Navigation – Plan du site
Livres

Roberta Tucci, ed. : I « suoni » della Campagna romana. Per una ricostruzione del paesaggio sonoro di un territorio del Lazio

Soveria Mannelli : Rubbettino Editore, 2003
Anne-Florence Borneuf
p. 294-297
Référence(s) :

Roberta Tucci, ed. : I « suoni » della Campagna romana. Per una ricostruzione del paesaggio sonoro di un territorio del Lazio. Soveria Mannelli : Rubbettino Editore, 2003, 282 p., Photographies noir et blanc, reproduction couleur de peintures et gravures, transcriptions, bibliographie, discographie, cd encarté. Regione Lazio. Assessorato alla cultura, spettacolo, sport e turismo.

Texte intégral

1« Les “sons” de la Campagne romaine. Pour une reconstruction du paysage sonore d’un territoire du Latium » : à la lecture du titre de ce bel ouvrage, le ton est donné. La notion de « paysage sonore » conduit immédiatement le lecteur dans le sillage de R. Murray Schafer (1979), une voie empruntée d’ailleurs depuis quelques années – souvent avec bonheur – par plusieurs chercheurs italiens (en particulier Ricci 1996). Mais le projet présenté ici par Roberta Tucci est à la fois plus osé et plus ambitieux puisqu’il propose la « reconstruction » d’un tel paysage. Autrement dit, le lecteur est convié à un saut dans le passé, afin d’accéder à la « phonosphère » qui caractérisait la campagne romaine avant les grandes mutations sociales et urbaines qui ont marqué l’après-guerre.

2La difficulté majeure qui se présente est celle de la méthode à adopter pour « reconstruire » un tel paysage sonore. Roberta Tucci a opté pour l’interrogation de sources très différentes (textes, peintures et gravures, photographies anciennes, enregistrements sonores), mais aussi très hétérogènes (ne serait-ce que par l’intention de leurs auteurs) et, de plus, embrassant une longue période (1830 à 2000). Dès lors, comment articuler en un ensemble cohérent récits de voyages, écrits de folkloristes et d’ethnomusicologues, peintures et gravures, photographies de genre, enregistrements sonores anciens et récents ? Consciente des problèmes épistémologiques que soulève l’exploitation d’un tel matériel, l’auteur livre ce dernier au lecteur tout en en proposant une lecture critique ; mais surtout elle entreprend de croiser entre eux tous les documents, permettant ainsi le « renforcement réciproque des valeurs communicatives et cognitives de chaque source » (p. 19).

3L’ouvrage se présente donc en deux parties : tout d’abord l’introduction et l’essai synthétique de Roberta Tucci (une trentaine de pages), puis la présentation commentée des sources rassemblées (plus de 200 pages de textes et d’iconographie, auxquelles s’ajoute un disque compact).

4Dans l’introduction, les « sons » (i « suoni ») évoqués dans le titre et tout au long de l’ouvrage sont tout d’abord définis : ils résultent d’une double acception qui englobe, à la fois, tout ce qui est exprimé à travers ce terme par les cultures agro-pastorales d’Italie du Sud – « formes, répertoires et modalités d’exécution appartenant à la transmission orale des savoirs musicaux » (p. 15) –, mais aussi les émissions acoustiques liées à l’activité humaine et qui définissent un paysage sonore dans l’acception de Schafer (p. 15). L’univers dans lequel Tucci entraîne le lecteur se présente donc comme un espace sonore sans rupture conceptuelle, où cohabitent (entre autres) rythmes de travail, cloches d’animaux, jeux sonores, musiques instrumentales et poésie chantée.

5Prenant les catégories de sons proposées par Schafer comme référence, l’auteur confronte et interprète dans son essai les sources mises à disposition dans la seconde partie du livre : si, dans les descriptions de Cervesato (1912-1913), la tonique – au sens schaferien – de la Campagne romaine est représentée par le silence, de nombreux autres écrits et représentations iconographiques contredisent ses impressions. C’est alors une intéressante notion de largeur ou d’étroitesse de champ – visuel ou sonore – qui est évoquée par Roberta Tucci pour interpréter cette différence : ce qui, de loin, peut sembler silence, « devient son, bruit et musique au fur et à mesure que l’on s’approche des groupes sociaux et de leurs activités » (p. 25). Mais, après être partie du silence de la campagne pour s’approcher des activités humaines, Roberta Tucci n’hésite pas à souligner une nouvelle fois les différentes perceptions possibles d’un même son selon la proximité ou la distance de la source. Elle s’appuie pour cela sur le texte de l’avocat W. W. Story (1862-76) qui, décrivant « une des limpides chansons de la campagne » entonnée par un paysan, note : « écouté de près, ce chant est assourdissant et déplaisant. Si, au contraire, il est écouté au loin, il a un son triste et plaisant et semble faire partie du lieu » (p. 28).

6C’est ainsi que, prenant appui sur de très nombreuses citations, elle conduit le lecteur dans le monde du travail agricole et pastoral, au sein des fêtes, des rites, des jeux, auprès des poètes improvisateurs, au milieu de la danse et des instruments de musique, définissant peu à peu les « sons » de la Campagne romaine et, pour certains, leur caractère saisonnier.

7Mais, malgré tout le soin qui, à travers les citations, permet le renvoi systématique à des textes que l’on peut lire dans leur totalité dans la seconde partie de l’ouvrage, il est dommage que des liens vers l’importante iconographie ou le riche matériel sonore mis à disposition du lecteur ne soient pas aussi systématisés et exploités. Ainsi, par exemple, la description du fabuleux dispositif sonore de la charrette à vin dont l’installation (multiples clochettes fixées à une plaque métallique, seau frottant contre l’essieu) était minutieusement réglée par le propriétaire : le renvoi vers l’aquarelle de Coleman (p. 189) ou vers la photographie de la page 218 n’aurait pas dû manquer ; or ce sont des illustrations que l’on ne découvre, par hasard, que 160 pages plus tard ! De même, les scènes de fêtes, de danses, de jeux, les instruments, les déplacements de troupeaux évoqués au cours de l’essai auraient mérité d’être mis en lien, non seulement vers l’iconographie, mais aussi vers les documents sonores enregistrés sur le CD encarté.

8Dans la seconde partie de l’ouvrage sont regroupées les différentes sources qui ont alimenté le texte de synthèse de la première partie. Dix-sept textes (certains présentés sous forme d’extraits) publiés entre 1830 et 1985, mais désormais difficilement trouvables, sont accompagnés d’une présentation rapide de leurs auteurs : archéologue, hommes de lettres, avocat, amateur d’art, voyageur, folkloristes, journaliste, ethnomusicologues (six textes de Giorgio Nataletti et un de Maurizio Agamennone). Les orientations des textes sont donc très diverses, allant des impressions de voyage (Grevorius, 1856 : La campagna romana, p. 49) aux descriptions minutieuses (Trinchieri, 1953 : Una domenica di aprile presso una dispensa della campagna romana, p. 101-106), en passant par des articles comportant des transcriptions musicales (Nataletti, 1935 : Improvvisatori ed improvvisazione di popolo, p. 89-95) ou même des analyses approfondies (Agamennone, 1985 : Il canto « a pennese », p. 123-146).

9Les peintures et gravures (plus d’une cinquantaine) ainsi que les photographies (quarante-cinq clichés pris entre 1855 et 1959) sont soigneusement sélectionnées et commentées : remise en contexte des gestes sonores représentés, précisions d’ordre organologique, orientation vers un détail subtil (disposition de deux minuscules sonneurs de cornemuse et de hautbois par rapport au flux d’un troupeau, par exemple), réalisme – ou non-réalisme – des instruments, des attitudes de jeu ou des mouvements de danse. A ce propos, il est frappant de voir avec quelle force certains tableaux (en particulier Festa nella Campagna romana de Barocci) réussissent à rendre compte de l’énergie musicale délivrée par les musiciens représentés. Dans de nombreux cas, le commentaire de Roberta Tucci est enrichi par des extraits des textes déjà cités dans son essai et, lorsque cela est possible, par des renvois enrichissants vers d’autres pièces de l’iconographie ou du matériel sonore.

10Le CD encarté propose trente enregistrements réalisés entre 1948 et 2000. Inédits pour la plupart et provenant d’archives publiques et privées, il s’agit surtout d’enregistrements de terrain, à l’exception de quelques prises en studio ou en concert, dont l’intérêt est manifeste dans le cadre de cet ouvrage. La très riche documentation sonore rassemblée ici est évidemment indispensable dans le cadre d’un tel projet : le paysage sonore n’est plus une représentation intellectuelle, il prend forme plus concrètement. Les styles vocaux très contrastés des deux chants de moisson de la plage 12, par exemple, soulignent les « rencontres » culturelles qui ont lieu dans la Campagne romaine, l’un représentant le « style local » (p. 256) et l’autre révélant un style « importé et mélangé », fruit de nombreuses activités itinérantes dans le Latium (p. 256). C’est le commentaire averti de Tucci qui aide à écouter chaque plage grâce à des précisions d’ordre contextuel ou musical, à des transcriptions des textes chantés et à des renvois vers les sources iconographiques. Par contre, les mises en relation avec la partie des textes republiés sont malheureusement beaucoup plus rares et surtout assez mal indiquées : une note de bas de page renvoie à des sources bibliographiques, souvent sans qu’il soit précisé si (ni où) elles sont reproduites dans ce volume : c’est au lecteur de chercher.

11Chacune des sections (peintures et gravures, photographies, documents sonores) fait l’objet d’une introduction (rédigée respectivement par Renato Mammucari, Maria Francesca Bonetti et Giorgio Adamo), qui a l’avantage d’aider à l’interprétation, en particulier celle des clichés qui appartiennent au courant de la photographie de genre, réalisés le plus souvent en studio à l’aide d’accessoires variés comptant des instruments de musique.

12Enfin, un riche appareil documentaire comportant bibliographie, discographie et archives sonores est proposé à la fin du volume, en revanche, aucune référence cinématographique n’est signalée.

13Il faut saluer ici le travail de Roberta Tucci qui non seulement a pu rassembler une magnifique documentation mais a su la faire parler. Malgré cela et malgré le fait qu’aujourd’hui encore « des traces de continuité persistante [de ces formes et comportements musicaux] ne manquent pas » (p. 250), le lecteur s’interroge sur les prolongements possibles d’un tel travail : qu’en est-il de ce paysage sonore aujourd’hui ? Quelques plages du CD encarté le renseigneront partiellement. Mais peut-être la seule opération de « reconstruction » du paysage sonore et de restitution des différents documents rassemblés dans ce volume est-elle déjà en soi une initiative suffisante ?

14Le parti pris de proposer une édition très soignée, sur papier glacé grand format (idéal pour l’iconographie et les transcriptions, mais un peu fatigant pour la lecture des textes), avec transcriptions impeccables, belles reproductions de gravures et de peintures ainsi qu’une très bonne restitution d’enregistrements anciens, met en valeur la richesse de la base documentaire proposée ici ; mais tout ce matériel aurait peut-être mérité d’être exploité sur un support permettant des liens hypermédia afin de mieux défendre le système choisi par l’auteur, celui de la complémentarité des sources. Mais il est vrai que le support papier présente l’énorme avantage d’être d’un abord immédiat et de rester lisible indépendamment de l’évolution des systèmes d’exploitation de nos ordinateurs…

Haut de page

Bibliographie

RICCI Antonello 1996 Ascoltare il mondo. Antropologia dei suoni in un paese del Sud d’Italia. Rome : Il Trovatore.

SCHAFER R. Murray Schafer 1979 Le paysage sonore. Paris : Lattès (traduction française de : The Tuning of the World, New York : Knopf, 1977)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Florence Borneuf, « Roberta Tucci, ed. : I « suoni » della Campagna romana. Per una ricostruzione del paesaggio sonoro di un territorio del Lazio », Cahiers d’ethnomusicologie, 18 | 2005, 294-297.

Référence électronique

Anne-Florence Borneuf, « Roberta Tucci, ed. : I « suoni » della Campagna romana. Per una ricostruzione del paesaggio sonoro di un territorio del Lazio », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 18 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/371

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Borneuf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page