Navigation – Plan du site
Livres

Mai PALMBERG et Annemette KIRKEGAARD eds.: Playing with Identities in Contemporary Music in Africa

Uppsala: Nordiska Afrikainstitutet, 2002,
Denis-Constant Martin
p. 203-205
Référence(s) :

Mai PALMBERG et Annemette KIRKEGAARD eds.: Playing with Identities in Contemporary Music in Africa, Uppsala: Nordiska Afrikainstitutet, 2002, 182 p., ill., notes bibliographiques

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend les communications présentées lors d’un colloque tenu en Finlande en 2000, avec pour objectif de réfléchir aux rôles que joue la musique dans l’Afrique moderne et, plus particulièrement, à la manière dont les cultures musicales contemporaines «jouent» avec les identités, sur le continent et en dehors.

2 Ce sujet, dont on ne saurait nier l’importance, soulève de nombreuses questions, relatives notamment aux méthodes qui peuvent être employées pour décrire et interpréter les relations qu’entretiennent phénomènes identitaires, d’un côté, production diffusion et consommation musicales, de l’autre. La première, toutefois, qui conditionne la possibilité de passer aux autres, est celle de la circonscription de ces phénomènes identitaires et, partant, de la définition de l’«identité» à laquelle les pratiques musicales seront référées. Or, une fois affirmé que: «[…] il n’y a pas de noyau musical originel appartenant à un groupe ethnique ou à une entité nationale spécifique, mais plutôt des sons musicaux qui sont sélectionnés dans le but d’établir les frontières nécessaires; il en découle que la performance musicale est souvent le moment précis où cette sélection est opérée» (p. 10), la question demeure en suspens. L’idée même d’une analyse de la performance comme moment, non seulement de production et de diffusion musicales, mais au surplus de construction et de projection identitaires, n’est reprise que dans quelques textes et sans que soient vraiment explicitées les méthodes d’enquête susceptibles d’être utilisées pour mener à bien une telle analyse. Ce volume ne veut pas être «[…] un livre sur la musique au sens où il livrerait au lecteur des informations sur les notes, les sons et les progressions harmoniques d’une pièce» (ibid., p. 15); il ambitionne d’être «multidisciplinaire» (ibid.) mais ne peut y parvenir complètement car, refusant une approche musicologique, il ne propose pas, faute de construction théorique de la notion d’identité, une démarche sociologique cohérente. Les très nombreux travaux qui ont été consacrés aux phénomènes identitaires en sociologie, psychologie ou politologie (pour ne mentionner que ces disciplines) semblent ignorés de la plupart des auteurs qui, au mieux, traitent la notion d’identité comme un donné non problématique, au pire, l’ignorent tout de bon.

3 Dans ces conditions, si l’on accepte que cet ouvrage ne répond pas vraiment à son titre, que peut-on en tirer? Une série de textes, dans l’ensemble intéressants, sur des genres musicaux africains contemporains. Ceux qui portent sur le Ghana, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cap Vert et la Tanzanie proposent des présentations historiques, des descriptions stylistiques et des analyses de contenu des paroles, qui permettent d’entrevoir comment la chanson véhicule des sentiments relatifs aux pouvoirs et fait parfois l’objet de tentatives de captation par des acteurs politiques.

4Il convient toutefois de souligner l’intérêt plus particulier de trois chapitres. Le premier, signé Sylvia Nannyonga-Tamusuza, est consacré à l’Ouganda. Il envisage le genre kadongo-kamu à partir d’une seule chanson, intitulée «Kayanda». Ses paroles sont minutieusement analysées et leurs dimensions symboliques expliquées pour montrer comment, à travers l’histoire d’un migrant originaire du Burundi, posée sur une musique composite où se mêlent éléments typiques du Buganda (ancien royaume formant une des régions de l’Ouganda contemporain) et éléments européens, c’est une peinture des rapports de pouvoir qui est proposée. On y trouve la nostalgie de l’hégémonie perdue du Buganda, une figuration ambiguë du Président Museveni (chef de l’État, considéré par certains comme un «étranger» mais par les mêmes ou d’autres comme l’artisan du redressement du pays) et le rôle nouveau joué par les femmes dans la société. Ici, la chanson apparaît clairement comme cadre de mise en forme et véhicule des représentations sociales de la société et des pouvoirs.

5 Dans le deuxième, David B. Coplan utilise le maskanda sud-africain comme point de départ d’une reformulation de la notion de tradition. Ce genre, et la conception qu’en ont les musiciens et leurs publics, montre qu’entre les pratiques musicales zouloues rurales et les pratiques urbaines, il existe une continuité de performance qui témoigne d’une «culture de la mobilité» construite en des sites multiples, circulant dans des réseaux fluctuants qui entremêlent relations familiales et amicales aussi bien que rapports villes/campagnes. Au bout du compte, c’est donc une urbanité musicale qui s’exprime sans être jamais coupée de son arrière-plan rural; une urbanité portée par des Zoulous qui, bien que craints dans d’autres domaines, sont ici vus par tous les Sud-Africains comme emblèmes d’une Afrique autonome et dynamique, construite sur des valeurs morales qu’il est de bon de rappeler au temps de la «nouvelle» Afrique du Sud. Dès lors, les «identités» ne sauraient plus être pensées comme figées, immuables et closes; elles sont remodelées en permanence dans le cadre des cultures de la mobilité, dans le croisement de la perception de soi et de la vision des autres; elles se manifestent sous des apparences diverses. Leur appréhension par la musique aide à comprendre qu’elles puissent être à la fois plurielles et indissociables.

6Les modèles de la célébrité dans la musique populaire yoruba du Nigeria, analysés par Christopher Waterman, en fournissent un autre exemple. Au départ, la conception yoruba pose la personne comme un assemblage de traits que le regard de l’Autre rend cohérent; l’identité n’est donc pas un donné mais le produit d’une interaction entre la destinée, le caractère et l’action délibérée. Parce qu’elle permet au chanteur célèbre de se montrer en modèle, la performance musicale est un des moments, un des lieux où se manifeste cette interaction, où apparaissent les balancements et les mutations des identités. La diversité des modèles, rapportée à la diversité des genres musicaux, permet de retracer des évolutions sociales. Le Big Man, tels Alhaji Dr. Sikiru Ayinde Barrister ou King Sunny Ade, incarne son auditoire, ou tout au moins donne forme aux rêves et aux désirs de celui-ci: il accumule les gens, l’argent et les ressources symboliques. Fela Anikulapo Kuti, en revanche, ne prétend représenter personne: il s’affirme comme étalon unique. Lagbaja, enfin, dans ses costumes de scène tirés des mascarades egungun, avec des musiques où le jazz et les formes nigérianes tissent une sorte de «progressisme traditionnel», proférant des paroles riches d’argot, s’avance masqué mais pas sans voix. Il évoque une utopie terre à terre, une vision intégratrice d’une société hétérogène: il fait entendre les aspirations de masses qui n’ont guère droit à la parole.

7 Les chapitres de Chris Waterman, de David B. Coplan et de Sylvia Nannyonga-Tamusuza expliquent comment la musique — la chanson moderne africaine — à la fois porte et aide à construire des perceptions mouvantes de soi et des autres qui, dans leurs intrications, constituent ce qu’il est convenu de nommer, d’un terme peu adéquat, l’«identité». Il serait possible, à partir de ces textes, de commencer à poser les bases d’une réflexion plus vaste, plus systématique, sur les processus de construction et d’énonciation identitaires et sur les moyens de les connaître. Ce livre ne le fait pas, mais fournit, en revanche, de riches informations à qui s’intéresse au reggae africain, au zouglou, à la morna, à la funana, au rap et au mbalax sénégalais, aux pseudo-fusions world ou au taarab de la côte orientale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis-Constant Martin, « Mai PALMBERG et Annemette KIRKEGAARD eds.: Playing with Identities in Contemporary Music in Africa », Cahiers d’ethnomusicologie, 16 | 2003, 203-205.

Référence électronique

Denis-Constant Martin, « Mai PALMBERG et Annemette KIRKEGAARD eds.: Playing with Identities in Contemporary Music in Africa », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/610

Haut de page

Auteur

Denis-Constant Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page