Navigation – Plan du site
Dossier : Le goût musical

La douceur : critère d’appréciation musicale chez les Tsiganes de Transylvanie

Filippo Bonini Baraldi
p. 23-41

Résumé

Les Tsiganes de Transylvanie utilisent le terme « douceur » (dulceaţă) pour désigner les qualités esthétiques et émotionnelles de la musique. Afin de déterminer les paramètres (acoustiques et musicaux) associés à la dulceaţă, l’article présente une comparaison de deux versions d’un même air, l’un joué « sans douceur » et l’autre « avec douceur ». La seconde partie de cet article porte sur le lien entre le concept de douceur et l’idée plus générale de « vivant musical ». La question principale qui est adressée est la suivante : quelles sont les opérations mentales et corporelles qui permettent de percevoir la musique comme un « être intentionnel », ayant la capacité de produire des effets dans le monde, et notamment celui d’émouvoir l’auditeur ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Analyse musicologique de la douceur
Décorer pour émouvoir
Le « vivant musical »
Le « vivant musical » selon une perspective cognitiviste
Empathie et esthétique
Conclusion

Aperçu du texte

À Ceuaş, petit village de Transylvanie, lorsqu’on parle de musique, le concept de  « douceur » est au centre des discussions entre Tsiganes, qu’ils soient musiciens ou non. Le terme tsigane gulybó, et son équivalent roumain dulceaţă, qui désignent littéralement les sucreries qu’on achète aux enfants (chocolat, bonbons, confiture, etc.), sont couramment utilisés pour désigner la qualité de la musique : un bon instrument a un son dulce, une belle mélodie est dulce, un bon musicien joue cu dulceaţă (« avec douceur »).

La douceur de la musique se situe à un niveau profond de l’être humain – « dans la tête » (în capu’) et « dans le cœur » (în inimă) – mais s’exprime par un savoir-faire technique : l’instrumentiste soliste a de la douceur « dans les doigts » (în degete). Ainsi, on dit d’un musicien qui joue avec douceur : « il bouge bien les doigts, il sait où s’arrêter, où commencer… et il joue beau, il ne fait pas d’erreurs, il n’a pas de défauts ».

Chaque musicien parle de la douceur à s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Filippo Bonini Baraldi, « La douceur : critère d’appréciation musicale chez les Tsiganes de Transylvanie », Cahiers d’ethnomusicologie, 28 | 2015, 23-41.

Référence électronique

Filippo Bonini Baraldi, « La douceur : critère d’appréciation musicale chez les Tsiganes de Transylvanie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2490

Haut de page

Auteur

Filippo Bonini Baraldi

Filippo Bonini Baraldi est actuellement chercheur FCT à l’Instituto de Etnomusicologia (INET-MD), FCSH, Universidade NOVA de Lisboa, et membre du CREM-LESC (Univ. Paris Ouest Nanterre la Défense). Après avoir achevé des études en ingénierie électronique et informatique musicale (Université de Padoue et IRCAM), il a bénéficié d’une bourse du CNRS pour poursuivre ses recherches doctorales en ethnomusicologie. En 2010 il a soutenu sa thèse à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (prix du Musée du Quai Branly) et en 2013 a publié son premier ouvrage, Tsiganes, musique et empathie, aux Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (Coup de cœur de l’Académie Charles Cros). Il a aussi bénéficié d’une bourse post-doctorale « E. Fleischmann » de la Société d’ethnologie de Nanterre, a enseigné l’ethnomusicologie à l’Université Paris 8 – Saint Denis entre 2007 et 2014 et a été Visiting Professor (bourse CAPES PVE) à l’Universidade Federal da Paraíba (Brésil) en 2014-2015. Ses recherches explorent le lien entre musique, émotion et empathie, dans une approche fortement interdisciplinaire se situant à la frontière entre l’ethnomusicologie et la cognition musicale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page