Navigation – Plan du site
Livres

Jacques SIRON : Dictionnaire des mots de la musique

Paris : Outre Mesure, 2002
Michel Faligand
p. 205-207
Référence(s) :

Jacques SIRON : Dictionnaire des mots de la musique, Paris : Outre Mesure, 2002. 304 p., exemples musicaux

Texte intégral

1Aussi bon le reconnaître d’entrée de jeu, mon compte rendu sera partiel sûrement, partial peut-être. Partiel parce que, devant un écrit aussi encyclopédique que possible, la critique qu’on est en droit d’attendre doit être d’origine aussi encyclopédique que possible. Tâche impossible à une seule personne ; une équipe pluridisciplinaire seule pourrait prétendre à l’impartialité. Partial parce que, centrant évidemment mon analyse sur des articles qui touchent des domaines qui me sont familiers, j’ai pris des risques quant à l’objectivité à laquelle je me dois.

2Il n’empêche, ce dictionnaire est une réussite ou plutôt sera une réussite quand un certain nombre de scories qui présentement le déprécient en auront été éliminées. Ses trois cent quatre pages proposent treize mille cinq cents entrées, c’est dire que même les plus exigeants des utilisateurs auront beaucoup de mal à débusquer des oublis.

3La page de garde énumère les champs prospectés : traditions musicales et instruments du monde entier — différents domaines de la musique — son, audio et informatique musicale — mots utiles à la pratique quotidienne. Souvent, les mots-entrées sont traduits (allemand, anglais, italien). L’éditeur et l’auteur — je devrais dire les auteurs, car pour entreprendre et mener à bien une tâche si ambitieuse, Siron a bénéficié du concours de spécialistes confirmés — prennent soin de s’expliquer sur la philosophie générale de l’ouvrage. En particulier, ils sollicitent les remarques critiques du lecteur ; celles-ci sont (déjà !) prises en considération dans une feuille (« Errata et addenda ») destinée à accompagner chaque réédition. Depuis sa parution (mars 2002), deux rectificatifs ont été imprimés ; ils corrigent les coquilles — rarissimes —, reprennent des définitions dont la rédaction appelait une révision et gomment des oublis eux aussi rarissimes. C’est dire qu‘avec le temps, les prochaines éditions « revues, corrigées et augmentées » seront asymptotiquement proches de la perfection.

4Encyclopédique (ainsi que je l’ai dit, l’adjectif s’impose), donc rassurant, cet ouvrage est aussi un dictionnaire de langue (traduction des mots de et vers l’anglais — grammaire francophone). L’avant-propos qui occupe quatre pages est d’une précision horlogère, il n’est ni épiphénoménal ni redondant, non ! Et il confirme les compétences lexicographiques du maître d’œuvre. Chaque page du dictionnaire est divisée en deux colonnes, les entrées composées en gras sont d’autant plus faciles à repérer que — tradition lexicale oblige — le haut de chaque page de gauche (paire) donne la première entrée de la page et celui de chaque page de droite (impaire) indique la dernière entrée de la page. La mise en page est celle à laquelle Outre Mesure nous a habitués : créativité contrôlée, lisibilité immédiate et sûre, pictogrammes toujours aussi astucieux, etc. Le brochage de mon exemplaire a bien résisté aux nombreuses manipulations qu’il a subies.

5En tant qu’historien des percussions, j’ai évidemment passé au crible tous les articles se rapportant à ce domaine — ce qui n’est pas rien. Un premier constat s’est imposé à moi : les rédactions de plusieurs descriptions organologiques doivent être reprises, en particulier parce qu’elles n’ont pas été composées avec la rigueur que les articles matriciels (idiophones — membranophones) laissaient espérer, orientation dangereuse puisque les contresens (« achéré »), restrictions (« shaker »), contradictions (« maracas ») font alors des clins d’œil à l’ambiguïté qui, derrière la vitre, attend son heure… Selon moi, le discours organologique impose au rédacteur une vigilance à tous les niveaux : lexique, syntaxe, conjugaison ; c’est une dure école d’écriture, écriture qu’un style un peu « télégraphique » comme l’est souvent celui d’une entrée de dictionnaire rend encore plus difficile.

  • 1 «D’après Bowen, ilú veut dire “tambour” chez les Yorubas. Lu signifie “frapper, donner des coups” d (...)

6Des entrées — en très petit nombre, je le souligne — sont des cibles faciles pour les flèches du critique. Je ne donnerai qu’un exemple qui doit motiver une refonte complète, celui du mot « batá ». Je passe sur l’écriture en m’étonnant que Siron ne soit pas rallié à la graphie francisée qui ne pose pas de problème : bata. Je lis : « [EN YORUBA = tambour] » Eh bien non ! En yoruba, le mot tambour, c’est ìlù (2 tons bas). Ortiz (1954 : 210) — qui, le malheureux, ne connaissait pas le yoruba — avait quand même donné une indication puisqu’il écrivait : « Ilú es ‘‘tambor’’ entre los yorubas, según Bowen. Lu significa “percutir, golpear” en el lenguage de esos africanos. »1 Poursuivant son article, Jacques Siron écrit : « A Cuba, les tambours b. se jouent avec les mains par trois ; le tambour grave [iyá / iyailu = la mère] sert de base, le médium [itótele / itótélé] fait le contrepoint rythmique, l’aigu [okónkolo / omelé] est soliste. » Renseignement pris : à Cuba, les tambours b. se jouent aussi (de nos jours) avec des claques sur la petite peau envoyées au moyen d’une savate, (« con el uso de la chancleta » : Rodríguez 1997 : 327), comme en Afrique (Verger, 139, 150). Les fonctions musicales attribuées par Siron aux trois tambours b. ne correspondent pas du tout à la réalité ; pour s’en convaincre, il n’est que de se reporter à Rodríguez (1997 : 331).

7Je connais bien la conscience professionnelle de Claude Fabre (Directeur d’Outre Mesure), son goût de la belle ouvrage — son catalogue témoigne — pour ne pas douter qu’il va multiplier les efforts pour fignoler ce livre. Tel qu’il est, il m’est déjà indispensable. L’année de pratique quasi-quotidienne (le vœu des promoteurs, n’est-ce pas ?) que je viens d’en faire conforte mon sentiment que c’est un outil qui doit être constamment à portée de main de ceux qui fréquentent un tant soit peu la musique — c’est-à-dire tout le monde !

Haut de page

Bibliographie

ORTIZ Fernando, 1954, Los Instrumentos de la Música Afrocubana. La Habana: Carnedas y Cia. Vol. IV: 205-342. Dessins, photos.

RODRÍGUEZ Olavo Alén, 1997, Instrumentos de la música folclórico-popular de Cuba. La Habana: Editorial de Ciencias sociales. Volumen 2: 319-343. Dessins, musiques, photos, sonagramme, tableaux.

VERGER Pierre Fatoumbi, 1982, Orisha. Les dieux yorouba en Afrique et au Nouveau Monde. Paris: Editions A.M. Métailié.

Haut de page

Notes

1 «D’après Bowen, ilú veut dire “tambour” chez les Yorubas. Lu signifie “frapper, donner des coups” dans la langue de ces Africains.»

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Faligand, « Jacques SIRON : Dictionnaire des mots de la musique », Cahiers d’ethnomusicologie, 16 | 2003, 205-207.

Référence électronique

Michel Faligand, « Jacques SIRON : Dictionnaire des mots de la musique », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/612

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page