Navigation – Plan du site
Dossier : identités musicales‎

Une identité musicologique interethnique en « Assyrie – Haute-Mésopotamie – Kurdistan »

Jean-Claude C. Chabrier
p. 209-227

Résumé

Au terme d’un demi-siècle de pérégrinations entre la Méditerranée et la Caspienne, Jean-Claude C. Chabrier fait état de ses approches des identités turque, stambouliote, kurde, yezidi, syriaque, arménienne, irano-azerbaidjanaise, assyrienne-chaldéenne, juive, grecque et arabo-islamique. Au bout de vingt-cinq années, il a constaté, en Irak, une similitude entre le chant des bergers kurdes et un chant de la liturgie chaldéenne. Il a alors commencé une recherche rétroactive de ce thème interethnique dans ses archives sonores et l’a trouvé, notamment chez Munîr et Jamîl Bachîr, musiciens syriaques irakiens, dans le mode Dacht/Dachtî, analysé en 1975 sur touche de ‘ûd comme un mode irako-iranien, puis en 1995 en graphiques linéaires morpho-mélodiques comme un thème mésopotamien. On constate alors les interférences réciproques entre la méthode d’analyse et le résultat. Désormais, dans le cadre de ses voyages annuels sur le terrain polyethnique « Assyrie-Haute-Mésopotamie-Kurdistan », il guette ce thème auprès des divers protagonistes. Les villes polyethniques comme Mardin, Alep, Hasêkê, Qamichlî, Mosul et Urumîya semblent plus fécondes. L’auteur croirait plutôt en une symbiose « AJAGIKAT » (araméo-judéo-arméno-gréco-irano-kurdo-arabo-turque) modératrice d’un annexionnisme arabo-islamique. A suivre…

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos : un terrain polyethnique

1Cet article n’induit pas une affirmation. Il ne fait état que de constatations consécutives à un demi-siècle de pérégrinations sur un « terrain » polyethnique qui ne correspond ni à un pays, ni à une ethnie, ni à une langue. Ce terrain s’étend de la Méditerranée à l’Ouest au lac d’Urmîya à l’Est. Il couvre donc des territoires attribués par les divers traités politiques à la Turquie, à la Syrie, à l’Irak et à l’Iran. On y parlait cependant, en fonction de l’identité des communautés, plus de dix langues : l’arménien (occidental ou oriental), le grec, parfois l’hébreu, des langues sémitiques araméennes comme le ktebonoyo, le suryoyo, le sûrêth, l’urumiyajî, ou moins archaïques comme les arabes classique ou dialectaux, des langues ouralo-altaïques comme le turc ou l’azéri, des langues indo-européennes comme le persan-farsi, le kurde-kurmanjî, le kurde-soranî, et autres dialectes kurdes, etc.

2Ce terrain polyethnique, dont l’artère vitale est le fleuve Tigre, peut être considéré comme une forme « posthume » de l’Assyrie, comme la Haute-Mésopotamie « élargie » ou comme le Kurdistan le plus ambitieux. Il a été disputé entre les Romains et les Parthes. On y trouvait des colonies juives. L’essor du christianisme y a provoqué, sous l’influence de l’Apôtre Thomas (en route, selon la tradition, pour évangéliser les Indes) et de ses disciples Mar Mari et Mar Addaï, la conversion de populations locales à la nouvelle religion. Les Arméniens et les Grecs surent se rattacher spirituellement aux pouvoirs arméniens et byzantins dès que ces derniers eurent embrassé le christianisme. D’autres populations, sémitiques et araméophones, développèrent des identités spécifiques et entrèrent en conflit avec Byzance dès le IIe siècle lorsqu’il fallut choisir, pour la nouvelle liturgie, entre les langues grecque et araméenne. La querelle s’envenima au Ve siècle. Le patriarche de Constantinople, Nestorius, craignant que Marie ne fût assimilée à une déesse païenne, pensa qu’il vaudrait mieux la considérer comme mère du Christ que comme mère de Dieu. Mais, diphysite, il prêcha les deux natures, divine et humaine, du Christ. Il fut mis en minorité au Concile d’Ephèse (431) par la tendance monophysite, préconisant la seule nature divine du Christ. Le pouvoir passa donc aux mains des monophysites Eutyches et Jacob Baradaï. Mais en 451, au concile de Chalcédoine, une nouvelle majorité mit en minorité tous les pionniers du Christianisme, à savoir les Ethiopiens, les Coptes, les Arméniens, les « Nestoriens » (Assyriens) et les « Jacobites » (Syriaques). Les Assyriens allaient se concentrer essentiellement à l’Est du Tigre et propager le Christianisme jusqu’au Xinjiang. Les Syriaques allaient s’établir en Haute Mésopotamie.

3L’arrivée de l’Islam au VIIe siècle eut pour effet la conversion des Kurdes, alors concentrés plus au Sud-Est, autour du Zagros, et leur expansion progressive vers le Nord-Ouest, soit vers l’actuel Sud-Est de la Turquie, où il entrèrent en rivalité religieuse et vitale avec les Chrétiens avant de les éliminer progressivement à l’occasion des massacres de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et notamment du génocide arménien. Désormais, les Kurdes semblent majoritaires sur le terrain allant de la Méditerranée au lac d’Urmîya qu’ils englobent à leur grand Kurdistan s’étendant de Sivas à Hamadan. Les Persans et les Arabes sont peu nombreux dans ces régions. Les Turcs y sont arrivés autour du Xe siècle. De ce fait, la rivalité entre Byzance et la Perse pour la domination sur ces régions se transforma au XVIe siècle en une guerre de religion entre Persans chiites et Ottomans sunnites, qui permit à l’Empire ottoman victorieux d’y étendre son autorité.

4Au début du XIXe siècle, des missionnaires occidentaux et russes renforcèrent chez les Chrétiens la conscience d’une identité propre. En même temps se développait le nationalisme kurde qui donna lieu, à partir de 1840, à des massacres de Chrétiens qui ont été perpétrés jusqu’à nos jours.

  • 1 La divulgation de l’histoire de cette région polyethnique a été malencontreusement confiée à des po (...)

5En 1920, le traité de Sèvres avait prévu d’accorder le Nord-Est de la Turquie actuelle aux Arméniens et le Sud-Est aux Kurdes. Mais, curieusement, en 1921, la Russie bolchevique rendit le Nord-Est aux Turcs kémalistes et la France leur rendit le Sud-Est. Les Arméniens étaient morts ou en diaspora. Les Grecs survivants furent « échangés » en 1922. Kurdes, Syriaques et Assyriens n’eurent pas droit au statut de minoritaires. Les derniers Juifs partirent vers 1950. Et la poussée démographique kurde a éliminé, par l’intimidation ou le massacre, tous les Assyriens et l’immense majorité des Syriaques de l’actuel territoire turc. Désormais, les Kurdes et l’armée turque se disputent le Sud-Est1.

Une identité turque officielle

  • 2 Même remarque sceptique à propos de l’histoire lénifiante de la Turquie au XXe siècle.

6J’étais en 1956 un étudiant en fin de médecine effectuant un stage de chirurgie plastique. Sous le scialytique du bloc opératoire, l’équipe du « patron » (Ginestet), très cosmopolite, parlait de Grèce (Hatziotis), de Turquie (Görek) et de Syrie (Zayat). Et ces conversations m’incitaient à partir à la découverte de l’Orient sans préparation particulière ni formation d’orientaliste. Je n’avais donc ni idée, ni méthode. Mais j’avais subi l’enseignement scolaire et médiatique et son matraquage idéologique. Mustafa Kemal avait évité la dislocation prévue au Traité de Sèvres (1920), avait éliminé ce qui et ceux qui le gênaient et avait tout décidé en fonction de ses idées et de son implacable volonté. Il avait fait de la Turquie un état « laïque européen » sans avoir pu détruire l’islam ni les mœurs orientales. Il avait déplacé la capitale d’Istanbul à Ankara. Décrétant que tous les habitants de la Turquie laïque étaient turcs, il avait fait massacrer tous les rebelles à cette notion, notamment les Kurdes islamistes qui avaient participé à la révolte de Cheikh Said en 1924. Puis il s’était désintéressé du Sud-Est qui était devenu une zone interdite d’entrée et de sortie. Les déductions d’une identité turque telle que définie par Mustafa Kemal aboutissaient à la formule : « ne mutlu türküm diyene », « comme je suis heureux de dire : je suis turc ». Cette formule est écrite en immenses lettres de pierres sur les collines des régions dont les ressortissants pourraient en discuter les termes, en particulier dans le Sud-Est à majorité kurde et au Nord de Nicosie dans le territoire chypriote conquis et occupé manu militari depuis 19742.

Une identité stambouliote en voie de turquification

  • 3 J’ai connu plus tard Muhiddin et son épouse Safiye Ayla, l’immortelle du Kätip-arkisi.

7En 1956, après avoir traversé les Balkans sur des routes caillouteuses et poussiéreuses, j’entendais, à la radio de bord, Gerakina, la chanson grecque traditionnelle remise en vogue. Puis je constatai qu’à Orestia, il n’y avait plus que des Grecs, et à Edirne, que des Turcs. Après les massacres et la victoire de Mustafa Kemal, on avait échangé les populations grecques et turques et on avait regroupé les Arméniens survivants à Constantinople-Istanbul. En dépit des émeutes antichrétiennes de 1953, on y entendait encore parler grec, arménien, et français (la langue des Turcs et des minoritaires cultivés). J’eus la chance de tomber dans un milieu dynamique (Tcherkesses, Arméniens, Grecs, Ottomans anti-kémalistes, Turcs conformistes, et une Turque dotée d’une voix magnifique qui allait plus tard devenir mon amie). La ville, punie par Kemal parce que la haute société l’avait éconduit, était fort délabrée et le tourisme se limitait alors aux visites en escale maritime. Les Grecs, alors nombreux, perpétuaient encore un folklore stambouliote « roum » (ex : « rampi ») qui a désormais disparu. Quant au « folklore » stambouliote turc (ex : « saray burnu »), il était perpétué notamment par Safiye Ayla, qui interprétait avec sa voix de moineau « Usküdar’a gideriken », alias « Kâtip șarkisi », une chanson en mode mineur mélodique descendant (Nihavent) datant, paraît-il, de la guerre de Crimée. Au moment où je découvrais Istanbul et cette chanson, la chanteuse américaine Ertha Kit la lançait sur la scène mondiale3.

Fig. 1. Une Grecque turcophone originaire d’Asie mineure esquisse un thème oriental.

Fig. 1. Une Grecque turcophone originaire d’Asie mineure esquisse un thème oriental.

Photo Jean-Claude Chabrier, Joannina, Grèce, octobre 2001.

  • 4 Fondation du Türk Musikisi Devlet Konservatuari à Istanbul. 1975. Direct. Ercüment Berker.
  • 5 Lors de mes séjours à Istanbul, j‘étais un auditeur libre du Istanbul Belediye Konservatuari.

8Mustafa Kemal avait, vers 1934, interdit la mélomanie orientale et imposé à ses administrés les musiques légères et classiques de l’Occident. Jusqu’en 1975, le Conservatoire national sis à Ankara n’enseignait que la musique occidentale. Kemal avait induit la rédaction des traités de musicologie en vue d’établir que le mode académique de la musique alaturka ne fût plus le Râst en râst, à tierce et septième neutres, suspect d’étymologie iranienne et de dérive arabe. Désormais, le mode académique serait le majeur – çargâh en çargâh. Ainsi l’inévitable étymologie iranienne – çahârgâh déboucherait-elle sur une structure majeure plus européenne. On continuerait à écrire le ton-clé râst en sol (deuxième ligne) tout en le jouant en , ce qui donnerait au degré çahârgâh devenu çargâh et joué en sol le pouvoir d’être écrit en do (Arel 1968 : 18). Toutefois, l’échelle fondamentale théorique des sons virtuels resta tributaire de l’échelle pythagoricienne enrichie par Urmawî (XIIIe siècle) et par les Ottomans et mesurée par approximation en commas holderiens (ibid. : 3-8, 24-25). Mais le Conservatoire municipal d’Istanbul survécut à l’interdiction avant de devenir national en 19754. Et, en 1956, de grands maîtres, comme Muhiddin, Mes’ut Cemil, Münir Nurettin Selçuk, Yorgo Bacanos, Hrant Kelkülyan et Adnan Ataman perpétuaient le classique ottoman et les musiques populaires5.

  • 6 Ces disques 78 tpm et tant d’autres, achetés en 1957, sommeillent aussi dans mes archives.
  • 7 Plus tard, pris d’enthousiasme, je publiai en 1967, en première occidentale me semble-t-il, les dis (...)

9Sur mon itinéraire, les bourgades étaient, comme dans les pays communistes, sonorisées par haut-parleurs et diffusaient souvent les programmes de radio Ankara parce que les ruraux n’avaient alors ni récepteur radio ni tourne-disque. Les seuls disques vendus étaient des 78 tours/minute fragiles qu’on ne trouvait que dans les très grandes villes. Il n’était évidemment pas envisageable d’entendre des chants en langues autres que le turc. Les musiques populaires étaient donc représentatives d’un folklore normalisé et agréé. On entendait surtout les chansons populaires de Muzaffer Akgün fort bien accompagnée par des ensembles de saz, luths à long manche et frettes de tailles et de registres variables (ex : « Hele nina ; Kaynana ». Les variétés nous faisaient découvrir des chansons et des opérettes (ex : « Otomobil : Güzel yolcu, gülegüle »)6. J’appréciais le « classique ottoman » et son ethos byzantin, mais je ne savais pas encore en identifier les modes7. Les appels à la prière étaient bien chantés par des muezzins bien formés. Trop néophyte, je n’osais pas encore m’imposer dans les mariages ruraux qui se faisaient en plein air et où brillait l’ensemble conventionnel hautbois-grosse caisse (zurna-davul).

Une identité kurde en expansion

  • 8 La langue arabe a désormais disparu en Cilicie et ne survit qu’à Antakya et à Mardin.
  • 9 La République française a longtemps lutté contre les langues des provinces périphériques.
  • 10 De nombreux documents sur les Juifs du Sud-Est se trouvent à l’Alliance Israélite à Paris.

10J’avançais au volant de ma 4 CV Renault sur les routes non asphaltées de l’époque. Au-delà d’Ankara et de la Cappadoce (vestige du christianisme et de l’héllénisme), j’arrivai à la Méditerranée en Cilicie ex-arménienne. A Mersin et Adana, la population parlait plus volontiers arabe8, et à Antakya, cédée aux Turcs par la France en 1939, subsistait une communauté grecque-orthodoxe. Puis, tandis que j’avançais vers l’Est, la langue arabe se raréfiait. A Birecik sur l’Euphrate, je fus poliment refoulé par les militaires puisque là commençait la zone interdite. Par Malatya, Elazig, et Ergani, je pus accéder incognito à cette zone interdite et arrivai à Diyarbakir. L’identité kurde y était dominante, mais le kurde-kurmanjî n’était ni écrit, ni parlé en public9. La grande mosquée était une église convertie. Et ni les Turcs, ni les Kurdes ne me dirent que se trouvaient à Diyarbakir l’ancien palais du Patriarche chaldéen, sa cathédrale, une cathédrale arménienne très endommagée et une église syriaque orthodoxe encore très fréquentée. Le tout signait la présence d’une importante communauté de Chrétiens rescapés des massacres et encore plus occultés que les Kurdes. Il y avait eu également une communauté juive qui avait été massacrée en 1915 par les Musulmans, mais on ne m’a jamais montré de synagogue dans le Sud-Est10.

  • 11 Le père Samuel, né orthodoxe, devenu catholique, est témoin des persécutions musulmanes.

11A Mardin, on retrouvait la langue arabe, majoritairement parlée, et une population très variée. Les Kurdes semblaient dominants, mais j’aurais dû percevoir la présence de très nombreux Chrétiens, Chaldéens, Assyriens, et surtout Syriaques. Ici aussi, la grande mosquée était une église convertie. Aucun indice ne me permit de dénicher les églises syriaque et arménienne, situées au nord de la grand-rue, l’église chaldéenne en plein centre et une autre église syriaque située au Sud. L’ancien palais du patriarche syriaque catholique était fermé à la visite. Il allait devenir un musée qui ne ferait aucune allusion à une culture chrétienne en voie d’extermination. A cette époque, toutes les églises étaient en fonctionnement. Mais il faut aussi dire qu’en ces temps et en cette zone, l’arrivée rarissime d’un étranger se traduisait par un immense attroupement de curieux et l’intervention rapide de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Autant les civils que les hommes en uniformes proposaient leur hospitalité et leurs services. En conséquence, le visiteur n’arrivait pas à concrétiser une découverte rationnelle. Aussi ne découvris-je que plus tard le père Samuel11 et le monastère Deyr-ül-Zafaran, ancien siège du patriarcat syriaque orthodoxe, à quelques kilomètres au Sud-Est.

Une identité yezidi en déclin

  • 12 L’arrivée de Yézidi-s de Syrie sur les côtes de Provence a suscité un nouveau contresens des politi (...)

12Les voyageurs du XIXe siècle avaient mentionné la présence de Yezidi, ethniquement kurdes, dont la religion reposait sur la notion de l’ange déchu. Quelques communautés maltraitées subsistaient en Turquie en 1956. J’allais retrouver les autres plus tard en Irak (Aïn Sifnî, Cheikh Adî, Alqoch) et en Syrie. Les plus malins se sont entre temps regroupés en Allemagne tandis qu’un bateau de Yezidi de Syrie s’est un jour échoué sur les côtes de Provence12.

Une identité syriaque

  • 13 Mal préparé culturellement, j’ai pris le suryoyo, qui ressemble plutôt à l’hébreu, pour un dialecte (...)

13Après avoir roulé des heures sur des pistes dégradées, j’arrivai, malade, à Midyat, une bourgade insolite. Au-delà d’une grande mare, des maisons de pierres de taille savamment sculptées et de petites églises s’étageaient au flanc de la colline et on pouvait distinguer une douzaine de petits clochers. Ni le Kindergarten d’Interlaken, ni le catéchisme catholique de Neuilly ne m’avaient appris l’existence d’une région exclusivement syriaque, le Tur-Abdin, et je n’osai pas même entrer dans les églises. Pris d’un malaise, je me couchai par terre à côté de la voiture et des femmes vinrent. L’une d’entre elles se pencha sur moi. Elles parlaient une langue sémitique araméenne mésopotamienne, le suryoyo, dont j’avais jusque-là ignoré l’existence13.

  • 14 Le grand-père Bachîr, °Abdal-°Azîz Gorgis, était prêtre syriaque à Mor Ilyo de Habâbê. Le firman de (...)

14Depuis lors, je suis retourné environ cinquante fois à Midyat, dans les villages et les monastères des environs, mais le décor a changé. A partir de 1960, on a fait miroiter aux Syriaques les avantages de l’émigration vers la Suède, l’Europe occidentale, l’Australie ou l’Amérique du Nord. Villes et villages se sont dépeuplés et les Kurdes se sont emparés de la région, parfois par le massacre. Désormais, Midyat est une bourgade kurde à 98%. Des mosquées se sont construites et les églises ont fermé, à l’exception d’une seule, Mor Bartsum. Autour de Midyat, on trouve des monastères habités (Mor Obrohom, Mor Yakub, Deyr do Slibo, Mor Melke, et des monastères abandonnés ou saccagés (Mor Ilyo, Mor Augin, Mor Yuhanna, Mor Ibrâhîm). La vie religieuse se poursuit essentiellement au monastère de Mor Gabriel, dont la fête annuelle (à laquelle j’assiste presque chaque année), rassemble autour de l’archevêque (actuellement Timotheos Samuel Aktaș) des centaines de Syriaques de la diaspora. Il faut rappeler que Jamîl Bachîr et Munîr Bachîr, syriaques orthodoxes, sont originaires du village syriaque orthodoxe de Habâbê et que leur famille a fui en direction de Mosul après le firman de novembre 1914 qui ordonnait l’extermination de tous les Chrétiens14.

  • 15 Dès que j’apparais à Qaraqoch, avant, pendant et après le « règne » de Saddam Husayn, je suis invit (...)

15Je découvris et étudiai d’autres aspects de l’identité syriaque à partir de 1970 en Irak du Nord, à Mosul, qui abrite deux évêchés syriaques (un orthodoxe, un catholique) et de nombreuses églises, dont Mor Touma où officiaient Abdal-Azîz Gorgis et Bachîr Abdal-Azîz, grand-père et père de Jamîl Bachîr et de Munîr Bachîr. J’allai à Mar Matta, Ba’chîqa, Ba’zânê et Ain Sifnî à l’occasion des fêtes de Printemps. Je m’attardai à Qaraqoch à l’occasion des fêtes de Pâques de 1973 et des mariages consécutifs à l’issue desquels les seuls hommes, entraînés par le marié en dich-dacha, dansaient au son du duo zurna-davul dont les interprètes les plus réputés étaient alors les Yézidi Rachîd et Suleyman. Désormais, les mariages et les danses, enfin mixtes, se font au synthétiseur accompagnant des chants en sûrêth15. Entre temps, j’ai fréquenté les communautés syriaques de Beyrouth, Bagdad, Damas, Ma’ra-Saidnaya et du Nord de la Syrie, d’Alep à Ain Diwar.

Fig. 2. Les habitants kurdes, yézidi et syriaques orthodoxes ou catholiques du bourg de Ba’chîqa célèbrent le nouvel an (nev rûz / recha d’châta) en dansant la dabke en tawwâfa au son du duo zurna-davul des musiciens yézidi Rachîd et Suleyman.

Fig. 2. Les habitants kurdes, yézidi et syriaques orthodoxes ou catholiques du bourg de Ba’chîqa célèbrent le nouvel an (nev rûz / recha d’châta) en dansant la dabke en tawwâfa au son du duo zurna-davul des musiciens yézidi Rachîd et Suleyman.

Photo Jean-Claude Chabrier, Ba’chîqa, Irak, mars 1973.

Une identité arménienne exclue

  • 16 J’ai emprunté maintes fois le pont et la route construits à partir de 1965 entre Cizre et Zaho.

16Au-delà de Midyat, une piste en état abominable conduisait, en évitant nombre de villages syriaques, jusqu’à Azekh/Idyl. Mais à Cizre sur le Tigre, qui avait été le siège d’un évêché et le théâtre de nombreux massacres de Chrétiens, la population était essentiellement kurde. Contrairement à ce qu’annonçait la carte Bartholomew, il n’y avait ni pont ni route en direction de l’Irak. De l’autre côté du Tigre, au pied des monts Judî qui auraient recueilli l’arche de Noë, commençait le pays des Assyriens, que je n’allais découvrir que plus tard. Pour se rendre en Iran, il fallait donc retourner à Diyarbakir, puis remonter vers le Nord et le Mont Ararat16.

Fig. 3. Dans l’église syriaque catholique Tahîra, devant plus de mille fidèles, l’archiprêtre Louis Kassab célèbre la résurrection. (En réécoutant mon enregistrement quelques années plus tard, j’identifierai le thème interethnique découvert en 1982.).

Fig. 3. Dans l’église syriaque catholique Tahîra, devant plus de mille fidèles, l’archiprêtre Louis Kassab célèbre la résurrection. (En réécoutant mon enregistrement quelques années plus tard, j’identifierai le thème interethnique découvert en 1982.).

Photo Jean-Claude Chabrier, Qaraqoch, Irak, nuit de Pâques 1973.

17A Van et sur les bords du lac de Van, qui avaient abrité tant d’Arméniens, on ne trouvait plus trace, fût-ce d’un cimetière. Ne restaient que l’église d’Aktamar et quelques églises peu accessibles en ruines dont Meghrabet, et plus loin Varakvan (Yedi Kilise), Surp Bartholomeos, Sorader, etc. Par des lieux dont le nom évoquait le génocide, j’aboutis à Erzerum où un Général, après m’avoir reproché sévèrement d’être entré et resté si longtemps en zone interdite, préféra étouffer l’affaire.

18Je repartis donc vers l’Est et aboutis au pied du Mont Ararat. Un sort ironique faisait que la montagne sacrée des Arméniens se trouvait en Turquie dans une région majoritairement kurde. Comme pour mieux souligner cette ineptie, le mont sacré était ce jour entouré d’un turban de nuages. Je ne trouverais d’Arméniens vivants qu’en Iran, et plus particulièrement à Djolfa, faubourg d’Ispahan, à Téhéran, à Urumîya et en Arménie où j’allais me rendre à partir de 1961.

Une identité irano-azerbaïdjanaise

19Après le turc officiel, le kurmanji de Diyarbakir, le suryoyo de Midyat, j’allai découvrir l’azéri, langue des Azerbaidjanais du Nord et du Sud de l’Araxe. Les employés de la douane iranienne allaient même me faire un petit cours d’azéri qui était assez proche du turc de Turquie. De part et d’autre de la route menant à Tabriz, il y avait des villages assyriens et des monastères arméniens. A Tabriz, je tombai sur une procession de pénitents et faillis être lynché pour avoir pris une photo indiscrète. Un gendarme me sauva la vie en m’arrêtant et me conduisant au poste de police.

  • 17 J’ai diffusé à France Musique la totalité de l’Opéra Körogly à la fin des années soixante-dix.

20En 1960-1961, j’allais profiter de mon long séjour en Iran pour me rendre en Arménie, en Géorgie et en Azerbaidjan du Nord (alors soviétique). Là, la vie musicale était intense aussi bien dans les genres occidentaux (avec plusieurs orchestres symphoniques) qu’orientaux (essentiellement représentés par le mugâm). J’allai même au théâtre où je découvris Gajibekov, Bülbül, Amirov, Bahrâm Mansûrov, tant d’autres artistes et la pièce politique « L’année terrible ». Je n’allais retourner en Azerbaidjan qu’au cours des années 1980 à l’occasion du centenaire de la naissance de Gajibekov, dont j’avais entre-temps présenté l’opéra Körogly à France-Musique17.

Une identité assyrienne et chaldéenne

  • 18 Depuis peu, les Chrétiens du Kurdistan irakien sont bien traités et les églises sont embellies.

21Le premier contact eut lieu en 1957 à Téhéran auprès des familles francophones Betsi et Tomasi qui m’accueillirent chaleureusement. L’étape suivante se fit en 1961 à Urumîya en Iran. Les deux communautés étaient alors florissantes, regroupant plusieurs centaines de milliers de ressortissants. Mais ils ont été depuis lors remplacés par des Kurdes. Les contacts ultérieurs se firent à Téhéran, Bagdad, Mosul et au Nord de Mosul, dans les villages assyriens et chaldéens. Je m’attardai plus particulièrement à Alqoch, qui est un évêché, et à ses couvents Notre Dame des Semailles et Raban Hormoz. Mon dernier séjour date de 2005 et a couvert Zaho, Amadîya, Aqra, Shaqlawa et Aïnkawa, le faubourg chaldéen d’Arbil, capitale de l’actuel Kurdistan irakien18.

22De 1995 à 2006, j’ai prospecté chaque année les anciennes terres des Assyriens et Chaldéens à l’Est du Tigre en territoire turc. Mais la présence chrétienne semble avoir totalement disparu du fait de l’hostilité conjuguée des Turcs et des Kurdes. Il faut dénicher les églises saccagées autour de Uludere, Beytüșșebab (Geznakh), Čili (Asûta), Čukurca (Tyarê), Yüksekova (Gavar), Șemdinli (Șemdinan), Hakkarî (Julamerk), Bașkale, et Koçan (Qoçannes), qui fut le siège du patriarcat assyrien jusqu’en 1917, Cette année marqua la fuite vers l’Irak de toute la communauté assyrienne décimée par les massacres perpétrés par les Kurdes. Et lorsque la communauté, réfugiée en Syrie et en Irak, demanda à revenir sur ses terres dans les années vingt, Mustafa Kemal s’y opposa. Mais tout récemment, quelques familles sont venues se réinstaller à Geznakh.

Une identité juive

23Beaucoup de Juifs du Sud-Est avaient été massacrés à l’occasion du Firman de 1914 et du génocide arménien de 1915. Lors de la guerre du Golfe, en 1991, les Kurdes du Nord de l’Irak et du Sud-Est de la Turquie déclenchèrent des insurrections. De ce fait, ces régions redevinrent des zones interdites. Mais en 1995, dans un décor d’état de siège et subissant d’innombrables contrôles avec fouilles corporelles, je pus néanmoins aller, au milieu des blindés, jusqu’à Șemdinli (ex-évêché).

  • 19 Une aimable collègue m’a promis de me faire parvenir des enregistrements de Juifs-Kurdes.

24Sur le chemin du retour, je voulus visiter l’église arménienne d’Aktamar sur un îlot du lac de Van. Comme il n’y avait eu aucun touriste depuis 1991, le service de bateaux était lié à l’arrivée hypothétique de visiteurs et j’attendais… D’un autocar sortirent des gens qui parlaient arabe et hébreu. Ils se mirent à danser et à chanter dans le style et en kurde-kurmanjî. Je n’avais malheureusement pas mon magnétophone. Lorsque je m’enquis de leur origine, l’un d’eux me répondit : « Nous sommes originaires d’anciens villages juifs d’Irak et de Turquie où nos ancêtres cultivaient la terre. Nous sommes partis vers 1950 et nous vivons en Israël, tous dans le même quartier. On nous y surnomme: les Kurdes19. »

Une identité grecque

  • 20 Cet enregistrement de femmes grecques chantant en kurmanjî a été présenté par moi à l’Institut kurd (...)

25Récemment, mon excellent collègue grec d’Athènes Dragoumis et moi avons procédé à un échange d’enregistrements sur la Haute-Mésopotamie. Des femmes grecques, originaires du village de Bakuș, près de Diyarbakir et renvoyées en Grèce en 1922, ont été enregistrées à Athènes en 1951. La mélodie est conforme au modèle interethnique qui sera décrit plus loin, et leur langue de chant est, comme dans le cas des Juifs, le kurde-kurmanjî20.

Une identité arabo-islamique

26La méconnaissance de ce terrain polyethnique induit souvent un annexionnisme arabo-islamique.

Découverte du thème interethnique après vingt-cinq ans de terrain

  • 21 On retrouve ce chant qui suit la communion dans la liturgie chaldéenne dans le disque 33 tpm die Sö (...)

27Invité à participer à chaque Congrès de Bagdad et Festival de Babylone depuis 1975, je m’éclipsais régulièrement, prenais incognito le bus pour Mosul et rayonnais ensuite dans les villages du Nord. En 1982, je m’étais, une fois de plus, imprégné du chant riche en jodl des bergers kurdes sur une certaine forme modale heptatonique n’atteignant pas l’octave. De retour à Bagdad, je me rendis à l’Eglise chaldéenne de la Sainte-Famille et constatai, qu’après la communion, le prêtre officiant entamait un chant de la même forme modale, de même démarche mélodique, au jodl près, et de même évolution descendante ornée vers la finalis21.

  • 22 Durant trente années d’enseignement d’analyses de musiques traditionnelles, je n’ai pu faire admett (...)

28J’expose ci-après le déroulement mélodique de ce thème interethnique en fonction des hauteurs les plus fréquentes turques T(ton-clé-(1)-râst-ré, (2)-dôgâh-mi) et arabe méditerranéenne A(ton clé-(1)-râst-do, (2)-dôgâh-ré). Il faut rappeler ici que l’échelle des sons est transposable en fonction de la hauteur choisie pour le ton-clé-râst (do, ré, fa, sol, la, sib). Et on verra plus loin que Jamîl Bachîr prend sol pour ton-clé-râst (‘ûd accordé sol-ré-mi-la-ré-sol) tandis que Munîr prend fa pour ton-clé-râst (‘ûd accordé fa-do-ré-sol-do-fa)22.

29Le plus souvent, ce thème mélodique ressortit au mode musical décrit dans les encyclopédies turques ou arabes sous le nom de mode Husaynî en finalis dôgâh (deuxième degré de l’échelle diatonique, premier degré du mode)avec pivot en degré husaynî (sixième degré de l’échelle diatonique, cinquième degré du mode). Toutefois, la démarche mélodique du thème interethnique identifié en 1982 ne correspond pas aux descriptions académiques prônées par les encyclopédies.

30Des noms plutôt persans définissent depuis des siècles les degrés de l’échelle heptatonique ; soit : 1-râst, 2-dôgâh, 3-segâh, 4-çahârgâh, 5-navâ, 6-husaynî, 7-awj, 8-gardânîya. Comme la finalis de ce mode est en degré 2-dôgâh, les numéros de l’échelle doivent être abaissés d’une unité pour définir les degrés du mode. 2-3-4-5-6-7-8 de l’échelle devient 1-2-3-4-5-6-7 du mode. Le tableau ci-dessous indique les degrés de l’échelle et les équivalences en hauteurs courantes turque et arabe:

Incipit sur tricorde majeur médian ascendant
   4-5-6-6 T : sol-la-si-si… A : fa-sol-la-la

Parfois contre-incipit transposé d’un degré
   3-4-5-5 T : fa

-sol-la-la  mid-fa-sol-sol23

Tricorde mineur aigu descendant vers degré médian
   8-7-6-5 T : ré-do

-si-la do-sid-la-sol

Reprise incipit sur tricorde majeur médian ascendant
   4-5-6-6 T : sol-la-si-si A : fa-sol-la-la.

Parfois contre-Incipit transposé d’un degré
   3-4-5-5 T : fa

-sol-la-lamid-fa-sol-sol

Degré médian et tricorde mineur grave descendant
   5-4-3-2 T : la-sol-fa

-misol-fa-mid-ré

31On trouve fréquemment et jusqu’à la mer Caspienne, un mode musical irako-iranien décrit sous le nom de Dacht/Dachtî et qui est très voisin du mode Husaynî avec les différences suivantes.

Incipit sur tricorde majeur médian ascendant
   4-5-6-5-6 T : sol-la-si-la-si A : fa-sol-la-sol-la

Modulation du tricorde médian en mineur
   4-5-6b T : sol-la-sib A : fa-sol-lab

Interférences réciproques entre la méthode d’analyse et le résultat

Analyse du mode. Représentation sur touche
de ‘ûd (ma méthode en 1975)

32Cette constatation de 1982 survenait après vingt-cinq ans de pérégrinations sur le terrain. En faisant une recherche rétroactive dans mes enregistrements, j’identifiai plusieurs fois ce thème. Notamment chez Jamîl Bachîr et Munîr Bachîr, que j’avais enregistrés en 1973 et analysés en 1975 sur ma première touche de ‘ûd analytique présentée au Congrès de Bagdad en 1975 devant Chailley, Tran-Van-Khe, etc, pour ma communication Analyses modales comparatives d’un maqâm d’Irak (Chabrier 1989).

  • 24 Cf ma thèse Paris-Sorbonne 1976 Un mouvement de réhabilitation de la musique arabe et du luth orien (...)

33Il est intéressant de noter que, lors de ces analyses sur touches et portées faites en 1975, donc antérieures à l’identification du thème en 1982, les dynamiques modales internes du mode Dacht/Dachtî sont rapportées à des genres bayâtî, kurdî et çahârgâh (alias jahârkâh ou ‘ajam selon son insertion sur l’échelle). Munîr, prenant pour ton-clé-râst-fa, accorde donc son ‘ûd : fa--do-ré-sol-do-fa, insère la finalis en do-navâ, quatrième rang à vide, et favorise le cinquième rang fa-gardânîya (fig. 4). Jamîl, prenant pour ton-clé-râst-sol, accorde donc son ‘ûd : sol--ré-mi-la-ré-sol, insère la finalis en la-dôgâh, troisième rang à vide, et favorise le quatrième rang ré-navâ (fig. 5).Certes, on a, dès 1975, identitifié le genre majeur médian çahârgâh/jahârkâh chez Munîr en mib-’ajam-husaynî/fa-gardânîya/sol-muhayir et chez Jamîl en do-çahârgâh/ré-navâ/mi-husaynî. Ces analyses, extraites de ma thèse de 1976, ont été heureusement reprises dans ma thèse de 1995 : arabesques. analyses de musiques traditionnelles, éditée et rééditée en 1996 et 200224.

Fig. 4. Dacht par Munîr Bachîr.

Fig. 4. Dacht par Munîr Bachîr.

Fig. 5. Dacht par Jamîl Bachîr.

Fig. 5. Dacht par Jamîl Bachîr.

Fig. 6. Dans sa maison, l’inégalable virtuose Jamîl Bachîr (Mosul, Eglise Saint-Thomas, 1921 ? – London, Hôpital Saint-Thomas, 1977) joue du ‘ûd (luthier Manol ou ‘Alî).

Fig. 6. Dans sa maison, l’inégalable virtuose Jamîl Bachîr (Mosul, Eglise Saint-Thomas, 1921 ? – London, Hôpital Saint-Thomas, 1977) joue du ‘ûd (luthier Manol ou ‘Alî).

(Noter que le sixième rang grave (qarâr-râst-sol) est placé à l’aigu, contrairement à l’usage ottomano-turc qui le place au grave.C’est à tort que les journalistes libanais ont attribué cette innovation à Munîr Bachîr, frère cadet et élève de Jamîl).

Photo Jean-Claude Chabrier, Bagdad, Irak, avril 1973.

Analyse du mode morpho-mélodique par graphiques linéaires (1995)

34Si l’approche analytique, au lieu de se faire par l’intermédiaire de ma touche analytique de 1975, se fait par une représentation littéraliste de la démarche mélodique, on revient bien à la forme modale perçue sur le terrain à partir de 1982. Et cette forme modale (ici Dacht/Dachtî) est reprise dans ma thèse de 1995, à partir des mêmes enregistrements de Jamîl et Munîr Bachîr faits en 1973.

35Voici (fig. 7), par Jamîl Bachîr, le mode Dacht avec sol-râst et finalis la-dôgâh (noter dans les tricordes mineurs aigu et grave la mobilité des degrés fa et si).

Incipit sur tricorde majeur médian ascendant (mode Dacht)
   4-5-6-5-6 do-ré-mi-ré-mi

Modulation du tricorde médian en mineur (spécifique du Dacht)
   4-5-6b do-ré-mib

Tricorde mineur aigu devenant pentacorde (du fait de la virtuosité)
   6-7-8-(9-10) mi-fa-sol-la-si

Tricorde mineur grave devenant tétracorde (du fait de la virtuosité)
   4.3.2.(1) do-si-la-(sol)

36La virtuosité de Jamîl Bachîr et les possibilités de son ‘ûd l’incitent à dépasser la structure-forme heptatonique, tandis que Munîr Bachîr la dépasse peu. On retiendra pour Munîr Bachîr le schéma :

 (2)-4-5-6-5-6-/-6-7-8-/-4-3-2- (incipit majeur médian / tricorde mineur aigu / tricorde mineur grave)

Fig. 7. Analyse du mode morpho-mélodique.

Fig. 7. Analyse du mode morpho-mélodique.

Conclusion : une symbiose musicologique interethnique

37Depuis 1982, j’essaie, sans hâte, de mieux appréhender une identité musicologique interethnique en « Assyrie-Haute-Mésopotamie-Kurdistan ». J’ai identifié le thème et des variantes chez les Turcs (ex : Kurban olam), chez les Kurdes(ex : multiples), chez les Syriaques et dans leurs liturgies, chez les Assyriens-Chaldéens et dans leurs liturgies, chez les Arméniens (ex :Deleyaman), en Iran de l’Ouest, en Syrie et en Irak du Nord, dans une liturgie juive, et chez des Grecs originaires de la Haute-Mésopotamie. Les agglomérations polyethniques comme Mardin, Alep, Qamichlî, Hasêkê, Mosul, Urumîya, sont évidemment plus fécondes. Je n’ai à ce jour aucun document concernant les anciens villages juifs de Haute-Mésopotamie puisque l’enregistrement « juif » que j’ai recueilli provient d’une synagogue d’Istanbul. J’ai accumulé de nombreuses interprétations et en dresserai un répertoire quand elles auront été analysées en majorité.

38J’ai exposé des constatations fondées sur un demi-siècle de pérégrinations sur un terrain polyethnique. Je constate qu’un thème commun y véhicule des livrets en plus de douze langues, sémitiques, ouralo-altaïques, indo-européennes. Dans l’état actuel de mes constatations, je ne me hasarderai pas à attribuer l’origine de ce thème à une communauté quelconque. Les ressortissants non-musicologues des diverses communautés de cette aire estiment que ce thème leur est propre. Mais les ressortissants musicologues admettent, en coulisse, l’existence de ce thème interethnique. Remarquons seulement que, au sein de cette symbiose « AJAGIKAT » (araméo-judéo-arméno-gréco-irano-kurdo-arabo-turque), les communautés juives et chrétiennes sont les plus anciennes et les communautés musulmanes sont les plus récentes.

Haut de page

Bibliographie

AREL Hüseyin Sâdettin, 1968, Türk musikisi nazariyati dersleri. Istanbul : Hüsnütabiyat Matbaasi.

CHABRIER Jean-Claude C., 1976, Un mouvement de réhabilitation de la musique arabe et du luth oriental. L’Ecole de Bagdad de Cherif Muhieddin à Munîr Bachîr. Thèse de doctorat. Paris : Sorbonne.

CHABRIER Jean-Claude C., 1989, Analyses modales comparatives d’un maqâm d’Irak (Panjugâh). Paris.

CHABRIER Jean-Claude C., 1996-2002, Arabesques. Analyses de musiques traditionnelles. 2 vols. Paris : Arabesques.

Discographie

1967a Musique classique ottomane. Chœur de Ruşen Ferid Kam. Pathé Marconi, STX 218.

1967b Musique classique turque. Chœur de Ruşen Ferid Kam. Pathé Marconi, STX 221.

1974a Luth classique – Irak - ‘ûd – Munir Bachir. Enregistrements en Irak (1973) et texte de Jean-Claude Chabrier. Collection Arabesques. Paris : Pathé Marconi EMI, 2 C 066-95157.

1974b Luth traditionnel – Irak - ‘ûd – Jamîl Bachîr. Enregistrements en Irak (1973) et texte de Jean-Claude Chabrier. Collection Arabesques. Paris, Pathé Marconi EMI, 2 C 066-95160.

1975 Die Söhne der Chaldäer, chanté par le chorévêque Ephrem Bede. Tabor 7256, D-7160 Gaildorf.

Haut de page

Notes

1 La divulgation de l’histoire de cette région polyethnique a été malencontreusement confiée à des politiques ignorant tout de l’histoire des Juifs, des Chrétiens des Turcs et des Kurdes. Ayant suivi l’exemple itinérant du suisse Nicolas Bouvier, je revendique le témoignage d’un demi-siècle.

2 Même remarque sceptique à propos de l’histoire lénifiante de la Turquie au XXe siècle.

3 J’ai connu plus tard Muhiddin et son épouse Safiye Ayla, l’immortelle du Kätip-arkisi.

4 Fondation du Türk Musikisi Devlet Konservatuari à Istanbul. 1975. Direct. Ercüment Berker.

5 Lors de mes séjours à Istanbul, j‘étais un auditeur libre du Istanbul Belediye Konservatuari.

6 Ces disques 78 tpm et tant d’autres, achetés en 1957, sommeillent aussi dans mes archives.

7 Plus tard, pris d’enthousiasme, je publiai en 1967, en première occidentale me semble-t-il, les disques Musique classique ottomane (1967a) et Musique classique turque (1967b), salués par le périodique Musical America. Il s’agissait du chœur de Rușen Ferid Kam et les livrets, dont celui du Nevâ Kâr (Ey gülbûn-i-A’iș),avaient été sommairement traduits par Sermet Sami Uysal et moi-même. En militant kémaliste attardé, l’Attaché près l’Ambassade de Turquie en France, Mukadder Sezgin, m’accusa de publier « de la musique byzantine avec des instruments arabes » et s’acharna contre ces disques hélléno-islamistes ultérieurement occultés par des «Soufis».

8 La langue arabe a désormais disparu en Cilicie et ne survit qu’à Antakya et à Mardin.

9 La République française a longtemps lutté contre les langues des provinces périphériques.

10 De nombreux documents sur les Juifs du Sud-Est se trouvent à l’Alliance Israélite à Paris.

11 Le père Samuel, né orthodoxe, devenu catholique, est témoin des persécutions musulmanes.

12 L’arrivée de Yézidi-s de Syrie sur les côtes de Provence a suscité un nouveau contresens des politiques qui les ont pris pour des Kurdes d’Irak. Les Yezidi-s ne peuvent se marier qu’entre eux.

13 Mal préparé culturellement, j’ai pris le suryoyo, qui ressemble plutôt à l’hébreu, pour un dialecte arabe. Quant à la belle Syriaque qui s’est penchée sur moi, je l’ai prise pour une Arabe.

14 Le grand-père Bachîr, °Abdal-°Azîz Gorgis, était prêtre syriaque à Mor Ilyo de Habâbê. Le firman de l’Empereur Reșad (1914), dénoncé par Morgenthau, ambassadeur U.S., reste occulté.

15 Dès que j’apparais à Qaraqoch, avant, pendant et après le « règne » de Saddam Husayn, je suis invité à photographier et enregistrer les liturgies et les mariages catholiques ou orthodoxes.

16 J’ai emprunté maintes fois le pont et la route construits à partir de 1965 entre Cizre et Zaho.

17 J’ai diffusé à France Musique la totalité de l’Opéra Körogly à la fin des années soixante-dix.

18 Depuis peu, les Chrétiens du Kurdistan irakien sont bien traités et les églises sont embellies.

19 Une aimable collègue m’a promis de me faire parvenir des enregistrements de Juifs-Kurdes.

20 Cet enregistrement de femmes grecques chantant en kurmanjî a été présenté par moi à l’Institut kurde de Paris qui m’a promis des enregistrements caractéristiques des divers Kurdistan-s.

21 On retrouve ce chant qui suit la communion dans la liturgie chaldéenne dans le disque 33 tpm die Söhne der Chaldäer chanté par le chorévêque Ephrem Bede (1975).

22 Durant trente années d’enseignement d’analyses de musiques traditionnelles, je n’ai pu faire admettre à certains étudiants que l’échelle fondamentale des sons était transposable. J’ai de même échoué dans la transmission de mon expérience du ton-clé-râst en Turquie, écrit en sol et joué en ré.

23 Fa signifie fa diésé d’un limma pythagoricien environ ; mid signifie mi abaissé d’un comma pythagoricien environ.

24 Cf ma thèse Paris-Sorbonne 1976 Un mouvement de réhabilitation de la musique arabe et du luth oriental. L’Ecole de Bagdad de Cherif Muhieddin à Munîr Bachîr et ma thèse Paris-Sorbonne 1995 Analyses de musiques traditionnelles. Le tout a été édité et réédité en 1996 et 2002. Les modes y sont analysés par graphiques linéaires, diagrammes, portées et selon le langage instrumental:Husaynî, Dacht, Orfa sur graphiques linéaires morpho-mélodiques (2002 : 437-475), Abudîyé, Orfa, Husaynî, Chûrî, Madmî par Jamîl Bachîr sur touche analytique (2002 : 573-590), Dacht par Jamîl et Munîr Bachîr, en diagrammes, portées et touches analytiques (2002 : 787-796).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Une Grecque turcophone originaire d’Asie mineure esquisse un thème oriental.
Crédits Photo Jean-Claude Chabrier, Joannina, Grèce, octobre 2001.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2. Les habitants kurdes, yézidi et syriaques orthodoxes ou catholiques du bourg de Ba’chîqa célèbrent le nouvel an (nev rûz / recha d’châta) en dansant la dabke en tawwâfa au son du duo zurna-davul des musiciens yézidi Rachîd et Suleyman.
Crédits Photo Jean-Claude Chabrier, Ba’chîqa, Irak, mars 1973.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 3. Dans l’église syriaque catholique Tahîra, devant plus de mille fidèles, l’archiprêtre Louis Kassab célèbre la résurrection. (En réécoutant mon enregistrement quelques années plus tard, j’identifierai le thème interethnique découvert en 1982.).
Crédits Photo Jean-Claude Chabrier, Qaraqoch, Irak, nuit de Pâques 1973.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-4.png
Fichier image/png, 416 octets
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-5.png
Fichier image/png, 416 octets
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-6.png
Fichier image/png, 416 octets
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-7.png
Fichier image/png, 416 octets
Titre Fig. 4. Dacht par Munîr Bachîr.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5. Dacht par Jamîl Bachîr.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 6. Dans sa maison, l’inégalable virtuose Jamîl Bachîr (Mosul, Eglise Saint-Thomas, 1921 ? – London, Hôpital Saint-Thomas, 1977) joue du ‘ûd (luthier Manol ou ‘Alî).
Légende (Noter que le sixième rang grave (qarâr-râst-sol) est placé à l’aigu, contrairement à l’usage ottomano-turc qui le place au grave.C’est à tort que les journalistes libanais ont attribué cette innovation à Munîr Bachîr, frère cadet et élève de Jamîl).
Crédits Photo Jean-Claude Chabrier, Bagdad, Irak, avril 1973.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 7. Analyse du mode morpho-mélodique.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude C. Chabrier, « Une identité musicologique interethnique en « Assyrie – Haute-Mésopotamie – Kurdistan » », Cahiers d’ethnomusicologie, 20 | 2007, 209-227.

Référence électronique

Jean-Claude C. Chabrier, « Une identité musicologique interethnique en « Assyrie – Haute-Mésopotamie – Kurdistan » », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Jean-Claude C. Chabrier

Jean-Claude Charbonnier dit Chabrier a étudié le piano avant de devenir docteur en médecine. Il a découvert de façon itinérante les Balkans, puis les proche et moyen Orients, ce qui l’a conduit à des approches systématiquement comparatistes et interethniques, particulièrement entre la Méditerranée et la Caspienne et autour du Tigre. Il est diplômé des Langues orientales. Il a été auditeur du Conservatoire d’Istanbul et de l’Ecole de Bagdad au ‘ûd avec Jamîl Bachîr et chercheur au CNRS de 1976 à 1997. Dans son doctorat Un mouvement de réhabilitation de la musique arabe et du luth oriental. L’Ecole de Bagdad de Cherif Muhieddin à Munîr Bachîr (Paris-Sorbonne 1976), il a divulgué l’analyse modale sur touche de ‘ûd. Dans son doctorat Arabesques – analyses de musiques traditionnelles (Paris-Sorbonne 1995), il utilise des méthodes personnelles comparatives d’analyse des langages acoustique, modal et instrumental sur touche de ‘ûd. Avec Arabesques – Anthologie phonographique du récital oriental, il a été lauréat des académies du Disque français et Charles Cros. Il a enseigné l’analyse de 1972 à 2005 aux Langues orientales, à Sorbonne nouvelle et à Paris-Sorbonne. Il est fondateur-titulaire du C.H.R.I.S.T.O.S. (Centre pour l’Histoire, la Recherche, l’Illustration, la Sauvegarde des Traditions de l’Orient Spirituel).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page