Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

De la délectation à la médication. L’évolution des conceptions de l’effet de la musique dans l’ancien monde musulman

Jean During
p. 171-183

Résumé

Du Maghreb jusqu’à l’Inde moghole, les écrits sur l’ethos et l’efficacité de la musique, témoignent du souci d’établir des correspondances entre la nature humaine et les sons, les timbres et les rythmes. À partir des conceptions simples de l’impact de la musique sont tissées des connexions de plus en plus complexes entre le système des modes (maqâm) et le tempérament des auditeurs, et au-delà, les types physiques, voire les classes sociales ou professionnelles. Cette évolution qui s’étend environ du Xe au XVIIe siècle, commence par une classification des propriétés de la musique, se poursuit dans un souci de l’effet optimum, jusqu’à passer des principes de la délectation à ceux de la médication. Toutefois, au fil du temps, avec la compilation constante des traités antérieurs, les changements des modes d’une école à l’autre, les correspondances deviennent incohérentes et finalement les mises en système se désagrègent. Le souci d’efficacité passe à l’arrière-plan et les aspects thérapeutiques ne sont plus qu’un lointain souvenir. On revient alors à des conceptions plus classiques centrées sur l’appréciation esthétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Affects et humeurs
Les fondements de l’efficacité de la musique
Le passage de la délectation à la médication
Conclusion : science et croyance

Aperçu du texte

Si l’ethnologie fait partie des sciences historiques comme le pense Lévi‑Strauss, l’ethnomusicologue est convié à éclairer le présent à la lumière diffuse du passé, et pas seulement sous le projecteur de ses observations. Par exemple, l’observation de l’évolution récente de certaines traditions d’Asie intérieure révèle que la promotion de la musique comme « art » et du musicien comme « artiste » (honarmand en persan, dari et uzbek, sanatçı en turc) plutôt que prestataire de service, s’est affirmée au cours des derniers siècles, notamment au début du XXe, et ce, probablement sous l’influence de l’Occident. Parallèlement, au cours de cette période, dans l’espace pluriculturel de l’Islam, la musique s’est progressivement dégagée à la fois de la métaphysique et de sa fonctionnalité, pour revendiquer son autonomie.

Cette évolution semble naturelle et inéluctable dans la perspective de la modernité ; cependant un zoom arrière sur la finalité et les fonctions de la musique dans l’histoire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean During, « De la délectation à la médication. L’évolution des conceptions de l’effet de la musique dans l’ancien monde musulman », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 171-183.

Référence électronique

Jean During, « De la délectation à la médication. L’évolution des conceptions de l’effet de la musique dans l’ancien monde musulman », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2513

Haut de page

Auteur

Jean During

Jean During est directeur de recherche émérite au CNRS (LESC/CREM, Université de Paris Ouest Nanterre). Spécialiste des cultures du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages sur les musiques de cette aire, en particulier dans ses rapports avec la société, la pensée et la mystique musulmanes. Parmi ses publications, on compte aussi une cinquantaine de CDs, fruit de collectes allant de la Turquie jusqu’au Xinjiang.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page