Navigation – Plan du site
Thèses

Victor STOICHIŢA : L’art de la feinte. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, 2006, université Paris-X Nanterre
p. 365
Référence(s) :

Victor STOICHIŢA : L’ art de la feinte. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie.Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 6 décembre 2006 à l’université Paris-X Nanterre. Directeur de thèse : Bernard Lortat-Jacob. 1 volume (534 pages), 1 DVD vidéo, 1 DVD de données diverses

Texte intégral

1Zece Prajini est un petit village de Moldavie centrale. Ses habitants sont Rroma pour la plupart, et vivent de l’exercice professionnel de la musique. Cette thèse porte sur la notion de ruse, malice, astuce – plusieurs termes vernaculaires quadrillent ce mode d’action – telle qu’ils la conçoivent.

2D’après les Prajiniens, une aptitude commune est impliquée dans les négociations marchandes, la politique villageoise quotidienne et l’exercice de la profession de musicien. Pour les deux premières, elle oscille entre une forme bénigne d’escroquerie et la diplomatie, au sens le plus « noble » du terme. En musique, c’est ce qui permet d’apprendre plus vite les morceaux, de les adapter d’un instrument à l’autre, de les faire correspondre aux goûts variables des auditeurs, d’y découvrir des ressources musicales passées, jusque-là, inaperçues. Comprendre la ruse au sens des Prajiniens implique donc de parcourir la rumeur du village, le répertoire partagé des musiciens moldaves, la mise en œuvre de ce dernier dans les performances particulières, l’appartenance ethnique des musiciens (Tsiganes pour la plupart), leurs rapports avec leurs voisins et principaux clients (Roumains, en général).

3Une telle description est nécessairement locale, en ce qu’elle se limite à une communauté restreinte, dans une situation particulière. Toutefois le mode d’action, lui, ne l’est pas. Ruses et malices ne sont pas l’invention des Prajiniens, même si ces derniers y sont particulièrement attentifs. Leur conception de l’activité musicale invite donc aussi à un questionnement théorique et méthodologique, portant sur la musique et les interactions auxquelles elle peut donner lieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Victor STOICHIŢA : L’art de la feinte. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 365.

Référence électronique

« Victor STOICHIŢA : L’art de la feinte. Musique et malice dans un village tsigane de Roumanie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/355

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page