Navigation – Plan du site
Livres

Hugo PEREDO, Max-Peter BAUMANN, Luz María CALVO et Walter SANCHEZ : Le Festival Luz Mila Patiño/30 ans de rencontres ­interculturelles à travers la musique

Genève : Fondation Simón I. Patiño, 2001
Michel Plisson
p. 237-238
Référence(s) :

Hugo PEREDO, Max-Peter BAUMANN, Luz María CALVO et Walter SANCHEZ : Le Festival Luz Mila Patiño/30 ans de rencontres ­interculturelles à travers la musique Genève : Fondation Simón I. Patiño, 2001. 112 pages + Illustrations (photos) + 3 CDs

Texte intégral

1Cet ouvrage a été publié sous les auspices du Festival de la Fondation Patiño créé en 1971 et se dédie à la culture musicale bolivienne, tant dans le champ de la musique contemporaine que dans celui de la musique traditionnelle. Parallèlement, la Fondation a créé un festival à Cochabamba dont le premier eut lieu en 1971 et le second en 1974, puis à intervalles répétés jusqu’à aujourd’hui. Douze éditions à ce jour. L’ouvrage reprend l’historique détaillé de ces festivals avant de donner un rapide aperçu de la diversité culturelle et historique de la Bolivie, jamais inutile pour remettre quelque peu les idées en place, notamment concernant la diversité culturelle de ce pays dont on pense trop souvent qu’il est seulement constitué d’Indiens quechuas ou aymaras vivant à 4000 mètres d’altitude, en oubliant les autres ethnies. 35 au total comprenant outre les Quechuas et Aymaras déjà nommés, les Chiquitanos, Guarani, Moxeño, Ayoreo, Tapiete, Chiriguano, Chacobo, etc. vivant dans une extrême diversité de reliefs.

2Dans les basses terres, beaucoup d’Amérindiens ont subi l’influence plus ou moins forte des missionnaires, mais d’autres beaucoup moins. Ainsi, les Sirionos, rattachés linguistiquement au groupe Tupi-Guarani, dans l’actuel département du Beni.

3Ces ethnies dont les musiques et les danses étaient bien souvent en voie de disparition et méprisées, sont pour certaines d’entre elles en résurgence, soutenues depuis récemment par les autorités locales. Chez les Chiquitanos, on note la prédominance nette mais non exclusive de la flûte traversière accompagnée de quelques tambours, celle du pífano en bambou, très utilisé en période de carnaval ainsi que le violon, survivance des missions jésuites de Moxos, plus ou moins en état de survivance dans les villages, mais qui a repris du poil de la bête, grâce à un label français qui produit de nombreux CD dans ce genre de musique.

4Bien entendu, beaucoup de ces musiques sont liées à des fêtes calendaires. Ainsi, les Chiriguano, peuple en partie guaranisé bien avant que l’homme blanc ne pénètre cette région, se divisent en plusieurs groupes. Durant la période de l’Araette (« le moment du grand temps ») a lieu la fête de l’Arete Guasu. Cette grande fête pour laquelle les communautés indiennes se déplacent beaucoup, n’a lieu que les années où la récolte de maïs est abondante. On prépare alors la bière de maïs, la chicha (canguï en langue guarani). Pendant ce temps, les hommes sortent les flûtes, la grosse caisse et les masques guirapepos et ndechis.

5Dans les hautes terres, le calendrier musical se construit sur deux périodes, le temps sec (Awti Pacha en langue aymara) et le temps des pluies (Jallu Pacha en aymara, Ch’akiy Pacha en quechua) qui détermine largement les activités agricoles, les rituels et les instruments de musique. C’est durant la période sèche Awti Pacha que l’on utilise toutes les sortes de flûtes de Pan. Ne pas obéir à la période d’utilisation à laquelle correspond chaque flûte, transgresser l’ordre serait lourd de conséquences pour les communautés et les musiciens. Au fil des pages, est décrit l’essentiel des musiques, des rituels et des instruments ce que l’on a peu l’occasion de le lire sur les musiques de Bolivie, assez peu médiatisées.

6Mais l’ouvrage vaut aussi pour la place qu’il fait aux cultures afroñboliviennes. Si dans de nombreux pays d’Amérique latine, l’occultation est souvent faite aux musiques amérindiennes (Venezuela, Colombie, Argentine, Uruguay, Brésil…) dans les Andes (Equateur, Pérou, Bolivie…) c’est en général plutôt les musiques afroqui passent à la trappe. On trouve quelques développements, encore que succincts, sur ces musiques et trois pièces très belles et très bien enregistrées sur CD de musique afro, notamment la Raimundita interprétée par « Movimiento Saya afroboliviano », mouvement qui revendique ses racines africaines. Remarquable parenté avec les musiques afro apparemment très éloignées de la Bolivie, comme celles du Venezuela par exemple, notamment dans les chants solistes de la saya : Me miras, te ries, ce qui n’empêche évidemment pas la grande influence espagnole dans ces musiques accompagnées par les tambours (rythme sesquialtère de Raimundita, mélodie tonale de la semba…).

7Dans les hautes terres, on trouve bien sûr les communautés aymara et quechua, comme celle des Jalq’as, qui se répartissent par moitié dans le département de Chuquisaca et dans le département de Potosi, et dont la musique a été largement étudiée par Rosalía Martínez, qui a aussi contribué à cet ouvrage et nous offre ici quelques magnifiques plages musicales.

8Deux remarques critiques seulement qui n’obèrent cependant pas la qualité de l’ouvrage : l’absence presque totale de légendes concernant les superbes photos et l’erreur sur l’étiquetage des CD (le CD 1 est en fait le CD 2 / le CD 2 est en réalité le CD 3 / le CD 3 est en réalité le CD 1).En conclusion, cet ouvrage, abondamment illustré, donne un panorama intelligent et honnête des musiques traditionnelles de Bolivie dans le cadre limité d’un ouvrage de 120 pages, accompagné de trois magnifiques CD, à recommander tant pour les musiques enregistrée que pour la qualité de la prise de son.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Hugo PEREDO, Max-Peter BAUMANN, Luz María CALVO et Walter SANCHEZ : Le Festival Luz Mila Patiño/30 ans de rencontres ­interculturelles à travers la musique », Cahiers d’ethnomusicologie, 16 | 2003, 237-238.

Référence électronique

Michel Plisson, « Hugo PEREDO, Max-Peter BAUMANN, Luz María CALVO et Walter SANCHEZ : Le Festival Luz Mila Patiño/30 ans de rencontres ­interculturelles à travers la musique », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/631

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page