Navigation – Plan du site
Livres

Vergilij ATANASOV: The Bulgarian Gaida (Bagpipe)1

Livre édité sur CD-Rom par Martha Forsyth Newton, Massachusetts, 2002
Marie-Barbara Le Gonidec
p. 212-214
Référence(s) :

Vergilij ATANASOV: The Bulgarian Gaida (Bagpipe), livre édité sur CD-Rom par Martha Forsyth (fichier PDF lisible avec Adobe® Acrobat® Reader® 5), Newton, Massachusetts, 2002. Texte en anglais traduit du bulgare par Martha Forsyth, 130 pages, illustrations et photographies noir et blanc, croquis et dessins techniques, exemples sonores intégralement retranscrits dans le texte, également audibles sur un lecteur de CD, index des termes bulgares, bibliographie. © V. Atanasov and M. Forsyth <gaida@forsyths.org>, ISBN 0-9724898-0-0.

Texte intégral

  • 1 Je souhaite rendre hommage ici à Vergilij Atanasov, qui nous a quittés le 16 août dernier, à l’âge (...)

1La sortie de cet ouvrage est un événement. En effet, si la musique traditionnelle bulgare est bien connue et appréciée en Occident auprès du public éclairé, il existe peu d’écrits scientifiques la concernant dans des langues accessibles à ce même public. Et même en Bulgarie, où certaines recherches ont été entreprises au sein de l’Académie des sciences, tant à l’Institut de musique, auquel appartenait Vergilij Atanasov qu’à l’Institut du folklore, dont la section musique a longtemps été dirigée par Nikolaj Kaufman, il existe essentiellement des articles, peu de monographies ayant été consacrées aux instruments traditionnels et à leur musique — mise à part celle de Manol Todorov (1973), mais qui est assez sommaire. Si bien que ce livre n’a pas d’équivalent en Bulgarie.

2Il faut dire que, dans ce pays, la musique rurale de tradition orale (narodna muzika) a surtout fait l’objet de collectes systématiques qui ont donné lieu à de très nombreux recueils, notamment de chants, avec texte et mélodie. Comme chacun sait, elle a également fait l’objet d’un vaste mouvement de sauvegarde porté par de très nombreux ensembles amateurs largement encouragés par l’Etat dès 1945 et encadrés par des folkloristes professionnels, pour reprendre le terme bulgare (voir par exemple le «festival» de la ville de Koprivshtitsa qui devient tous les cinq ans le lieu de rencontre de tous ces ensembles; chacun présentait, sur scène, quelques mélodies vocales et/ou instrumentales de son village, la plupart du temps dans un cadre contextuel mis en scène: veillée, mariage, fête calendaire, moissons…). Quant aux ensembles professionnels, de niveau régional ou national, ils assuraient essentiellement le rôle d’interprètes du folklore officiel de la République populaire de Bulgarie, exécutant les arrangements de mélodies collectées sur le terrain, réalisés par des compositeurs formés à la musique et à la musicologie classiques occidentales. Les recherches nourrissaient donc essentiellement ce mouvement de mise en valeur de la culture populaire.

3S’il n’a jamais composé, Vergilij Atanasov faisait néanmoins partie de ces musicologues de formation classique. Né en 1921 à Sofia, il avait poursuivi des études de hautbois à l’Académie nationale de musique de la capitale. Entré à l’Institut de musicologie de l’Académie des sciences, il a consacré sa carrière à l’étude des instruments traditionnels, se formant d’une manière empirique à l’organologie. On lui doit surtout des articles, en bulgare, mais aussi en allemand, qu’il parlait, et en anglais, notamment ceux rédigés pour le New Grove Dictionary of Musical Instruments (1984); un ouvrage, intitulé Systématique des instruments de musique populaires (1977), sorte de catalogue illustré traduit en allemand (1983); un disque, produit chez Balkanton (BNA 1156); une série télévisée de 21 courts métrages sur les instruments également; enfin, il a participé à de nombreuses émissions de la radio et de la télévision nationales bulgares. De 1975 à 1980, il a appartenu au groupe de travail sur les instruments au sein de l’ICTM (International Council for Traditional Music).

4Bien qu’il fût à la retraite et qu’il n’en ait jamais fait partie, Vergilij Atanasov m’avait été recommandé par tous à l’Institut du folklore où j’étais officiellement basée lors de mon premier long séjour en Bulgarie. Je me rappelle notre toute première rencontre, à la fin de l’année 1991, dans un des bureaux de l’Institut, situé alors dans une belle maison bourgeoise réquisitionnée en son temps par le gouvernement communiste – restituée depuis aux héritiers des derniers propriétaires. Il m’avait posé une question «piège» pour tester mes connaissances (il me l’a avoué plus tard), me demandant comment relever les trous de jeu, quand on prend les mesures physiques d’une flûte. J’ai dû gagner sa confiance car nous nous sommes ensuite revus de nombreuses fois chez lui à chacun de mes séjours, jusqu’en 2000, où nous nous sommes entretenus pour la dernière fois.

5Il a apporté à mes recherches une aide précieuse, me communiquant de nombreuses informations et conseils, puis, dès mon retour en France, m’envoyant de longues lettres patiemment dactylographiées, en réponse à toutes mes questions (je rédigeais alors ma thèse sur les systèmes de représentation des instruments pastoraux). C’était un homme extrêmement précis et méticuleux, doué d’une grande gentillesse. Il a également aidé de nombreux chercheurs étrangers, notamment américains, dès la fin des années 60, comme on l’apprend dans l’introduction de cet ouvrage, sorti trois mois après sa disparition. Tous rendent hommage à cet homme connu pour sa modestie, sa générosité et la qualité de son accueil et relèvent ses compétences et son sérieux en organologie – il était vraiment le spécialiste du domaine.

6On ne peut donc que se féliciter de l’initiative prise par ses amis américains, et en premier lieu celle de Martha Forsyth qui a permis la publication de ce CD-Rom. Il s’agit en fait de la partie la plus élaborée de l’ouvrage auquel il travaillait depuis sa retraite – dans les moments de répit que sa santé lui permettait (il souffrait de problèmes cardiaques), sur sa petite machine à écrire, bien évidemment sans fax, ni photocopieuse, ni scanner… Il s’était donné pour but de fixer la somme de ses connaissances dans un ouvrage illustré de ses nombreuses photos (Vergilij était aussi très doué dans ce domaine), d’enregistrements sonores et de transcriptions. Malheureusement, la chute du régime communiste en 1989 a entraîné comme chacun sait de grandes difficultés économiques et on imagine facilement qu’un livre sur l’organologie ne soit pas prioritaire pour un éditeur privé, plus intéressé par les prédictions de Paco Rabanne et les conseils diététiques de Rika Zaraï (j’exagère à peine). Quant aux anciennes éditions d’Etat, mieux vaut ne pas en parler. Si bien que Vergilij n’a jamais trouvé aucun soutien financier pour parvenir à ses fins.

7Le plan de l’ouvrage, assez classique, propose en sept chapitres un tour d’horizon complet et méthodique de la cornemuse bulgare: dénominations et données physiques, aspect musical, les joueurs de cornemuse, le répertoire et ses fonctions sociales, histoire et distribution géographique, exemples musicaux, galerie de photos et iconographie. Riche de références ethnographiques et historiques, de dessins techniques et de prises de vue aux rayons X (pour voir la perce de l’instrument), de termes techniques avec toutes leurs variantes locales (systématiquement donnés en cyrillique en plus de la transcription et de la traduction), ce livre par ailleurs très bien mis en page est, selon moi, la «bible» en ce qui concerne l’instrument de musique bulgare.

8J’espère que la sortie de ce CD-Rom incitera les éditeurs bulgares, non seulement à rendre publique cette partie, achevée, sur la cornemuse, mais aussi à mettre en valeur les inestimables archives accumulées tout au long de sa vie par Vergilij Atanasov qui attendent dans les cartons, chez lui, qu’on veuille bien s’occuper d’elles…

Haut de page

Bibliographie

ATANASOV Vergilij, 1977, Sistematika na boelgarskite narodni muzikalni instrumenti (Systématique des instruments de musique populaires bulgares). Sofia: Balgarska Akademija na Naukite (Académie bulgare des sciences).

ATANASOV Vergilij, 1983, Die bulgarischen Volksmusikinstrumente. Eine Systematik in Wort, Bild und Ton. Munich-Salzburg: Musikverlag Emil Katzbichler (traduction allemande de 1977).

ATANASOV Vergilij, 1984, Art. «Gadulka», «Svirka»; «Duduk», «Kaval» (with R. Connay Morris & R. Petrovic); «Tambura» (with R. Petrovic); «Tapan» (with C. Rithman), in Stanley Sadie (ed.): The New Grove Dictionary of Musical Instruments. London: MacMillan II: 2-3.

TODOROV Manol, 1973, Balgarski narodni muzikalni instrumenti (Instruments de musique populaire bulgare). Sofia: Nauka i Izkustvo.

Haut de page

Notes

1 Je souhaite rendre hommage ici à Vergilij Atanasov, qui nous a quittés le 16 août dernier, à l’âge de 81 ans (MBLG).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Barbara Le Gonidec, « Vergilij ATANASOV: The Bulgarian Gaida (Bagpipe) », Cahiers d’ethnomusicologie, 16 | 2003, 212-214.

Référence électronique

Marie-Barbara Le Gonidec, « Vergilij ATANASOV: The Bulgarian Gaida (Bagpipe) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/618

Haut de page

Auteur

Marie-Barbara Le Gonidec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page