Navigation – Plan du site
Thèses récentes

Anne-Florence Borneuf, Le chant et la sainte Patronne. La fête de la vara à Fiumedinisi (Sicile, Italie)

Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre, 1999
p. 273
Référence(s) :

Le chant et la sainte Patronne. La fête de la vara à Fiumedinisi (Sicile, Italie), 346 p., 39 fig., 15 tabl., 7 notations., 70 photos, index général + CD audio. Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre (département d’ethnologie et de sociologie comparative), soutenue le 13 décembre 1999. Directeur de thèse : Bernard Lortat-Jacob

Texte intégral

1Pourquoi, tous les cinq ans en moyenne, les habitants d’un village de Sicile se mobilisent-ils pour célébrer la « fête de la vara » ? La question semble simple au premier abord, mais ce rituel, fondé sur le mystère sacré de l’Annonciation et sur sa représentation théâtrale, révèle assez rapidement sa complexité. Durant plusieurs semaines, il s’articule autour de deux chants qui sont entendus uniquement à cette occasion et qui définissent chaque étape rituelle par une image sonore précise ; ce sont eux qui guident toute l’analyse de la fête.

2Après une présentation rapide du contexte rituel, le travail se focalise sur les chants : celui de l’Evviva Maria tout d’abord, dont les versions varient en fonction des processions qu’il accompagne ; puis celui de la vara : à travers la compétition dont il est l’objet, c’est tout le fonctionnement d’une communauté villageoise sicilienne qui se dévoile. La substance musicale des chants, leur apprentissage, la façon dont ils sont chantés et leur perception sont abordés et permettent de définir des notions telles que l’espace, le temps, le sacré, l’identité villageoise ou encore les divisions socio-politiques. Aussi l’accent est-il mis sur la préparation de la fête car c’est là que tout prend du sens, c’est là que les valeurs et les choix individuels apparaissent dans toute leur clarté.

3Revenant à une vision plus globale, la dernière partie du travail tente de mettre en évidence le caractère mixte du rituel : oscillant constamment entre terre et Ciel, entre profane et sacré, entre socio-politique et religieux, entre quotidien et festif, entre humain et divin, il se présente comme un acte nécessaire à l’énonciation des grands axes qui fondent une communauté villageoise.

4Ainsi, la fête de la vara se présente comme un vaste système de représentation où se construit et se renforce l’identité. L’identité en tant qu’individu, mais aussi en tant que membre d’une communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Anne-Florence Borneuf, Le chant et la sainte Patronne. La fête de la vara à Fiumedinisi (Sicile, Italie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 13 | 2001, 273.

Référence électronique

« Anne-Florence Borneuf, Le chant et la sainte Patronne. La fête de la vara à Fiumedinisi (Sicile, Italie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/787

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page