Navigation – Plan du site
Thèses

Hassan TABAR : Le santur iranien et ses maîtres : une approche organologique et ethnomusicologique

Thèse de doctorat en musique et musicologie, soutenue le 16 décembre 2011 à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
p. 312-313
Référence(s) :

Hassan TABAR : Le santur iranien et ses maîtres : une approche organologique et ethnomusicologique
Thèse de doctorat en musique et musicologie, soutenue le 16 décembre 2011 à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
279 pages, 2 CD (31 extraits sonores) et 1 DVD
Directeur de thèse : François Picard
La thèse a obtenu la mention « Très honorable »

Texte intégral

1La cithare à cordes frappées est apparue en Orient et en Occident vers le XVe siècle. Cet instrument ne figure pas sur les miniatures persanes avant l’époque Qâjâr (1786-1925), si bien que son apparition dans la musique savante pourrait être relativement tardive ; il est donc bien difficile d’affirmer quoique ce soit sur la date et le pays d’origine de l’instrument.

2Tandis que le luth târ était l’instrument majeur, le nombre de joueurs de santur était très restreint jusqu’à la fin du XIXe siècle, et nous ignorons le contenu de leurs répertoires. Le plus ancien joueur de santur connu est Mohammad Hasan Khân. Il vivait au milieu du XIXe siècle. Avant 1940 il n’y avait pas de luthier spécialisé, et les instruments étaient fabriqués par des fabricants de luths târ et setâr.

3Si Habib Somâ’i (1905-1946) fut le dernier d’une longue chaîne traditionnelle, Farâmarz Pâyvar (1932-2009) est sans conteste le premier d’une nouvelle génération. La génération actuelle, née dans les années 1980, préfère quant à elle la composition à l’occidentale à celle de la pratique du répertoire radif.

4L’étude organologique, comprenant description de l’instrument et de sa facture, est complétée par une histoire de son enseignement. L’étude musicologique s’appuie sur la transcription d’enregistrements historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Hassan TABAR : Le santur iranien et ses maîtres : une approche organologique et ethnomusicologique », Cahiers d’ethnomusicologie, 25 | 2012, 312-313.

Référence électronique

« Hassan TABAR : Le santur iranien et ses maîtres : une approche organologique et ethnomusicologique », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1945

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page