Navigation – Plan du site
Livres

Francesca CASSIO : Percorsi della voce. Storia e tecniche esecutive del canto dhrupad nella musica classica dell’India del Nord

Coll. Richerche di Etnomusicologia 7. Bologna : Ut Orpheus Edizioni, 2000
Laura Leante
Traduction de Georges Goormaghtigh
p. 193-195
Référence(s) :

Francesca CASSIO : Percorsi della voce. Storia e tecniche esecutive del canto dhrupad nella musica classica dell’India del Nord. Coll. Richerche di Etnomusicologia 7. Bologna : Ut Orpheus Edizioni, 2000.

Texte intégral

1Septième volume de la collection « Recherches en ethnomusicologie » dirigée par Ignazio Macchiarella chez Ut Orpheus, Percorsi della voce (« Parcours de la voix ») présente une étude sur le chant dhrupad, un des genres principaux de la musique classique de l’Inde du Nord, qui vit le jour au XVe siècle et « est aujourd’hui une tradition archaïque, apanage de rares amateurs et interprètes » (p. IX).

2Le texte de Francesca Cassio, qui se consacre depuis des années à l’étude du dhrupad, qu’elle chante d’ailleurs elle-même, est le fruit d’un travail soigné et rigoureux. Il s’agit d’une contribution précieuse qui situe d’emblée l’ethnomusicologie italienne (jusqu’alors intéressée de façon plutôt sporadique à la tradition indienne) dans le débat international sur la musique hindoustanie.

3L’approche scientifique de l’auteur, mûrie au long d’une vaste recherche sur le terrain, se double de son expérience en tant que musicienne, élève d’Amelia Cuni et surtout de Ustad Rahim Fahimuddin Dagar, un des plus célèbres chanteurs actuels de dhrupad, représentant d’une des plus anciennes lignées de musiciens dans la tradition classique hindoustanie.

4Percorsi della voce, à l’origine une thèse en ethnomusicologie à l’Université de Rome La Sapienza, constitue désormais une référence essentielle dans la littérature scientifique italienne sur la musique indienne. L’ouvrage s’organise en six sections où sont exposées l’histoire et la technique d’exécution du dhrupad dans le style de Fahimuddin Dagar.

5Le premier chapitre présente un aperçu historique de ce genre musical à partir de sa forme dévotionnelle d’origine qui se développa dans les temples du Vraj (le havelī dhrupad), jusqu’à son épanouissement et son déclin comme musique de divertissement dans les cours hindoues et musulmanes de l’Inde du Nord, soit une période allant du XVIe au XIXe siècle.

6Dans le chapitre suivant, l’auteur illustre brièvement les bases théoriques sur lesquelles est fondée la musique classique hindoustanie en définissant les concepts de rāga et de tāla pour s’arrêter plus particulièrement sur la description de l’exécution du rāga dans le dhrupad, en exposant les moyens théorico-artistiques qu’elle utilisera dans les chapitres suivants.

7Le dhrupad tel qu’il se présente à l’heure actuelle est un genre élitiste qui, après l’indépendance de l’Inde en 1947, a déserté son milieu naturel, les cours et leurs mécénats, pour être chanté à l’occasion de festivals et se transmettre à l’intérieur des familles de musiciens (les gharānā). Le troisième chapitre traite justement des différents gharānā actuels et de leur rapport avec les styles médiévaux auxquels ils se rattachent (les bān¥). Il fait aussi le recensement précis des festivals et de la littérature musicologique consacrés à ce sujet. On y trouve les noms de Richard Widdess, Ritwik Sanyal et Selina Thielemann.

8Les Dagar sont parmi les plus anciens gharānā de la musique hindoustanie. La généalogie que Francesca Cassio en propose provient d’une reconstruction fournie par Rahim Fahimuddin qui offre de nouvelles hypothèses et perspectives sur l’histoire de ce gharānā par rapport aux versions présentées dans les études ethnomusicologiques antérieures.

9Dans les deux chapitres suivants, le dhrupad des Dagar, qui, traditionnellement, accordent une importance toute particulière à la qualité du son, est encore étudié en détail et, comme le dit bien Giovanni Giuriati dans sa préface, « Parmi les pages les plus réussies du livre, il faut mentionner celles que l’auteur consacre à la technique vocale tant pour ce qui est de ses aspects physiologiques que pour les concepts et les théories qui la déterminent » (p. VIII).

10Dans cette partie du texte, le personnage d’Ustad Rahim Fahimuddin apparaît avec beaucoup de netteté. L’auteur brosse un portrait fascinant et complet de ce musicien pour qui « la musique est conçue comme la résultante de trois composantes : l’intonation, le son et l’imagination » (p. 52). Cette dernière est comprise comme « un moyen de compréhension du phénomène vocal et un instrument nécessaire pour évoquer le sens émotionnel du morceau » (p. 57). La phonation et la posture du corps, qui lui est intimement liée, se rattachent à la science ésotérique du nāda yoga (la « science du son ») dont s’inspire la discipline vocale du Dagar gharānā : ce rapport fondamental entre son et gestualité est étudié et expliqué avec précision grâce, entre autre, à plusieurs photographies réalisées pendant les concerts du musicien.

11Mais la partie la plus intéressante du point de vue méthodologique et la plus originale de ce livre est l’analyse du rāga Mārwā dans l’interprétation du chanteur. C’est là que se rejoignent les questions et les thèmes exposés plus haut : la recherche historique, la conception philosophique du nāda yoga, les préceptes et les principes stylistiques du gharānā. Ces différents domaines trouvent tout leur sens dans l’étude de la pratique et de la technique d’exécution de Fahimuddin. C’est ici que la formation ethnomusicologique de Francesca Cassio se joint et s’intègre le mieux à son expérience de chanteuse de dhrupad.

12Le choix du rāga Mārwā, objet desleçons que Rahim Fahimuddin Dagar donna à l’auteur, est dû tant à sa représentativité dans la tradition classique hindoustanie, qu’aux spécificités du texte de la section vistā (la composition poético-mélodique), qui expose des principes de théorie musicale liés à l’intonation et à la phonation.

13L’analyse de Francesca Cassio, qui s’attache avec un soin tout particulier à présenter de façon critique les mouvements mélodiques typiques du rāga, se concentre sur la section improvisée introductive, l’ālāp, que l’on considère dans la tradition des Dagar comme « le lien musical où s’articule le mieux l’art d’exposer le rāga pour ce qui est de la juste intonation, du rasa [saveur] et de l’esthétique du son » (p. 45) et dont l’exécution dans la tradition de cette famille est particulièrement développée.

14L’exécution de Fahimuddin de l’ālāp du rāga Mārwā est abordée en détail, avec une analyse des paramètres de temps, de développement mélodique (tant pour l’exploration des octaves et de l’utilisation des ornements que pour la densité des phrases musicales), des dynamiques de volume et de la qualité des timbres de la voix. Pour ce faire, l’auteur s’appuie sur des transcriptions et surtout sur des schémas particulièrement clairs et soignés. Il en résulte une étude complète et précise du chant de Fahimuddin Dagar, partisan des principes de la « science du son », à travers son style personnel et la tradition du gharānā.

15Un important appendice photographique accompagne et complète ce livre dont le mérite n’est pas seulement de présenter, justement, les « parcours de la voix » dans le dhrupad, mais également de dessiner deux fascinants « parcours de voix », qui se croisent : celle de Fahimuddin, maître et chanteur, et celle de Francesca Cassio, chercheuse et musicienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Leante, « Francesca CASSIO : Percorsi della voce. Storia e tecniche esecutive del canto dhrupad nella musica classica dell’India del Nord », Cahiers d’ethnomusicologie, 15 | 2002, 193-195.

Référence électronique

Laura Leante, « Francesca CASSIO : Percorsi della voce. Storia e tecniche esecutive del canto dhrupad nella musica classica dell’India del Nord », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/808

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page