Navigation – Plan du site
Disques

Iran. Bardes du Khorassan. Chants et luth dotâr/ Bards of Khorassan. Songs and dotâr lute

Ocora Radio France, 1998
Jean-Pierre Digard
p. 242-243
Référence(s) :

Iran. Bardes du Khorassan. Chants et luth dotâr/ Bards of Khorassan. Songs and dotâr lute, Enregistrements et texte: Ameneh Youssefzadeh (livret français/anglais, 24 p.). 1 CD (77’00/DDD) Ocora Radio France C 560136, 1998

Texte intégral

1Les bardes (bakhshi, mot d’origine chinoise signifiant «érudit») du Khorâssân, province du nord-est de l’Iran, contiguë à l’Afghanistan et au Turkménistan, sont des musiciens professionnels qui chantent en s’accompagnant au luth dotâr. Après leur avoir consacré sa thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue à l’université de Paris X-Nanterre en 1997 sous la direction de Jean During (Les bardes bakhshi du Khorassan iranien), Ameneh Youssefzadeh publie aujourd’hui un CD rare et documenté, fruit de sa longue fréquentation de ces bardes.

2Sur les treize plages proposées, plusieurs sont dues à de grands maîtres (Roshan Golafruz, Hâj Qorbân Soleymâni, Mohammad Yegâne), et deux à une femme (Golnabât Atâ’i). Chacune se présente sous la forme d’une alternance de strophes chantées (dâstân) et de motifs improvisés (âhang ou maqâm) sur le luth. Les bakhshi sont des Kurdes ou des Turcs d’Iran qui chantent en kurde, en persan ou en turc, ou bien des Turkmènes. Leur voix, rustique et rauque, contraste avec leur technique instrumentale brillante et la poésie de leurs textes, ballades à caractère amoureux, épique ou mystique. La polyphonie sur deux cordes révèle à coup sûr une influence de l’Asie centrale et évoque le chamanisme.

3La plupart des bakhshi exercent une autre activité que la musique (barbier le plus souvent, luthier, chauffeur, agriculteur). En tant que musiciens, ils se produisent dans certaines cérémonies religieuses (sinezani, processions de flagellants; ta’ziye, commémorations théâtrales du martyre de l’imam Hosseyn), dans des cafés (qahvekhâne, où, malgré leur nom, on ne sert que du thé), dans des réunions privées. Leur art se transmet de père en fils ou d’ostâd (maître) à shâgerd (élève). Contrairement aux ‘âsheq, musiciens méprisés des festivités populaires, où l’on danse (mariages), les bakhshi, en tant que «musiciens-poètes» inspirés et «gardiens des traditions», jouissent d’un statut social relativement élevé. Le titre lui-même de bakhshi comporte une connotation respectueuse. Et l’on cite même le cas d’un kurde Bicherânlu dont les compétences en tant que barde lui ont valu d’être promu chef de sa tribu.

4Aussi surprenant que cela puisse paraître, la République islamique elle-même commence à s’intéresser aux bakhshi. En effet, l’une des conséquences les plus inattendues de la campagne lancée en 1992 contre l’«agression culturelle de l’Occident» (tahâjom-e farhangi-e qarb) a été de rendre sa légitimité à la musique traditionnelle iranienne, entraînant une production relativement importante de cassettes et de disques, l’organisation de festivals, etc. Les idéologues de la République islamique opposent «musique d’excitation» (motrebi), musiques moderne (jadid), modifiée, dont l’authenticité n’est pas respectée (taqyir karde), condamnables ou suspectes, d’une part, et musiques traditionnelle (sonnati), régionale (navâhi), instructive (âmuzeshi), «musique ennoblissante», d’autre part. L’art des bakhshi – heureusement pour eux – entre dans cette dernière catégorie. Mais il existe d’autres hommages, moins suspects, plus valorisants, que celui des organes de la République islamique. Le travail d’Ameneh Youssefzadeh, puisé aux meilleures sources, réalisé avec soin et rigueur, en est le meilleur exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Digard, « Iran. Bardes du Khorassan. Chants et luth dotâr/ Bards of Khorassan. Songs and dotâr lute », Cahiers d’ethnomusicologie, 12 | 1999, 242-243.

Référence électronique

Jean-Pierre Digard, « Iran. Bardes du Khorassan. Chants et luth dotâr/ Bards of Khorassan. Songs and dotâr lute », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 08 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/881

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page