Navigation – Plan du site
Disques

Ethiopiques 12. Konso Music and Songs/Kirba afaa Xonso

Enregistrements : Alemitu Abebe et Enrico Castelli, 2003
Hugo Ferran
p. 332-334
Référence(s) :

Ethiopiques 12. Konso Music and Songs/Kirba afaa Xonso.Enregistrements : Alemitu Abebe et Enrico Castelli ; Texte et photographies : Enrico Castelli ; Traductions de l’afaa Xonso à l’anglais : Alemitu Abebe, Enrico Castelli et Korra Garra. 1 CD Buda Musique 82252-2, 2003.

Texte intégral

1La collection Ethiopiques est bien connue pour la publication d’archives musicales éthiopiennes urbaines du XXe siècle. C’est donc avec surprise que l’on accueille la sortie du douzième volume de la série, qui présente la musique d’une société rurale d’Ethiopie méridionale. Si les Konso sont réputés pour la disposition concentrique de leurs villages, l’érection de stèles funéraires et leur mode de culture en terrasses, les auteurs de ce disque proposent de nous faire découvrir l’un des aspects méconnus et pourtant essentiels de cette population, à savoir leur musique.

2Les enregistrements sont de bonne qualité. La pochette est attrayante. Les photographies nous emportent dans une région du monde encore préservée de toute forme de modernité. La première partie du livret dresse un inventaire des circonstances de jeu et des catégories de chants, qu’elle met en rapport dans un même tableau (p. 5). La deuxième partie décrit les instruments de musique. La troisième partie se consacre à l’analyse des rimes et des thématiques sous-jacentes aux paroles. Une quatrième et dernière partie présente une traduction partielle des textes des pièces chantées qui composent le CD.

3Mais si ce disque témoigne d’un patrimoine musical extrêmement riche jusqu’alors inédit, l’ethnomusicologue reste un peu sur sa faim. Les catégories de chants qui sont mentionnées dans le livret ne sont pas toutes rendues audibles par le CD, tandis que d’autres sont répétées à de nombreuses reprises. Sur les vingt-trois pièces du disque, on trouve en effet seize pièces de chant monodique accompagnées d’une lyre pentacorde, et seulement deux pièces de contrepoint vocal, deux pièces de flûte simple (les plages 2 et 21 présentant deux extraits d’une seule et même pièce), une pièce hétérophonique non mesurée, accompagnée d’outils agricoles, et une pièce de chant monodique non mesuré, accompagné d’une cloche. Il manque dans le livret une description minutieuse de la musique, ainsi qu’une étude détaillée des significations et des fonctions sociales des catégories musicales. On aurait en outreaimé que les instruments, répertoriés dans la deuxième partie du livret, figurent eux aussi dans le tableau de la page 5, afin de faire ressortir le lien intrinsèque qui unit les circonstances de jeu, les catégories de chants et la matière utilisée dans la fabrication des instruments. Les auteurs ne précisent pas quelles catégories de chants sont accompagnées de blocs de bois, quelles pièces sont traduites dans la partie 3 du livret, ni quel terme vernaculaire désigne les « chants épiques » de la page 6. Nous ne disposons pas non plus d’information en ce qui concerne les contextes de jeu du xylophone (kawla). Enfin, il n’est mentionné nulle part que les tambours sont la propriété exclusive des poqalla, les chefs rituels konso (Hallpike 1979).

4En revanche, pour qui connaît les musiques de cette région, ces enregistrements offrent matière à comparer. C’est sans surprise que l’on retrouve chez les Konso une lyre pentacorde, une flûte simple en bambou, des chants contrapuntiques, accompagnés de blocs de bois ou d’outils agricoles, et des chants monodiques non mesurés, destinés à louer les exploits des héros de chasse ou de guerre. Le xylophone est partagé avec les voisinsAri uniquement, tandis que la flûte de Pan ne se trouve dans aucun des pays ari (Fournel 2003), dorze (Lortat-Jacob 1997), maale (Ferran 2005) et hamar (Strecker 2003). Dans l’ensemble de ces sociétés, les cinq cordes de la lyre sont le plus souvent grattées deux à deux. Les pièces de lyre konso ne sont pas sans rappeler celles des Maale (plages 3, 5, 9 et 20), des Dorze (plages 1, 13, 16, 17, 18, 19 et 23) ou des Ari (plage 8, 10, 14 et 22). Seule la pièce de lyre de la plage 6 se distingue de toutes les autres. Le chant hétérophonique de la plage 4 semble spécifique aux Konso. Et le chant de louange non mesuré de la plage 7 diffère de ceux des populations voisines, aussi bien par l’emploi de la cloche que par les motifs mélodiques. Enfin, la pièce de la plage 11 utilise un procédé compositionnel que l’on retrouve dans les polyphonies vocales maale – l’antécédent étant formé d’un couple de solistes.

5En définitive, si ce disque ne répond pas à toutes les attentes de l’ethnomusicologue, il lui apporte un matériau supplémentaire, nécessaire à l’étude comparative et systématique des patrimoines musicaux de cette région.

Haut de page

Bibliographie

La collection Ethiopiques

Ethiopiques 1. L’âge d’or de la musique éthiopienne moderne, 1969-1975. Paris : Buda musique 82951-2, 1997.

Ethiopiques 2. Azmaris urbains des années 90, « Tètchawèt ! ». Paris : Buda musique 82952-2, Paris.

Ethiopiques 3. L’âge d’or de la musique éthiopienne moderne, 1969-1975. Paris : Buda musique 82963-2, 1998.

Ethiopiques 4. Ethio jazz & musique instrumentale, 1969-1974. Paris : Buda musique 82964-2, 1998.

Ethiopiques 5. Tigrigna music, 1970-1975 (Tigray et Érythrée). Paris : Buda musique 82965-2, Paris.

Ethiopiques 6. Mahmoud Ahmed, « Almaz », 1973. Paris : Buda musique 82979-2, 1998.

Ethiopiques 7. Mahmoud Ahmed, « Erè mèla mèla », 1975. Paris : Buda musique 82980-2, 2000.

Ethiopiques 8. Swinging Addis, 1969-1974. Paris : Buda musique 82982-2, 2000.

Ethiopiques 9. Alèmayèhu Eshèté, 1969-1974. Paris : Buda musique 82983-2, 2001.

Ethiopiques 10. Tezeta « Ethiopian blues & ballads », 1970-1974. Paris : Buda musique 82222-2, 2001.

Ethiopiques 11. Alèmu Aga, bèguèna, « The Harp of King David », 1994. Paris : Buda musique 82232-2, 2001.

Références

FERRAN Hugo 2005 Ethiopie méridionale. Musique des Maale : Eloges et bénédictions. Paris : Maison des Cultures du Monde, Collection Terrains, Inédit W 260120.

FOURNEL Thierry 2003 Ethiopie. Polyphonies Ari. Paris : Ocora Radio France, C 560174.

HALLPIKE Christopher R.1972 The Konso of Ethiopia. A study of the values of a Cushitic people. Oxford : The Clarendon Press.

JENKINS Jean 1994 [1968] Ethiopie. Musiques vocales et instrumentales. Paris : Ocora Radio France C 580055/56 (réédition du disque OCR 44 et OCR 75).

LORTAT-JACOB Bernard 1994 Ethiopie. Polyphonies des Dorze. Paris : Collection CNRS / Musée de l’Homme, Le Chant du Monde CNR 274646.

STRECKER Ivo 2003 [1979] Nyabole. Music of the Hamar, Southern Ethiopia. Berlin : Wergo / Spectrum SM 1707 (réédition du disque MC 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Ferran, « Ethiopiques 12. Konso Music and Songs/Kirba afaa Xonso », Cahiers d’ethnomusicologie, 18 | 2005, 332-334.

Référence électronique

Hugo Ferran, « Ethiopiques 12. Konso Music and Songs/Kirba afaa Xonso », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/422

Haut de page

Auteur

Hugo Ferran

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page