Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire, traces, histoire

Complaintes de tradition orale en Bretagne sous l’Ancien Régime

Apports d’une démarche pluridisciplinaire
Éva Guillorel
p. 35-48

Résumé

L’analyse des publications des historiens et des ethnologues dans le domaine de la chanson de tradition orale révèle la difficulté à mettre en œuvre une recherche pluridisciplinaire pleinement satisfaisante. Cet article tente de dresser un rapide bilan de ces productions et d’analyser les obstacles à la mise en place d’un tel franchissement disciplinaire. En prenant l’exemple des complaintes de tradition orale en langue bretonne, il propose des pistes de réflexions pour renouveler l’approche de ce répertoire, en croisant les acquis de l’ethnologie et de l’histoire culturelle. Ces considérations théoriques sont mises en application autour de l’analyse d’une complainte-type, qui permet d’évoquer les problématiques de la fabrication, de la transmission et de la réactualisation du souvenir historique dans la tradition orale.

Haut de page

Texte intégral

1La chanson de tradition orale constitue un objet de recherche particulièrement propice à une approche pluridisciplinaire, incluant en particulier des méthodes et des questionnements empruntés à l’histoire, à l’ethnologie et à l’ethnomusicologie. Pourtant, lorsque l’on considère les travaux réalisés à partir de cette source, si la pluridisciplinarité est souvent invoquée sur le plan théorique, elle est bien plus rarement mise en application de façon pleinement satisfaisante. Les réflexions développées dans cet article tentent d’abord de présenter, de façon synthétique, l’évolution des relations entre histoire et folklore, puis ethnologie, depuis le XIXe siècle, dans le champ des recherches sur la chanson de tradition orale. Plusieurs explications sont proposées pour comprendre la difficile mise en pratique d’une recherche réellement pluridisciplinaire dans ce domaine. Des pistes d’exploration sont ensuite présentées pour évaluer l’intérêt de croiser les méthodes et les questionnements empruntés tant à l’histoire qu’à l’ethnologie, ici appliqués au répertoire de complaintes en langue bretonne – aussi connues sous le nom de gwerzioù. Enfin, ces réflexions sont mises en pratique à travers un exemple, qui a trait à la question de la fabrication, de la transmission et de la réactualisation du souvenir historique dans le chant.

Les historiens, les ethnologues et la chanson de tradition orale en France depuis le XIXe siècle

2Si l’on retrace de façon synthétique les différentes phases qui marquent l’évolution de la discipline historique en France depuis le XIXe siècle, on observe une succession de moments d’ouverture et de fermeture vis-à-vis de ce qu’on appelle le folklore, puis l’ethnologie.

3Dès les premières collectes et publications en France dans le second quart du XIXe siècle, un lien intime est établi entre chansons de tradition orale et histoire. En Bretagne, qui apparaît comme un espace précurseur sur ce plan, les deux collecteurs qui ont le plus marqué le XIXe siècle ont reçu une formation en histoire: Théodore Hersart de La Villemarqué, qui publie en 1839 le Barzaz-Breiz – ouvrage qui révèle la richesse de la tradition orale chantée en France et qui donne l’impulsion à un vaste mouvement de collecte sur l’ensemble du territoire – est un ancien élève de l’École des Chartes; François-Marie Luzel, qui entame quelques années plus tard une imposante collecte de chansons rapidement devenue une référence en la matière, termine quant à lui sa carrière professionnelle comme archiviste aux Archives départementales du Finistère. De fait, les chansons de tradition orale sont rattachées aux antiquités, donc à l’histoire, dans la mesure où on les considère comme les traces d’un passé révolu que l’on cherche à préserver et à retrouver, à l’instar des monuments anciens. Avant le Barzaz-Breiz, un des tout premiers ouvrages qui comportent des complaintes recueillies oralement en France, est celui du chevalier de Fréminville en 1837, intitulé Antiquités des Côtes-du-Nord (Fréminville 1837: 375-395). Trois décennies plus tôt, l’entreprise pionnière et éphémère de l’Académie Celtique s’intéresse elle aussi aux chansons en tant que sources permettant de retrouver les traces d’une culture celtique antique disparue (Belmont 1975). Les comparaisons entre le travail du collecteur et celui de l’archéologue sont d’ailleurs nombreuses, dans un XIXe siècle fasciné par l’histoire (Blanchard 2006: 28-50). Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que les complaintes de tradition orale – et tout particulièrement celles qui sont publiées dans le Barzaz-Breiz – sont invoquées par les historiens: Augustin Thierry, l’un des meilleurs représentants français de l’histoire romantique, s’y intéresse particulièrement (Thierry 1838: 585-587; Thierry 1859: 603-609), tandis qu’Arthur de La Borderie, le plus célèbre historien breton du XIXe siècle, est un ardent défenseur de l’utilisation des chansons comme source pour sa discipline (La Borderie 1857-1859: 465-468; La Borderie 1864: 24).

4Mais, dès le troisième quart du XIXe siècle, une nouvelle approche historique s’inscrit en opposition avec l’histoire romantique et post-romantique et fonde les bases d’une discipline académique moderne. Elle intervient dans un contexte de discrédit de la chanson de tradition orale suite à la critique de plus en plus virulente de l’authenticité de certains textes publiés, notamment dans le Barzaz-Breiz. Les deux principaux théoriciens de cette école dite méthodique ou positiviste, Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, proposent, dans leur Introduction aux études historiques, une approche très négative des sources orales (Langlois/Seignobos 1898: 151):

L’écriture fixe l’affirmation et en rend la transmission fidèle; au contraire l’affirmation orale reste une impression sujette à se déformer dans la mémoire de l’observateur lui-même, en se mélangeant à d’autres impressions: en passant oralement par des intermédiaires, elle se déforme à chaque transmission, et comme elle se déforme pour des motifs variables, il n’est possible ni d’évaluer ni de redresser la déformation. La tradition orale est par sa nature une altération continue; aussi dans les sciences constituées n’accepte-t-on jamais que la transmission écrite.

S’instaure alors un contexte de fermeture de l’histoire académique aux répertoires de tradition orale.

  • 1  Sur les réflexions du XIXe siècle qui portent sur les parallèles entre la constitution des œuvres (...)

5Il faut attendre les années 1920 pour qu’une nouvelle école soit fondée, à nouveau en opposition avec la précédente: l’école des Annales. Les principaux fondateurs de ce courant historique, Marc Bloch et Lucien Febvre, ouvrent des pistes de réflexion sur l’usage du folklore comme source pour l’histoire, au moment même où l’ethnologie s’affirme comme discipline universitaire (Bloch 1921; Bloch 1931: 63-64; Febvre 1962: 605-645). Toutefois, la place de la chanson de tradition orale est très maigre dans ces travaux. Le plus éminent et pour ainsi dire seul historien académique qui s’y intéresse dans l’entre-deux guerres est Henri-Irénée Marrou: sous le pseudonyme Davenson, il publie en 1944 Le Livre des Chansons. Il n’est guère étonnant de constater que cet historien est musicien amateur et antiquiste, donc familier des débats sur les liens entre Homère et le répertoire de tradition orale1: son parcours personnel et universitaire explique donc aisément l’intérêt qu’il porte aux chansons traditionnelles. Son essai n’est toutefois pas suivi de recherches complémentaires dans le même domaine de la part d’historiens.

6À partir des années 1960, l’histoire des mentalités puis l’histoire culturelle s’inscrivent dans la continuité de l’école des Annales et favorisent le développement de l’anthropologie historique. Une réelle attention est portée aux répertoires de tradition orale par certains historiens. Elle rejoint un intérêt plus large pour la notion de culture populaire et pour la recherche de nouvelles sources qui permettraient d’étudier les populations qui n’ont pas laissé de traces écrites. Des centres de recherches comme l’EHESS à Paris, le CREHOP à l’Université de Provence ou le CRBC à l’Université de Brest rassemblent des équipes de recherche interdisciplinaires, au sein desquelles se côtoient ethnologues et historiens autour de l’étude des répertoires de tradition orale. Pourtant, lorsque l’on fait le tour des productions des historiens dans ce domaine, on constate qu’ils ont travaillé avant tout sur les contes et légendes bien plus que sur les chansons: c’est le cas des travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie, de Jacques Le Goff, de Jean-Claude Schmitt et de Philippe Joutard, pour ne citer que quelques-uns des plus reconnus d’entre eux (Le Roy Ladurie 1980; Le Goff 1977; Schmitt 1979; Joutard 1977). On se situe malgré tout dans un contexte de grande ouverture à la discipline ethnologique: encore en 1990, Jacques Le Goff, dans les mélanges offerts en l’honneur de Jean-Michel Guilcher, invite à poursuivre les rapprochements disciplinaires entre histoire et ethnologie (Le Goff 1990).

  • 2  L’enquête orale est ainsi particulièrement sollicitée dans le domaine de l’histoire de l’entrepris (...)

7Pourtant, près de deux décennies après cet appel, on a l’impression que cet enthousiasme pour la pluridisciplinarité au service de l’étude des répertoires de tradition orale est largement retombé. La discipline historique académique semble moins ouverte à l’ethnologie et à l’ethnomusicologie que ces deux domaines ne le sont vis-à-vis de l’histoire. On peut avancer des explications à ceci: l’histoire est une discipline ancienne dont les bases scientifiques ne sont pas contestées, qui est sans doute plus sûre d’elle-même et de ses méthodes et qui peut être tentée de développer une certaine suffisance par rapport aux autres sciences humaines et sociales. Il faut cependant noter que certains historiens ont intégré des méthodes empruntées à l’ethnologie – tout particulièrement dans le domaine de l’enquête orale –, mais pour se départir du matériau traditionnel et fonder une histoire orale sur l’analyse de parcours de vies professionnelles ou personnelles dans la société française très contemporaine. Il est d’ailleurs révélateur que l’Institut d’Histoire du Temps Présent soit à la pointe de ces recherches aujourd’hui2. On se situe ainsi à nouveau dans un contexte de fermeture vis-à-vis du répertoire de tradition orale, à un moment où les grandes collectes s’essoufflent et où l’étude des chansons de tradition orale de France n’est plus très souvent mise en avant dans les problématiques développées par les départements d’ethnologie à l’université.

8En définitive, si l’on considère les productions des historiens depuis l’affirmation de l’histoire en tant que discipline moderne – donc depuis la fin du XIXe siècle et l’essor de l’école méthodique –, il n’existe presque aucune étude qui se base principalement sur la chanson de tradition orale.

Une pluridisciplinarité difficile à mettre en œuvre

9Des explications peuvent être avancées pour comprendre cette faible production historiographique. Tout d’abord, la dimension musicale de la source en fait une documentation difficile à appréhender pour des scientifiques qui n’ont pas un minimum de connaissances en ce domaine. De plus, lorsque l’intérêt pour la culture populaire s’est développé parmi les historiens dans les années 1960-1970, il n’existait pas de catalogues accessibles répertoriant les chansons de tradition orale du domaine francophone, contrairement aux contes, bien documentés grâce au travail de Paul Delarue (Delarue-Ténèze 1957): la classification élaborée par Conrad Laforte reste très mal connue par les historiens français (Laforte 1976-1987), tandis que le catalogue de Patrice Coirault ne commence à être publié que dans les dernières années du XXe siècle (Coirault 1996-2007). Il faut ajouter à cela la difficulté d’accès aux sources en langues régionales non traduites. Le répertoire en français et en langues romanes développe pour sa part des caractéristiques qui en font une source a priori peu attractive pour les historiens: les intrigues sont souvent peu déterminées dans l’espace et mettent en scène des personnages typifiés et/ou nommés sans grande précision, ce qui en fait un matériau textuel difficile à analyser.

10En comparaison, les complaintes en langue bretonne présentent des spécificités qui en font une source nettement plus pertinente pour une étude historique: elles se caractérisent par leur longueur et leur souci du détail dans la narration des intrigues; les toponymes et les anthroponymes ont souvent été conservés avec une grande fiabilité au fil de la transmission orale; on y relève enfin nombre de détails très précis en ce qui concerne la culture matérielle, les comportements sociaux, religieux et culturels, qui correspondent généralement aux caractéristiques de la société d’Ancien Régime. Cette dernière particularité intéresse tout spécialement les historiens de la culture.

11La spécificité des complaintes en langue bretonne explique ainsi que cette aire culturelle ait fourni, de loin, le plus d’études historiques et ethnohistoriques dans l’aire géographique française. À la lecture des publications écrites par les historiens et les ethnologues qui les ont abordées, on comprend toutefois aisément pourquoi les productions issues de ces deux champs disciplinaires révèlent, chacun à sa manière, des manques de compétences qui expliquent que ni les uns ni les autres n’étudient pleinement ce répertoire selon une démarche scientifique croisée.

  • 3  Parmi différents exemples, on peut citer le recours que fait l’historien du droit Émile Jobbé-Duva (...)

12Du côté des historiens, ceux qui se sont le plus intéressés aux chansons de tradition orale – Roger Dupuy, Alain Croix, Michel Nassiet (Dupuy 1978; Croix 1981; Nassiet 1999) – proposent des approches très stimulantes, en insistant en particulier sur l’importance de cette documentation pour étudier les comportements sociaux, religieux et, plus largement, culturels sous l’Ancien Régime et au cours de la Révolution Française. Ils souffrent toutefois de deux manques importants. D’une part, aucun d’entre eux n’est bretonnant: ils n’ont de ce fait qu’un accès très restreint aux sources, en se cantonnant aux quelques fonds publiés et traduits; ceux-ci ne représentent même pas le dixième de l’ensemble de la documentation disponible, qui inclut pour l’essentiel des manuscrits inédits et des archives sonores. D’autre part, ils n’ont pas suivi de formation en ethnologie, et encore moins en ethnomusicologie. Malgré d’importantes précautions méthodologiques énoncées au début de leurs études, dans lesquelles ils insistent sur le caractère spécifique de cette source, les chansons sont dès lors le plus souvent appréhendées comme de simples textes: les airs ne sont jamais étudiés, l’analyse des paroles – notamment le choix du lexique, la phraséologie, l’emploi de clichés narratifs – est presque inexistante, de même que les comparaisons entre les différentes versions connues d’un même texte; enfin, le contexte de collecte est peu abordé (d’ailleurs, aucun de ces historiens n’a fait d’enquête personnelle de terrain). Or, tous ces éléments sont évidemment essentiels, même dans une optique historique, pour alimenter la critique méthodologique de cette documentation et éviter les contresens dans les analyses. La non-prise en compte de cette dimension multiforme du chant de tradition orale conduit ainsi à des interprétations historiques parfois très contestables3.

13Du côté des ethnologues, ces différentes critiques ne peuvent être émises, puisqu’elles se rapportent aux bases de toute analyse ethnologique et ethnomusicologique. Par contre, leur appréhension de la dimension historique des chansons de tradition orale suscite plusieurs commentaires. En effet, leur approche dans ce domaine est avant tout chronologique et événementielle: ils tentent de dater précisément des faits divers mis en chanson en analysant les toponymes et les anthroponymes cités dans le texte, qu’ils cherchent à relier à des archives écrites contemporaines des événements (registres paroissiaux, archives judiciaires ou notariales notamment). Cette approche donne lieu à des études tout à fait intéressantes: les plus abouties et les plus transdisciplinaires sont très certainement celles de Donatien Laurent (Laurent 1967; Laurent 1993), tandis que Daniel Giraudon a également largement contribué à ce type de recherches (Giraudon/Laurent 1980-1981; Giraudon 1984; Giraudon 2007). Cette approche événementielle, aussi importante soit-elle pour prouver que des chansons de tradition orale peuvent avoir conservé le souvenir de faits parfois antérieurs de plusieurs siècles au moment de leur collecte, montre toutefois vite ses limites: une quarantaine de chants-types qui évoquent des événements antérieurs à la Révolution ont ainsi pu être datés depuis les premières études d’érudits du XIXe siècle, mais il ne s’agit que de quelques beaux exemples bien documentés. En aucun cas, cette approche ne permet une étude globale de la chanson de tradition orale en tant que source pour l’histoire. En outre, les études de cas ainsi développées manquent largement de contextualisation et de généralisation, ce qui fait justement le principal intérêt de la discipline historique et qui différencie l’histoire de l’érudition. Enfin, l’approche événementielle n’intègre pas la richesse des renouvellements des recherches historiques depuis les années 1960, notamment dans les domaines de l’histoire sociale, religieuse et plus largement culturelle.

L’intérêt d’une approche pluridisciplinaire des gwerzioù

14On comprend bien que les remarques qui peuvent être formulées à l’encontre des études des historiens et des ethnologues – qui présentent, rappelons-le, bien des qualités à d’autres égards et qui ont l’immense mérite d’avoir ouvert des chantiers inexplorés et de permettre aujourd’hui un approfondissement de ces réflexions pionnières – tiennent avant tout au manque de formation pluridisciplinaire et d’apprentissage de savoirs et de questionnements complexes, tels que les techniques de l’enquête orale, la compréhension des mécanismes de la transmission orale ou encore les approches en histoire culturelle. Pourtant, le croisement des méthodes de l’histoire et de l’ethnologie paraît particulièrement pertinent pour l’étude des complaintes en langue bretonne, dès lors qu’elles sont appréhendées sous un angle historique et mémoriel et intégrées à une approche socioculturelle qui cherche à dépasser la simple étude de cas.

15Les questionnements ethnologiques sont essentiels pour élaborer la critique des documents, préalable nécessaire à toute étude historique: l’analyse de la structure métrique, des motifs narratifs et des mélodies, la comparaison entre versions, chants-types et pièces issues de différentes aires culturelles et linguistiques, aident à évaluer la validité des sources. Elles permettent aussi parfois de suggérer une datation de certains événements mis en chanson ou, plus souvent, de certains motifs attestés dans des versions recueillies aux XIXe et XXe siècles et se rapportant à des éléments culturels propres à l’Ancien Régime – même s’il s’agit peut-être de renouvellements par rapport à un chant originel évidemment inconnu. Il faut d’ailleurs bien préciser que l’intérêt d’une approche historique de ce répertoire n’est certainement pas de chercher à dater ces chants – les méthodes de restitution critique développées par des philologues comme George Doncieux au début du XXe siècle ont révélé les très sérieuses limites de cette recherche d’archétypes (Doncieux 1904) – mais de voir en quoi les versions recueillies au cours des deux derniers siècles ont conservé des archaïsmes socioculturels qui révèlent la mémoire longue de la transmission orale et qui peuvent apporter des éléments à la connaissance de sociétés plus anciennes. Certains de ces éléments n’apparaissent pas, ou apparaissent différemment, dans les autres sources écrites habituellement utilisées par les historiens. La chanson de tradition orale, comme n’importe quelle autre source écrite, donne ainsi à voir une vision partiale et partielle d’une société: le croisement entre sources orales et écrites permet dès lors de confronter deux regards différents sur une même réalité.

  • 4  C’est-à-dire les conflits qui ne sont pas portés devant les tribunaux, et qui ne laissent par cons (...)
  • 5  L’analyse méthodologique des complaintes en langue bretonne en tant que source pour l’histoire con (...)

16De façon concrète, si l’on applique cette orientation à l’analyse des complaintes en langue bretonne, les gwerzioù peuvent être sollicitées pour renseigner les pratiques d’inhumation, le contenu des prières aux saints, les lieux et gestes liés aux pèlerinages, les conflits sociaux entre paysannerie aisée et noblesse pauvre pour l’obtention d’alliances matrimoniales avantageuses, le règlement de conflits infrajudiciaires4, l’usage différencié des langues comme révélateur des hiérarchies socioculturelles, les pratiques testamentaires… Cette liste, qui ne présente que quelques exemples parmi les domaines qui semblent les plus prometteurs, pourrait être indéfiniment allongée. Le croisement des méthodes historiques et ethnologiques, appliquées au service d’une approche socioculturelle de la chanson de tradition orale en langue bretonne, permet ainsi d’élargir considérablement l’étude de ce répertoire, qui peut être dorénavant envisagé de façon globale et non plus en privilégiant seulement quelques belles études de cas5.

Histoire et ethnologie au service de l’étude des complaintes en langue bretonne: un exemple

  • 6  La biographie de ce personnage a été renouvelée grâce au travail de Joël Cornette (Cornette 2008). (...)

17Les réflexions méthodologiques abordées jusqu’ici peuvent être mises en pratique à partir d’un exemple qui touche aux questions d’histoire, de mémoire et de construction identitaire du groupe. Il aborde les processus de fabrication, de transmission et de réactualisation du souvenir historique autour d’un personnage héroïsé dans le chant: Chrisogone-Clément de Guer, marquis de Pontcallec. Ce nom est bien connu dans l’histoire bretonne et française, puisque ce marquis est à l’origine, avec plusieurs autres nobles bretons, d’une conspiration contre le Régent; il est arrêté, condamné pour haute trahison et décapité à Nantes en 17206.

18Il existe un très riche répertoire de complaintes de tradition orale en langue bretonne autour de ce personnage. Pourtant, l’historiographie, jusqu’à une date très récente, n’a retenu que la version publiée par Théodore Hersart de La Villemarqué dans la deuxième édition du Barzaz-Breiz en 1845. Le marquis y est présenté comme un héros sacrificiel, qui meurt pour défendre la Bretagne et les intérêts de ses paysans, et qui est traîtreusement dénoncé par un mendiant qui le livre aux Français. L’orientation idéologique de ce chant explique son succès; il est sollicité par les historiens bretons nationalistes du XIXe siècle (La Borderie 1857-1859), puis par les chanteurs militants depuis les années 1970: Gilles Servat, Alan Stivell, les Tri Yann et beaucoup d’autres ont repris cette pièce, en choisissant toujours le texte et la mélodie du Barzaz-Breiz. Un extrait, voire la chanson tout entière dans sa traduction française, est cité dans de nombreuses histoires de Bretagne. Des analyses parfois contestables y sont développées, y compris dans des ouvrages qui ne sont pas empreints d’orientations idéologiques pro-bretonnes mais qui sont rédigés par des historiens peu familiers des méthodes élémentaires d’analyse ethnologique. Si l’on reprend la récente histoire de Bretagne de Jean Quéniart, universitaire d’un grand sérieux et dont la qualité des publications est unanimement reconnue, on ne peut que constater que son examen de la complainte sur Pontcallec est largement faussé: il affirme en effet que latradition orale présente ce gentilhomme comme un héros christique (Quéniart 2004: 53-59). Dans son analyse, il commet deux imprudences: il néglige d’une part le fait que les textes du Barzaz-Breiz ont été retouchés et qu’ils ne peuvent être considérés comme des sources fiables; en outre, il se base sur une unique version qu’il estime représentative de l’ensemble de la tradition orale, et généralise à partir de ce cas particulier. Si tant est qu’un historien ait conscience de ces deux écueils, encore faudrait-il qu’il soit bretonnant et bon connaisseur des fonds manuscrits, imprimés et sonores de gwerzioù, pour pouvoir réunir un corpus représentatif des versions connues de ce chant-type.

19Au cours d’une étude de cette chanson, j’ai pu réunir vingt-neuf versions de la complainte sur la mort de Pontcallec, dont seize enregistrements de collectage (Guillorel 2008a). Elles sont localisées avant tout autour de Berné en Bas-Vannetais (dans l’actuel Morbihan), à proximité immédiate des lieux de vie et d’arrestation du marquis; mais des versions ont également été recueillies plus ponctuellement en Haut-Vannetais (c’est-à-dire plus à l’est) et jusque sur les côtes trégoroises (sur la côte nord de la Bretagne, dans l’actuel département des Côtes-d’Armor). L’analyse pluridisciplinaire de ce corpus permet d’établir des conclusions très différentes de celles qu’on lit dans les études historiques menées antérieurement. Pour résumer à très grands traits les conclusions de ce travail, on peut remarquer que, bien évidemment, la circulation du chant dans le temps et dans l’espace entraîne une inévitable transformation du récit. Dans ce cas, les renouvellements sont particulièrement marqués tant du point de vue du texte que de la musique. Toutes les versions présentent de réelles spécificités les unes par rapport aux autres.

20Sur le plan des mélodies, la variété des airs, recueillis pour la plupart dans un secteur géographique très restreint, est étonnante. À une exception près, il n’existe aucune parenté entre les airs recueillis par les collecteurs du XIXe siècle et ceux qui sont enregistrés au siècle suivant: ceci suggère un très grand renouvellement mélodique en s’appuyant sur des timbres à la mode, mais en conservant les paroles anciennes de la complainte. Le texte semble ainsi s’être mieux conservé que la musique. On note également d’importants emprunts aux mélodies chantées en langue française, de l’autre côté de la frontière linguistique avec la Haute-Bretagne qui n’est éloignée que de quelques dizaines kilomètres à l’est.

  • 7  La guerre des Camisards renvoie au contexte d’affrontements entre protestants cévenols et troupes (...)

21Sur le plan du texte, les traits physiques et psychologiques du marquis, les raisons de sa condamnation, les lieux de l’action et les différents épisodes qui vont de son arrestation à sa décapitation varient d’une chanson à l’autre. Sans surprise, les versions qui ont été recueillies le plus loin des lieux de l’action sont celles qui transforment le plus les toponymes et les anthroponymes: lorsqu’un lieu n’est plus évocateur, il est ainsi remplacé par un autre plus signifiant pour le chanteur et son auditoire. La chanson peut aussi trouver une nouvelle actualité lorsque son récit est modernisé afin de s’insérer dans un contexte plus récent et davantage porteur de sens pour les interprètes. Plusieurs versions rajeunissent ainsi la gwerz de Pontcallec en la rattachant au contexte révolutionnaire et plus précisément contre-révolutionnaire, dans une aire géographique fortement marquée par les soulèvements chouans opposés à la Première République à partir du printemps 1793. Ce rajeunissement est perceptible tant dans les textes mêmes des complaintes que dans les commentaires en prose qui les entourent et qui ont été enregistrés par certains collecteurs. Leur apport rappelle l’importance de prendre en compte le contexte qui entoure l’interprétation du chant et permet d’analyser la perception qu’ont les chanteurs du XXe siècle de la dimension historique de ce chant. Ce phénomène de rajeunissement de l’histoire bretonne dans un contexte révolutionnaire n’est pas spécifique à ce récit chanté: on le retrouve dans plusieurs autres complaintes-types. On peut même parler de « chouanisation» de la mémoire bretonne, en référence à la « camisardisation» de la mémoire cévenole analysée par Philippe Joutard (Joutard 1977: 295-311)7: la chouannerie a pris une telle importance dans le souvenir collectif qu’elle absorbe des faits plus anciens ou plus récents qui lui sont rattachés dans la mémoire longue de la tradition orale.

22La confrontation des versions permet par ailleurs une analyse du parti pris de la chanson. Si l’on reprend les quatorze pièces suffisamment complètes pour nous renseigner sur le regard porté sur le personnage de Pontcallec, sept d’entre elles en donnent une image très positive, dans la veine de celle qui est proposée dans le Barzaz-Breiz. Celle-ci est très éloignée du portrait du marquis tel qu’il peut être dressé d’après les multiples témoignages écrits – réunis notamment dans les archives de son procès –, qui évoquent un homme violent, colérique et contrebandier, qui terrorise autant ses paysans que les nobles et les officiers seigneuriaux qu’il côtoie. Une telle inadéquation se retrouve dans le portrait d’autres personnages historiques chantés dans les gwerzioù. Elle se comprend au moins partiellement par le recours à des canons esthétiques propres à ce répertoire, qui valorisent les morts édifiantes et salvatrices des héros. Certaines versions proposent même une réécriture complète de l’histoire en faisant accorder au marquis de Pontcallec une grâce royale qui lui permet d’échapper à l’échafaud. On retrouve ici de très nombreux clichés bien connus dans le répertoire des gwerzioù et qui doivent être pris en compte dans une analyse historique: ils sont pourtant rarement repérés par les historiens qui étudient ces chansons, faute d’une connaissance globale et approfondie de ce répertoire, ce qui conduit à certains contresens dans l’analyse. À côté de ces versions positives, la moitié du corpus propose une vision très négative du marquis de Pontcallec, montré comme trousseur de filles et meurtrier. Là encore, l’usage des clichés permet, en modifiant quelques mots ou quelques vers, de transformer entièrement le parti pris de la chanson.

23Cette brève présentation de la complainte sur la mort de Pontcallec n’a ici d’autre but que de montrer l’importance d’étudier les chansons de tradition orale à partir d’un questionnement global et multiforme, en comparant les textes et les mélodies des différentes versions connues, en s’intéressant au répertoire chanté de Bretagne et d’autres aires culturelles, mais également aux commentaires en prose qui entourent les chants et aux sources écrites contemporaines des événements qu’ils relatent et qui peuvent éclairer une analyse historique. Ainsi envisagée, une approche pluridisciplinaire croisant les méthodes empruntées à l’ethnologie et à l’histoire culturelle permet une analyse particulièrement riche des chansons de tradition orale en langue bretonne. Elle ouvre des perspectives d’études ultérieures très prometteuses si l’on relie ce répertoire aux problématiques d’histoire et de mémoire, dans un domaine dans lequel, espérons-le, les échanges disciplinaires s’avèreront plus nombreux et plus fructueux à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BELMONT Nicole, 1975, « L’Académie celtique et George Sand. Les débuts des recherches folkloriques en France», Romantisme 9: 29-38.
DOI : 10.3406/roman.1975.4980

BLANCHARD Nelly, 2006, Barzaz-Breiz. Une fiction pour s’inventer. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.

BLOCH Marc, 1921, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre», Revue de synthèse historique, 1921, repris dans: Marc Bloch: Écrits de guerre, 1914-1918, 1997. Paris: Armand Colin.

BLOCH Marc, 1999 [1931], Les caractères originaux de l’histoire rurale française. Paris: Armand Colin.

BRIX Michel, 1999, « La question homérique et le débat sur l’épopée médiévale et les chansons populaires au XIXe siècle», Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (1993), Paris: Honoré Champion: 473-484.

COIRAULT Patrice, 1996, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, t. I – La poésie et l’amour, Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Yvette Fédoroff et Simone Wallon, Paris: Bibliothèque nationale de France.

COIRAULT Patrice, 2000, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, t. 2 – La vie sociale et militaire, ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Yvette Fédoroff et Simone Wallon. Paris: Bibliothèque nationale de France.

COIRAULT Patrice, 2007, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, t. 3, Religion, crimes, divertissements, ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Paris: Bibliothèque nationale de France .

CORNETTE Joël, 2008, Le Marquis et le Régent. Une conspiration à l’aube des Lumières, Paris: Tallandier.

CROIX Alain, 1981, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort, la foi. Paris: Maloine.

DAVENSON Henri [pseudonyme d’Henri-Irénée Marrou], 1982 [1944], Le Livre des chansons. Paris: Seuil.

DELARUE Paul et Marie-Louise TENÈZE, 1957, Le conte populaire français. Paris: Maisonneuve & Larose.

DESCAMPS Florence, 2001, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation. Paris: Comité pour l’histoire économique et financière de la France

DONCIEUX George, 1904, Le romancéro populaire de la France. Paris: Émile Bouillon.

DUPUY Roger ,1978, « Chansons populaires et chouannerie», Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine 25, no 4: 2-15.

FEBVRE Lucien, 1962, Pour une Histoire à part entière. Paris: S.E.V.P.E.N.

FRÉMINVILLE Chevalier de, 1980 [1837], Antiquités des Côtes-du-Nord. Paris-Genève-Gex: Slatkine Reprints.

GIRAUDON Daniel, 1984, « Itron a Gerizel», Bulletin de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord: 60-77.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GIRAUDON Daniel, 2007, « Drame sanglant au pardon de Saint-Gildas à Tonquédec en 1707. Gwerz ar c’homt a Goat-Louri hag an otro Porz-Lann», Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 114, no 1: 58-88.
DOI : 10.4000/abpo.593

GIRAUDON Daniel et Donatien LAURENT, 1980-1981, « Gwerz an Aotrou Kergwezeg», Planedenn 6: 13-43.

GUILLOREL Éva, 2008a, « La complainte du marquis de Pontcallec, les gwerzioù bretonnes et l’histoire», in Joël Cornette, dir.: Le Marquis et le Régent. Une conspiration à l’aube des Lumières. Paris: Tallandier: 297-313.

GUILLOREL Éva, 2008b, La complainte et la plainte. Chansons de tradition orale et archives criminelles: deux regards croisés sur la Bretagne d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat d’histoire, Rennes.

JOBBÉ-DUVAL Émile, 1920, Les idées primitives dans la Bretagne contemporaine. Essais de folk-lore juridique et d’Histoire générale du Droit. Paris: Librairie de la société du recueil Sirey.

JOUTARD Philippe, 1977, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé. Paris: Gallimard.

LA BORDERIE Arthur de, 1864, « Caractère national de la race bretonne dans l’histoire», Revue de Bretagne et de Vendée: 18-36.

LA BORDERIE Arthur de, 1857-1859, « Histoire de la conspiration de Pontcallec», Revue de Bretagne et de Vendée 1, 1857: 1-21 et 223-252; 2, 1857: 105-143; 3, 1858: 21-22, 148-171, 315-344; 4, 1858: 29-54; 6, 1859: 369-375, 457-473 et 457-471.

LA VILLEMARQUÉ Théodore Hersart de, 1839, Barzas-Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris: Delloye [Deuxième édition en 1845 chez le même éditeur, sous le titre Barzaz-Breiz. Chants populaires de la Bretagne].

LAFORTE Conrad, 1976-1987, Le catalogue de la chanson folklorique française. Québec: Presses Universitaires de Laval, 6 volumes.

LANGLOIS Charles-Victor et Charles SEIGNOBOS, 1992 [1898], Introduction aux études historiques. Paris: Kimé.

LAURENT Donatien, 1967, « La gwerz de Louis Le Ravallec», Arts et Traditions Populaires 15, no 1: 19-79.

LAURENT Donatien, 1993, « Mémoire et poésie chantée en Pays Bigouden: la gwerz de Penmarc’h», Le pays bigouden à la croisée des chemins. Actes du colloque de Pont-l’Abbé 19-20-21 novembre 1992. Brest: Centre de Recherche Bretonne et Celtique: 179-187.

LE GOFF Jacques, 1977, « Culture cléricale et traditions folkloriques dans la civilisation mérovingienne», Pour un autre Moyen Âge. Paris: Gallimard: 223-235.

LE GOFF Jacques, 1990, « Culture savante et culture folklorique dans l’Occident médiéval: une esquisse», Tradition et Histoire dans la culture populaire. Rencontres autour de l’œuvre de Jean-Michel Guilcher. Grenoble: Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, Documents d’ethnologie régionale 11: 299-306.

LE ROY LADURIE Emmanuel, 1980, L’argent, l’amour et la mort en pays d’oc. Paris: Seuil.

LORD Albert B, 1960, The Singer of Tales. Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NASSIET Michel, 1999, « La littérature orale bretonne et l’histoire», Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 106, n° 3: 35-64.
DOI : 10.3406/abpo.1999.4042

QUÉNIART Jean, 2004, La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789). Rennes: Ouest-France.

SCHMITT Jean-Claude, 1979, Le saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle. Paris: Flammarion.

THIERRY Augustin, 1838, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands. Paris: Just Tessier.

THIERRY Augustin, 1859, Lettres de l’histoire de France. Dix ans d’études historiques. Paris.

Haut de page

Notes

1  Sur les réflexions du XIXe siècle qui portent sur les parallèles entre la constitution des œuvres d’Homère et celle des chansons de tradition orale, on peut se reporter à la synthèse de Michel Brix (1999). Les études plus récentes sont marquées par les importants travaux de Milman Parry et Albert Lord (1960).

2  L’enquête orale est ainsi particulièrement sollicitée dans le domaine de l’histoire de l’entreprise et des institutions contemporaines. Pour une analyse historiographique de l’essor de l’histoire orale en France, on peut se reporter en particulier aux volumineux travaux de Florence Descamps, qui révèlent la place quasi-inexistante consacrée aux répertoires de tradition orale dans la perception actuelle de l’histoire orale (Descamps 2001).

3  Parmi différents exemples, on peut citer le recours que fait l’historien du droit Émile Jobbé-Duval à la complainte publiée par François-Marie Luzel sous le titre Ar vroeg he daou bried (La femme aux deux maris), pour documenter des croyances nuptiales propres à la Bretagne bretonnante (Jobbé-Duval 1920: 82). Mais cette chanson n’a en réalité rien de spécifiquement breton et elle est largement attestée en Europe et en Amérique du Nord dans les collectes des XIXe et XXe siècles. Michel Nassiet propose pour sa part de mettre en lien une complainte contenue dans le premier carnet d’enquêtes de Théodore Hersart de La Villemarqué avec le siège de Lorient de 1746, en se basant sur les éléments toponymiques de ce chant, qui situent l’action au Pouldu (Nassiet 1999: 43); mais la prise en compte de l’ensemble des versions connues de cette pièce révèle que le débarquement anglais en question est bien plus souvent situé au Dourduff, sur la côte nord de la Bretagne, ce qui fragilise nettement cette hypothèse de datation.

4  C’est-à-dire les conflits qui ne sont pas portés devant les tribunaux, et qui ne laissent par conséquent ordinairement pas de traces écrites.

5  L’analyse méthodologique des complaintes en langue bretonne en tant que source pour l’histoire constitue la base de ma thèse de doctorat d’histoire, à laquelle je me permets de renvoyer pour une approche plus approfondie de cet aspect (Guillorel 2008b: 72-203).

6  La biographie de ce personnage a été renouvelée grâce au travail de Joël Cornette (Cornette 2008). On peut noter que le marquis de Pontcallec a connu une postérité cinématographique grâce au film de Bertrand Tavernier Que la fête commence, paru sur les écrans en 1976, dans lequel le rôle de ce gentilhomme breton est interprété par Jean-Pierre Marielle.

7  La guerre des Camisards renvoie au contexte d’affrontements entre protestants cévenols et troupes royales de Louis XIV au début du XVIIIe siècle. Lors de ses enquêtes de terrain dans les années 1960, l’historien Philippe Joutard constate l’omniprésence des récits légendaires rattachés – à tort ou à raison – à cette période dans le discours de ses informateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éva Guillorel, « Complaintes de tradition orale en Bretagne sous l’Ancien Régime », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 35-48.

Référence électronique

Éva Guillorel, « Complaintes de tradition orale en Bretagne sous l’Ancien Régime », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/910

Haut de page

Auteur

Éva Guillorel

Éva GUILLOREL est agrégée d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire moderne soutenu à l’université Rennes 2, qui porte sur le croisement entre chansons de tradition orale et sources écrites dans la Bretagne d’Ancien Régime. Elle a également une formation en ethnologie (master 2, Université de Bretagne Occidentale) et en études celtiques (maîtrise, Université de Bretagne Occidentale). Elle est actuellement chercheuse postdoctorale au département d’études celtiques de l’université Harvard (Cambridge, Massachusetts). Elle pratique en outre le luth Renaissance et la harpe bretonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page