Navigation – Plan du site
Thèses récentes

Julien Mallet, Liens sociaux et les rapports ville/ campagne. Le tsapiky, « jeune musique » de Tuléar (Sud-Ouest de Madagascar)

Thèse de doctorat soutenue à l’Université Paris X Nanterre le 18 décembre 2002
p. 274-275
Référence(s) :

Julien Mallet, Liens sociaux et les rapports ville/campagne. Le tsapiky, « jeune musique » de Tuléar (Sud-Ouest de Madagascar), Thèse de doctorat (413 p.) soutenue à l’Université Paris X Nanterre (Laboratoire ­d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme) le 18 décembre 2002. Directeur de thèse : Hugo Zemp

Texte intégral

  • 1 Luth en bois qui prend de multiples formes. Il peut comporter de une à six cordes et sa taille vari (...)

1Le tsapiky est une musique pratiquée selon des modalités différentes dans les villes et les campagnes de la région de Tuléar (Sud-Ouest de Madagascar). Acoustique, il peut être joué à l’accordéon ou avec des mandaliny1 ; amplifié, il est exécuté par des orchestres (chant, guitare électrique, basse, batterie). Omniprésent à Tuléar, le tsapiky est mobilisé pour chaque événement, public ou privé : matches de football, discours et propagande politique, fêtes de l’indépendance, concerts. Quel qu’en soit l’utilisation ou le contexte, le tsapiky « fait venir du monde ». Il accompagne également les différentes cérémonies : mariages, enterrements, circoncisions.

2Mon enquête à Tuléar m’a permis de saisir différentes caractéristiques de cette réalité socio-musicale, qui s’articulent entre autres dans un rapport ville/campagne dynamique et original. Cette compréhension a nécessité une étude de la ville, espace aux frontières imprécises où se constituent de nouveaux liens sociaux (marché naissant, production de cassettes…), qui en font une étape d’une relation circulaire avec la campagne. Je me suis attaché à comprendre cette circulation en suivant les musiciens, dont la principale activité, même s’ils résident en ville, consiste en l’animation de cérémonies en brousse.

3Pris dans des contextes rituels aussi bien que marchands, le tsapiky est l’occasion de formes d’échanges inédites. La thèse s’attache à la compréhension du rôle particulier joué par le tsapiky dans ces processus. Elle a pour objectif de démontrer que, dans des situations d’acculturation, au-delà des contraintes mondiales, étatiques, le tsapiky en tant que « jeune musique » participe de la construction de liens sociaux relativement autonomes et produit du sens grâce à une articulation qui lui est propre entre le passé, le présent et l’avenir.

4Par l’analyse musicologique, j’ai également montré l’originalité de ce genre musical qui, bien qu’au cœur d’influences multiples (occidentales, africaines, de répertoires traditionnels locaux), révèle, à travers des processus d’appropriation, une grammaire propre lui permettant de s’affirmer comme genre musical partagé à l’échelle de la région.

5Le « système tsapiky » se présente comme une production commune prise dans un marché, celui des cassettes, fruit d’individus créatifs qui entendent affirmer leur individualité, mais qui n’existe qu’en tant que genre constitué de codes, dont l’aspect performatif conditionne la structure, comme le montre l’analyse musicologique. En effet, le tsapiky est marqué dans sa structure et son sens musical par son rôle dans les cérémonies. En tant que musique spécifique à une région, interne, il naît aussi du cadre cérémoniel. Il n’y a pas de « compromis » entre la ville et la campagne, mais des formes d’échange où la réciprocité est à l’œuvre.

6Médiation entre des modèles contradictoires : les communautés anciennement structurantes (groupes ethniques, clans, familles) et la communauté nationale à la recherche d’elle même, le tsapiky est le truchement à travers lequel se dessine un nouveau territoire, de nouvelles relations sociales, à travers lequel des univers hétérogènes deviennent complémentaires.

7Tout au long de mon travail, j’ai désigné le tsapiky comme « jeune musique » en m’attachant à caractériser cette catégorie analytique forgée à partir des réalités du phénomène musical étudié. Ce choix privilégie à dessein la contemporanéité de ce phénomène musical considéré comme expression particulière de la modernité. Il s’inscrit également dans une tentative d’échapper à des oppositions trop souvent empreintes de jugement de valeur telles que musiques traditionnelles/musiques modernes, populaires/savantes, rurales/urbaines… Catégorie analytique et non taxinomique, « jeunes musiques » traduit un souci de rendre compte d’un processus qui révèle un état non stabilisé, en mouvement, qui réinvente sans cesse son existence dans de multiples concordances.

8J’ai également émis, dans la thèse, quelques hypothèses quant aux difficultés épistémologiques concernant une approche anthropologique de terrains contemporains.

Haut de page

Notes

1 Luth en bois qui prend de multiples formes. Il peut comporter de une à six cordes et sa taille varie de moins d’un mètre à plus d’un mètre cinquante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Julien Mallet, Liens sociaux et les rapports ville/ campagne. Le tsapiky, « jeune musique » de Tuléar (Sud-Ouest de Madagascar) », Cahiers d’ethnomusicologie, 16 | 2003, 274-275.

Référence électronique

« Julien Mallet, Liens sociaux et les rapports ville/ campagne. Le tsapiky, « jeune musique » de Tuléar (Sud-Ouest de Madagascar) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page