Navigation – Plan du site
Dossier: Noter la musique

Le projet Taalwizard

Transmission électronique du patrimoine ­rythmique de l’Inde du Nord
Mariano Etchepareborda
p. 143-151

Résumé

Le document « Transmission électronique du patrimoine rythmique de l’Inde : Le projet TaalWizard » explique l’origine et les fonctionnalités d’un logiciel de tabla nommé TaalWizard, l’objectif premier étant de transmettre des séquences rythmiques de façon optimale entre des personnes pouvant se trouver aux quatre coins du monde. Il décrit les fonctionnalités que le programme entend proposer, qui consistent en une visualisation correcte de la séquence à l’écran, la possibilité de la faire jouer, une documentation au niveau global comme à celui des frappes individuelles, la possibilité de réutiliser chaque composant pour en créer de plus complexes, ainsi que des moyens d’archivage et de classification.

Haut de page

Dédicace

Je dédie cet article à Paul Grant, mon professeur de tabla, de qui je tire cette connaissance et le prie de m’excuser pour des erreurs éventuelles.

Texte intégral

Du côté informatique, un grand merci à Jean-Daniel Nicolet pour m’avoir initié aux subtilités de la programmation orientée objet. Je tiens également à remercier ma femme et mes enfants pour avoir supporté de bon cœur de me voir constamment devant ce fichu ordinateur. Enfin, j’aimerais exprimer ma profonde gratitude à S.S. Shri Mataji Nirmala Devi pour m’avoir fait découvrir la profondeur et la spiritualité de cette musique.

L’évolution du mode de transmission de la musique indienne à travers le temps

Transmission orale, mode privilégié

1La notion de guru-shishya parampara (tradition maître-élève) est le fondement non seulement de la musique, mais de la culture même de l’Inde. Le guru ou maître, fût-il uniquement professeur de musique, était révéré comme une divinité. Un élève accepté par un tel enseignant se considérait comme extrêmement fortuné et dédiait des années entières de sa vie à servir son tuteur pour qu’en retour il lui prodigue sa connaissance.

2De son côté, le maître de musique choisissait les disciples au potentiel le plus élevé et, fort du soutien financier de la cour ou de riches mécènes, les accueillait chez lui comme ses propres enfants, sans leur demander d’écolage. Libérés des contraintes matérielles, ils pouvaient donc se consacrer entièrement à leur art.

3Dans un tel cadre, l’héritage musical a pu se transmettre d’une façon optimale, car le maître était présent en permanence pour corriger l’élève lorsque c’était nécessaire.

Transmission écrite, avantages et limitations

4De nos jours, cette tradition ancestrale a fortement décliné, bien qu’elle n’ait pas totalement disparu. La cause principale est probablement le retrait progressif des mécènes, qui oblige maîtres et élèves à gagner leur vie pour subsister, au détriment de l’art.

5Parallèlement, l’étude musicale a quitté les cercles fermés des cours pour s’ouvrir au plus grand nombre. En effet, par le passé, cet enseignement se transmettait de père en fils, et il fallait faire preuve d’une détermination de fer pour pouvoir espérer accéder au cénacle. Tout le monde connaît l’histoire de Ustad Allauddin Khan, père de Ustad Ali Akbar Khan et maître de Pandit Ravi Shankar, qui s’était jeté sous les roues du chariot du grand Wazir Khan pour qu’il daigne bien l’instruire.

  • 1 Tabla  : membranophone de l’Inde du Nord composé de deux tambours de taille différente. Tabla est é (...)

6Avec des personnalités comme Pandit Gyan Ghosh, l’apprentissage du tabla1s’est démocratisé. Le commun des mortels pouvait dès lors pratiquer ce formidable instrument en amateur. Cette ouverture a suscité un autre genre de transmission : les séquences écrites. L’engouement relativement récent des Occidentaux pour la musique indienne a encore renforcé ce mouvement. En effet, à défaut d’un professeur dans leur ville d’origine, les élèves étaient réduits à ramener le plus de matière écrite possible pour continuer leur pratique chez eux.

  • 2  Gat  : phrase rythmique évoluée qui se joue une seule fois.
  • 3  Paran : phrase rythmique.

7Ce mode de transmission a néanmoins de nombreuses faiblesses. L’une des principales, à laquelle se heurte toute personne débutant dans les percussions indiennes, est qu’un seul nom peut se traduire par un grand nombre de frappes différentes. Un Ta peut par exemple être joué comme un Na, comme un Te, comme un Tin, ou d’autres encore. Ce flou a plusieurs causes. La plus cocasse est certainement la réticence (pour ne pas dire l’avarice) des grands percussionnistes du passé à l’idée de se faire « voler » leurs précieux gat2 et paran3. En conséquence, ils avaient recours à une astuce qui consistait à les déguiser en jouant quelque chose, mais en récitant autre chose.

  • 4 Bol  : mot correspondant à une frappe simple ou complexe. Ex  : dha, tak, tirekite, etc.

8Il est donc peu aisé d’interpréter correctement une séquence en se basant sur les bol4 uniquement. Des commentaires sont nécessaires, mais ils surchargent la séquence et rendent sa lecture malaisée.

9Une autre lacune de la notation traditionnelle des séquences est son manque de clarté quant à la rythmique des frappes. Lorsque toutes les frappes tombent sur le temps, tout va bien. Par contre, lorsque des séquences comportant des contre-temps (off-beats) se présentent, une certaine confusion commence à pointer. L’artifice utilisé généralement consiste à délimiter les frappes d’un même temps par deux barres verticales, et à noter les espaces s’y intercalant par des tirets. Là encore, si la rythmique à l’intérieur du temps n’est pas continue, cela pose problème, comme le démontrent les deux exemples ci-dessous :

|| dhan dhan | dha kitetake | dhum kitetake | dhe – dhe – |
dhe – kitetake | takite dhekite kre | dhe – ta | keta gadigina |
dha kitetake | takite dhekite kre | dhe – ta | keta gadigina |
dha kitetake | takite dhekite kre | dhe – ta | keta gadigina || dha

|| dha-gege terikita dhingege dhatete | dha-ge-ge dhin-ge dhin tinnana dha |
dha-terekita tin-tete tin tinnana ta | takatrekre dhin-ge dhintinnana dhatete ||

10Comme on le voit, les barres de séparation, placées dans le premier cas entre les temps et dans le second entre les khand, selon la complexité de la séquence, laissent une grande possibilité d’interprétation quant à la rythmique de leur contenu.

La transmission électronique : un grand potentiel d’ouverture

11L’avènement de réseaux informatiques comme Internet permet de nos jours un véritable échange mondial de séquences rythmiques. De nombreux forums existent où les aficionados vont proposer ou chercher des séquences selon des caractéristiques données. De telles technologies ouvrent des perspectives impressionnantes en mettant en commun le savoir de milliers de musiciens du monde entier.

12Le but du projet TaalWizard est d’utiliser la technologie actuelle pour permettre une transmission non orale des séquences en surmontant les lacunes liées à l’écriture. Les possibilités offertes sont énormes.

13Il est néanmoins important de préciser que ce logiciel ne prétend aucunement remplacer l’enseignement d’un professeur. Ce suivi est primordial à tout moment de l’apprentissage, et spécialement au début. Il serait illusoire de croire que l’on pourra apprendre sérieusement un art aussi complexe avec le seul appui de la lecture, d’une vidéo ou d’un programme informatique quelconque. Si la posture des mains est fausse au départ, on aura toutes les peines du monde à la corriger par la suite.

14Néanmoins, pour des personnes ayant reçu un bon enseignement de base, ce logiciel peut se révéler d’une grande utilité. Voici les fonctionnalités qu’il entend proposer :
– Affichage : donner une vue correcte du cycle rythmique.
– Ecoute : donner un aperçu sonore le plus réel possible du cycle rythmique.
– Documentation : permettre la saisie de commentaires relatifs à une séquence.
– Réutilisation : insérer des composants rythmiques dans d’autres plus complexes.
– Classification et Archivage : permettre la mise en place d’une bibliothèque de séquences.
Ces fonctions seront expliquées en détail dans le paragraphe suivant.

Fonctionnalités du logiciel

Affichage

15Nous avons vu que la notation traditionnelle des séquences comportait deux lacunes importantes : le manque de clarté de l’emplacement des frappes et les bol « homonymes ».

16Cellules : Pour permettre une vision claire du début et de la durée de chaque frappe, TaalWizard les englobe dans des cellules. Ainsi, en se basant sur le numéro du temps affiché au dessus de celles-ci, il est possible d’avoir un aperçu précis de chaque séquence, comme par exemple celle-ci :

17Alias : Pour contourner le problème des frappes homonymes, on a recours à la notion d’alias. Un alias est un « surnom » que l’on donne à une frappe lorsque l’on veut la faire apparaître sous un autre nom que son identité réelle. Pour suivre l’exemple donné précédemment, on pourrait assigner un alias Ta à la frappe Te comme à la frappe Tin. Elle apparaîtrait alors sous son nom d’alias, non seulement dans la séquence à laquelle elle appartient, mais encore dans toute séquence l’englobant, pour autant qu’un alias de plus haut niveau ne soit pas défini.

18Les alias sont prévus pour deux alphabets différents :
– l’alphabet romain
– l’alphabet devanagari

19Ceci permet, par une simple sélection, de basculer d’une notation occidentale à une notation indienne.

Ecoute

20Afficher une séquence à l’écran, c’est bien. Avoir la possibilité de l’entendre, c’est mieux. En liant chaque frappe de base à un son échantillonné, on peut demander au programme de les jouer au moment juste. A noter qu’une frappe des deux mains sera simulée en jouant le son de la main gauche et celui de la main droite en même temps.

  • 5 Bayan  : aussi appelé dhaga  : grosse timbale basse des tabla, généralement en métal.

21Ce partage des sons entre les deux mains permet de changer la tonalités des uns ou des autres séparément. On simule ainsi un joueur de tabla qui accorderait indépendamment son tabla ou son bayan5.

22Le changement de tonalité mis à part, on peut également varier l’intensité du son au niveau global ainsi que pour chaque frappe séparément. Dans le même ordre d’idées, il est possible de spécifier l’orientation du son dans les colonnes par exemple pour accentuer le son des frappes d’une main sur l’un ou l’autre des hauts-parleurs.

Documentation

23Comme on l’a vu dans le premier chapitre, la documentation d’une séquence écrite est indispensable. A cette fin TaalWizard dispose de champs de remarques au niveau de la séquence comme au niveau des frappes elles-mêmes.

24Un aperçu dans chacune des frappes permet de voir de quels bol elle se compose et, pour chacun d’entre eux, quelle est l’intensité voulue, ainsi que la hauteur du son (principalement pour le bayan, où elle peut être modulée en appliquant plus ou moins de pression sur sa peau).

25Ces informations peuvent être visualisées rapidement en laissant brièvement le curseur de la souris sur la cellule que l’on désire consulter ; en une fraction de seconde, un tooltip (petite boîte de dialogue) apparaît avec un concentré de toutes ces informations.

Réutilisation

26On peut considérer la rythmique indienne comme un jeu de LEGO que l’on bâtit au fur et à mesure, en partant des frappes de base et en créant des frappes plus complexes comme Tirekite qui, elles, seront utilisées dans des séquences plus importantes pour aboutir finalement à un solo complet.

27Dès lors, une approche informatique orientée « objet » s’imposait. Considérons le modèle suivant :

  • 6 UML : acronyme de « Unified Modelling Language ». Type de notation pour la modélisation objet.

28Dans ce diagramme de notation UML6, les rectangles représentent des objets, les flèches avec un losange définissent un attribut de ces objets, et les flèches triangulaires le fait qu’un objet hérite d’un autre, c’est à dire qu’il en a tous les attributs, mais qu’il peut en avoir d’autres qui lui sont propres. Pour prendre un exemple dans la nature, l’objet Homme hériterait de l’objet Mammifère, car il en a toutes les caractéristiques, mais il peut également en avoir d’autres en sus (Parole, Rire, etc.).

29On voit ici que les objets Frappe et Séquence dérivent tous deux d’un ancêtre Composant Rythmique dont ils héritent les diverses fonctions et attributs. Ils ont cependant des comportements et des données propres qui viennent s’y ajouter.

30L’objet Frappe, de son côté, a deux nouveaux attributs de type Son correspondant aux sons produits par la main gauche et par la main droite. Ceci permet l’écoute de la séquence.

31L’objet Séquence, lui, est un peu plus complexe, dans le sens où il contient un ensemble de Composants Rythmiques mis en cadence. Or, comme le Composant Rythmique est leur ancêtre commun, ceci peut donc être une Frappe ou une nouvelle Séquence.

32Peut-être qu’un exemple concret éclairera un peu mieux cette architecture :


TirekiteTeTeKeTeTirekite

33La séquence suivante DhaTrktTkTrkt réutilise Tirekite en y ajoutant d’autres frappes simples. On voit que le temps imparti à cette frappe complexe est maintenant de 1 tiers du temps global, ce qui implique que si DhaTrktTkTrkt est jouée en 1 seconde, Tirekite aura 333 millisecondes pour s’exécuter, et donc chacune de ses frappes uniquement 83 millisecondes.

  • 7 Rela : thème rythmique terminant généralement un solo et joué à grande vitesse. Son nom viendrait (...)

34Le composant rela7 poursuit le mouvement en réutilisant la séquence DhaTrktTkTrkt qui devra s’exécuter en 3/8 du temps imparti. Et ainsi de suite…

35En ce qui concerne les frappes Dha, Te, Ta et Ke, elles ont pour attributs deux sons échantillonnés (c’est-à-dire enregistrés sur un ordinateur) : un pour la main droite et un pour la main gauche. Ainsi, lorsque la frappe Dha doit être jouée, elle lance simultanément les sons Na et Ge. S’il s’agit d’une frappe d’une seule main, seul un son est exécuté.

36Ceci est une simplification du modèle réel, dans lequel il faut tenir compte d’éléments supplémentaires comme des spécificités au niveau de chaque frappe d’une séquence. Il donne néanmoins un bon aperçu de l’architecture sur laquelle se base le logiciel.

Classification et archivage

37A quoi servirait de transcrire des séquences s’il est impossible de les retrouver par la suite ? A cette fin, TaalWizard offre deux niveaux de classification : une structure arborescente et des champs spécifiques par séquence.

38La structure arborescente est un ensemble dynamique de dossiers qui permet un premier tri des séquences :

Conclusion

Version de démonstration à télécharger

39Ce projet a abouti à un partagiciel dont la première version a été mise à disposition du public en mai 1998. De nombreuses améliorations ont été publiées depuis. Il est disponible à l’adresse web http://www.swarsystems.com.

Pistes pour le futur

40Un tel logiciel n’est en principe jamais terminé, tant les possibilités de la musique indienne sont illimitées. Je pense travailler prochainement sur le pendant mélodique de TaalWizard : le RaagWizard. Ce logiciel se divisera en différentes familles d’instruments, à commencer par les instruments à cordes pincées (sitar, sarod…), suivi des instruments à vent (harmonium, bansuri…), des instruments à cordes frappées (santur) et peut-être d’autres. Son principe restera le même : permettre la saisie et l’écoute des diverses compositions pour chaque instrument en intégrant pleinement la notion de râga. Pour en savoir plus, le lecteur peut consulter le site web à l’adresse http://www.swarsystems.com/​RaagWizard.

41TaalWizard et RaagWizard seront fusionnés en un seul logiciel, le SwarShala qui permettra de jouer et de synchroniser des séquences aussi bien rythmiques que mélodiques.

Haut de page

Notes

1 Tabla  : membranophone de l’Inde du Nord composé de deux tambours de taille différente. Tabla est également le nom du plus aigu de ces deux tambours, mais le nom est généralement utilisé pour l’ensemble.

2  Gat  : phrase rythmique évoluée qui se joue une seule fois.

3  Paran : phrase rythmique.

4 Bol  : mot correspondant à une frappe simple ou complexe. Ex  : dha, tak, tirekite, etc.

5 Bayan  : aussi appelé dhaga  : grosse timbale basse des tabla, généralement en métal.

6 UML : acronyme de « Unified Modelling Language ». Type de notation pour la modélisation objet.

7 Rela : thème rythmique terminant généralement un solo et joué à grande vitesse. Son nom viendrait de la ressemblance de l’effet produit avec celui d’un train indien.

8 Gharana : tradition dans laquelle s’est développé un style de musique.

9 Theka : cycle rythmique de base, sur lequel peuvent se greffer d’autres formes rythmiques. Ex  : tintal, jhaptal, etc...

10 Kayda : cycle rythmique très structuré utilisé comme exercice ou dans une partie précise d’un solo.

11 Tukhra : composition rythmique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariano Etchepareborda, « Le projet Taalwizard », Cahiers d’ethnomusicologie, 12 | 1999, 143-151.

Référence électronique

Mariano Etchepareborda, « Le projet Taalwizard », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 08 janvier 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/849

Haut de page

Auteur

Mariano Etchepareborda

Mariano Etchepareborda est un développeur de systèmes informatiques résidant à Genève en Suisse. Passionné par l’art et la culture de l’Inde, il a fondé en 1998 la société Swar Systems qui a pour but d’élaborer des logiciels de musique indienne. En dehors du monde virtuel, il étudie le tabla sous la tutelle de Paul Grant et participe à un groupe de chants dévotionnels de traditions diverses, Nirmal Bhakti. Il peut être atteint à l’adresse email mariano@swarsystems.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page