Navigation – Plan du site
Disques

Responde a roda outra vez

Associação Respeita Januário, Récife-PE, Brésil, 2004
Jean-Pierre Estival
p. 335-337
Référence(s) :

Responde a roda outra vez. Danças dramáticas do Brasil. Double CD, Associação Respeita Januário, Récife-PE, Brésil, 2004.

Texte intégral

  • 1  Pour ceux qui souhaiteraient commander ce coffret, qui n’est pas édité par un label internationale (...)

1Il s’agit d’un petit coffret1, double CD dont le titre précise « Musique traditionnelle du Pernambouc et de Paraíba sur les traces de la mission de 1938 ». En effet, depuis 1997 jusqu’en 2003/2004, une équipe réunie autour de Carlos Sandroni (Núcleo de Etnomusicologia, UFPE, Récife-PE), Maria Ignez Novais Ayala et Marcos Ayala (Laboratório de Estudos da Oralidade, UFPB, João Pessoa-PB) a suivi les traces de la mission de collectage envoyée en 1938 par le Département de la Culture de la Ville de São Paulo, sous l’autorité du grand poète et musicologue Mário de Andrade (1893-1945).

2A cette époque, le Brésil vivait sous l’autoritarisme de l’Estado Novo, dont la politique culturelle était fortement marquée par la question de la construction de l’identité nationale : légitimation et officialisation du « carnaval de la capitale, Rio de Janeiro » et de sa musique, le samba, mais aussi connaissance du folklore populaire et répression des cultes afrobrésiliens. Plus de soixante ans plus tard, ces problématiques se sont bien sûr évanouies, et c’est dans un souci de mise en valeur des musiciens et des communautés auxquelles ils appartiennent que le projet a été entrepris : « Développé par des chercheurs locaux, insérés dans des institutions locales, travaillant de façon continue avec les communautés en question », on est ici bien loin d’une mission folklorique des années trente. Les enregistrements ont été effectués en partie sur DAT, et pour le reste avec un studio portatif 8 pistes et enregistrement direct sur un disque dur.

3Les deux états voisins du Pernambouc et de Paraïba sont un immense réservoir de formes musicales et d’artistes qui, de Luiz Gonzaga à Lenine, ont contribué à façonner le devenir de la vie musicale brésilienne.

4Le titre, « Répond la ronde », évoque la reprise collective du refrain, après qu’un soliste ait « pris le vers » : c’est bien souvent le cas dans les formes chantées du Nordeste. Le premier disque (plus loin CD PE) concerne le Pernambouc (27 pièces, 72’), le second (CD PB) le Paraïba (30 pièces, 69’). Le livret, de plus de cent pages, comprend les textes des chansons, des photographies de contexte, et des inserts donnant des informations d’ordre ethnomusicologique sur les pièces, parfois en relation avec les enregistrements de 1938. Pour en savoir plus sur la mission, on consultera le remarquable site (en portugais) http://sampa3.prodam.sp.gov.br/​ccsp/​missao/​ qui comprend deux textes de présentation de la mission, une bibliographie, de nombreuses photos et enregistrements et même quelques extraits vidéo accessibles en ligne.

5Les deux CD nous proposent un vaste panorama des formes traditionnelles : musiques profanes ou sacrées, danses dramatiques ; les genres musicaux sont nombreux et leur définition souvent très locale. Nous ne pouvons ici, pour des raisons de place, rendre compte de toutes ces musiques ; mais elles sont bien sûr toutes dignes d’intérêt.

6Dans son ouvrage de référence Danças dramáticas do Brasil (2e édition 2002, Belo Horizonte : Editora Itatiaia), Mário de Andrade fait une large place aux formes théâtrales chantées et dansées Chegança de Marujos et Nau Catarineta, dont les thèmes sont maritimes. On en a ici quelques extraits (plages 11, 17 et 22, CD PB) rendant compte de la prodigieuse mémoire de Seu (Monsieur) Eduardo Silvestre.

7Peu connues hors du Nordeste, intéressant assez peu l’américanisme classique, sans doute du fait de leur long contact avec la société coloniale puis nationale, les communautés amérindiennes nordestines (ici les Pankararu) sont en plein processus de réaffirmation culturelle. Celle-ci s’inscrit dans le contexte plus large de la revendication politique et identitaire en cours dans bien des communautés amérindiennes au niveau continental. On a plusieurs niveaux d’interaction entre formes amérindiennes et régionales dans les villages pankararu, ce qui en fait un espace musical particulièrement riche.

8Les plages 4 et 25 du CD PE nous proposent deux toantes : c’est ainsi que les Pankararu appelent leurs chants sacrés dédiés aux divinités « les Enchantés ». La danse masquée qui accompagne la toante de Mestre Bonito n’a pas changé, elle demeure telle qu’elle a été filmée par la mission de 1938.

9Les torés sont des chants formellement très proches des formes strictement amérindiennes, mais exécutés dans un contexte religieux syncrétique, celui du culte des mestres e caboclos. Ainsi, dans le toré de mestre Tarraxá (plage 5) sont invoqués Dieu, la mère de Dieu et le maître Tarraxá. On peut entendre un toré plus festif correspondant à la phase publique du rituel sur la plage 15 : les chants y sont accompagnés de maracas, mais aussi d’un pifano (fifre) et d’un sifflet. Le toré est aussi chanté par la population régionale, comme l’atteste le chant Rosário de Maria (plage 16). Parallèlement, les musiques régionales, et en particulier les très populaires orchestres de fifres et tambours (banda de pifanos) sont présents dans les villages pankararu. On peut aussi entendre ces orchestres dans le CD PB (plages 8, 19, 20, 21).

10Les sambas et cocos proviennent de l’évolution des formes musicales dansées issues du batuque et/ou du lundu, termes génériques que les maîtres portuguais donnèrent dès le XVIIIe siècle aux danses des Noirs originaires du Congo et d’Angola. Attesté dès la fin du siècle suivant dans le Nordeste, le coco s’est sans doute toujours décliné en de nombreuses formes locales, qui sont encore bien différenciées aujourd’hui. Les cocos sont les danses festives, souvent calendaires, des couches sociales les plus pauvres de la population tant urbaine que rurale.

11Parmi les cocos, on remarquera dans le CD PB les plages 2 et 7, du groupe de coco et ciranda (rondes) de Caiana dos Crioulos. Ces remanescentes de quilombolas – descendants de Noirs Marrons – nous proposent E hoje (c’est aujourd’hui) et Menina bonita (jolie fille) dans des versions particulièrement énergiques, avec un très bon joueur de zabumba (tambour grave). Dans les années 1920, Mário nota le coco d’un chanteur, Chico Antônio, qui l’impressionna beaucoup par ses qualités artistiques. Ce même coco fut aussi enregistré par la mission de 1938. Cette pièce, Boi tungão, figure dans le CD PB (plage 6), dans une version courte mais émouvante, donnée par le coquista (chanteur de coco) Zé Rosendo (né en 1923).

12Ce CD PB se termine par un Adeus du même groupe où les participants à la fête sont salués par les chanteurs.

13Le coco de tebei (plages 12 et 27, CD PE) est une danse de travail, exécutée lors du tassage par piétinement du sol en terre battue d’une maison : la percussion, précise et pleine de suingue, est réalisée par le battement rythmique des pieds. Ces derniers sont aussi connus sous le nom de trupé, également présent dans le coco Oh baiana (plage 3, CD PE).

14Certains des groupes enregistrés ont publié un ou plusieurs CD ; c’est le cas du groupe Samba de Coco Raizes de Arcoverde, dont le CD Godê Pavão (ViaSom Music vs 200328) est un succès de musique traditionnelle au Pernambouc. Ils proposent ici deux plages (CD PE 14 et 26).

15Le CD PE (plage 6) nous offre un très bel aboio (briolage), chanté à la tierce par Carlinhos et Anselmo Galdino. Ces briolages se sont transformés au cours des dernières décennies, par le rajout de paroles évoquant les très difficiles conditions de vie du peuple nordestin : « […] tant de sueur versée, et personne qui lui donne la moindre valeur […] ».

16La continuité de la tradition – entre 1938 et 2004 – est parfois évidente : soixante-six ans après le 12 mars 1938, Dona Senhorinha Freire chanta Mandei cortar capim (j’ai envoyé couper de l’herbe), de façon presque identique (à l’accompagnement de viola près ; on peut en écouter un extrait sur le site CCSP sous le titre Canto de casa de farinha).

17On l’aura compris, ce double CD est une très bonne publication. Notre seul léger regret vient de l’absence – dans ces CD il est vrai déjà bien fournis – des musiques religieuses Afro-Brésiliennes, comme le Xangô de Récife.

  • 2  Si ce n’est dans le domaine du samba, par les travaux de Araújo, Vianna et Sandroni. Ce n’est sans (...)

18Sur le plan ethnomusicologique, c’est aussi une source importante pour de futures recherches sur les processus diachroniques à l’oeuvre dans la tradition. La possibilité actuelle d’enquêtes ethnomusicologiques approfondies travaillées avec la profondeur historique que permet cette publication et celle de la mission de 1938 sera certainement féconde. Ce champ, assez peu exploré au Brésil2, éclairera certainement par des analyses fines le prêt-à-penser souvent servi lorsqu’on évoque le métissage des musiques brésiliennes.

Haut de page

Notes

1  Pour ceux qui souhaiteraient commander ce coffret, qui n’est pas édité par un label internationalement distribué, on peut contacter (portugais, français, anglais) : anitafreitas@yahoo.com. Une édition francaise est envisagée chez OCORA.

2  Si ce n’est dans le domaine du samba, par les travaux de Araújo, Vianna et Sandroni. Ce n’est sans doute pas un hasard si ces trois auteurs ont aussi entrepris des recherches dans ce sens dans le Nordeste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Estival, « Responde a roda outra vez », Cahiers d’ethnomusicologie, 18 | 2005, 335-337.

Référence électronique

Jean-Pierre Estival, « Responde a roda outra vez », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/428

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Estival

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page