Navigation – Plan du site
Thèses

Eric MONTBEL : Les cornemuses à miroirs du Limousin. (XVIIe-XXe siècles). Histoire, sémiologie, anthropologie musicale

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 10 décembre 2010 à l’Université Nice-Sophia-Antipolis
p. 309-310
Référence(s) :

Eric MONTBEL : Les cornemuses à miroirs du Limousin. (XVIIe-XXe siècles). Histoire, sémiologie, anthropologie musicale. Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 10 décembre 2010 à l’Université Nice-Sophia-Antipolis. 750 pages, 1 DVD multimédia contenant 22 documents (audio et vidéo) commentés. Directeur de thèse : Luc Charles-Dominique. La thèse a obtenu la mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité », ainsi qu’une « recommandation pour une aide à publication et un prix de thèse ».

Texte intégral

1Cette thèse présente une réflexion sur le rapport du chercheur à son objet d’étude : ici cent vingt-cinq cornemuses particulières décorées de miroirs. La thèse pose des questions multiples, sur l’origine, donc sur les filiations, sur l’organologie et son évolution comparée, sur le sens, donc sur la sémiologie syntagmatique de plusieurs objets associés, sur l’inscription sociale et les phénomènes d’interaction entre classes et moments historiques divers autour d’un instrument de musique. Est posée l’hypothèse de l’invention d’une pratique musicale, invention récente imputable au chercheur, au musicologue, au praticien, à l’historien ou au public consommateur : ce fait musical total inscrit dans une modernité.

2La thèse est articulée en trois grandes parties. La première partie aborde les aspects historiques et propose plusieurs hypothèses en suggérant des filiations organologiques et des marqueurs chronologiques, notamment le rapport au phagotus et à la sourdeline italiens de la Renaissance, et aux cornemuses de Poitou à la Cour de Louis XIII. La deuxième partie est consacrée à la symbolique : sémiotique de la cornemuse, du miroir, et du pastoralisme. Nous abordons le rapport syntagmatique qu’entretiennent ici ces objets et cet idéal néo-platonicien au sortir de la Renaissance. La troisième partie est consacrée à la période contemporaine et aux enquêtes de terrain du chercheur en Limousin. Elle relève plus particulièrement d’une ethnomusicologie engagée, participante.

3La conclusion souligne l’inscription de l’anthropologie du patrimoine au cœur de notre société contemporaine. En tant que chercheurs, musiciens ou pédagogues, nous contribuons à cette élaboration collective, celle d’une mémoire vivante où viennent puiser les imaginaires. Musique « ancienne », musique « traditionnelle », musique « médiévale » etc. sont autant d’appellations qui convoquent le Passé, mais dont nous savons qu’elles sont inscrites dans notre rapport contemporain à la mémoire. Cette relation ambiguë engendre parfois des malentendus, dont les derniers avatars sont peut-être les notions identitaires de « culture régionale » ou la valorisation du « patrimoine culturel immatériel », malentendus relatifs à la séduction du sens, à cette ambiguïté originelle attachée aussi à l’instrument « cornemuse à miroirs » dans son ontologie.

4La thèse est accompagnée de diverses annexes : inventaire des « charges de cornemuses et hautbois de Poitou » à la cour de France entre 1630 et 1670 ; texte original de Trichet sur le phagotus ; texte de Robert du Dorat sur les « joueurs de cornemuse en Basse-Marche et Limousin » vers 1630 ; occurrences de joueurs de musette ou cornemuse en Limousin au XIXe siècle dans les archives départementales de la Haute-Vienne ; inventaire photographique des cornemuses à miroirs du Corpus. Un CD-rom est attaché au document, comportant divers exemples musicaux cités dans la thèse et des films vidéos montrant les chabretaires Louis Jarraud, André Pangaud et Camillou Gavinet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Eric MONTBEL : Les cornemuses à miroirs du Limousin. (XVIIe-XXe siècles). Histoire, sémiologie, anthropologie musicale », Cahiers d’ethnomusicologie, 24 | 2011, 309-310.

Référence électronique

« Eric MONTBEL : Les cornemuses à miroirs du Limousin. (XVIIe-XXe siècles). Histoire, sémiologie, anthropologie musicale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1808

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page