Navigation – Plan du site
Livres

Bruno NETTL : Nettl’s Elephant – On the History of Ethnomusicology

Champaign, IL : University of Illinois Press, 2010
Marie-Christine Parent
p. 250-252
Référence(s) :

Bruno NETTL : Nettl’s Elephant – On the History of Ethnomusicology, Champaign, IL : University of Illinois Press, 2010. 257 pages.

Texte intégral

  • 1 Nettl cite toutefois les apports non négligeables de quelques chercheurs, dont Helen Myers (1992), (...)

1Si plusieurs ouvrages récents questionnent les enjeux, l’identité et les méthodes de recherche de l’ethnomusicologie, peu d’auteurs se sont penchés sur l’évolution de la discipline à travers le temps et dans divers contextes1. Dans cet ouvrage récent, Bruno Nettl, acteur et témoin d’une bonne partie du développement de l’ethnomusicologie américaine, nous livre ses réflexions et ses observations.

2Composé de seize essais proposant un panorama de l’histoire de l’ethnomusicologie en tant que science et discipline académique, ainsi qu’une présentation de la discipline dans les principales institutions et organisations, ce livre vient combler une lacune sur le plan de l’histoire de l’ethnomusicologie, principalement américaine. L’ensemble des essais est étayé par une riche bibliographie, puisée dans la littérature des deux derniers siècles, principalement en langues anglaise et allemande. Sans prendre parti, Nettl présente diverses visions de la discipline, de même que divers concepts, idées et préoccupations qui ont guidé – et guident toujours – les recherches et les réflexions des ethnomusicologues. La plupart des essais découlent de communications orales et sont autonomes les uns par rapport aux autres. De façon globale, on peut affirmer que ce livre contribue de manière significative à une meilleure compréhension de l’histoire de l’ethnomusicologie au cours du XXe siècle, marqué par les migrations, les guerres mondiales ou l’influence de la philosophie européenne, tout en s’appuyant sur l’expérience personnelle de l’auteur.

3Fils d’un musicologue juif autrichien immigré aux États-Unis à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Nettl a participé activement à la création et au développement d’organisations professionnelles telles que la SEM et l’ICTM. À la fois chercheur, professeur et acteur des principaux débats sur la discipline depuis une cinquantaine d’années, il avait donc toute la compétence et le recul nécessaires pour écrire cette « histoire de l’ethnomusicologie ». L’auteur ne se limite cependant pas à l’exposé de ses propres observations ; il inclut aussi le discours de ses contemporains dans son analyse afin de mieux représenter la diversité des points de vue.

4La première partie du livre traite des principales problématiques et des différents courants qui ont traversé l’histoire de l’ethnomusicologie jusqu’à aujourd’hui. L’auteur y aborde l’histoire et le développement de la discipline dans d’autres aires culturelles, notamment dans le monde francophone, en Amérique latine et en Iran. Bien qu’actuelles et bien documentées, ces informations occupent, malheureusement, une place négligeable dans l’ouvrage. Seuls les grands noms sont cités et l’on passe ainsi à côté de tendances marquantes de la discipline, comme, par exemple, le développement d’une ethnomusicologie « engagée » et « locale » en Amérique latine, en parallèle à une volonté de démocratisation et d’engagement citoyen. Dans la même veine, on regrette l’absence de référence à un ouvrage qui aurait fourni ici une mise en perspective intéressante, soit L’ethnomusicologie de la France : de « l’ancienne civilisation paysanne » à la globalisation (Charles-Dominique et Defrance 2009).

5La deuxième section de Nettl’s Elephant revoit la place de l’ethnomusicologie au sein des institutions académiques, oscillant entre les départements de musique et de sciences sociales, ainsi que les préoccupations passées et futures des ethnomusicologues, insistant sur l’unicité de notre discipline. Nettl aborde des notions telles que les origines et l’histoire de la musique, ainsi que les universaux en musique – perspective qu’il rejette sous prétexte d’être trop ethnocentriste. Dans cette optique, il retrace l’importance qu’a pris le concept d’évolution, se référant autant aux thèses évolutionnistes en biologie qu’à la direction du changement, dans l’histoire de la recherche ethnomusicologique.

6En troisième lieu, Nettl souligne le rôle et le développement des principales organisations professionnelles regroupant les ethnomusicologues, soit l’ICTM et la SEM, soulignant avec force leur contribution pour la reconnaissance et le maintien de l’ethnomusicologie en tant que discipline à part entière. Au chapitre de la production et de la diffusion de la recherche, l’auteur se dit dans l’ensemble satisfait de ce qui a été réalisé au cours des cinquante dernières années. Il voit des défis stimulants liés au développement de la discipline, des technologies et des changements sociaux pour les prochaines décennies. L’ouvrage se termine par quelques essais sur des thèmes récurrents dans l’enseignement et la pratique de l’ethnomusicologie, comme la géographie musicale, l’étude des minorités, les répertoires, ou encore les principaux paradigmes de l’ethnomusicologie. À titre d’exemples, Nettl cite notamment les passages obligés dans le parcours de l’étudiant, une forme d’universalité des méthodologies de recherche, ou encore l’étude des canons liés à une culture musicale précise comme le radif dans les musiques persanes.

7Somme toute, Nettl’s Elephant représente une lecture essentielle pour tout étudiant, chercheur ou professeur en ethnomusicologie. À la fois clair et érudit, cet ouvrage d’une lecture agréable constitue une référence richement documentée sur l’évolution de l’ethnomusicologie, de ses balbutiements prémisses en Europe – dommage qu’il n’ait pas davantage développé ce sujet – jusqu’à son épanouissement, principalement en sol nord-américain.

Haut de page

Bibliographie

AROM Simha et Frank ALVAREZ-PÉREYRE, 2007, Précis d’ethnomusicologie. Paris : CNRS Editions,

CHARLES-DOMINIQUE Luc et Yves DEFRANCE, dir., 2009, L’ethnomusicologie de la France : de « l’ancienne civilisation paysanne » à la globalisation Paris : L’Harmattan.

McLEAN Mervyn, 2006, Pioneers of Ethnomusicology. Coral Springs : Llumina Press.

MYERS Helen, 1992, Ethnomusicology : An Introduction. New York : W. W. Norton.

Haut de page

Notes

1 Nettl cite toutefois les apports non négligeables de quelques chercheurs, dont Helen Myers (1992), Mervyn Mclean (2006) et Simha Arom et Frank Alvarez-Péreyre (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Parent, « Bruno NETTL : Nettl’s Elephant – On the History of Ethnomusicology », Cahiers d’ethnomusicologie, 24 | 2011, 250-252.

Référence électronique

Marie-Christine Parent, « Bruno NETTL : Nettl’s Elephant – On the History of Ethnomusicology », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1768

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Parent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page