Navigation – Plan du site
Rencontres

Une rencontre d’ethnomusicologie au Brésil

Compte rendu de la rencontre internationale d’ethnomusicologie : Músicas africanas e indígenas em 500 anos de Brasil. École de musique de l’Université Fédérale de Minas Gerais (Brésil), 23 octobre au 7 novembre 2000
Jean-Michel Beaudet
p. 247-249

Texte intégral

  • 1  Voir Buchillet 2000.

1An 2000, année symbolique pour le Brésil, année riche en célébrations du 500e anniversaire de ce qui fut, pour les uns, la découverte de la terre qui allait devenir le Brésil, et pour les autres, le début d’une « invasion mortifère » (Carneiro da Cunha 1992)1.

2Cette rencontre d’ethnomusicologie sur un campus universitaire fut un succès. En effet, au-delà de son programme musical et scientifique très riche, ce fut une véritable rencontre : « l’ethnie » des chercheurs et professeurs était assise à la même table que les musiciens des peuples maxakali, waïwaï, bassari… L’idée et la réalisation de ces journées en ont fait quelque chose de différent, aussi bien des autres conférences universitaires que des festivals de musique traditionnelle. J’en propose ici quelques images, comme on montrerait un album de famille : des représentants des confréries de Congadas de la région discutent devant le public de questions de copyrights de chants avec un avocat et une ethnologue ; dans le jardin du campus, une institutrice du peuple pataxo chante ses dernières compositions pour un collègue kashinawa de l’Ouest amazonien. Les questions des musiciens poussent un ethnomusicologue à expliciter ses niveaux de discours (en fait, il fut amené à éviter l’usage oral des guillemets, le recours systématique aux citations d’autres musicologues). Des danseurs kamayura venus du Xingu, déjà bien habitués à se produire en spectacle hors de chez eux, et sachant défendre de près leurs intérêts — en particulier le nombre de spectacles inscrits sur leur contrat — sont pris dans la synergie de la rencontre et dansent plus souvent que ce qui était programmé ; plusieurs groupes invités vendent des objets d’artisanat dans une foire improvisée devant l’école de musique. Parmi eux, des musiciens krenak et pakararu arborent des tee-shirts sur lesquels est imprimée la photo de danseurs kamayura. Des danseurs kamayura distribuent (oralement) des diplômes d’indianité : « les Waïwaï sont de vrais indiens, eux ». Un flûtiste waïwaï tourne autour des femmes krenak et joue sur scène (pour elles ?) des mélodies légères, se trouvant dans le même temps transformé par son public en prêtre vedette d’une messe d’adieu sur fond de bougies et dans une atmosphère de recueillement. Des notables d’une confrérie de congadas regardent avec une attention religieuse les danseurs bassari venus du Sénégal. Ceux-ci apportent au Brésil des postures subtiles, des pas menus, des gestes fins. Cette corporéité est tellement différente des gesticulations et des « ventilateurs » exportés d’Afrique comme une sorte de « world dance », produisant une image uniformisée de « La » danse africaine, cliché qui tend en partie à cacher et à aplanir les indéniables énergies et les différents érotismes de ces esthétiques chorégraphiques. Des familles maxakali enfin — il n’est pas possible de tout décrire ici —, contentes d’être là, de s’asseoir au restaurant universitaire (récemment sauvé de la privatisation), de prendre trois repas complets par jour en compagnie des autres musiciens et des chercheurs, contentes enfin de montrer, en chantant, leur paillardise et de faire partager leurs rires.

3Une rencontre comme celle-ci pose de nombreuses questions. Elle peut être comprise comme un acte d’anthropologie engagée et en même temps considérée comme un objet d’étude anthropologique. Certes, associer des conférences d’ethnomusicologie et des spectacles musicaux n’est ni nouveau ni exceptionnel. Où était la différence ? Ayant participé à l’échange, je manque de cette fameuse distance ethnologique qui permettrait d’en analyser les particularités ; comment, dans ces jours privilégiés, est-on passé d’un « discours sur » à un « discours avec », à un discours partagé ?

  • 2  Bassari du Sénégal, plusieurs confrérie de congadas, peuples Kamayura, Kaxinawa, Krenak, Maxakali, (...)
  • 3  Auditorium de l’école de musique, jardins du campus, salle de cinéma du Département d’anthropologi (...)

4Tout d’abord, cet échange correspondait à un projet pensé par les organisateurs, professeurs de l’école de musique et du Département de sociologie-anthropologie. Parmi ceux-ci, saluons au passage Glaura Lucas et Ruben Texeira, ainsi que Rosângela Pereira de Tugny, inspiratrice de la rencontre, ovationnée par tous les participants. Comme le rappelle André Prous, autre organisateur dévoué, ce fut un choix en quelque sorte politique que de ne pas faire appel à des spécialistes de la musique occidentale, par ailleurs en position hégémonique dans cette université (Prous 2001 : 56). Mais, au-delà de la magie d’une rencontre, les ingrédients qui firent de cet événement une réussite sont peut-être simples, après tout :
— le nombre des musiciens-danseurs était très nettement supérieur à celui des universitaires-conférenciers (environ cinq fois plus, si mes souvenirs sont bons) ;
— les différentes cultures musicales rassemblées étaient assez nombreuses2, ce qui a pu favoriser des rencontres multiples ;
— universitaires et musiciens étaient assis côte à côte à la table de conférence et disposaient du même temps de parole ;
— tous mangeaient ensemble et étaient logés dans les mêmes lieux ;
— la multiplicité des scènes3 favorisait les échanges ;
— les événements musico-chorégraphiques n’étaient pas conçus ni vécus comme des « à côté » ou des illustrations des conférences. Les conférences ne pouvaient pas se limiter à des explications des musiques. Même les exposés plus classiques dans leur forme ou leur contenu ont été remodelés, réinterprétés dans la dynamique globale de la rencontre.

  • 4  J’ai pu participer à des rencontres significatives de ce point de vue en Albigeois, en Bretagne, e (...)

5Cette volonté de ne pas conforter la séparation ou la hiérarchie entre chercheurs et musiciens peut se rencontrer ailleurs ; par exemple dans le monde des musiques traditionnelles françaises, où les musiciens et les danseurs présentent parfois eux-mêmes leurs propres recherches académiques4. Mais peut-être cela se retrouve-t-il plus généralement dans d’autres pays où, comme en France, l’ethnomusicologie et les associations de musique traditionnelle ont pu connaître une croissance à la fois forte et conjointe depuis quelques décades.

  • 5  Signe renforcé par la tenue quelques mois plus tard de la conférence internationale de l’ICTM à Ri (...)
  • 6  Voir notamment Agier 1997.

6Ces quelques notes reviennent en fait à se demander ce que nous apporterait une étude ethnomusicologique des conférences d’ethnomusicologie (voir notamment Doubleday 2000). Au Brésil, cette rencontre de Belo Horizonte est peut-être le signe du fleurissement tant attendu de l’ethnomusicologie dans ce pays5. Semaine de bon augure en tout cas, qui met notre science sur le chemin d’une ethnologie engagée6, d’une anthropologie partagée. Ainsi, parmi les discours officiels d’ouverture, on a pu entendre la vice-rectrice affirmer (je cite de mémoire) : « Présenter et éditer des films et des disques de ces musiques méconnues est bien, nous les faire mieux comprendre grâce à des conférences, et inviter les musiciens de ces cultures minoritaires est encore mieux. Mais ce n’est pas suffisant : l’Université est une institution publique, et à ce titre, elle se doit de donner sa place à chacun des savoirs et des modes de connaissance de ce pays ; et ceci, pas seulement par une étude extérieure. L’Université doit programmer de manière équilibrée, et dans le contenu même de ses enseignements, toutes les cultures de la région, en particulier celles qui sont par ailleurs marginalisées. »

7En ouverture aussi, Radio Favela, célèbre station pirate de cette immense ville, avait invité différents participants de la rencontre, et il s’est produit quelque chose d’extraordinaire, que je n’avais en tout cas jamais vu : un mélange inventé en direct. Sur une base rythmique proposée par des musiciens du courant « afro » de Belo Horizonte, trois hommes bassari du Sénégal, un Kaxinawa de l’Ouest de l’Amazonie et un Waïwaï du plateau des Guyanes ont chanté ensemble. On pourrait appeler cela de la world music, une bonne soupe, un mélange de quatre systèmes musicaux distincts, un tressage inattendu et étonnamment fluide : le ton de cette rencontre.

Haut de page

Bibliographie

AGIER Michel (ed.), 1997, Anthropologues en Danger. L’engagement sur le terrain. Paris : J.-M. Place.

BUCHILLET Dominique, 2000, « Brésil. Les autres cinq cents ans », Journal de la Société des Américanistes 86 : 195-214.

DOUBLEDAY Veronica, 2000, « Musiques du monde arabe à Alep », Cahiers de musiques traditionnelles 13 : 267-271.

CARNEIRO DA CUNHA Manuela, 1992, « Introdução a uma história indígena », in Carneiro da Cunha (ed.) : História dos Índios no Brasil. São Paulo : Companhia das Letras, Secretaria Municipal de Cultura, Fapesp.

PROUS, André, 2001, « A couve-flor e a ostra », Ciéncia hoje 29/174 : 54-57.

Haut de page

Notes

1  Voir Buchillet 2000.

2  Bassari du Sénégal, plusieurs confrérie de congadas, peuples Kamayura, Kaxinawa, Krenak, Maxakali, Pakararu, Waïwaï, sans compter les prestations ponctuelles d’une école de capoeira, d’une école de samba et de plusieurs autres formations musicales locales. Il serait par ailleurs intéressant de comparer des rencontres multiculturelles différentes par leurs intentions : congrès politiques, rencontres sportives interamérindiennes, rassemblements évangélistes, etc.

3  Auditorium de l’école de musique, jardins du campus, salle de cinéma du Département d’anthropologie, centres culturels de la ville, quartier d’une banlieue de Belo Horizonte où résidaient les membres d’une des confrérie, radio pirate…

4  J’ai pu participer à des rencontres significatives de ce point de vue en Albigeois, en Bretagne, en Poitou.

5  Signe renforcé par la tenue quelques mois plus tard de la conférence internationale de l’ICTM à Rio de Janeiro.

6  Voir notamment Agier 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Beaudet, « Une rencontre d’ethnomusicologie au Brésil », Cahiers d’ethnomusicologie, 15 | 2002, 247-249.

Référence électronique

Jean-Michel Beaudet, « Une rencontre d’ethnomusicologie au Brésil », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/837

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Beaudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page