemps défendue que les cultures du monde sont des îles aux frontières étanches et disposant chacune de son propre système d’historicité, est largement battue en brèche par l’anthropologie post-coloniale. Dans cette perspective, l’isolement n’ayant pas forcément exclu le contact, de fait, l’identité n’est ni génétique ni immuable (Amselle 2001). Mais, si une mise au point de cette nature s’est avérée nécessaire pour les anciennes colonies, la question perdit de sa pertinence lorsqu’il s’est agi d’inclure le régional ou le local dans la préoccupation anthropologique nationale. Autrement dit lorsque les cultures populaires, puis traditionnelles, se sont substituées aux cultures ethniques. Il n’est donc pas surprenant que les revendications identitaires des années post-1968 soient fondées essentiellement sur une histoire confisquée, donc méconnue, et sur une identité héritée, jugée génétique et immuable. Si l’ethnologie et a fortiori l’ethnomusicologie ont pu servir de grille de lecture anthropologique pour tous ceux qui refusaient le déterminisme historique ou rejetaient le principe qu’une même pensée puisse être appliquée à tous, indépendamment du lieu et du temps de chacun, paradoxalement, les cultures populaires entraient, elles, dans les pathologies de l’identité.

16La situation géographique de la Corse (entre France et Italie) et son statut politique de région française ont fait d’elle une zone culturellement tiraillée que la population a en quelque sorte tenté de stabiliser à l’intérieur des limites naturelles, physiques de l’île. Pour pouvoir exister, il a bien fallu se réfugier dans les valeurs traditionnelles, ici comme ailleurs (Memmi 1985).

  • 5  Néologisme qui désigne le mouvement de revendications identitaires qui a marqué les années 1970 en (...)
  • 6  Il s’agit d’une allusion au gouvernement de Pascale Paoli, période pendant laquelle la Corse a été (...)

17Le « groupe culturel», fabrication du mouvement dit du riacquistu5, résume à lui seul la mémoire du polyphonique historique, l’oubli de certaines périodes fâcheuses de l’histoire de la Corse écartelée entre italianité et francité, et la réactivation de l’épisode paoliste favori6. On peut rappeler à ce propos que la première mention historique d’un chant aujourd’hui exécuté en polyphonie date de 1735. Lors de la consulta d’Orezza, la Corse décrète son indépendance politique en se plaçant sous le protectorat marial et en se dotant d’une hymne national, le Dio vi salve Regina. Ce chant, dont on connaît plusieurs versions ne serait-ce qu’en Sardaigne (Pisanu), est désormais considéré comme emblématique de toutes les formes de résistance du peuple corse et se chante en polyphonie. Était-ce le cas en 1735 ? Les sources se contredisent à propos des « auteurs» présumés de ce chant, sans que rien ne vienne confirmer ou démentir l’assertion: le jésuite Francesco de Geronimo vers 1676 ou un berger niolain, Sauveur Costa ?

  • 7  Cette correspondance à propos de la modalité populaire est inédite.

18Les revendications régionalistes des années 1920-30 qui ont agité les régions françaises, la Corse comme la Bretagne, portaient déjà sur la création, principalement littéraire et musicale, même si elles ont presque essentiellement consisté à retrouver dans le populaire des racines lettrées ou à tenter d’établir des ressemblances avec la culture savante. Une sorte d’étude comparée, en somme. Une imposante littérature existe à ce sujet, dont l’un des plus beaux exemples est sans aucun doute la correspondance entre Maurice Duhamel (Duhamel 1911) et Paul Ladmirault7. L’époque de l’unification nationale tolère, voire génère, la notion de populaire régional afin d’établir un tableau de bord des richesses patrimoniales négligées tout en poursuivant, sans l’avouer, la marginalisation du populaire. Certes, la base de données, comme l’atlas, conserve et protège de l’oubli un moment de l’histoire. Mais on a également appris, depuis, combien l’apprentissage d’une tradition pouvait difficilement passer par les phonothèques aux droits d’auteurs protégés et qu’en revanche elle pouvait se faire, se re-faire, se fabriquer, au bar, à la fête, à la messe, via le CD. Renouer avec sa mémoire veut dire qu’il est désormais admis que la tradition n’a jamais été authentique et que le vivant ne se décrète pas. C’est la leçon que peut également tirer l’esthétique du xxe siècle, si préoccupée à faire de la pédagogie pour retrouver l’espace et le temps du quotidien.

19Lorsque Béla Bartók et Manuel de Falla pointaient avec énergie les risques de folklorisation des musiques tsiganes ou andalouses, exemples musicologiques à l’appui, ils insistaient tous deux sur les transformations structurelles induites, subrepticement et déjà, par les diverses mutations sociétales. L’adaptation à la demande a fait que le cante jondo « a dégénéré en flamenquisme ridicule… La sobre modulation vocale – inflexions naturelles du chant qui provoquent division et subdivision des sons de la gamme – s’est changée en ornementation artificielle plus proche de la mauvaise époque italienne et de son goût décadent que de l’Orient primitif… Les limites de l’ambitus mélodique restreint dans lequel évoluent nos chants ont été sottement étendues; à la richesse modale de leurs gammes si anciennes a été substituée la pauvreté tonale que produit l’usage prépondérant des deux seules échelles modernes, celles qui ont monopolisé la musique européenne pendant plus de deux siècles; la phrase enfin, grossièrement métrifiée, perd pour longtemps cette flexibilité rythmique qui en faisait l’une des beautés principales» (De Falla 1992).

20La remarque de Manuel de Falla rejoint celle de Béla Bartók à propos de l’acceptation si facile, de la part des héritiers du traditionnel, de l’hédonisme gratuit de la virtuosité et pourrait s’appliquer à nombre de praticiens du traditionnel. L’attraction lyrique et le culte de la belle voix se substituent à la tradition mais surtout, se donnent pour de la création. C’est un nouveau rendez-vous manqué: il ne s’agit pas d’une rencontre avec la création contemporaine, mais avec celle, surtout, du xixe siècle. Et ce décalage dans le temps, sans doute anodin, présent dans le binôme tradition/modernité, empêche la rencontre avec les héritiers de la tradition savante de leur époque qui rencontrent les mêmes problèmes d’identification et conduit à propager l’un des stéréotypes les plus ancrés: tradition et création sont incompatibles. Sous-entendu, la tradition n’a d’autre issue que d’hériter de formes anciennes, les siennes et celles des autres.

21Le glissement sémantique de régionaliste à identitaire s’est accompagné d’une attention accrue au rôle constitutif de l’oralité, surtout lorsqu’il s’est agi de la polyphonie. Progressivement, celle-ci devient symbole de lutte et, en tant que tel, différemment interprétable. Bien entendu, domine l’idée qu’elle identifie la souveraineté politique d’un peuple. Penser posséder une langue et une musique spécifiques permettait d’asseoir un discours sur un futur politique hypothétique. Mais s’il est indéniable que le groupe culturel a pris part de manière active à la constitution d’une musique traditionnelle, il a aussi participé, via un discours, à la profonde modification des structures qui faisait l’admiration des compositeurs.

22Autrement dit, questionner l’héritage à partir du rendez-vous manqué entre l’esthétique musicale contemporaine et l’anthropologie revient à pointer le malentendu sémantique à propos de la tradition et de l’oralité. Une des conséquences actuelles de l’absence de réflexion sur ces questions est bien évidemment la « fable d’identité» vécue, parfois de manière caricaturale, par les acteurs traditionnels et la surenchère identitaire qu’exigent d’eux les médias. Tout ceci n’aurait qu’une gravité relative sans l’intervention des politiques culturelles institutionnelles, indécises quant à l’avenir des patrimoines et hésitant entre sauvegarde a minima et muséification.

D’une amnésie de l’histoire…

  • 8  Boulez avait initialement songé donner comme titre à son Premier cahier de structures pour deux pi (...)

23L’esthétique musicale d’après-guerre, en tout cas celle des courants considérés les plus novateurs, rejetait héritage et histoire dans une sorte de table rase très volontariste du passé, qu’il s’agisse d’ailleurs des Européens ou des Américains. Le « sérialisme intégral», en phase avec les préoccupations développées par la sémiologie de Roland Barthes, se veut complètement amnésique par rapport à l’héritage classique, refusant la tradition dramatique illustrée par l’idéologie de l’homme romantique. Il suffit de rappeler la position de Pierre Boulez qui poussa sa démarche créatrice à la « limite des pays fertiles»8 : la création ne peut être qu’une amnésie. En finir avec la narrativité néo-romantique par la recherche de moyens radicaux et atteindre le « degré zéro de l’écriture», telle était l’ambition. Autrement dit, la création ne pouvait pas être mémoire.

24Différemment, mais en fin de compte avec les mêmes résultats, les Américains faisaient émerger du croisement des arts et de l’usage de la machine, des formes d’oralité. Mais alors que l’esthétique musicale revendiquait l’amnésie, le rejet de l’héritage comme seule source possible de création et recherchait donc certaines formes d’oralité (performances, happenings, partitions verbales, usage live de l’électroacoustique et mixed-media), fortes d’une définition ethnologique, statique, du traditionnel, les revendications identitaires d’après 1968 n’ont cessé de pratiquer généalogie et anamnèse pour raviver leur « héritage sans testament», selon l’image de René Char. Preuve de l’ancienneté et donc de l’identité de sa culture, la pratique orale se donnait comme une juste revanche sur l’histoire, en particulier celle des cultures dominantes, et les générations des années 1970 ont désespérément tenté d’authentifier leur identité traditionnelle, l’inscrivant à la fois dans un territoire, l’île, et dans un temps par un véritable processus d’anamnèse. Allaient de pair, nationalisme et tradition. Les deux termes étaient quasiment synonymes et conjointement combattus. La confusion entre le politique et le culturel sur l’unique plan idéologique, ne pouvait qu’entretenir une autre confusion à propos de la conception d’une identité.

… aux habitus culturels…

25Les revendications identitaires de l’époque sont profondément marquées par la mémoire, historique plus que kinésique, d’ailleurs. On peut en voir les effets dans la polyphonie corse brandie comme emblème politique de la corsité. Ainsi, ce sont les figures de personnages historiques qui seront sans cesse convoquées pour légitimer la revendication, puisque revendiquer une identité c’est revendiquer sa « véritable» histoire, ses traces, ses souvenirs occultés par l’histoire de la domination. C’est toujours au nom de l’histoire, ou plutôt de certains épisodes historiques, que l’on construit son présent. Ce fut le cas en Corse: la construction identitaire s’est faite entre une histoire ancienne mais méconnue et un présent qui puise dans ce passé plus ou moins lointain les éléments de la fabrique d’identité: entre anamnèse et anachronisme. Un héritage entre une authenticité improbable mais affirmée, tri sélectif dans l’histoire, et une extraordinaire richesse kinésique.

26Mais, de même que la musique contemporaine a été rattrapée par sa mémoire culturelle, entre habitus et stéréotype, les musiques traditionnelles, pourtant exemplaires d’une mémoire kinésique, témoins que le passé n’est pas derrière nous mais sous nos pieds, sont rapidement victimes du complexe du colonisé au regard des cultures dites dominantes, en réalité sujettes à la mode médiatique. De plus, peu préoccupées jusqu’alors de leur propre origine historique, la rejetant dans une sorte de temps anhistorique appelé tradition, elles sont de plus en plus confrontées à d’autres histoires et redécouvrent ce qu’elles avaient oublié: l’histoire culturelle a toujours été une histoire de flux, de circulation, de rencontres et d’emboîtements.

27Or, si l’histoire musicale s’est constituée au fur et à mesure, c’est bien parce qu’elle est, d’abord et avant tout, pourrait-on dire, une composition anthropologique. Diachronie et synchronie ne peuvent être à ce propos séparées. C’est sans doute aussi ce qui fait la grande différence entre le métissage rêvé mais provoqué, par exemple lors de festivals, et celui qui s’est élaboré, au fil du temps et en grande partie d’ailleurs subrepticement, par interactions. Et aujourd’hui, la mémoire identitaire, de plus en plus troublée, croise de plus en plus de mémoires de la diversité, non moins troublées. Un des problèmes majeurs de notre temps est peut-être de croire que l’on peut rester à l’écart, à l’abri de ce grand mouvement unificateur de banalisation. D’aucuns pensent même pouvoir se lover dans la niche régionale, comme dans un abri ou tout autre lieu coupé du monde.

28Ainsi, l’interrogation contemporaine sur le devenir des patrimoines culturels ravive un questionnement que l’on croyait obsolète, voire réglé, celui de l’authenticité supposée des traditions. Les revendications identitaires des années 1970 ont, de par leur force d’exaltation et d’adhésion idéologiques, déplacé le problème de fond, à savoir ce qu’est une tradition. L’absence de réflexion à ce niveau de la revendication, a évidemment conduit à la situation particulièrement confuse d’aujourd’hui. En Corse, la surenchère identitaire, véritable injonction de la part de l’extérieur mais qui finit par convaincre l’indigène, frôle désormais la schizophrénie culturelle. Les territoires dits « à forte identité» subissent tous avec douleur une telle situation tant il est vrai que les traditions les plus touchées sont celles qui ont cru à la diversité culturelle et donc à leur propre exception culturelle. Quiconque réalise que ce que l’on croyait être une identité quasi génétique résultant d’un processus de métissage, sorte de collage/mixage, pour reprendre une formulation d’usage dans l’esthétique musicale d’après-guerre, est conduit à adhérer inconsciemment à une nouvelle assignation identitaire.

… et aux fabriques d’identité

29Cette série de rendez-vous manqués et d’ambiguïtés sémantiques ne pouvait que générer une fabrique d’identités, conduire les acteurs culturels à une surenchère identitaire, de plus en plus assignée par les médias car la mémoire identitaire doit désormais s’imposer sur le marché de la diversité des mémoires et des mémoires de la diversité. Victimes d’une définition obsessionnelle du traditionnel et restées à l’écart des recherches compositionnelles, les musiques de tradition orale ne peuvent être aujourd’hui qu’objets de toutes les attentions des institutionnels. Mais sont-elles nécessairement conscientes des risques encourus, de la fossilisation, la folklorisation et surtout la banalisation, à la disparition pure et simple ? Dès lors, les groupes culturels pourraient bien endosser définitivement le statut d’intermittent du spectacle.

30La pensée éclatée du musical a eu un impact sans doute plus profond sur les cultures de tradition orale que sur les autres. Une attention accrue au processus de l’oralité a enrichi, du moins symboliquement, la création contemporaine. La dernière œuvre commune de Michel Butor et Henri Pousseur, Voix et vues planétaires (2004), musique ethno-électroacoustique, réactive, d’une certaine manière, les métaphores de couleurs géographiques et de couleurs historiques que Michel Butor avançait dans « La musique, art réaliste» (Butor 1964: 27-41). Le travail des compositeurs nationaux sur leurs patrimoines populaires a pu démontrer « ainsi à l’Occident que son système musical classique devait être considéré comme un simple cas particulier, parmi d’autres organisations susceptibles d’être utilisées aux mêmes fins», et les couleurs historiques, autrement dit « ce choc en retour de l’utilisation des couleurs géographiques», ont pu révéler que la musique occidentale classique était un domaine musical parmi d’autres. Paul Collaer (1960: 52) ne voulait pas signifier autre chose en affirmant: « Nous ne pouvons plus, aujourd’hui, continuer à éluder le problème de la naissance de la polyphonie en Europe. Nous ne pouvons pas continuer à fermer nos oreilles à ce qui est, à ce qui existe réellement sous le prétexte que la discipline historique, basée sur des documents écrits, n’a pas prise sur cette matière.»

31Voies et vues planétaires ajoute une réflexion éthique, déontologique, à propos de la spiritualité des musiques du monde qu’il convient de respecter sans pour autant la mythifier. Les couleurs croisées, historiques et géographiques, construisent comme un écheveau à partir d’un imbroglio d’idées, de formules, de références multiples que l’acte créateur n’a plus qu’à dénouer. Tout ceci montre bien à quel point la façon binaire de raisonner a simplifié la question de la création en confinant les musiques populaires dans un ghetto.

32Or, le futur des traditions est une question profondément anthropologique. L’histoire des musiques traditionnelles continue à se faire indépendamment de l’histoire savante et les pratiques traditionnelles d’aujourd’hui intéressent de moins en moins l’anthropologue du musical. En effet, sauf à y voir de nouvelles formes de ritualisation de la vie publique, les prestations identitaires tendent vers la constitution d’un monde « homoculturel». La disparition des frontières tant souhaitée au nom d’une meilleure gouvernance du monde et finalement obtenue, du moins de manière virtuelle, par le développement des technologies de l’information et de la communication, conforte paradoxalement la conception de la culture comme ressource fossile, énergie non renouvelable qui a entraîné toutes sortes de pathologies de la mémoire et donc de l’identité.

33Alors, comment renouer avec ses mémoires, en somme comment retrouver l’organisation anthropologique qui sous-tend toute culture, si l’on ne croise pas les sciences entre elles mais aussi elles-mêmes avec leurs objets réciproques ? Les cultures à forte identité n’ont plus d’autre choix que de faire taire leur mémoire et répondre à l’injonction identitaire si n’est pas rétabli ce lien qui fait de la culture une « vision du monde et de la société partagée par ceux qui y adhèrent» (Aubert 2004: 113-123). Penser par dichotomies a définitivement montré ses limites: il est tout aussi impossible d’échapper à l’histoire qu’à la mémoire. Qu’elle soit mise en veille par la revendication amnésique ou qu’elle soit interpellée par anamnèse, dans les deux cas la mémoire ne permet pas de fuir l’histoire. Et si revenir à l’histoire et à l’anamnèse aide à réaliser que toute culture est déjà un résultat, alors peut-être sera-t-il possible d’aborder avec sérénité le contemporain en tant que work in progress.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AMSELLE Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures. Paris: Flammarion.

AUBERT Laurent, 2004, « Question de mémoire: les nouvelles voies de la tradition», in Internationale de l’imaginaire. Le patrimoine culturel immatériel. Les enjeux, les problématiques, les pratiques. Arles: Babel /Paris: Maison des cultures du monde: 113-123.

BOSSEUR Jean-Yves et Dominique BOSSEUR-SALINI, 1993, Révolutions musicales. La musique contemporaine depuis 1945. Quatrième édition revue et complétée. Paris: Minerve.

BOULEZ Pierre, 1963, Penser la musique aujourd’hui. Mayence: Médiations.

BOULEZ Pierre, 1971, « Style ou Idée ? Éloge de l’amnésie». Musique en jeu 4. Paris: Seuil: 5-14.

BrĂiloiu Constantin, 1960, « La vie antérieure», in Roland-Manuel, dir.: Histoire de la musique 1. Encyclopédie de la Pléiade. Paris: Gallimard.

BUTOR Michel, 1964, Répertoire 2. Étude de conférences 1959-1963. Paris: Minuit.

CHARLES Daniel, 1968, « L’esthétique du « non finito» chez John Cage». Musiques nouvelles. Revue d’Esthétique. Paris: Klincksieck: 23-26.

Charles-dominique Luc, 2006, musiques savantes, musiques populaires. les symboliques du sonore en France 1200-1750. paris: Cnrs.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

COLLAER Paul, 1960, « Polyphonies de tradition populaire en Europe méditerranéenne». Acta Musicologica XXXII, fasc. II/III: 51-66.
DOI : 10.2307/931654

CORBIN Solange, 1960, L’Église à la conquête de sa musique. Paris: Gallimard.

DE FALLA Manuel, 1992, Écrits sur la musique et sur les musiciens. Arles: Actes Sud.

DETIENNE Marcel, 1981, L’invention de la mythologie. Paris: Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DUHAMEL Maurice, 1911, Les 15 modes de la musique bretonne. Paris: Heddart/ Lerolle.
DOI : 10.3406/abpo.1910.4225

DURAND Gilbert, 1979, Sciences de l’Homme et Tradition. Le nouvel esprit anthropologique. Paris: Berg international (2ème édition).

GEERTZ Clifford, 1986, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir. Paris: PUF.

LEVAILLANT Denis, 1981, L’improvisation musicale. Essai sur la puissance du jeu. Paris: J.-C. Lattès.

MARNAT Maurice, 1995, Maurice Ravel. Paris: Fayard.

Memmi Albert, 1985, Portrait du colonisé. portrait du colonisateur. Paris: gallimard (folio actuel).

PASSERON Jean-Claude et Claude GRIGNON, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris: Le Seuil/Gallimard.

duvignaud Jean et Chérif KHAZNADAR, dir., 2004, Le patrimoine culturel immatériel. Les enjeux, les problématiques, les pratiques. Paris: Babel-Maison des cultures du monde (Internationale de l’imaginaire).

PISANU Angelo, Confluenze e parallelismi nel canto popolare. Corsica e Sardegna. Thèse en cours sous la direction de D. Salini. Université de Corse.

POUSSEUR Henri, 1989, Composer (avec) des identités culturelles. Paris: IPMC-La Villette.

ROUSSEAU Jean-Jacques, 1979, « Dissertation sur la musique moderne, préface». Écrits sur la musique. Paris: Stock/ Musique.

SAHLINS Marshall, 1989, Des îles dans l’histoire. Paris: Seuil.

SALINI Dominique, 1996, Musiques traditionnelles de Corse. Genova: A Messagera.

SALINI Dominique, 2002, « Par volonté ou par hasard ? Comment composer avec des mémoires». in L’œuvre d’art aujourd’hui. Paris: Klincksieck: 161-71.

SALINI Dominique, 2004, « Le silence de l’amnésie», in Françoise Albertini et Mario Atzori, dir.: Îles de mémoires. Corsica e Sardegna. Programme Interreg III. Sassari/Bastia: Edes/Dumane: 301-312.

SALINI Dominique, 2008b, « Déculturation ou la force des interdits dans la transmission du patrimoine oral», in Dominique Salini et Michèle Guelfucci, dir.: La polyphonie corse peut-elle disparaître? Bastia: Dumane: 101-107.

SALINI Dominique et Michèle GUELFUCCI, dir., 2008a, La polyphonie corse peut-elle disparaître ? Bastia: Dumane.

SZABOLCSI Bence, dir., 1968, Bartók. Sa vie et son œuvre. Paris: Boosey & Hawkes.

TRABELSI Mehdi, 2002, La musique populaire arabe dans l’œuvre de B. Bartók. Analyse de l’œuvre ethnomusicologique et son impact sur l’œuvre créatrice. Thèse de Doctorat, Paris IV-Sorbonne.

VERNANT Jean-Pierre, 1965, Mythe et pensée chez les Grecs: études de psychologie historique. Paris: Maspero.

Haut de page

Notes

1  Brăiloiu se référait sans doute à ce passage de la préface de la Dissertation sur la musique moderne de Rousseau, où ce dernier écrivait: « Je sais que les musiciens ne sont pas traitables sur ce chapitre. La musique pour eux n’est pas la science des sons, c’est celle des noires, des blanches, des doubles croches; et, dès que ces figures cesseroient d’affecter leurs yeux, ils ne croieroient jamais voir réellement de la musique» (Rousseau 1979: 25).

2  Il s’agit d’une métaphore qui renvoie simultanément à une forme (profane ou religieuse) et à une technique d’agencement des voix par tuilage.

3  L’expression est proposée par Daniel Charles à propos de l’esthétique de John Cage (Charles 1968: 23-26).

4  Les recherches de théâtre musical conduites par Mauricio Kagel consistaient à retrouver la kinésie même sous le geste du musicien classique.

5  Néologisme qui désigne le mouvement de revendications identitaires qui a marqué les années 1970 en Corse. Il correspond au souci de se réapproprier tout un pan de la culture traditionnelle (en particulier la langue et la musique) qui avait été occulté par les aléas de l’histoire.

6  Il s’agit d’une allusion au gouvernement de Pascale Paoli, période pendant laquelle la Corse a été indépendante (1756-1768).

7  Cette correspondance à propos de la modalité populaire est inédite.

8  Boulez avait initialement songé donner comme titre à son Premier cahier de structures pour deux pianos (1952), œuvre emblématique de la musique sérielle intégrale, celui d’un tableau de Paul Klee, Monument à la limite du pays fertile. « L’idée fondamentale de mon projet était la suivante: éliminer de mon vocabulaire, absolument, toute trace d’héritage, que ce soit dans les figures, les phrases, les développements, la forme, reconquérir, peu à peu, élément par élément, les divers stades de l’écriture, de manière à en faire une synthèse absolument nouvelle, qui ne soit pas viciée, au départ, par des corps allogènes, telle en particulier, la réminiscence stylistique» (Bosseur & Salini 1993: 17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Salini, « Musiques traditionnelles de demain », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 49-61.

Référence électronique

Dominique Salini, « Musiques traditionnelles de demain », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/912

Haut de page

Auteur

Dominique Salini

Dominique SALINI, Docteur ès-Lettres, est Professeure en Sciences de l’Art à l’Université Pasquale Paoli de Corse. Directrice de l’UFR Lettres, Langues, Art et Sciences Humaines [1998-2003] et Directrice du Laboratoire d’Anthropologie du Monde Méditerranéen et Insulaire, LAMMI, EA3237 [2000-2007]. Elle est actuellement membre de l’UMR LISA 6240 de l’Université de Corse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page