Navigation – Plan du site
Thèses

Marisol RODRÍGUEZ MANRIQUE : Construction identitaire à travers la musique et les habitudes d’écoute. Le cas d’une communauté anglo-africaine de la Caraïbe hispanophone

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, 2007, Université de Montréal
p. 367
Référence(s) :

Marisol RODRÍGUEZ MANRIQUE : Construction identitaire à travers la musique et les habitudes d’écoute. Le cas d’une communauté anglo-africaine de la Caraïbe hispanophone. Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 30 mars 2007 à l’Université de Montréal, Faculté de musique. Directrice de thèse : Monique Desroches (Université de Montréal). 1 volume (474 +XXXVII p.) accompagné d’un CD audio et d’un DVD

Texte intégral

1La musique comme système de représentations sociales et de fonctions symboliques (identitaire, contestataire, de divertissement ou rituelle) s’avère être un processus essentiel et un marqueur privilégié dans la construction identitaire d’un groupe social. Cette recherche présente l’analyse des stratégies identitaires de l’île de Providence qui se révèlent à travers la pratique musicale et les habitudes d’écoute. La communauté de cette île est d’origine afro-caribéenne, et ses habitants sont des protestants anglophones appartenant à la Colombie, dont l’ensemble de la population est d’origine métisse, hispanophone et catholique.

2Les données collectées par l’auteur lui ont permis d’émettre des hypothèses sur les processus musicaux (d’interprétation, de transmission et de réception) et sur la place et la fonction des diverses musiques à l’intérieur du système de valeurs de la communauté providencienne. En effet, le phénomène de « mise en tourisme » de la musique constitue, d’une part, l’un des rares viviers de la musique traditionnelle. La musique se révèle comme un marqueur identitaire fort, qui distingue d’une façon significative les Providenciens des visiteurs, qui sont, pour la plupart, des Colombiens de l’intérieur du pays.

3L’usage des amplificateurs de musique ou « pick-ups » comme habitude d’écoute constitue, d’autre part, une autre stratégie identitaire essentielle, cette fois-ci au service de la jeune génération. Or, dans le contexte actuel de mondialisation, les jeunes affichent ostensiblement leur différence par cette écoute particulière ; l’auteur qualifie ce phénomène identitaire de « pickopisation ». Ainsi, le processus de construction identitaire ne se trouve pas seulement au niveau du pôle de la création musicale, mais aussi à celui de la réception. C’est ce qu’on peut appeler le pôle « actif » de l’écoute.

4Finalement, pour illustrer la dualité mondialisme/localisme culturel caractérisant la société providencienne, l’auteur propose le terme de « tradernité » pour traduire la coexistence des pratiques de la musique traditionnelle et des habitudes d’écoute particulières des musiques modernes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marisol RODRÍGUEZ MANRIQUE : Construction identitaire à travers la musique et les habitudes d’écoute. Le cas d’une communauté anglo-africaine de la Caraïbe hispanophone », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 367.

Référence électronique

« Marisol RODRÍGUEZ MANRIQUE : Construction identitaire à travers la musique et les habitudes d’écoute. Le cas d’une communauté anglo-africaine de la Caraïbe hispanophone », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/359

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page