Navigation – Plan du site
CD | Multimédia

Église chrétienne orthodoxe d’Éthiopie. ‘Aqwaqwam. La musique et la danse des Cieux

Collection Terrains, Maison des Cultures du Monde, 2005
Olivier Tourny
p. 353-355
Référence(s) :

Église chrétienne orthodoxe d’Éthiopie. ‘Aqwaqwam. La musique et la danse des Cieux. Enregistrements et texte : Anne Damon. 1 CD Inédit, Collection Terrains,  Maison des Cultures du Monde, W 260121, 2005.

Texte intégral

1Après les Ari et les Maale, ce nouvel opus émanant du programme « Ethnomusicologie de l’Éthiopie » (Unesco/Gouvernement de Norvège) est consacré à la tradition musicale liturgique de l’Église chrétienne orthodoxe. Les lecteurs et auditeurs avertis, qui se souviennent du disque du regretté Jean-Louis Florentz (1992) et de l’Anthologie publiée peu après par Peter Jeffery et Kay Shelemay (1994-1997), pourraient s’étonner d’une nouvelle publication consacrée à ce patrimoine. Or, curieusement, la tradition de l’‘aqwaqwam avait été totalement négligée jusqu’à aujourd’hui, une tradition pourtant centrale dans le rituel chrétien éthiopien. De quoi s’agit-il ?

2‘Aqwaqwam se manifeste lors des cérémonies importantes du calendrier liturgique. Catégorie rituelle à part entière, elle se définit par des chants spécifiques, accompagnés par les instruments du rite (bâtons de prière, sistres, tambours) et une gestuelle (danse). La réalisation de l’‘aqwaqwam relève de la responsabilité de chantres – ou mazamrām – formés à cet effet. Sous la houlette d’un chef de chœur – le märi gueta – et, dans l’espace qui leur est alloué dans chaque église – le q∂ne māhalet –, ils sont au cœur de la célébration. À partir d’un vaste corpus composé d’antiennes, de poèmes et de textes improvisés, les prières relatives à un événement liturgique donné peuvent être exécutées en sept versions différentes. À chacune d’elle correspond une catégorie musicale (mélodico-rythmico-dansée) spécifique. On imagine dès lors la richesse et la complexité d’‘aqwaqwam. Si l’on ajoute que chaque pièce peut se réaliser dans l’une ou l’autre des trois échelles modales possibles et selon l’une ou l’autre des quatre écoles différentes de chants encore vivantes dans le pays (vous suivez ?), on comprend mieux pourquoi un tel sujet a pu en rebuter plus d’un.

3C’est sous l’angle des catégories textuelles qu’Anne Damon a choisi d’élaborer son disque : les plages 1 à 7 sont consacrées à deux antiennes, la plage 8 à un poème religieux, les plages 9 et 10 à des textes improvisés. L’ antienne sma la’úlam (« car éternelle… ») fait l’objet d’une attention toute particulière, se trouvant présentée sur plusieurs plages (4 à 7) en six versions musicales différentes, mais avec un même texte, un même mode et dans une même tradition chantée. Là, l’auditeur a tout loisir de s’imprégner de l’atmosphère et de la structure propre à l’‘aqwaqwam : l’évolution graduelle de la frappe des tambours et des bâtons de prières, du tintement des sistres et du chant collectif le conduisent jusqu’au moment le plus extatique du chant et de la danse (plage 6), jusqu’à l’apaisement qui lui succède (plage 7).

4S’il ne fait aucun doute que l’auteur a réussi son pari en donnant à découvrir ce merveilleux patrimoine, il n’en est pas toujours de même en ce qui concerne sa pleine compréhension. Certes, nous l’avons dit, l’objet est particulièrement complexe et un livret n’est sans doute pas le format le plus approprié pour une description satisfaisante. Il n’en demeure pas moins que certains commentaires auraient nécessité une meilleure explication. C’est ainsi que le lecteur peut s’interroger sur la présence de pièces en qum zemā, alors que l’auteur indique qu’il s’agit d’une catégorie n’appartenant pas à la tradition de l’‘aqwaqwam (même si elle la précède toujours). De même, c’est à l’auditeur qu’il revient de tenter de comprendre ce qui peut caractériser (et différencier) concrètement chacune des sept catégories musicales. En outre, la préférence d’une présentation par catégories textuelles et non par catégories musicales n’est pas expliquée et l’on est en droit de se demander si elle était finalement la meilleure. Mais ces petits désagréments s’estompent devant la qualité remarquable des enregistrements. Ils s’effacent totalement devant la beauté de ces chants qui ont tant fasciné les voyageurs depuis toujours. Si l’on peut regretter l’impossibilité par le CD de rendre compte de la chorégraphie et du décorum liés à ces instants liturgiques (à quand un DVD ?), grâce à lui cependant, les voix de l’‘aqwaqwam sont appelées à planer, pour longtemps, dans nos âmes.

Haut de page

Bibliographie

DAMON Anne, 2006, « ’Aqwaqwam ou la danse des cieux », Cahiers d’Etudes Africaines XLVI (2) 182 : 261-290.

FLORENTZ Jean-Louis, 1992, « L’ Église Orthodoxe Éthiopienne de Jérusalem. Assomption à Däbrä Gännat », 1 CD Ocora Radio France, cC560027/28, 1992.

JEFFERY Peter & Kay KAUFMAN SHELEMAY, 1997-1997, Ethiopian Christian Liturgical Chant. An Anthology. Madison, WI : A-R Editions, 3 vols., 1 CD.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Tourny, « Église chrétienne orthodoxe d’Éthiopie. ‘Aqwaqwam. La musique et la danse des Cieux », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 353-355.

Référence électronique

Olivier Tourny, « Église chrétienne orthodoxe d’Éthiopie. ‘Aqwaqwam. La musique et la danse des Cieux », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/339

Haut de page

Auteur

Olivier Tourny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page