Navigation – Plan du site
CD | Vidéo | CD-Rom

Madagascar. L’art de la valiha

Enregistrements, notice, photographies (1999) : Jobonina Montoya-Razafindrakoto. Arion / Collection « l’Art de… », 2000
Shui-Cheng Cheng
p. 219
Référence(s) :

Madagascar. L’art de la valiha. Enregistrements, notice, photographies (1999) : Jobonina Montoya-Razafindrakoto. 1 CD (53’63) Arion / Collection « l’Art de… » ARN 60521, 2000.

Texte intégral

1La cithare tubulaire comprend deux catégories : le type idiocorde, dont les cordes sont découpées à même le tuyau et soulevées par de petits chevalets, et le type hétérocorde, dont les cordes indépendantes sont fixées au tuyau. On distingue généralement trois modes de jeu : cordes pincées avec les doigts comme sur la cithare de Nouvelle-Zélande ; cordes frappées avec une baguette comme celle de la minorité Zhang en Chine du Sud ; cordes frottées avec un archet comme celle de Yougoslavie.

2Les valiha fabriquées en Imerina, région située au centre de Madagascar, ont une trentaine d’appellations locales et un riche répertoire. Dans le présent enregistrement, les valiha en Imerina sont fabriquées en bambou, exceptées celles des plages 12 (en tôle) et 13 (en bois). Ces valiha, de facture ancienne ou moderne, sont des instruments de concert mesurant un mètre de long, pourvues de seize à dix-huit cordes et accordées principalement en diatonique, à l’exception de celles utilisées en plages 12 et 13. Les cordes, généralement pincées, sont exceptionnellement frappées en plages 10, 11 et 12.

3Selon Jobonina Montoya-Razafindrakoto, la valiha, vraisemblablement originaire d’Asie du Sud-Est, a été introduite à Madagascar au début du premier millénaire. D’abord instrument de culte, puis instrument de la Cour, il est devenu aujourd’hui l’un des instruments de musique les plus courants à Madagascar. Son répertoire, caractérisé par une importante étendue sonore, une prédominance rythmique et une mise en valeur des effets de timbres, est en constante évolution. Bien que l’apprentissage traditionnel de la valiha se fasse oralement, les musiciens utilisent de plus en plus une notation comme aide-mémoire.

4Ce CD, anthologie de la cithare tubulaire malgache en Imerina, présente seize pièces traditionnelles et compositions, interprétées en solo ou en trio par trois éminents musiciens : Sylvestre Randafison (72 ans), Ranaivovololona Ratovonirina (53 ans) et Doné Randrianantoanina (42 ans). La sensibilité et la personnalité propres à chaque musicien sont bien exprimées. La qualité d’exécution est remarquable, notamment la virtuosité de Ratovonirina dans les plages 10, 11 et 12. Les trios de valiha plages 1, 15 et 16 créent une atmosphère particulièrement malgache et illustrent le retour de l’instrument vers une musique d’ensemble de valiha.

5La valiha et son répertoire, symboles d’une identité culturelle malgache, ont une valeur artistique qui mérite d’être mieux connue à travers le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shui-Cheng Cheng, « Madagascar. L’art de la valiha », Cahiers d’ethnomusicologie, 15 | 2002, 219.

Référence électronique

Shui-Cheng Cheng, « Madagascar. L’art de la valiha », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/825

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page