Navigation – Plan du site
Thèses récentes

Sandrine LONCKE : Lignages et lignes de chant chez les Peuls Woɗaaɓe du Niger

Thèse de doctorat de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, soutenue le 7 janvier 2002
p. 253-254
Référence(s) :

Sandrine LONCKE : Lignages et lignes de chant chez les Peuls Woɗaaɓe du Niger. Thèse de doctorat de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (département Langues, Littératures et Sociétés), 410 p., soutenue le 7 janvier 2002. Directeurs de thèse : Hugo Zemp et Christiane Seydou.

Texte intégral

1Cette recherche porte sur les chants polyphoniques masculins d’une population d’éleveurs nomades : les Peuls Woɗaaɓe, ou Bororos, du Sahel nigérien. Le choix d’exposition a consisté à restituer systématiquement la genèse de la construction de l’objet, non seulement en suivant l’ordre chronologique du terrain, mais en rapportant également les discours recueillis — en version bilingue peul et français — ainsi que le contexte global et personnalisé de l’enquête.

2Outre deux chants communs à l’ensemble de la communauté, les quinze lignages Woɗaaɓe vivant au Niger — entre 80 000 et 100 000 individus — possèdent chacun un « chant de marque » (jeldugol) par lequel ils s’identifient mutuellement et se différencient les uns des autres lors des rassemblements cérémoniels interlignagers (daɗɗo ngaanyka) qui ont lieu à chaque fin d’hivernage.

3Ces chants, les Woɗaaɓe les conçoivent, à l’image de leur arbre lignager, comme les ramifications figées et à jamais différenciées d’une forme unique, qui aurait été partagée par leur ancêtre fondateur entre les différentes lignées patrilinéaires auxquelles il donna naissance.

4D’un point de vue formel, l’ensemble du corpus présente de fait une réelle homogénéité stylistique, bien qu’aucun chant ne soit semblable. A elle seule, leur existence vient donc conforter cette croyance selon laquelle l’identité ethnique puise ses fondements dans une origine commune, tandis même que leur différence contribue parallèlement à substantialiser les contours des identités lignagères. Aussi la possession d’un chant reconnu comme authentique constituera-t-elle pour le lignage un gage de son appartenance à la vaste communauté des Woɗaaɓe.

5A l’analyse, il apparaît cependant que cette notion endogène de légitimité identitaire, loin de constituer une donnée avérée une fois pour toute, découle de toute une dynamique relationnelle d’intégration et d’exclusion, dont le principal enjeu est le maintien d’un équilibre des rapports de force entre lignages, notamment en matière d’échange des femmes ; si bien que la reconnaissance de conformité musicale n’est jamais qu’un sceau imposé a posteriori et en constante réévaluation, au gré des jeux de recomposition vécus par la société.

6L’observation en contexte cérémoniel des différentes modalités d’interprétation de ces chants indique en outre que leur identité formelle, foncièrement mouvante, n’émerge jamais qu’in situ, au sein de la performance musicale, et dans un jeu de confrontation avec autrui oscillant entre rapports de complémentarité ou d’opposition selon qu’il convient de repousser ou, au contraire, de restreindre la frontière entre Nous et les Autres.

7Au delà de la lecture que les Woɗaaɓe font de leur propre histoire, il s’avère ainsi que ces chants ne sont pas tant le fruit d’une diversification arborescente originelle que d’un procès de différenciation et d’homogénéisation continu, transversal et réflexif, qui donne finalement à entendre la façon dont le tissu relationnel de cette société nomade se recompose constamment, non seulement dans le temps, au gré de jeux de scission et d’agrégation, mais également dans l’espace, au fil des co-résidences et des dispersions.

8La notion d’antériorité d’une forme musicale mère, ou la traditionnelle dichotomie entre invariant et variable, s’en trouve du coup relativisée, au profit de processus compositionnels interactifs se jouant continûment lors des confrontations cérémonielles interlignagères et dessinant de façon évolutive ce qu’on pourrait appeler une « dialectologie musicale ».

9Plus qu’une simple attestation de conformité culturelle, les chants lignagers des Peuls Woɗaaɓe participent au fond d’une dialectique communautaire qui permet de perpétuer, au delà des recompositions de la société, le style de l’ethnie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sandrine LONCKE : Lignages et lignes de chant chez les Peuls Woɗaaɓe du Niger », Cahiers d’ethnomusicologie, 15 | 2002, 253-254.

Référence électronique

« Sandrine LONCKE : Lignages et lignes de chant chez les Peuls Woɗaaɓe du Niger », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/840

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page