Navigation – Plan du site
Thèses

Estelle AMY DE LA BRETÈQUE : La passion du tragique : paroles mélodisées chez les Yézidis d’Arménie

Thèse de doctorat en ethnologie (spécialité ethnomusicologie), soutenue le 9 novembre 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense
p. 308
Référence(s) :

Estelle AMY DE LA BRETÈQUE : La passion du tragique : paroles mélodisées chez les Yézidis d’Arménie. Thèse de doctorat en ethnologie (spécialité ethnomusicologie), soutenue le 9 novembre 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense. 394 pages, 1 DVD multimédia contenant 97 documents (audio et vidéo) commentés. Directeur de thèse : Raymond Jamous. La thèse a obtenu la mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité », ainsi qu’une « recommandation pour une aide à publication et un prix de thèse ».

Texte intégral

1Cette thèse porte sur la parole mélodisée dans la communauté yézidie d’Arménie. Ce que j’appelle parole mélodisée est une manière d’utiliser la voix où l’intonation normale de la parole se voit remplacée par des contours mélodiques. Les mots énoncés y prennent une allure beaucoup plus poétique et métaphorique, mais ne se plient pas pour autant à un mètre ou à des schémas rythmiques précis. Pour une oreille européenne, cette manière d’utiliser la voix ressemble à s’y méprendre à du chant. Mais pour les Yezidis, elle est avant tout de la parole et ne participe pas de ce que eux-mêmes nomment du chant. Toujours liée à des sentiments tristes, la parole mélodisée est énoncée non seulement en contexte rituel, mais aussi au détour d’une phrase dans les conversations quotidiennes. Elle est le fait des femmes, mais aussi des hommes. Certains parmi ces derniers deviennent des spécialistes, occasionnellement rémunérés pour dire des lamentations dans les enterrements ou les enregistrer dans les studios de Erevan. En kurde, la parole mélodisée est appelée kilamê ser, c’est à dire, littéralement : « parole sur… ».

2Au plan conceptuel, je me suis intéressée à trois grandes questions. D’une part, à la position liminaire de ce mode d’énonciation qui se situe entre musique et langage. En second lieu, j’ai analysé les procédés concrets (sémantiques, énonciatifs et sonores) par lesquels la parole mélodisée construit un espace de partage des émotions. Enfin, je me suis intéressée à la manière dont ces énonciations, souvent inscrites dans des contextes locaux spécifiques, contribuent, à une autre échelle, à des formes culturelles partagées par l’ensemble de la communauté yézidie. Énoncées hors contexte funèbre, les « paroles sur le mort » exemplaires tendent à devenir, avec le temps, des « paroles sur le héros ». Elles continuent à rappeler la mort qui leur a donné naissance, mais au fur et à mesure qu’elles se diffusent, elles deviennent de plus en plus autonomes et constitutives d’une culture yézidie partagée, au même titre que les épopées. Les nouveaux supports de la parole mélodisée (notamment les mp3, mais aussi les clips vidéo) accélèrent ce processus et l’inscrivent dans une dynamique politique régionale. J’ai notamment tenté de montrer comment la parole mélodisée s’inscrit dans des constructions identitaires plus larges en interaction avec la montée des nationalismes dans le Caucase, ainsi qu’avec le conflit entre l’armée turque et la guérilla kurde du PKK.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Estelle AMY DE LA BRETÈQUE : La passion du tragique : paroles mélodisées chez les Yézidis d’Arménie », Cahiers d’ethnomusicologie, 24 | 2011, 308.

Référence électronique

« Estelle AMY DE LA BRETÈQUE : La passion du tragique : paroles mélodisées chez les Yézidis d’Arménie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1806

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page