Navigation – Plan du site
Dossier : chamanisme et possession

« De retour de mon bain de tambours ». Chants de transe du rituel maro chez les Toraja Sa’dan de l’île de Sulawesi (Indonésie)

Dana Rappoport
p. 93-116

Résumé

Chez les Toraja de l’île de Sulawesi en Indonésie, les divinités sont convoquées par le biais de transes et de chants lors de certains rituels. L’article porte sur la place du chant dans l’un d’eux, le rituel maro, « fou », observé en 1993.
Durant six jours et six nuits, le rituel s’organise dans plusieurs maisons pour finir collectivement, le dernier jour, sur un grand champ cérémoniel, le « marché » entre humains et divinités. Il doit permettre à la fois de soigner et de prévenir les maladies, de purifier le village et d’aider les âmes défuntes à remonter au Levant. Il implique l’ensemble de la collectivité locale. Les transes ont lieu les trois derniers jours dans les cours des maisons et sur le grand champ. De grands étendards tridents chargés de tissus ancestraux sont plantés.
L’étude des chants de transe dévoile une poésie signifiante, révélant des visions de corps, de chair, de sang, des visions colorées de voyage, de descente d’euphorie cérémonielle. D’autre part, la distinction de deux dynamiques musicales met à jour deux transes de nature différente.

Haut de page

Texte intégral

1En Indonésie, les faits de transe et de possession restent assez répandus ; ils connaissent même un certain regain avec l’intrusion de religions importées. Ils ont notamment été étudiés sur les îles de Bali et Java (Zoete & Spies 1938, Belo 1960, Jensen & Suryani 1993), et, sur un plan musical, à Sumatra (Simons 1987, 1991), à Java (Kartomi 1973) et localement à Sulawesi dans deux populations, chez les Bugis (Hamonic 1987, Becker 2000) et les Wana (Atkinson 1989). Aucune étude générale sur ces « états altérés de conscience » (altered state of consciousness) n’a été entreprise sur un plan comparatif pour l’Indonésie entière.

2En ethnomusicologie, après le travail théorique de Gilbert Rouget (1980), la transe a surtout été abordée par l’étude du lien entre musique et guérison (Roseman 1991, Friedson 1996, World of Music 1997, Gouk 2000) ou entre musique et esprits (Yamada 1997, Becker 2000). Depuis une vingtaine d’années, les découvertes des neurosciences ouvrent de nouvelles voies dans l’approche de ce phénomène (Becker 2004).

  • 1 Les Toraja occupent les montagnes du bras sud-ouest de l’île. Ils sont environ 500 000, répartis en (...)

3Dans la religion des Toraja de l’île de Sulawesi (anciennement appelée Célèbes) en Indonésie, religion qu’il conviendrait de nommer animiste (Tsintjilonis 2004), les divinités étaient, il y a encore peu de temps, régulièrement nourries et appelées par les humains 1. Pour les attirer sur terre, ces derniers leur offraient les meilleurs morceaux de viande et les plus belles musiques. Jusqu’à la fin du XXe siècle, il fut encore possible d’observer les rituels dans lesquels les divinités étaient convoquées par le biais de transe et de chants (dans les rituels bugi’ et maro) ou par celui d’offrandes instrumentales (lors du rituel d’éviction de la variole, ma’pakorong).

  • 2 Les données présentées ici ont été recueillies au cours de deux rituels maro auxquels j’ai assisté (...)
  • 3 Le gouvernement voudrait aujourd’hui que les villageois entament une nouvelle plantation immédiatem (...)

4Je présente ici les chants d’un rituel majeur, devenu très rare aujourd’hui en raison de son interdiction par les congrégations chrétiennes dès les années 1930 2. Vulgairement appelé maro, « fou », ce rituel est exécuté après la moisson, d’octobre à février, avant de recommencer un cycle agraire. Cette période est consacrée aux obligations rituelles relatives aux terres pendant qu’elles sont au repos (Coville 1989 : 108)3. Si les grains poussent vite, alors la famille peut décider de faire un rituel qui doit purifier le village et favoriser la fertilité du riz. Selon l’officiant – « celui qui sait », to minaa – Ne’Ambaa (c.p. 1993), les trois raisons d’exécuter un rituel maro sont de « fertiliser les terres » (umpopembura padang), de « guérir les gens de la variole » (yake denni tau ma’bulan) et de « guérir une personne de folie » (yake denni tau bombo-bomboan). Dans certains endroits, le maro est aussi exécuté pour la conversion de l’âme d’un ou plusieurs défunt(s) vers le soleil levant (maro baté ma’pabalik).

  • 4 Le terme gelong ou kelong est le nom des chants de transe des rituels maro et bugi’.
  • 5 Des enregistrements sont accessibles (Rappoport 1995). L’intégralité des chants sera audible dans u (...)

5Dans ses variations, le rituel fut déjà observé par plusieurs ethnologues (Zerner 1981 ; Nooy-Palm 1986, Volkman 1985, Coville 1988, 1989). Avant la Seconde Guerre mondiale, le linguiste H. van der Veen (1979) recueillit quelques extraits de chants qu’il publia en néerlandais. Mes propres sources sonores et écrites furent enregistrées lors d’un rituel maro de six jours et six nuits. Celui-ci combinait deux buts : purifier le village et retourner l’âme des défunts. Je revins de ce rituel avec 34 heures de son enregistré à partir desquelles je fis transcrire 15 000 vers issus des chants exécutés à l’intérieur et à l’extérieur des maisons. Tous les chants de ce rituel se nomment gelong maro (« chant fou »)4. Sur ces 15 000 vers, 500 seulement furent traduits et étudiés : ceux qui étaient chantés pendant les transes à l’extérieur 5. D’autre part, j’ai recueilli hors contexte auprès d’un officiant, la matrice ordonnée de ces chants, le « chant de l’être-en-divinité » (gelong kandeatan), composé de 230 vers. On peut se demander comment il est possible de fonder un savoir sur un si faible échantillon verbal. En fait, les chants de transe étant très répétitifs, ils sont représentatifs de ce qui a lieu dans une séance de transe. C’est par l’analyse de ces vers et des motifs musicaux, ainsi que par l’observation des gestes que j’ai pu entrevoir l’organisation des transes du rituel maro.

Le rituel des « fous » (ma’maro)

1. Journal

6Village de Torea, canton Sesean, région Toraja Sa’dan.

Mercredi 17 novembre 1993. Depuis trois jours, des officiants, invités de toute la région, sont venus en petits groupes, psalmodier nuit et jour. Ils se répartissent en cinq groupes pour officier dans cinq maisons. Dans les pièces centrales, bondées, impossible d’étendre ses jambes. Luther, mon assistant, enregistre dans une maison depuis trois nuits l’officiant Ne’ Mendo ; de mon côté, j’écoute dans une autre maison les psalmodies de Ne’Sampe, qui ne remplit pas sa tâche. La qualité des récitations est inégale : certains, paresseux, se contentent de dire les paroles à toute allure, hachent leur discours, s’endorment, puis se relèvent pour poursuivre – attitude dangereuse pour la suite, me dira-t-on. Dans d’autres maisons, des officiants, plus appliqués, récitent la totalité d’une parole dont le sens m’est totalement inconnu. En mauvaise voie, je rejoins Luther dans une autre maison. Il n’a pas dormi. Déjà treize cassettes pleines. Grande difficulté à trouver quelqu’un qui puisse m’expliquer ce qui se passe.

7Chaque matin, chaque soir, offrandes aux divinités et aux ancêtres. Avant de sacrifier, il faut chanter. Après, chanter encore. Dire et redire que les divinités ont bien mangé. Lentement d’abord, puis rapidement. C’est le « chant de cuisine » (gelong dapo’) qui se répète non seulement chaque soir, mais qui en plus décline en série toutes les entités invisibles à qui ont été offerts les poulets :

Mangka kumandemo puang

Les dieux ont mangé

leu iru’mo deata

les divinités ont bu

maimpunmo to menampan

le créateur a fini

Mangka kumandemo nene’

Les ancêtres ont mangé

leu iru’mo todolo

ceux d’avant ont bu

maimpunmo to matua

les vieux ont fini

Mangka kumandemo gandang

Les tambours ont mangé

leu iru’mo bombongan

les gongs ont bu

maimpunmo suling bulo

les flûtes ont fini

Mangka kumandemo datu

Les souverains ont mangé

leu iru’mo karaeng

les princes ont bu

mangka kumandemo lalong

Le calao huppé a mangé

mangka kumandemo indo’

La « mère du champ » a mangé

mangka kumandemo rara’

Le collier d’or a mangé

mangka kumandemo tumbang

La personne en transe a mangé […]

(Gelong dapo’, « chant de cuisine », 18 novembre 1993)

8Chaque soir, poulets égorgés à n’en plus finir, recherchés dans tous les environs pour ce rituel aux centaines de poulets.

9Jeudi 18 novembre. Des transes ont lieu dans la cour de chacune des maisons. Des hommes chantent en sautant. Déchaînées, cheveux déliés, certaines femmes tournent sur elles-mêmes puis partent à la renverse. Elles se flagellent. Peu après, un homme se dégage du groupe, se fouette avec les feuilles rouges de cordyline, boit de la boue, puis se mutile en incisant son front à l’aide d’un poignard. Le sang coule. Un chœur de femmes chante :

Tasirere’-rere’ lendong

Réciproquement hachons l’anguille

tasi’pa’tallu masapi

réciproquement tranchons par trois le serpent d’eau

tasiimpa’ bale rante

réciproquement coupons le poisson de terre

Lendu’ tamamoko bassi

Fer, entre dedans

kumande lannako liu

profondément tu te nourris

ma’kasolang-solanganko

défais et détruis

Tikalulunmoko bassi

Fer, amollis-toi

tilu’pi’moko mataran

chose coupante, plie-toi

patondon patomaliko

enroule-toi de tous côtés

(Gelong Kandeatan, « chant de l’être-en-divinité », vers 46-54)

10Les femmes poursuivent leur chant autour de l’homme scarifié qui saigne. Il cherche quelqu’un qui veuille guérir par le sang. Il porte un enfant, touche des adultes. Au cours du chant, le sang, en train de perler, s’arrête immédiatement. Une femme en transe demande un tambour, fait trois fois le tour du tambour et monte dessus. Le chœur de femmes chante :

Daomo’ tangkena gandang

Je suis montée sur le tambour

mengurapakna tandilo

en haut de la cithare

ma’tondon penainna

sur la pointe du sabre

Tondok boro toda dao

Assurément, là-haut, un très beau pays

banua mapia toda

des maisons vraiment belles

boro pangrantean toda

assurément, là-haut, une belle contrée

Kari’ la sa’timo dao

Je serais presque restée là haut

kari’ tang la sule lemmo

j’étais sur le point de ne pas rentrer

tang la balik bulo lemmo

je ne serais pas revenue

Napopedampi to tumbang

Il guérit la personne en transe

napotamba’ to malangi’

il soigne le monte-au-ciel

burra to kandeatan

crachat des êtres en divinité

Nasule kale datunna

Afin qu’ils retrouvent un corps de roi

to kuli’ ampu lembangna

avec une peau saine

urruru tampa dolona

retrouvent la forme du début

sola tasim bulayanna

avec une force rayonnante

Anna burinti tumende

Et ils courent tel l’échassier

anna langkan boro tia’

et ils volent tel le rapace

11Quand la personne descend du tambour, le chœur chante :

Sulemo’ mendio’ gandang

De retour de mon bain de tambours

membollo-bollo tandilo

rincée aux cithares

melangi’ri suling bulo

lavée aux flûtes

Ta’pa passakkemo gandang

Le tambour est retombé, telle une bénédiction

bua uranmo tandilo

la cithare goutte tels des fruits d’eau

Napopedampi to tumbang

Il guérit la personne en transe

napotamba’ to malangi’

il soigne le monte-au-ciel

burra to kandeatan

crachat des personnes « en divinité »

(gelong kandeatan, « chant de l’être-en-divinité », 108-133)

12Je commence à m’habituer sans bien comprendre. Souvent, je désespère d’être perdue dans cette suite de paroles et d’actes apparemment sans queue ni tête. J’enregistre des chants qui semblent discontinus à l’extérieur des maisons et, inversement, continus à l’intérieur. Les données s’amassent. J’enregistre tout ce que je peux, tout ce que je vois, tout ce que j’entends. J’enregistre dehors, Luther dedans.

13Vendredi, 6h du matin. On se lève en retard, Lumbaa a déjà recommencé à psalmodier dès l’aube. Journée d’offrandes de poulets aux officiants. « Faire manger », ici, signifie « offrir ». Dans tous les rituels, il faut nourrir : nourrir les officiants (ma’pakande to minaa), nourrir les morts dans les funérailles (ma’pakande nene’). Ce qui est offert n’est pourtant pas mangé : la viande passe à la trappe, les chiens la mangent. Des centaines de foies de poulets sont retirés des corps. Les poulets, fumés, sont alors placés dans des corbeilles dans la cour. De grands mâts tridents chargés de poignards, de tissus cérémoniels et de plante cordyline sont préparés.

14Samedi. Dernier jour, grand jour, celui de « l’érection des mâts cérémoniels » (ma’baté). L’agitation est à son comble. La mère chez qui je loge se lève dès 3 h. du matin pour préparer la nourriture. De chaque maison sortent les tambourinaires et les danseuses, les officiants. Tous sortent en chantant pour accompagner les très hauts mâts en bambou, à trois branches. Cinq fois cinq : soit cinq groupes de tambourinaires, cinq groupes d’officiants, cinq mâts, cinq groupes de danseuses. Tous se rejoignent sur le grand champ en dehors du village, situé vers le soleil levant. Les mâts sont plantés dans une euphorie indescriptible, puis chantés ; les hommes sautent frénétiquement, les femmes dansent, partent à la renverse, certains se scarifient. Et dans une joyeuse polymusique, les divinités sont conviées une dernière fois à descendre pendant que les hommes chantent :

  • 6 Demande de permission aux divinités locales afin qu’elles acceptent les divinités étrangères qui vo (...)
  • 7 Balanda : « Hollandais, étranger », cf. infra, p. 107.

Anna deatai tondok

Et les divinités de ce village

anna puang di pangleon

et les dieux de ce hameau

datu lan sa’de banua

déités à côté de la maison 6

Mari’piko kuondoi

Reste calme je vais piétiner

rapa’ko kutarandakki

tiens-toi tranquille je vais fouler la terre

kupembulisu-lisui

je vais tourbillonner

Penduan ponnomo tondok

Deux fois le village a été rempli

pentallun kapalenanmo

trois fois il a débordé

ra’dak tandung sea-sea

le grand champ entièrement comble

La lao rokkomo mai

Vont descendre ici

laomo sambalin mai

descendre de l’autre côté

bu’tu lamban diong mai

sont en train de traverser d’en bas

Pealla’ko padang-padang

Avancent entre les ixores écarlates

padang-padang tang kulese

ixores écarlates ne piétine pas

Lakkia’ kipelalanni

Les plantes épineuses nous escaladons

botto kidakaran embe’

sur les plantes violettes nous glissons

Sape-sape to Balanda

Parures des Balanda 7

sokko’ to mappau-pau

couvre-chefs des gens casqués

inde to kandeatan

voici les êtres-en-divinité

Tiro-tirooi lako

Regarde là-bas

tungka para’pai mata

je vois vraiment rouge

Borrong tongan dukku tongan

Vraiment rougeoie, vraiment brille

tipamian-mian tongan

vraiment tel l’éclair

Tiumba’mo sape-sape

Surgissent les parures

dollokmo kundae pangka

arrivent les tissus extraordinaires

kundae pangka to Bone

sarong merveilleux de gens de Boné

Sape-sape to Balanda

Cueillette des Balanda

sumonglo’mo to Sesean

ceux de Sesean sont descendus

dollokmo to Lindo Tau

ceux de Visage Humain sont arrivés

Anna deata di Limbong

Et les divinités de Limbong

anna puang dipangleon

les dieux de ce village

datu disa’de banua

déités à côté de la maison

Tang mondo-mondo disa’bu’

Ils n’en finissent pas d’être nommés

tang maundan dipokada

ils n’en finissent pas d’être dits

tang leluk dipau-pau

leur évocation n’est pas modifiée

La kupokada rara’ ko

Je parlerai de ton joyau

la kusa’bu’ bulayanko

je citerai ton or

kugente’ kandaureko

je louerai ton pendentif sacré

Extraits de chant gelong maro, collectés en novembre 1993.

15J’ai longtemps cherché le sens de ces actes, de cette dramaturgie unique. Et ce n’est que bien plus tard que je l’ai entrevu, grâce à l’étude des chants. Tout comme dans les funérailles, la parole chantée commente l’action rituelle. Avant d’examiner ces chants, présentons les différentes séquences d’une manière plus détaillée :

2. Les séquences du rituel

  • 8 « Ramage » correspond au terme toraja rapuan. Il désigne un groupe de filiation cognatique se récla (...)

16A Torea, cinq maisons, représentant cinq ramages 8, ont décidé d’organiser un rituel maro pour purifier le village et faire remonter l’âme de certains défunts au Levant. Les offrandes sont offertes chaque jour aux divinités, en bas pour Pong Tulak Padang, en aval (sau’ lalanna sukaran aluk), en amont (rekke lalanna bulan tasak), vers les ancêtres au soleil Couchant et en haut pour un des vieux dieux. Les six jours de rituel, du 15 au 20 novembre 1993, se sont déroulés ainsi.

Premier jour. Rites de séparation

17Plusieurs rites sont exécutés pour la bénédiction du village (sambe’ tondok, « faire des prières aux divinités par l’offrande de poulets »), les offrandes ouvrent la période d’interdits : interdit de manger des piments et du porc, interdit de travailler… Les récitations gelong, psalmodiées à l’intérieur des cinq maisons par cinq groupes d’officiants, commencent.

Deuxième jour. « Aller sur le marché » (ma’pasa’)

18Le champ cérémoniel (pasa’, « marché ») est délimité par des offrandes (piong). Dans les cours des maisons, des offrandes aux ancêtres et aux divinités sont faites sur un tambour. Le tambour est « ensanglanté par trois sangs » (ditallung rara’i). Il représente un attribut du ramage : chaque tambour participant au rite sera apporté le dernier jour sur le grand champ.

Troisième jour. Procession vers la pierre de Landorundun

19Les femmes stériles se rendent à la pierre de Landorundun pour favoriser leur fécondité. Personnage mythique, fille de l’union de Lambe’ Susu et de Salokan, Landorundun aux longs cheveux est considérée comme la plus belle femme de la région de Sesean. Elle avait l’habitude de se baigner à une source dont la trace est encore visible aujourd’hui par la présence d’une large pierre. Un de ses cheveux s’est perdu et a été retrouvé par le Prince de Boné qui l’a demandée en mariage. Le soir, dans les cinq maisons, est psalmodié le gelong Boné (« chant de Boné ») relatant ces faits.

Quatrième jour. « Cracher, pulvériser » (ma’burra)

20Le rite ma’ burra consiste à guérir ou à prévenir la maladie des enfants en les lavant et en leur administrant des pulvérisations buccales (ma’burra). Ce jour-là, dans chacune des maisons, ont lieu des séances de transe. Les femmes tournoient sur elles-mêmes, perdent conscience. Différentes scènes rituelles à caractère ludique ont alors lieu : elles marchent sur des braises, se cachent sous des tissus, s’envoient des paniers à la figure ; à un certain moment, une des femmes en transe, contenue par plusieurs hommes, est ramenée à son état ordinaire par le jeu de deux petites flûtes horizontales en bambou. Une autre femme en transe monte sur le tambour puis retrouve progressivement ses esprits pendant que le chœur poursuit le chant. Un homme (« en divinité », to kandeatan) se lacère le front, saigne, boit de la boue, se perce la langue et applique son sang sur un enfant. Pendant ce temps, un chœur mixte chante lentement.

Cinquième jour. « Faire manger les officiants » (ma’pakande to minaa)

  • 9 Ces gestes sont évoqués dans le chant gelong : sae ma’sompo ma’kepak / ma’takia’ patomali : « ils v (...)

21La récitation gelong est énoncée sans interruption, dès le lever du jour et jusqu’au petit matin suivant. C’est le jour du rite ma’pakande to minaa (« faire manger les officiants »). Dans chaque maison, une grande agitation a lieu : plus de cent poulets sont tués, cuits sans être découpés puis partagés entre les officiants dans des corbeilles (rakki). L’après-midi ont à nouveau lieu des chants, des danses et des transes. Un homme en transe porte deux enfants à cheval sur ses épaules (geste à valeur prophylactique) 9. Le chant gelong ma’pakumpang commence le soir, la veille du grand jour.

Sixième et dernier jour. « Aller sur le marché » (ma’pasa’)

22C’est le grand jour, le dernier jour. Chacune des cinq maisons érige son mât trident sur lequel sont empilées de précieuses draperies maa’. Vers midi, les mâts sont apportés sur le grand champ. Chaque maison apporte son mât en chantant à tue-tête le refrain « cueillette des étrangers », Sape-sape to Balanda. Chaque départ, de la maison au champ cérémoniel, est joyeux, animé, débridé. Les hommes arrivent sur le champ cérémoniel en sautant et en criant, suivis par la grande famille, les officiants, les groupes de danseuses, les joueurs de tambour, tous portant les feuilles rouges de la cordyline. Après avoir fait trois fois le tour du champ, ils plantent chaque mât face au Levant. Le monde afflue. Les familles s’installent près de leurs mâts respectifs. Chaque maison a donc son mât cérémoniel baté, son groupe de danseuses gellu’, son ou ses officiants to minaa, son tambour gandang, ses alliés qui ont préparé des gâteaux de riz (katupa).

  • 10 En 1939, les danseuses chantaient en dansant, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui ; cependant, Cla (...)

23A nouveau des transes ont lieu, les divinités sont conviées à descendre sur le lieu cérémoniel ; pendant ce temps, chaque mât est « chanté » par la psalmodie gelong baté. Devant chaque mât, un groupe de jeunes filles en habits cérémoniels, le front ceint d’un bandeau du fruit tarrung, exécute la danse gellu’, au son du tambour frappé à l’aide de baguettes par quatre garçons. La danse est simple, calme et gracieuse, les filles sont en rangs parallèles. Chaque groupe de danseuses est constitué de filles de chacune des cinq maisons 10.

24C’est une apothéose visuelle : sur le lieu dégagé, dans un grand paysage ouvert surmontant la vallée, les mâts sont plantés, multicolores, grandioses, les danseuses sont éclatantes, les hommes s’agitent en tous sens. C’est une apothéose sonore : sur le même espace, tambours, chant saccadé maro, chant des officiants gelong bate, cris, chant des femmes en jaune gelong bainé, chant bugi’… La fête s’achève sur un combat rituel de pied sisemba très violent dans un champ à côté.

25Comment comprendre ce que signifie ce rituel  ? A quoi servent les chants dans cette grande dramaturgie d’interactions  ?

3. Le lexique

  • 11 Le sisemba’ est une lutte interdisant l’emploi du haut du corps. Deux garçons se tiennent par la ma (...)
  • 12 Dans les plus grandes funérailles, un mât appelé bandera au nord ou bate lepong est érigé pour le d (...)

26Le lexique permet d’éclairer certains points. Ce rituel est nommé de trois manières : maro signifie « fou, dément »– et j’assiste bien à une succession de représentations démentes et d’actes fous (scarifications, flagellations, sauts débridés, chutes) ; en outre, à la fin du rituel, un combat de pied (sisemba) extrêmement brutal est autorisé, dernier moment d’une violence encadrée11. Le rituel se nomme aussi « cueillette de la cordyline » (sapean tabang) : tout au long du rituel, les feuilles rouges de la plante cordyline servent à la fois de fouets de flagellation et de remède pour guérir. Enfin, ce rituel est encore nommé « mât(s) descendu(s) [du ciel] » (bate manurun). De grands mâts sont érigés le dernier jour, certains sont dressés en réponse aux funérailles comme les répliques du grand mât funéraire12 ; le rituel se nomme alors maro baté ma’pabalik (« rite des fous du mât retourné »), ou bate umpabalik bandera (« mât qui retourne le mât du défunt »). Autrement dit, la continuité entre les rituels du Couchant (rites de mort) et les rituels du Levant (rites de vie) se fait par l’érection de bambous de taille croissante et de mâts tridents qui sont chantés et qui se retrouvent dans la chaîne des différents rituels.

  • 13 De deata : « divinité », et du préfixe verbal ma’ qui indique l’action. Il existe une autre express (...)
  • 14 Tumbang : « danser à la fête maro pour trouver le pouvoir magique sous le commandement des divinité (...)
  • 15 Il est probable que tumbang désigne une femme. Trois éléments permettent de le penser : 1) à la fêt (...)

27Les personnes en transe sont désignées dans les chants de trois manières. Le terme courant est formé sur la racine « divinité » (deata). La personne en transe « fait divinité » (to ma’deata)13, « est en divinité » (to kandeatan). Deux autres termes, toujours couplés, sont couramment utilisés : tumbang/malangi’. Tumbang (« danser et s’agiter en tous sens »14) et malangi’ (langi’, « ciel ») sont ceuxqui dansent et tournoient pendant qu’un chœur d’hommes chante. Souvent, ce sont des femmes 15. Le chant répète :

  • 16 Burra : « cracher, pulvériser, asperger ».

Napopedampi to tumbang

Il guérit les « personnes en transe » (to tumbang)

napotamba’ to malangi’

il soigne les « monte-au-ciel » (to malangi’)

burra to kandeatan

crachat des personnes « en divinité » (to kandeatan16

28La personne en transe est guérie, le possédé est soigné, la personne en divinité « crache ». Qui sont véritablement ces personnes nommées ici dans les chants  ? Sont-elles distinctes  ?

4. La guérison

29Le mythe explique la fonction du rite. L’histoire est racontée dans un passage du mythe La Passomba tedong (« purification du buffle ») énoncé lors du rituel merok, avant le sacrifice du buffle (Veen 1965 : 142, v. 726 à 743) :

30On note d’une part, l’importance de la femme dans la guérison – c’est une divinité féminine qui apporte le remède –, d’autre part, le rôle du sang évoqué par le biais de la plante rouge cordyline, la place de la pulvérisation buccale et enfin l’érection du grand mât (bate, bandera). Les paroles des chants ne cessent de le répéter : le sang, les feuilles rouges et la pulvérisation buccale serviront de remèdes pour retrouver un corps parfait. Le mythe inscrit le rite dans sa fonction curative et prophylactique. Etrangement, le mythe ne dit rien des transes pourtant largement présentes dans le rite.

5. La folie

  • 17 De rondon, « tomber », à propos des feuilles des arbres. La chute est ici celle des divinités « tom (...)

31Santé et force de vie sont les deux biens recherchées par le biais de la folie mimée, manifestée par les transes et par les chants des hommes qui sautent de manière grotesque en chantant à tue-tête. Ces hommes, qui se comparent à des singes, sont appelés « ceux qui sautent » (to ma’panondo), ou « ceux qui font tomber [les divinités] »17 (to ma’parondon). En proférant des rires outrés, ils s’excitent, se chauffent, se donnent de l’ardeur, puis entonnent le chant en bondissant sur place tels « des fous » (to maro). A ce moment, quelques femmes d’âge mûr dansent en sautant, cheveux déliés, sarong défait puis tournoient dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Elles exécutent des actes extraordinaires. Soudainement, elles accèdent à un état second, les yeux fermés, la tête révulsée en arrière. Un second chant, plus calme – le chant de la scarification (sampa-sampa to mantere) –, accompagne ensuite les incisions d’un officiant rituel.

32Le son des flagellations, des tambours, des polymusiques en désordre, la couleur rouge sang omniprésente, le sang de l’homme scarifié : tous ces éléments font du maro un rite de l’outrance, de la folie, seul rite impliquant un déchaînement et un désordre des corps.

Les chants de transe

33Les séances de transe ont eu lieu durant les trois derniers jours, d’une part dans les cours des maisons et, le dernier jour, sur le grand champ cérémoniel « marché », lieu d’échange entre humains et divinités. A chaque séance, deux types de chants peuvent être distingués. Rapide, le chœur masculin appelle les divinités à descendre ; lent, le chœur féminin évoque les visions de la personne « en divinité ». Tous deux diffèrent par les protagonistes, les actes accomplis, les motifs musicaux et les paroles.

1. « Chant de l’arrivée des divinités » (gelong ma’pasae deata)

34Le premier chant porte plusieurs noms : nondo muane (« sauts des hommes »), gelong unnondo (« chant à sauter »), gelong ma’pasae deata (« chant de l’arrivée des divinités »). Lorsqu’un petit chœur d’hommes chante, quelques femmes dansent puis entrent en transe. Des hommes les retiennent, tentent de les contenir. Ces femmes font des actes extraordinaires, marchent sur des braises, sur des couteaux, elles « font divinité » (to ma’deata). Leur exigence doit être satisfaite. Si la personne en transe demande une épée, les Toraja disent qu’elle se tranchera la tête et se couvrira le visage de sang. Si c’est une lance, elle s’assiéra dessus. Si c’est un bambou, elle montera en haut et restera assise en jouant de la flûte. Si c’est une femme, elle ne grimpera pas au bambou, mais exigera une échelle de poignards et montera dessus sans se blesser (Wilcox 1949 : 344). A la fin, après une heure environ de démence, elles sont ramenées à leur état de conscience normale grâce à leur demande exaucée, par des objets ou des sons.

35L’ agitation frénétique est déclenchée par le chant saccadé des hommes, mené dans une grande excitation, au son des cris, des tambours et des claquements de flagellations. Les divinités, une fois descendues dans le corps des femmes, incitent les personnes en transe à faire des actes hors du commun, ce qui constitue la preuve de leur présence.

« Chant pour sauter » gelong unnondo.

« Chant pour sauter » gelong unnondo.

Femme en transe sur le champ cérémoniel.

Femme en transe sur le champ cérémoniel.

Torea, 1993.

Une femme en transe marche sur des braises, 1993.

Une femme en transe marche sur des braises, 1993.

La femme en transe tombe à la renverse, 1993.

La femme en transe tombe à la renverse, 1993.

Un homme s’est ouvert le front à l’aide d’un couteau.

Un homme s’est ouvert le front à l’aide d’un couteau.

36Sur le plan musical, c’est une scansion collective qui s’effectue sur deux ou trois phrases de huit temps dont la plus courante est construite sur un intervalle de tierce majeure, aux paroles intelligibles et au tempo rapide :

Motif de chant gelong unnondo, « chant à sauter »

Motif de chant gelong unnondo, « chant à sauter »
  • 18 Pendant ce chant sauté, les chanteurs peuvent intercaler librement le chant sauté nondo bugi’. S’il (...)

37Le motif musical ne se réfère pas à une divinité particulière ; ici, les divinités sont indifférenciées 18. Certaines fois, le meneur (« mère du chant », indo’ gelong) embellit la profération en variant les motifs, en dynamisant davantage la formule :

38Cette profération ne faisant l’objet d’aucun développement musical, d’aucun changement de tempo, n’importe qui peut entrer dans le chant.

39De plus, ce chant ne suit pas de continuité narrative ; ses fragments sont égrenés en désordre. Il évoque la situation présente, le public, le jour de fête, le lieu cérémoniel, les personnes qui dansent et tombent en transe ; il annonce au public la descente des divinitéssur terre :

Iko angga to mengkita

Toi public qui assiste

mairi’ to sae allo

tous les gens présents aujourd’hui

angga to ratu masiang

tous ceux arrivés en ce jour

Poli’-poli’ko lentekmu

Change ton pied de place

kalili’ko kambutu’mu

recule ton talon

embongko tiku lilingmu

fais de la place autour de toi

Nasalembe’ ako tumbang

Fais attention au pas de la personne en transe

natodoako malangi’

veille aux pas des monte-au-ciel

natekka-tekkaiako

prends garde à ce qu’il n’y ait pas de dépassement

Ammu kuamo kumua

Puis tu prononces des paroles

ammu patende ma’kada

puis tu dis des mots qui ne ravissent pas

bangaran kupau-pau

des expressions déliées par ta langue

Male mati’ tang memanuk

Prends des mesures contre celui qui t’envahit

tang ussopatian langkan

qui ne se soucie pas du faucon

tang umpateen kulu-kulu

qui n’honore pas les oiseaux des bois

Iko angga to ma’pasa’

Toi qui viens sur ce marché

mairi’ to ma’tammuan

ceux qui viennent sur ce lieu de rencontre

angga to ma’baluk-baluk

tous les vendeurs

Rampananko balukammu

Lâche ton commerce

annako pa’balilimmu

abandonne ton négoce

pa’pasibasa-basammu

mets de côté tes affaires […]

40Les paroles évoquent aussi l’arrivée des divinités par le refrain sape-sape to balanda,« cueillette de l’étranger ». Sape, « cueillir, retirer une feuille » rappelle l’origine mythique du rituel. Balanda désigne les Hollandais et, par extension, l’Etranger. Selon mon traducteur Y. M. Paranoan, sapé-sapé désignerait les ornements personnels dont les Hollandais se servaient pour s’embellir : lunettes, habits, chaussures, armes et surtout couvre-chefs (p. 98). Ces ornements auraient été vus par les Toraja vers 1670, lors de l’entrée de leurs voisins Bugis sur leurs terres. Les Toraja considéraient les Bugis comme des gens autoritaires, aimant gouverner, et possédant des armes. Le nom des divinités ne pouvant être prononcé, le chant emploie des substituts : Boné et Balanda seraient le travestissement, le déguisement du nom des divinités.

41Sans ce chant masculin, les femmes ne peuvent se mettre à danser. Ce sont souvent les mêmes femmes qui entrent en transe (Hollan & Wellengkamp 1994 : 127). Comment accèdent-elles à un état second  ? L’impact du chant sur les danseuses tient à la puissance énergétique des voix, aux secousses, au rôle attribué au verbe. La danse provoque un essoufflement qui met certains participants dans un état émotionnel intense et qui les conduit à « faire divinité » (ma’deata). Le tempo de la profération ne varie pas, il n’y a pas d’accélération, ni aucune progression musicale. C’est davantage la prolongation de la répétition d’un simple, motif hurlé, ajoutée aux sauts qui provoque la « démence » des femmes.

42Dans ce premier type, le « chant de la venue des divinités » déclenche une crise pour ceux qui l’entendent et non pour ceux qui l’exécutent. Il est une incitation aux sauts qui provoquent un épuisement musculaire et une désorientation spatiale.

43Depuis quelques années, avec l’intensification de la christianisation, le nombre d’officiants rituels diminue. Quand il n’y a pas d’officiant pour mener le rituel, personne ne connaît les vers ; le chant est alors hésitant et les femmes ne tombent pas en transe, ainsi, l’efficacité du rituel est remise en cause (Coville 1989 : 122). Une fois les divinités descendues sur le champ cérémoniel, un second type de chant est exécuté.

2. « Chant de l’être en divinité » (gelong kandeatan)

44Le second chant est chanté quand plusieurs femmes sont déjà délirantes. N’ayant pas pris part à la danse, un homme se dégage du groupe et commence par se flageller avec les feuilles de cordyline, boit de la boue, puis commence à se mutiler : il s’incise le front, la langue ou le ventre à l’aide d’un poignard (mantere). Pendant ce temps, un chant très doux et lent est exécuté par un chœur féminin, plus rarement mixte, communément appelé « chant des femmes » (gelong bainé). Cet homme applique ensuite ses mains sur un enfant. Etrangement, le sang qui commence à perler sur son front ou sur son ventre s’arrête rapidement si, disent-ils, le chant est bien exécuté.

45Un peu plus loin et dans le même temps, une femme délirante s’agite en tous sens ; derrière elle, un homme la contient à l’aide d’un couteau qu’il lui applique sur la taille. Une autre femme, hébétée, monte sur le tambour, puis redescend. D’autres personnes continuent à se flageller ou à s’appliquer la lame d’un couteau enroulée dans la feuille de cordyline sur leurs bras. La séance s’achève quand les personnes en transe reprennent conscience.

46Ce second type de transe se distingue du premier par des actes « fakiristes » réservés à des hommes. C’est ici une transe de possession maîtrisée qui se solde par une démonstration d’invulnérabilité du corps au poignard. Le sang du guérisseur a pour fonction de guérir les malades :

Ke den to makuyu manuk

Si quelqu’un est malade continuellement

sola to makuyu langkan

et s’il est sans cesse grelottant

Mai maimoko inde’

Viens alors ici

Dipopedampi rara’na

Son sang servira de remède

dipotamba’ kaisse’na

le fruit rouge le guérira […]

Make pabu’tumi mai

Allez, faites apparaître  !

make baen-baenanmi

allez, donnez à voir  !

Ditadoi palakunna

Que sa volonté soit exaucée

diben lalan inaanna

que son désir soit satisfait

Tungkalolong diara’na

Il coule directement à sa poitrine

lalan inayanna Puang

en accord avec la volonté des Dieux

Pa’poraianna Deata

Tel le souhaitent les Divinités

Tungka lolong diara’na

Il coule directement à sa poitrine

Napopedampi to tumbang

Il guérit la personne en transe

napotamba’ to malangi’

il soigne le va-t-au ciel

inde to kandeatan

voici les êtres en-divinité

47Sur le plan musical, ce chant diffère totalement du premier type : le chœur, à l’unisson, se fait lancinant. La musique ne sert plus ici à déchaîner mais à apaiser. Les phrases sont simples, mélismatiques, l’ambitus restreint – il n’excède pas un ton –, le chant, homophone est composé de rythmes élémentaires :

Ambitus restreint du chant de transe gelong bainé, CDMplage 24

Ambitus restreint du chant de transe gelong bainé, CDMplage 24

48Le plus souvent, l’ambitus ne dépasse pas un demi-ton :

49Que la plupart des motifs soient accentués tous les trois temps rappelle l’importance de la triade et du chiffre 3 dans ce rituel. Comment expliquer la récurrence de ces triades dans les manifestations visuelles (mâts tridents), poétiques (tercets), sonores (structures à trois temps), littéraires (triades de personnages) et rituelles (mélange des trois sangs d’animaux)  ? L’ethnologue Tsintjilonis (1997 : 253) associe le chiffre 3 à la mobilité, au développement et à l’imminence, et le chiffre 4 à l’immobilité et à la fixité. S’agirait-il de l’imminence du divin, de la venue des divinités sur terre  ?

  • 19 De tana, matana, « content, satisfait ; sain, guéri, sauf » ; pakatana : « divertir, faire disparaî (...)

50Ce chant des femmes est appelé par différents noms : « chant de l’être-en-divinité » (gelong kandeatan), « chant de guérison » (gelong ma’pakatana)19 ou « chant de celui qui se scarifie » (sampa-sampa to mantere). Lors du rituel, il n’est exécuté que par fragments. Les femmes choisissent des séquences dans un stock de vers ordonnés. Dans la version complète qui me fut communiquée par l’officiant Ne’Lumbaa, au début, le chant appelle les divinités à descendre sur le lieu cérémoniel :

  • 20 La traduction de ce vers est problématique. Lino signifie « monde ». Popentolinomi peut signifier « (...)
  • 21 Il s’agit de l’arrivée des divinités et esprits. Sesean est une des principales montagnes de Toraja (...)
  • 22 Lindo Tau, « Visage Humain », désigne la montagne Sesean ; à son sommet se trouve une pierre simila (...)

Sumonglo’ ma’ tanduk bassi

Descendre avec les cornes de fer

ma’ongka-ongka mataran

armé de la chose aiguisée

ma’patondon oda-oda

orné de l’arme tranchante

Oda-oda talaomo

Arme tranchante, allez, en route  !

sudidi tatiangka’mo

chose coupante, en avant  !

sumonglo’ rokkoko moko

descendez ensemble ici

Laoko sambalin mai

Venez de par là-bas

bu’tu lamban diong mai

traversez de l’autre rive

Tibaen-baen kutiro

Vaguement j’entrevois

tipailang kusaile

confusément je regarde autour

sundallak kutiro lako

au loin, je vois des éclairs

Make pabu’tumi mai

Allez, faites apparaître  !

make popentolinomi

allez, rendez visible  ! 20

make baen-baenanmi

allez, donnez à voir  !

La nakita mamma’ku

Il survient dans mon sommeil

nakadang tindo bongingku

il vient dans mes rêves

sola mamma’ karuenku

et même dans mes siestes de fin du jour

Sumonglo’mo to Sesean

Les êtres de Sesean sont descendus 21

layomo to Lindo Tayu

les êtres de Visage Humain sont arrivés 22

51Ce qui est convoqué, c’est l’arme tranchante, la divinité du fer qui servira à l’incision de la peau. L’importance de la vision est ici centrale. Une fois les divinités et l’arme tranchante arrivées, l’officiant s’incise la peau et le chœur chante. Pendant que le sang coule, il invite alors une personne à guérir par son sang :

  • 23 En bugis, langi’ désigne un shampoing de cendre de riz.

Lolo tabang pedampinna

La pointe de la cordyline est notre remède

lassege’ pepamurru’na

la pousse lassege’ est notre traitement

pi’tok peba’na-ba’nanna

la plante pi’tok notre pharmacopée

Nasule kale datunna

Le corps revient au début

tokuli’ ampu lembangna

avec une forme intacte

urruru tampa todolona

il retrouve la forme du début

sola tasim bulayanna

avec une force rayonnante

Sulemo’ mendio’ bassi

De retour du bain de fer

membollo-bollo mataran

rincé à la chose coupante

mellangi’ sanda ura’na

lavé à toutes sortes de couteaux 23

52Le bain de fer évoque l’épreuve du couteau que s’inflige l’homme qui se scarifie. La puissance dramatique est liée au décalage du sujet de l’énonciation : le chœur chante à la première personne du singulier le « drame » de celui qui se scarifie pour la collectivité.

53Plus loin, le chant évoque le voyage de la personne-en-divinité dans le monde supérieur :

Dayo turunan ditoke’

Là-haut le puits est suspendu

dayo bubun dianginni

là-haut la source pend dans le vent

Turunan dibangke’ rara’

Puits bordé de perles d’or

rebadun rayu-rayu

endigué de pierres précieuses

dibala batu bulayan

clôturé de pierres d’or

54Si la personne demande un tambour, elle part alors en voyage par le biais du tambour. Le chœur chante la pensée de la personne en transe :

  • 24 Ura’ : partie du corps en forme de fil, veine, artère, nerf, nervures, tendons, tuyaux. Autre tradu (...)

Sulemo mendio’ bassi

Je reviens de mon bain de fer

membollo-bollo mataran

rincé à la chose coupante

melangi’ sanda ura’na

lavé à toutes sortes de lames 24

Tang piak tang kaumammo

Pas seulement fendu comme le bois

tang tingkale talemammo

pas seulement tranché en partage

tangkan tipa’dua mammo

pas seulement coupé en deux

55Le tambour et le fer sont des adjuvants de la guérison. L’officiant Lumbaa insiste sur la nature magique du chant : « Certaines fois, le sang ne s’arrête pas, malgré les flagellations à l’aide des feuilles de cordyline. Cela arrive quand le chant est faux ; si le chant est juste, le sang s’arrête immédiatement et la blessure disparaît sans laisser de cicatrices » (officiant Lumbaa, 1993).

56Contrairement au premier type de chant, celui-ci doit « calmer le jeu ». En fait, tout comme le fer et la feuillede cordyline, il permet la guérison.

Deux types de transe de possession

57Les deux types de chant correspondent à deux types de transe : le premier est une transe d’inspiration, induite – les femmes, « musiquées », sont investies par la divinité mais ne s’y identifient pas. Le second type, quant à lui, présente une étape intermédiaire entre la transe de possession et la transe chamanique. Dans le premier cas, les divinités descendent sur le lieu cérémoniel par l’intermédiaire des personnes en transe. Dans le second cas, les divinités descendent et, dans un mouvement inverse, les personnes en transe partent en voyage. Le guérisseur maîtrise son état et ne semble pas possédé. Pourtant, contrairement aux transes chamaniques, ce n’est pas sur le guérisseur que repose le poids principal du chant, mais sur le chœur des femmes, c’est-à-dire sur un groupe qui n’entre pas en transe. Ainsi, on ne peut parler véritablement dans ce cas ni de transe de possession, ni de transe chamanique. S’agirait-il de ce que Rouget nomme « transe de communion », une rencontre entre la divinité et le sujet, une forme de transe non identificatoire  ? Le tableau 1 récapitule les oppositions entre les deux chants.

Tableau 1. Comparaison des deux types de transe du rituel maro observé à Torea

Premier chant

Deuxième chant

fonction du chant

faire descendre les divinités sur le lieu d’énonciation

prophylactique ou curative
(soin par le sang, par le fer)

qui entre
en transe  ?

des femmes.




Elles se flagellent, marchent sur des braises, font des jeux déments.

Démence mimée

un ou deux hommes se transpercent le front, la langue ou le ventre, boivent de la boue, appliquent leur sang sur des enfants, les portent sur les épaules, flagellent des personnes à l’aide de feuilles.

Ils font office de guérisseurs temporaires.

pas de crise de démence
actes fakiristes

retour à l’état
normal

la personne en transe exige qu’on lui apporte quelque chose, un objet, un instrument de musique …

le sang s’arrête de couler grâce au chant

noms des
personnes
en transe

to tumbang
to malangi’
« va-t-au ciel »
to karondonan « 
celui qui fait tomber »
to naala deata « pris par la divinité »

to mantere « celui qui se scarifie » 

volontaire 

transe volontaire encadrée

transe volontaire maîtrisée

musique

nom du chant

« chant de la venue des divinités »
gelong ma’pasae deata

« chant de celui qui se scarifie »
sampa-sampa to mantere

nom commun du chant

« sauts des hommes »
nondo muane

« chant des femmes »
gelong bainé

contenu textuel

arrivée des divinités sur le lieu
adresses au public

description du voyage et du retour
description de la scarification et du sang, de la guérison

chanteurs

chœur d’hommes

chœur de femmes
(+ quelques hommes)

danseurs

plusieurs femmes cheveux déliés qui tournoient

absence de danse

dynamique

chant saccadé, rythmé, vif, crié

chant lent, incantatoire

MUSIQUE ET TRANSE

fonction de la musique

la musique chantée par les hommes accélère la crise des femmes

la musique chantée par les femmes apaise le sang de l’homme

type de transe

inspiration (ou possession  ?)
femmes « musiquées »

communion, voyage
officiant « musiqué »

58La division des deux types de chant met en évidence, d’une part, deux transes différentes (cf. tableau) et, d’autre part, une nette division des rôles et des sexes. Le chant est conduit alternativement par les hommes puis par les femmes alors que les transes sont vécues de manière inverse par les femmes puis par les hommes. Que révèle cette inversion  ? Pourquoi, dans le mythe, la femme permet-elle la guérison alors que le rituel présente un homme guérisseur  ?

59En fait, ce n’est pas seulement un homme qui se charge de communiquer avec les divinités par le don de sang, mais également les femmes et les chanteurs, et en quelque sorte tous ceux qui prennent part à la fête et qui se dépensent en elle : tous sont les substituts de leur communauté. C’est à travers leur personne qu’est symboliquement transmis un capital collectif de substance énergétique. On comprend dès lors combien il est important que, dans un village, chaque famille participe au rituel, seul moyen d’échange collectif avec les divinités. Tous obtiennent la protection et la neutralité des divinités après leur avoir donné ce qui est le plus précieux. La contrepartie attendue de ce don se rapporte à l’existence : les divinitésne doivent pas empêcher la vie et sont tenues de ne provoquer ni maladie ni désordre. Ce qui est donné lors du maro doit valoir pour toute la période à venir, qui se prolongera sur le rituel bua’ (rite suivant dans l’échelle sacrificielle).

60Les chants et les récitations constituent la condition de possibilité de la relation entre les différents mondes (du haut, du bas, du milieu). Central dans le rituel, le chant initie ou inaugure des transformations : les divinités arrivent, les lames des couteaux tranchantes deviennent molles et inoffensives, les personnes en transe reviennent à la réalité, le sang s’arrête de couler. Le chant gelong, saccadé puis lénifiant, détermine deux types de transe : quand il est rapide, il fait entrer les femmes en divinité. Quand il est lent et lancinant, il laisse la place à des actes « fakiristes » supposés guérir les malades.

61Je n’ai pas assez souligné l’importance des récitations psalmodiées par lesprêtres rituels dans les maisons. Qu’il faille psalmodier un à un ces 14 000 vers (précédent mythique) et non pas les prononcer à toute allure comme des mantras indique l’importance accordée au gelong maro. L’efficace générale repose donc sur l’ensemble des chants : récitations à l’intérieur et chants de transe à l’extérieur.

62Comme dans tous les grands rituels toraja, la parole rituelle est l’élément-clé : c’est le chant qui appelle les divinités et c’est le chant qui les renvoie d’où elles étaient venues. Le rituel réussit grâce à la foi commune des participants qui croient dans le pouvoir des poignards, des feuilles de cordyline, des tissages et des mâtscérémoniels, des chants, des transes, et des tambours. Acte socio-cosmique, il participe au combat de la communauté contre un désordre provoqué par la maladie, réelle ou imaginée. En rétablissant l’ordre socio-cosmique, la société ancestrale est consolidée et se perpétue.

63En raison de la christianisation, ce rituel maro, qui fait partie des rituels du soleil levant, a presque totalement disparu aujourd’hui. Néanmoins, un autre type de transe a vu le jour, par le biais du rite pentecôtiste dont les adeptes sont de plus en plus nombreux en pays toraja, devenu chrétien à 98%. Mais les transes collectives se font à présent dans les églises pentecôtistes (pentekosta) au son de musiques importées et non plus sur les visions transmises par la poésie chantée du gelong maro.

Haut de page

Bibliographie

ATKINSON Jane Monnig, 1989, The Art and Politics of Wana shamanship. Berkeley : University of California Press.

BECKER Judith, 2000, « Listening Selves and Spirit Possession ». The World of Music, Bamberg : Otto-Friedrich University, XLII/2 : 25-50.

BECKER Judith, 2004, Deep listener : Music, Emotion and Transing. Bloomington :Indiana University Press.

Belo Jane, 1960, Trance in Bali. New York : Columbia University Press

COVILLE Elisabeth, 1988, A Single Word Brings to Life : the Maro Ritual in Tana Toraja (Indonesia). Ph. D., University of Chicago.

COVILLE Elisabeth, 1989, « Centripetal Ritual in a Decentred World Changing Maro Performances in Tana Toraja ». In Russell S. & Cunningham C. (ed.) : Changing lives, changing rites : ritual and social dynamics in Philippines and Indonesia uplands. Center for South and Southeast Asian Studies, University of Michigan : 103-131.

Crystal Eric & Shinji Yamashita, 1987, « Power of Gods : Ma’Bugi’ Ritual of the Sa’dan Toraja ». In Rita Smith Kipp and Susan Rodgers (ed.) : Indonesian Religions in Transition. Tucson » University of Arizona Press : 48-70.

FRIEDSON Steven, 1996, Dancing Prophets : Musical Experience in Tumbuka healing. Chicago and London : University of Chicago Press.

Jensen Gordon & Luh Ketut Suryani, 1993, Transe and Possession in Bali : A Window on Western Multiple Personality, Possession Disorder, and Suicide. Oxford : Oxford University Press.

GOUK Penelope ed., 2000, Musical Healing in Cultural Contexts. London : Ashgate Press.

Hollan Douglas & Jane Wellenkamp, 1994, Contentment and Suffering : Culture and Experience in Toraja. New York : Columbia University Press.

KARTOMI Margaret, 1973, « Music and Trance in Central Java ». Ethnomusicology XVII/2 : 163-208.

Nooy-Palm Hetty, 1979, The Sa’dan Toraja : A Study of Their Social Life and Religion (vol. I). The Hague : Martinus Nijhoff.

Nooy-Palm Hetty, 1986, The Sa’dan Toraja : A Study of their Social Life and Religion (vol. II). The Hague : Martinus Nijhoff.

Rappoport Dana, 1995, « Du repérage musical au travail de terrain ethnomusicologique en Indonésie Orientale ». Cahiers de musiques traditionnelles 8 : 13-32.

Rappoport Dana, 1995, Indonésie, Toraja, funérailles et fêtes de fécondité. 1 CD, collection CNRS-Musée de l’Homme, Le Chant du Monde, LDX 274 1004.

Rappoport Dana, 1997, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan : Musiques du Couchant, Musiques du Levant (Célèbes-Sud, Indonésie). Lille : Atelier National de Reproduction des Thèses, Sudoc.

Rappoport Dana, 1999,  « Chanter sans être ensemble. Des musiques juxtaposées pour un public invisible ». L’Homme 152 : 143-162.

Rappoport Dana, 2004a, « Ritual Music and Christianization in the Toraja’s Highlands, Sulawesi ». Ethnomusicology 48/4 : 378-404.

Rappoport Dana, 2004b, « Musique et morphologie rituelle chez les Toraja d’Indonésie ». L’Homme 171-172 : 197-218.

Rappoport Dana, à p., Chants de la terre aux trois sangs. Musiques du Couchant, musiques du Levant chez les Toraja Sa’dan de l’île de Sulawesi (Indonésie). + DVD-Rom, Paris : Epistèmes – Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

ROSEMAN Marina, 1991, Healing Sounds from the Malaysian Rainforest, Temiar music and Medecine. Berkeley and Los Angeles : University of California Press.

Rouget Gilbert, 1990 [1980], La musique et la transe. Esquisse d’une théorie générale des relations de la musique et de la possession. Paris : Gallimard.

SIMON Artur, 1987, Gendang Karo (North Sumatra) : Trance and Dance of the Karo-Batak. 2 LP. Berlin : Museum Collection Berlin, ISBN 3 88609 513 4.

Tsintjilonis Dimitri, 1999, « Being in Place and Being a Place. Sumanga’ in Buntao ». Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde 155/4 : 617-643.

Tsintjilonis Dimitri, 2004, « The flow of life in Buntao’. Southeast Asian Animism reconsidered ». Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde 160/4 : 425-455.

Tsintjilonis Dimitri, 2006, « Monsters and caricatures : spirit possession in Tana Toraja ». Journal of the Royal Anthropological Institute 12 : 551-567.

Veen Henrik van der, 1965, The Merok Feast of the Sa’dan Toraja. The Hague : Martinus Nijhoff.

Veen Henrik van der, 1966, The Sa’dan Toradja Chant for the Deceased. The Hague : Martinus Nijhoff.

Veen Henrik van der, 1979, Overleveringen en Zangen der Zuid-Toradja’s. The Hague : Martinus Nijhoff.

Veen Henrik van der & J. TAMMU, 1972, Kamus Toradja Indonesia. Rantepao : Jajasan Perguruan Kristen Toradja.

Volkman Toby Alice, 1988, « The Tree of Desire : a Toraja Ritual Poem ». In James Fox (ed.) : To Speak in Pairs : Essays on the Ritual Languages of Eastern Indonesia : 282-306. Cambridge : Cambridge University Press.

World of Music, 1997, Numéro Spécial : « Music and healing in transcultural perspectives », Bamberg : Otto-Friedrich University.

Yamada Yoichi, 1997, Songs of Spirits : an Ethnography of Sounds in a Papua New Guinea Society. Boroko (Port Moresby) : Institute of Papua New Guinea Studies.

ZERNER Charles, 1981, « Signs of the Spirits, Signature of the Smith : Iron forging in Tana Toraja ». Indonesia 31 : 89-112.

Haut de page

Notes

1 Les Toraja occupent les montagnes du bras sud-ouest de l’île. Ils sont environ 500 000, répartis en cinq sous-groupes linguistiques. Ils vivent de la riziculture irriguée et de l’élevage de porcs et de buffles.

2 Les données présentées ici ont été recueillies au cours de deux rituels maro auxquels j’ai assisté dans la même région, lors d’un séjour d’un an en pays toraja en 1993.

3 Le gouvernement voudrait aujourd’hui que les villageois entament une nouvelle plantation immédiatement après la récolte, ce qui représente une violation de la règle puisque, dans le calendrier agraire, cette période doit être consacrée aux rituels.

4 Le terme gelong ou kelong est le nom des chants de transe des rituels maro et bugi’.

5 Des enregistrements sont accessibles (Rappoport 1995). L’intégralité des chants sera audible dans un DVD-Rom (Rappoport : à paraître).

6 Demande de permission aux divinités locales afin qu’elles acceptent les divinités étrangères qui vont descendre dans le corps des gens en transe.

7 Balanda : « Hollandais, étranger », cf. infra, p. 107.

8 « Ramage » correspond au terme toraja rapuan. Il désigne un groupe de filiation cognatique se réclamant d’un ancêtre commun, fondateur de la maison tongkonan ; il désigne en fait une structure très vaste représentée lors des grands rituels (Nooy-Palm 1979 : 26).

9 Ces gestes sont évoqués dans le chant gelong : sae ma’sompo ma’kepak / ma’takia’ patomali : « ils viennent en portant sur les épaules, en portant par dessous les bras ».

10 En 1939, les danseuses chantaient en dansant, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui ; cependant, Claire Holt n’a pas assisté au rituel.

11 Le sisemba’ est une lutte interdisant l’emploi du haut du corps. Deux garçons se tiennent par la main et s’élancent contre deux autres adversaires. L’un donne un coup de pied tandis que son partenaire joue le rôle de défenseur, en le retenant dans son équilibre. En raison de sa violence, ce jeu fut souvent interdit par le gouvernement.

12 Dans les plus grandes funérailles, un mât appelé bandera au nord ou bate lepong est érigé pour le défunt (Rappoport : à paraître)

13 De deata : « divinité », et du préfixe verbal ma’ qui indique l’action. Il existe une autre expression qui suggère que le sujet est passif : « celui qui est pris par sa divinité » (tonala deata’na).

14 Tumbang : « danser à la fête maro pour trouver le pouvoir magique sous le commandement des divinités » (in Veen & Tammu 1972).

15 Il est probable que tumbang désigne une femme. Trois éléments permettent de le penser : 1) à la fête bua’ kasalle, le titre de tumbang est exclusivement réservé aux femmes ; 2) lors du maro, ce sont surtout les femmes qui tournoient sur elles-mêmes et entrent dans un état second ; 3) le personnage mythique du maro est la divinité féminine Indo’ Belo Tumbang. D’après H. Nooy-Palm également (1986 : 130), tumbang désignerait une personne de sexe féminin. Elle fonde sa position sur un vers de gelong maro reproduit par van der Veen (1979 : 52-3, vers 43).

16 Burra : « cracher, pulvériser, asperger ».

17 De rondon, « tomber », à propos des feuilles des arbres. La chute est ici celle des divinités « tombant » sur terre.

18 Pendant ce chant sauté, les chanteurs peuvent intercaler librement le chant sauté nondo bugi’. S’ils chantent le bugi’ (c’est-à-dire avec les paroles et la musique du bugi, un autre rituel de transe) alors c’est l’esprit bugi’ qui vient, qui descend. Les mélodies des scansions du maro diffèrent de celle du bugi’ mais plusieurs versets sont communs.

19 De tana, matana, « content, satisfait ; sain, guéri, sauf » ; pakatana : « divertir, faire disparaître, consoler ».

20 La traduction de ce vers est problématique. Lino signifie « monde ». Popentolinomi peut signifier « faire apparaître » ou « rendre humain ».

21 Il s’agit de l’arrivée des divinités et esprits. Sesean est une des principales montagnes de Toraja où logeraient les divinités.

22 Lindo Tau, « Visage Humain », désigne la montagne Sesean ; à son sommet se trouve une pierre similaire à un visage humain.

23 En bugis, langi’ désigne un shampoing de cendre de riz.

24 Ura’ : partie du corps en forme de fil, veine, artère, nerf, nervures, tendons, tuyaux. Autre traduction possible : « lavé à toutes sortes de choses aiguisées ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Chant pour sauter » gelong unnondo.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Femme en transe sur le champ cérémoniel.
Légende Torea, 1993.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Une femme en transe marche sur des braises, 1993.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre La femme en transe tombe à la renverse, 1993.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Un homme s’est ouvert le front à l’aide d’un couteau.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Motif de chant gelong unnondo, « chant à sauter »
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-6.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-7.png
Fichier image/png, 2,0k
Titre Ambitus restreint du chant de transe gelong bainé, CDMplage 24
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-8.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/91/img-9.png
Fichier image/png, 2,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Rappoport, « « De retour de mon bain de tambours ». Chants de transe du rituel maro chez les Toraja Sa’dan de l’île de Sulawesi (Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 | 2006, 93-116.

Référence électronique

Dana Rappoport, « « De retour de mon bain de tambours ». Chants de transe du rituel maro chez les Toraja Sa’dan de l’île de Sulawesi (Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/91

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Dana Rappoport est ethnomusicologue au CNRS. Elle s’intéresse aux musiques austronésiennes d’Indonésie. Elle a enregistré sur les îles Sulawesi, Flores et Bornéo. Son terrain de thèse a porté sur les musiques des Toraja Sa’dan de Sulawesi, chez qui elle a séjourné 18 mois entre 1993 et 1995. Depuis 2001, elle prépare une publication pilote : un livre-dévédérom présentant tous les corpus audio et visuels reliés à une construction interprétative facilement accessible. Ses thèmes de recherche abordent l’étude des polymusiques, la poétique des chants, le lien entre formes musicales et formes rituelles et l’écriture multimedia en ethnomusicologie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page