Navigation – Plan du site
Livres

Guillermo Carbó ronderos : Musique et danse traditionnelles en Colombie : La Tambora

Paris, L’Harmattan, 2003
Michel Plisson
p. 316-318
Référence(s) :

Guillermo Carbó ronderos : Musique et danse traditionnelles en Colombie : La Tambora. Préface de Carmen Bernand. Paris, L’Harmattan, 2003, 365 p., 32 € + CD Tambora : Baile cantado en Colombia (séparé). Producciones Tambora YAI Records, Bogotá (Colombia). www.tamboramusic.com

Texte intégral

  • 1  Guillermo Carbó Ronderos : La Tambora : musique de tradition orale en Colombie, Thèse de doctorat, (...)

1Issu d’une thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne (UFR de Musicologie) en 19981, cet ouvrage est consacré à l’étude de la tambora, à la fois tambour, musique et danse de Colombie. L’ouvrage est divisé en trois parties : la première est réservée à la musique de tradition orale en Colombie ; la seconde à la Tambora proprement dite et la troisième est intitulée « Analyses ». L’ouvrage contient également un glossaire de quelques termes musicaux afro-colombiens, ainsi qu’une bibliographie. Un CD avec d’enregistrements de terrain est vendu séparément.

2La première partie présente les différentes régions musicales de Colombie et décrit plus particulièrement les genres de la région que l’on appelle en Colombie « zona atlántica », « región caribe » ou « costa caribe » ou « región costeña ». Musicalement, cette région s’étend assez profondément à l’intérieur des terres jusqu’au cours moyen du Magdalena, là où se pratique la Tambora. L’auteur reprend succinctement quelques-uns des genres musicaux pratiqués dans cette zone « atlántica », notamment ceux qui utilisent des orchestres. On y trouve les zafras, conjuntos de gaitas, conjuntos vallenato

3Dans la deuxième partie, qui constitue le corps même de l’objet d’étude, Guillermo Carbó nous entraîne dans la région de Mompos, là où se pratique la Tambora (que l’on écrit avec une majuscule pour la distinguer de l’instrument tambora). La région de Mompos, (ou Mompox), située sur le cours moyen du Magdalena, le grand fleuve qui partage la Colombie en deux, est une zone dépressive de marécages, de bancs de sable instables, de chenaux reliant plusieurs fleuves entre eux. Pour ces raisons, cette zone fut depuis la conquête une terre privilégiée de refuge d’esclaves marrons et de palenques ; c’est là que vit « l’homme des rivières », qui a créé ce que certains auteurs colombiens ont appelé une « culture amphibie ». C’est dans cette région autour de San Martín de Loba, aux confins des Départements de Magdalena, de Bolivar et de César que Guillermo Carbó a effectué son étude sur la Tambora. Notons qu’aux difficultés naturelles de terrain il faut ajouter la dangerosité liée à l’insécurité permanente de cette région, à cause des luttes acharnées que se livrent entre eux les FARC, les paramilitaires et les troupes gouvernementales, sans parler des réseaux multiples de narcotrafiquants et autres délinquants qui sont particulièrement actifs dans cette région.

4Plusieurs séjours dans la région ont permis à l’auteur de focaliser son étude autour de quelques villages dans lesquels la Tambora comme expression musicale et chorégraphique est la plus identitaire, ainsi que sur « Festival de Tambora » qui a lieu chaque année à Tamalameque, dans le département voisin du César.

5A l’instar de nombreux genres musico-chorégraphiques d’Amérique latine, et comme le souligne l’auteur, la Tambora est tout à la fois une pratique festive, une musique, une danse, un orchestre, une rythmique combinatoire sur des percussions, liée à l’accompagnement des chants et de la danse, et aussi un des tambours de l’orchestre. En Colombie même, danse, musique, fête et instruments sont la plupart du temps indissociables et l’on trouve la même caractéristique pour des genres comme le fandango, la gaita, le chandé, le currulao

6Il semble que dès ses origines, la Tambora soit liée à la fête de Noël, qui reste dans cette zone de Colombie une des fêtes les plus célébrées. Bien qu’elle ait perdu une grande partie de ses attributs religieux, la Tambora reste encore très ritualisée et liée à la célébration de Noël, même si elle peut se pratiquer aussi durant d’autres périodes de l’année. En effet, selon les villages, la Tambora se pratique depuis la fin du mois de novembre, durant tout le mois de décembre, parfois jusqu’à la fête des rois, « día de los reyes », le 6 janvier, un des jours de l’année les plus célébrés par nombre de groupes afro en Amérique latine (Venezuela, Uruguay, Brésil, Cuba…). La fête elle-même dure souvent plusieurs jours autour de Noël, avec des offrandes aux Saints ou à la Vierge assorties d’une grande consommation d’alcool (aguardiente).

7Après avoir connu une période de déclin, la Tambora est aujourd’hui en pleine renaissance depuis les années quatre-vingt. Dans ces villages, la noche de la Tambora, sur la grand-place du village près de l’église, commence avec le tambour llamador qui appelle le cantador ou la cantadora au chant et les autres participants à la danse. Le groupe est souvent accompagné du guache (idiophone de secouement). Mais surtout, l’ensemble comprend les deux tambours : el currulao, le tambour conique à une seule membrane (tambor macho), et la tambora proprement dite, le tambour à deux membranes dont la peau se frappe avec des baguettes (tambor hembra).

8Si, en Amérique latine, le genre musico-chorégraphique entretient avec le rythme une relation biunivoque, il n’est pas rare que le rythme d’un genre musical se décline en plusieurs variations reconnues par les « musiquants » comme appartenant au même genre musical. Ainsi, il existe dans la musique de tambora différents rythmes que Guillermo Carbó appelle « modalités rythmiques d’interprétation » (p.131), lesquels peuvent d’ailleurs changer d’une région à l’autre.

9Outre le rythme de tambora lui-même, la Tambora comprend les rythmes de guacherna, berroche, chandé, pajarito, tuna, brincao, zambapalo, tambora alegre, tambora golpeada, tambora redoblada, malapé et son corrido, que les tamboreros appellent les toques. A la question que pose l’auteur au tamborero : « Quelle est la différence entre une guacherna et un berroche […], nous avons obtenu une réponse « rythmique » exprimée par deux toques différents » (p. 133).

10La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse organologique et rythmique de la tambora à travers un corpus mélodique de plusieurs dizaines de chants recueillis par Guillermo Carbó et dont la plupart figurent dans le CD. A l’évidence, cette musique est magnifique et originale. Très différente de ses cousines du Venezuela, des Antilles ou d’Equateur. Curieusement il semble que les mélodies soient pour la plupart tonales et récentes. En particulier, on n’y trouve pas la fibre africaine comme elle apparaît dans le pentatonisme des chants afro très présent au Venezuela. En revanche les toques de tambores des deux tambours tambora et currulao sont très afro, magnifiques. Le jeu des tambours s’organise de façon complexe et subtile avec la mélodie. Au total, une monographie de bonne qualité, descriptive et analytique, qui rend très bien compte de la connaissance intime que l’auteur a de cette musique.

Haut de page

Notes

1  Guillermo Carbó Ronderos : La Tambora : musique de tradition orale en Colombie, Thèse de doctorat, Paris IV - La Sorbonne, 1998, 731 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Guillermo Carbó ronderos : Musique et danse traditionnelles en Colombie : La Tambora », Cahiers d’ethnomusicologie, 18 | 2005, 316-318.

Référence électronique

Michel Plisson, « Guillermo Carbó ronderos : Musique et danse traditionnelles en Colombie : La Tambora », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/385

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page