Navigation – Plan du site
Thèses

Nathalie Gauthard, Les moines danseurs du Tibet : du monastère à la scène internationale. Le cas du monastère de Shechen

Thèse de doctorat en esthétique, sciences et technologies des arts de l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis, soutenue le 17 décembre 2004
p. 351-352
Référence(s) :

Nathalie Gauthard Les moines danseurs du Tibet : du monastère à la scène internationale. Le cas du monastère de Shechen. Thèse de doctorat en esthétique, sciences et technologies des arts (spécialité : théâtre) de l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis, sous la direction de Jean-Marie Pradier, soutenue le 17 décembre 2004.

Texte intégral

1Au cours de ces dernièresdécennies, les pratiques spectaculaires des religieux tibétains ont suscité un véritable engouement sur la scène internationale. Le marché de la « World Culture » a en effet favorisé l’émergence d’un genre de spectacle singulier, représentatif d’une culture soumise à des problèmes sociopolitiques graves et identitaires. Aussi, a-t-il semblé nécessaire d’interroger les modes de présentation d’un rituel dansé, le ‘cham, en confrontant deux modalités de représentation. C’est en cela que cette thèse propose un parcours original.

2L’emploi de plusieurs outils méthodologiques (enquête de terrain, analyse chorégraphique, entretiens…), associé à l’exploitation de catégories théoriques au centre de la scène intellectuelle et politique actuelle (études postcoloniales et études culturelles, critique de la mondialisation, mise en discussion de la notion de tradition…), permet une prise de distance critique. Le début de cette recherche présente les raisons de l’engouement de l’imaginaire européen, français en particulier, pour le Tibet et ses implications complexes, parfois ambiguës et contradictoires, avec le bouddhisme. Suit un exposé sur la situation culturelle, sociale et politique du Tibet, à travers la problématisation de concepts denses pour l’histoire et l’historiographie politiques du XXe siècle, tels que « exil », « génocide culturel », « diaspora », « nation », « identité ». La présentation de la pratique spectaculaire Tibétaine du ‘cham : ses systèmes symboliques et religieux de référence, ses origines et ses sources, ses caractéristiques principales, ses fonctions, vient ensuite, suivie des modalités de transmission des savoirs dansés des moines tibétains. Elle comprend la description des danses du ‘cham au monastère de Shechen en exil au Népal selon une classification fonctionnelle. La partie suivante analyse le programme du spectacle des moines danseurs du Tibet présenté au Théâtre de Soleil (2001). Elle resitue la démarche d’Ariane Mnouchkine vis-à-vis de la culture tibétaine à l’intérieur d’un plus vaste mouvement impulsé par les réformateurs des arts de la scène au XXe siècle, influencés par l’Orient et les discours du sacré. Enfin, la dernière partie, plus technique, présente l’analyse chorégraphique comparative de deux des danses les plus spectaculaires du ‘cham dans la version in situ au Népal et celle à la Cartoucherie de Vincennes en 2001. L’apport documentaire important de cette thèse est la publication du manuel de danse : reproduction visuelle de l’original, translittération, traduction et commentaire du maître à danser.

3Le travail d’organisation de la tournée des « Moines Danseurs du Tibet » en Europe, est représentatif de ce qu’il a paru nécessaire d’introduire en vue d’une diffusion internationale plus large. L’étude du phénomène a permis de mettre en évidence un processus dynamique d’interaction entre deux communautés rassemblées autour du ‘cham. Pour les « moines dansants », le regard des publics étrangers contribue à l’élaboration d’une identité spécifique et virtuelle. Ce faisant, les moines originaires d’aires culturelles tibétaines diverses tel le Bhoutan, le Ladakh ou le Tibet de l’exil se conçoivent comme corps unitaire : le Tibet. En les regardant, les spectateurs entrent dans un processus d’élaboration cognitive où l’imaginaire se mêle au perceptif et au conceptuel : le Monde de l’Autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nathalie Gauthard, Les moines danseurs du Tibet : du monastère à la scène internationale. Le cas du monastère de Shechen », Cahiers d’ethnomusicologie, 18 | 2005, 351-352.

Référence électronique

« Nathalie Gauthard, Les moines danseurs du Tibet : du monastère à la scène internationale. Le cas du monastère de Shechen », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/451

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page