Navigation – Plan du site
Hommages

Christian Poché (1938-2010), l’âme de la musique arabe

Jean Lambert
p. 231-237

Texte intégral

1Notre collègue Christian Poché, journaliste, producteur de radio, historien de la musique et ethnomusicologue, s’est éteint le 3 décembre 2010. Il consacra la plus grande partie de sa carrière à l’étude des musiques du monde arabe qu’il sut remettre à l’honneur dans une région du monde où elles commençaient à être délaissées. Il fit pour cela un détour par l’Occident, où elles n’étaient pas du tout connues, mais où elles trouvèrent grâce à lui une nouvelle écoute. Sa solide formation musicale et ses compétences linguistiques lui permirent de plonger dans la profondeur historique de ces musiques, notamment à partir de la lecture des textes classiques et modernes, tout en rendant ce savoir accessible à un grand nombre de lecteurs et d’auditeurs. Doué d’une connaissance encyclopédique, il savait communiquer à son auditoire son amour de la culture de l’autre, sur un ton inimitable, à la fois passionné et mesuré, gardant toujours une grande humilité.

2Christian Poché était né en Syrie, à Alep, où son grand-père et son père, d’origine autrichienne, avaient été consuls de Tchécoslovaquie puis des Pays-Bas. Il conserva toute sa vie un attachement affectif très fort pour cette ville où il gardait des liens familiaux. Il passa une partie de sa jeunesse au Liban, où il fut Secrétaire général, puis Directeur des Jeunesses Musicales (entre 1961 et 1969). Christian Poché fut également critique musical au journal libanais L’Orient-Le Jour de 1965 à 1967, où il commença à prendre la défense de la musique arabe et de la musique libanaise à une époque où l’occidentalisation culturelle envahissait déjà massivement cette région du monde. Parallèlement, il suivit une formation de musicologie et de composition musicale à Darmstadt entre 1963 et 1967.

3À la suite de ses études en Allemagne, il devint chercheur à l’Institut international d’études comparatives de la musique à Berlin (1971-1974) et, simultanément, rédacteur adjoint de la revue The World of Music (1973-1974). Cette première expérience professionnelle fut décisive pour lui : il resta marqué intellectuellement par l’« école allemande » de musicologie comparée, avec son ambition universaliste, ainsi que par l’orientalisme allemand, avec sa rigueur méthodologique.

Fig. 1. Christian Poché à Aix, 3 novembre 2010.

Fig. 1. Christian Poché à Aix, 3 novembre 2010.

Photo d.r.

4Dès le milieu des années 70, Christian Poché fut missionné pour faire des collectes musicales à partir de Paris, aussi bien par l’UNESCO en Syrie, au Liban et au Yémen (1972-1975), que par le Ministère de la Coopération, le Ministère des Affaires Etrangères et l’Agence de la Coopération Culturelle et Technique, dans les pays suivants : Mauritanie, Mali, Sénégal, Niger, Burkina Faso, Guinée, Bénin, Rwanda, Djibouti, Comores, Maldives, Cameroun, Soudan et Qatar (1976-1984). Ce fut le début d’une œuvre discographique importante, qui comprend plus d’une trentaine de réalisations ou notices, incluant majoritairement le Proche et le Moyen-Orient arabe, et secondairement le Maghreb et la Turquie. Nombre de ces disques furent couronnés par le Grand Prix de l’Académie Charles Cros et de nombreuses autres distinctions. Il était par ailleurs chevalier des Arts et des Lettres.

5C’est sans doute cette position de passeur entre les cultures qui le prédestinait à réaliser l’exposition La voix. Maintenant et ailleurs, au Centre Georges Pompidou en 1985, en collaboration avec François-Bernard Mâche. Cette exposition fut sans doute la première grande manifestation culturelle en France à rendre compte à la fois de l’unité et de la diversité des musiques du monde. Il publia également plusieurs catalogues d’exposition et ouvrages de vulgarisation, comme Musiques du monde arabe. Ecoute et découverte (IMA, 1994).

6Ayant vécu la transition entre la génération du 33 tours et celle du CD (à la fin des années quatre-vingt), Christian Poché fut de ceux qui contribuèrent à faire du disque une publication scientifique à part entière, selon des standards élevés, avec des livrets d’accompagnement abondants et informatifs. Il fut aussi le pionnier de la redécouverte des enregistrements arabes et turcs publiés sur 78 tours. On retiendra particulièrement ses rééditions d’archives : Archives de la musique arabe (Ocora & IMA, 1988), Le Congrès du Caire de 1932 (IMA & BNF, 1989), Archives de la musique turque (Ocora 1995), trois projets ambitieux réalisés en collaboration avec le regretté Bernard Moussali.

7Entré dans l’équipe de l’Institut du Monde Arabe en 1985, deux ans avant son ouverture, Christian Poché joua un rôle essentiel pour faire reconnaître la musique comme une partie essentielle du patrimoine culturel arabe et pour promouvoir sa mise en valeur par cette institution. La création d’un programme régulier de concerts à l’Institut lui doit beaucoup, ainsi que la constitution d’archives sonores. À travers ces activités, Christian Poché se montra toujours attaché à une définition diversifiée de la musique du monde arabe, éloignée de tout essentialisme, en valorisant les nombreuses influences turques, iraniennes, berbères, africaines et des minorités ethniques et religieuses.

  • 1 France Culture : « Les Vendredis de la musique », de Jeanne-Martine Vacher, le 18 février 2011, con (...)

8Christian Poché mena parallèlement une carrière de producteur d’émissions de radio à France Culture et France Musique depuis 1978. Parmi les plus récentes, une émission hebdomadaire sur France-Musique de septembre 1997 à juin 1999, sous le titre « Vocabulaire des musiques traditionnelles », et une autre, également hebdomadaire, de janvier 2000 à juin 2003, intitulée « Sanza », devenue en 2006 « Zambra » (mot espagnol andalou d’origine arabe désignant une soirée musicale), jusqu’en juin 2008. Il avait aussi participé dernièrement à l’émission « Les Vendredis de la musique » sur France Culture1, où il pratiquait volontiers ce qu’il appelait la « géopolitique musicale » : de grandes fresques analysant les relations de la chanteuse égyptienne Umm Kalthum avec le nationalisme arabe, ou encore celles de la Turquie avec l’Europe à la lueur de sa « civilisation » musicale.

  • 2 SUDOC : <http://www.sudoc.abes.fr/xslt/DB=2.1/SET=2/TTL=1/SHW ?FRST=1> (...)

9Venu du journalisme, Christian Poché développa aussi une carrière originale de chercheur. Doté d’un savoir extensif sur la musique arabe, il publia de nombreux articles d’encyclopédies pour Science de la musique (Bordas, 1976), Encyclopédie de la musique (Robert Laffont, 1988), le Grove Dictionary of Musical Instruments (1984) et l’encyclopédie Garland (2002). Cette compétence exceptionnelle, il la devait à une soif inextinguible de lectures qui se traduisait, à son domicile, par l’omniprésence des livres et des disques. Il a consigné le catalogue de sa bibliothèque personnelle dans un volume de 600 pages2.

Fig. 2. Christian Poché (premier à droite) au colloque sur le Congrès du Caire en 1988. À sa gauche : Bernard Moussali et Jean Dufour.

10Très proche du terrain et de la matière musicale, avec laquelle il entretenait un rapport passionné et passionnel, il s’attachait à exhumer les enregistrements rares, les musiciens oubliés et les textes anciens passés inaperçus. C’est ainsi qu’il publia des articles de grande qualité sur le rôle des femmes dans l’histoire de la musique arabe, sur « l’ambiguïté du mizmâr », sur l’historien al-Tifâshî, sur la biographie de Villoteau et du baron Rodolphe d’Erlanger (rendant justice, au passage, aux musicologues arabes qui avaient servi ces derniers, mais étaient restés dans l’ombre). Il publia aussi plusieurs livres, seul ou en collaboration, sur la musique arabo-andalouse (1995), sur le rôle des almées dans la danse en Egypte (1996), élargissant volontiers son champ de recherches aux musiques et danses des autres régions de la Méditerranée, en particulier dans un Dictionnaire paru en 2005.

11Lorsque j’avais commencé à me former à la musique arabe et à entreprendre des recherches au Yémen, Christian devint pour moi une référence majeure et un maître. J’allais le voir régulièrement pour le « cuisiner », d’abord sur le Yémen – qu’il avait connu dans les années 1970 – et sur la musique yéménite, sur laquelle il avait publié deux disques à l’UNESCO (1975 et 1976), puis tout au long de ma thèse et au-delà, pour parfaire ma connaissance générale de la musique dans le monde islamique. Il m’accueillait toujours avec patience et générosité, et je ne quittais jamais son bureau sans me sentir un peu plus riche et un peu plus intelligent. Lorsque je cherchai à publier un outil bibliographique et discographique de référence sur l’aire arabo-musulmane, c’est tout naturellement à lui que je proposai de réunir la documentation et d’écrire ensemble ce livre. Le résultat (2000) est un instrument de travail qui a été utilisé par plusieurs générations d’étudiants, et qui, grâce à lui, contient plusieurs textes historiques extrêmement informatifs.

12Vers la fin de sa vie, bien que diminué par une longue maladie, il continua à travailler à plusieurs nouveaux projets, dont un livre – presque achevé – sur le mythe de Ziryab, soit disant fondateur de la musique andalouse : à partir d’une relecture critique de l’historien tardif Maqarrî et à la lueur d’auteurs plus anciens comme Ibn Bajjah et Tifashî.

13Ayant su mettre en résonnance la musique arabe avec le monde, Christian restera vivant dans la mémoire de tous ceux à qui il a fait partager cette passion contagieuse.

Haut de page

Bibliographie

Christian Poché : biblio-discographie sélective

Livres

1994, Musiques du monde arabe : écoute et découverte. Paris : IMA, 75 p. ill., biblio., disco., CD encarté.

1995, La musique arabo-andalouse. Paris : Cité de la musique/Arles : Actes Sud, CD encarté.

1996, Les danses du monde arabe ou l’héritage des almées. Paris/Montréal : L’Harmattan, (avec Djamila Henni-Chebra et al.).

2000, Les musiques du monde arabe et du monde musulman. Bibliographie et discographie. Paris : Geuthner (en collaboration avec Jean Lambert et al.).

2005, Dictionnaire des musiques et danses traditionnelles de la Méditerranée. Paris : Fayard.

s.d., Une bibliothèque des musiques du monde [tapuscrit] : catalogue de la bibliothèque privée de Christian Poché/Christian Poché. Deuxième tirage, revu et augmenté (hors commerce).

Articles

1965, « Vers une musique libanaise », Les Cahiers de l’Oronte [Beyrouth] 5 : 115-136 [version revue et augmentée (1969) dans Les Cahiers de l’Oronte 7 : 77-100].

1976, « Maqam », « Tanbur », in Marc Honegger : Science de la musique. Paris : Bordas.

1981, « Rythme impair et danse boiteuse », Cahiers musique culture mémoire : 97-101. Paris : Maison de la Radio.

1983, « David and the Ambiguity of the Mizmar According to Arab Sources », The World of Music XXV/2 : 58-73.

1984, « ‘Artaba », « Bûq », « Duff », « Ghayta », « Ghirbâl », « Kinnârât », « Kirân », « Kissâr », « Mazhar », « Mijwiz », « Mi’zafa », « Mizhar », « Mizmâr », « Muwattar », « Nuzha », « Qanbûs », « Qânûn », « Qinin », (Rabâb », « Rabâba », « Riqq », « Sahn nuhâsi », « shkâshek », « Simsimiyya », « tanbûra », « Târ », « Tarîja », « Tunbûr », « ‘Ud », « Wanj », « Zurnâ », in Stanley Sadie ed. : The New Grove’s Dictionary of Musical Instruments. London : Macmillan.

1988a, « Proche-Orient », in Denis Arnold : Encyclopédie de la musique II. Paris : Robert Laffont [Collection Bouquins] : 166-172 [traduit de l’anglais].

1988b, « Cercle, droite, quadrilatère comme représentation dans la musique arabe », Maghreb, Machrek 123 : 246-255.

1989a, « La musique arabe vue de France », Le Monde Arabe dans la vie intellectuelle et culturelle en France. Paris : Ima : 121-131.

1989b, « Le partage des tâches : la femme et la musique arabe », Les Cahiers de l’Orient 13 : 11-21.

1992, « Mohamed Abdelwahab », Encyclopædia Universalis (Paris), supplément : 518.

1993, « Un nouveau regard sur la musique d’al-Andalus : le manuscrit d’al-Tîfâshî », in Amnon Shiloah ed. : « El Encuentro de las Culturas Musicales Cristianas, Judías y Musulmanas en la Peninsula Ibérica (Antes de 1492) »]. Tiré à part de la Revista de Musicologia XVI/1 : 19-31.

1994, « Djibouti : vers une défonctionnalisation de la tradition musicale », « Egypte : entre la chanson longue et la courte chanson », « Egypte : un élargissement de plus en plus poussé du champ musical », « Irak : du nationalisme musical aux sources mésopotamiennes », « Jordanie : à la recherche d’une musique », « Liban : vers un néo-romantisme musical », « Pays du Golfe : de la frénésie sociale à l’accélération musicale », « La musique en Palestine », « Soudan : les avatars de la musique soudanaise », « Syrie : l’arabisme musical syrien », in CD-ROM Adib (Arab Data & Information Bank) [R. Boustani et Y. Gonzales-Quijano, dir.]. Paris : Plannim/Centre Culturel Hariri/IMA.

1995, « De l’homme parfait à l’expressivité musicale : courants esthétiques arabes au XXe siècle », Cahiers de musiques traditionnelles 7 : 59-74.

1996a, « Nay d’autrefois, nây d’aujourd’hui », in Charles Tripp, dir. : Flûtes du Monde. Du Moyen Orient au Maghreb. Belfort : Association Flûtes du Monde : 52-54.

1996b, « La musique arabe et l’éclatement des formes », Encyclopædia Universalis : 380-381.

1996c, « Les archives de la musique arabe », Revue d’études palestinienne 8 [Paris] : 79-93.

2001, « Le Baron Rodolphe D’Erlanger : le mécène, l’artiste et le savant », introduction à la réédition de Rodolphe d’Erlanger : La musique arabe, six tomes. Paris : Librairie Orientaliste Paul Geuthner/Institut du Monde Arabe : 1-39.

2002, « Music in Ancient Arabia, between Archeological and Written Sources », et « The Musical Life in Aleppo », in Virginia Danielson, Scott Marcus, Dwight Reynolds eds : The Garland Encyclopaedia of World Music 6, The Middle East. New York/London : Routledge : 357-362, 565-572.

Disques (LP, CD)

1972, Musique traditionnelle sur bousoq : Matar Mohamed. 1 LP Alvarès, C 468.

1973, Syrie : Islam Sunnite. 1 LP Emi-Odéon/Unesco (Atlas Musical), C064-17885.

1976, Zaidi and Shafi’i, Islamic Religious Chanting from North Yemen. 1 LP Philips/Unesco (Musical Sources) 6586 040.

1981, Lebanon 1. 1 LP Bärenreiter-Musicaphon/Unesco (A Musical Anthology of the Orient), BM 30 SL 2030.

1988, Archives de la musique arabe (avec Bernard Moussali). 1 CD Ocora/IMA, C 558678.

1989, Congrès du Caire 1932 (avec Bernard Moussali). 2 CD Bibliothèque Nationale/Institut du Monde Arabe, ANP 88/9-188/9-111-11110.

1990a, Musique kurde. CD Auvidis-Unesco, 8038 (réédition d’un LP publié en 1974).

1990b, Syria. Alep, Rituel Islamique Zikr. 1 CD Auvidis/Unesco, D 8013 (réédition d’un LP publié en 1976).

1990c, North Yemen. 1 CD Auvidis/Unesco, D 8004 (réédition d’un LP publié en 1978).

1991, Grands maîtres du zarb : Djamchid Chemirani, Iran. 1 CD Auvidis Ethnic, B 6752.

1992a, Shivkumar Sharma. Raga Jog. 1 CD Auvidis, B 6766.

1992b, Église Syrienne Orthodoxe : Liturgie d’Antioche. 1 CD Auvidis/Unesco D 8039. (réédition d’un LP publié en 1984).

1992c, Muezzins d’Alep. 1 CD Ocora, C 580038 (réédition d’un LP publié en 1980).

1993a, Egypte : Art vocal et instrumental du XXe siècle, Aïcha Redouane (avec Habib Yammine). 1 CD Ocora, C 560020.

1993b, Hommage à Abdelkrim Raïs. 2 CD Institut du Monde Arabe/Blue Silver, 301-2.

1993c, Turquie. L’Art vivant de Talip Özkan vol. 1. 1 CD Ocora, C 580047 (réédition d’un LP publié en 1980).

1994a, Hommage à Sabri Moudallal. 1 CD Institut du Monde Arabe/Blue Silver, 303.

1994b, Asie de l’Ouest et Afrique du Nord. 1 CD Ocora, C 560061.

1994c, Asie du Sud. 1 CD Ocora, C 560062.

1995a, Turquie. Archives de la musique turque, vols 1 et 2 (avec Bernard Moussali). 2 CD Ocora, C 560081 et C 560082.

1995b, Beihdja Rahal. Musique arabo-andalouse, Nouba Zîdân. 1 CD Med, AM2458.

1996, Algérie. Le diwân de Biskra. 1 CD Ocora, C 56008.

1998a, Syrie-Syria. Le salon de Musique d’Alep. The Aleppian Music Room. 1 CD Le Chant du Monde, CML 5741108.09.

1998b, Matrouz. Le chant vivant des langues croisées, Simon Elbaz. 1 CD Al Sur, ALCD 245.

1999a, Nawba. Hijaz al-msharki. Françoise Atlan, Abdelfattah Bennis, Nourredine Tahri. Abdelkrim Raïs Andalusian Orchestra of Fès. Mohammad Briouel. 1 CD Erato, 3984-25499-3.

1999b, La Simsimia de Port Saïd. Ensemble Al-Tanburah. 1 CD Institut du Monde Arabe, 321026.

1999c, Liturgies coptes. Ensemble David. 1 CD Institut du Monde Arabe, 321022.

1999d, Le blues de Khartoum. Abdel Gadir Salim. 1 CD Institut du Monde Arabe, 321027.

2001, Soudan. Au royaume de la lyre. Osman, Gubara & Co. 2 CD Institut du Monde Arabe, 321036.037.

2002, Chants sacrés de Nubie et du Kordofan. Ensembles al-Mahi & al-Bura’i. 1 CD Institut du Monde Arabe, 321039.

2004, Chants et Tambours de Nubie. Al Nûbatiyya. 1 CD Institut du Monde Arabe, 321043.

Haut de page

Notes

1 France Culture : « Les Vendredis de la musique », de Jeanne-Martine Vacher, le 18 février 2011, consacrée à Christian Poché : <http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-3787121#reecoute-3787121>

2 SUDOC : <http://www.sudoc.abes.fr/xslt/DB=2.1/SET=2/TTL=1/SHW ?FRST=1>

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Christian Poché à Aix, 3 novembre 2010.
Crédits Photo d.r.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Crédits Photo d.r.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lambert, « Christian Poché (1938-2010), l’âme de la musique arabe », Cahiers d’ethnomusicologie, 24 | 2011, 231-237.

Référence électronique

Jean Lambert, « Christian Poché (1938-2010), l’âme de la musique arabe », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 18 avril 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1763

Haut de page

Auteur

Jean Lambert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page