Navigation – Plan du site
Rencontres

L’art d’écouter et l’art de vendre

Deux réunions sur le devenir des musiques du monde
Laurent Aubert
p. 317-321

En octobre 1997 ont eu lieu deux réunions professionnelles de nature très différente, dont le seul point commun était de porter toutes deux sur le domaine dit des «musiques du monde». La comparaison de ces événements nous fait mesurer à quel point point cette étiquette globale est vide de sens, tant le champ de ce qu’elle recouvre est vaste et mouvant. Ce ne sont pas seulement les musiques arbitrairement regroupées sous ce label qui diffèrent de façon souvent radicale, mais aussi les perspectives de ceux qui y consacrent leurs activités. Les quelques commentaires qui ponctuent ce double compte rendu visent à éclairer certains problèmes et contradictions qu’il me paraît urgent de résoudre. Face au grand défi de la mondialisation et aux risques qu’elle présente pour l’avenir de nombreuses traditions musicales, l’ethnomusicologie – du moins en Europe – me semble en effet trop engagée dans une voie exclusivement académique qui équivaut à une forme d’automarginalisation. La fameuse chaîne terrain-laboratoire-publication-enseignement n’est aujourd’hui plus suffisante, et une ethnomusicologie d’urgence digne de ce nom se doit d’affronter les nouvelles questions suscitées par la situation contemporaine.

TARAB, Grenade, du 9 au 12 octobre 1997

El arte de escuchar, «L’art d’écouter»: sous ce beau titre s’est tenu à Grenade du 9 au 12 octobre 1997 un colloque international sur le «devenir des musiques traditionnelles du monde». Cet événement marquait l’inauguration d’un nouvel organisme dédié à la diffusion des musiques traditionnelles, le centre Tarab, ainsi nommé en référence au terme arabe classique désignant l’état d’exaltation émotionnelle et d’intense jouissance esthétique que la musique provoque chez l’auditeur lorsque l’interprète est possédé par la grâce de l’inspiration. Notons que ce centre aurait tout aussi bien pu être appelé Duende, équivalent de Tarab dans le vocabulaire du flamenco.

Organisée par Manuel Terán de la Quintana, fondateur du centre Tarab, cette réunion regroupait une vingtaine de professionnels des différents métiers relatifs aux musiques traditionnelles: musiciens, ethnomusicologues, anthropologues de la musique, ainsi que, responsables de festivals et d’institutions culturelles, pédagogues, éditeurs de disques, programmateurs d’émissions de radio et de télévision, critiques musicaux, ainsi que, pour des raisons évidentes d’efficacité, responsables politiques du patrimoine et des affaires culturelles andalouses. L’enjeu était dès lors clair: il ne s’agissait pas d’un symposium de nature purement scientifique, mais d’un échange d’idées très libre, où les expériences de chacun étaient destinées à servir d’exemple et de base de réflexion à nos hôtes pour le développement de leur projet, tout en leur fournissant les arguments utiles à sa défense au niveau politique.

Malgré le caractère hétéroclite de cette assemblée – ou plutôt grâce à lui –, les échanges ont été extrêmement fructueux, tant la différence des perspectives forçait chacun à définir l’essentiel de sa démarche. Les débats furent animés et un consensus se dégagea rapidement sur le bien fondé du projet Tarab, sur le discernement de ses initiateurs et sur la nécessité de développer des actions communes au niveau international.

Le congrès était articulé en trois tables-rondes: «Le dialogue musical des cultures dans l’Europe contemporaine», «Recherche, divulgation et enseignement des langages musicaux du monde» et «Évolution, diffusion et transmission de l’art flamenco dans le monde contemporain».

Dans la première, des intervenants tels que Mohamed Metalsi, directeur de l’action culturelle à l’Institut du Monde Arabe, Françoise Gründ, directrice artistique de la Maison des Cultures du Monde de Paris, Joep Bor, responsable du Département des musiques du monde au Conservatoire de Rotterdam, et l’auteur de ces lignes, responsable des Ateliers d’ethnomusicologie de Genève, présentèrent brièvement les activités de leurs institutionss respectives, en soulignant chacun l’importance vitale des réseaux internationaux dans la réalisation de nombreux projets culturels. Dans un discours de portée plus générale, Reynaldo Fernández Manzano, musicologue et directeur général des Institutions du patrimoine historique de la Junta de Andalucía, rappela combien le dialogue des cultures devenait, aujourd’hui plus que jamais, une des clés de la tolérance et de la justice sociale: une déclaration qui méritera d’être suivie de réalisations concrètes…

La deuxième séance réunissait surtout des chercheurs et des enseignants: le Libanais Habib Yammine, musicologue et directeur artistique de l’ensemble al-Adwar, et son épouse la chanteuse marocaine Aïsha Redouane, Paolo Scarnecchia, responsable du département musical de l’Université de la Méditerranée à Rome, Bart Gruson, chargé de la section latino-américaine du Conservatoire de Rotterdam, et Lino Neira Betancourt, président de la société Percuba à La Havane. Le débat porta cette fois-ci essentiellement sur le pourquoi et le comment de l’enseignement d’une musique hors de son contexte culturel, dans une perspective prolongeant les réflexions menées dès 1992 par les membres de la société «Teaching World Music».

Quant à la troisième et dernière table-ronde, consacrée à la problématique spécifique du flamenco, ses principaux participants furent Manuel Curao, responsable des programmes de flamenco à la Télévision espagnole (Canal Sur), Cristina Cruces, brillante anthropologue de l’Université de Séville, José Vera, président de la peña La Platería de Grenade, et Manuel Herrera Roda, nouveau directeur de la Biennale de flamenco de Séville, qui annonça son intention d’ouvrir sa programmation à d’autres musiques, dans la mesure de leur compatibilité avec l’esthétique flamenca.

Grenade est tout sauf un lieu culturellement neutre, et une action en faveur des musiques traditionnelles y semble amplement justifiée dans la mesure où elle table, d’une part sur son passé, marqué notamment par huit siècles de présence des cultures arabo-berbère et sépharade, et d’autre part sur sa réalité contemporaine, dont l’essor du flamenco n’est pas une des moindres composantes. N’oublions pas, à cet égard, que c’est à Grenade qu’eut lieu, les 13 et 14 juin 1922, le premier grand concours de cante jondo de l’histoire andalouse, événement mémorable organisé à l’initiative de personnalités aussi prestigieuses que Manuel de Falla et Federico García Lorca.

Afin de souligner cette double allégeance, les organisateurs avaient pris soin d’ouvrir le colloque par un récital de chant classique arabe donné par Aïsha Redouane et l’ensemble al-Adwar; cette prestation en la peña La Platería, haut lieu du flamenco grenadin, fut fort appréciée, tant par les congressistes que par les aficionados locaux. Pour ces derniers, ce concert aux allures de reconquista pacifique fut vécu comme un grand moment de retrouvailles musicales. Le surlendemain, lors de la soirée flamenca qui conclut la rencontre, le public plébiscita la chanteuse qui, en signe de gratitude, le gratifia d’un muwashshah arabo-andalou a cappella d’une intensité expressive évoquant les cantes a palo seco les plus archaïques du répertoire flamenco. Par la magie conjuguée du tarab et du duende, les deux Andalousies se trouvaient, pour un soir, à nouveau réunies…

WOMEX, Marseille, du 23 au 26 octobre 1997

La troisième édition du WOMEX («Worldwide Music Expo»), qui s’est tenue à Marseille du 23 au 26 octobre 1997, était d’une teneur bien différente. Forum créé à Berlin en 1994, puis repris à Bruxelles en 1995, le WOMEX est en effet avant tout un grand marché du show-business, une sorte de MIDEM des musiques du monde où artistes, producteurs, agents, responsables de festivals, éditeurs et journalistes se rencontrent pour découvrir les étoiles montantes de la world music et pour négocier des projets les concernant aux incidences financières souvent colossales.

Fort bien organisée, la réunion de Marseille a attiré plus de mille deux cents professionnels, qui se retrouvaient chaque jour au prestigieux Palais du Pharo surplombant le vieux port de la cité phocéenne. Sur la place du marché située dans la halle centrale du Palais, une soixantaine de stands étaient occupés en permanence par les représentants de diverses agences, maisons de production, associations et festivals, qui proposaient leurs produits et leurs réalisations aux participants.

Chaque journée était ponctuée de sessions consacrées à des conférences, des tables-rondes, des démonstrations de projets, d’artistes ou de films, auxquelles chacun était libre d’assister. De nature très diverse, ces débats amenèrent quelques confrontations intéressantes sur des sujets liés au marché de la musique, à ses nouvelles tendances ou à l’usage d’Internet dans sa diffusion. Parmi les séances à thématique régionale, une place particulière fut naturellement dédiée à l’espace méditerranéen, au maintien de ses traditions, aux nouvelles créations qui s’y développent et à l’essor des échanges au sein de ce «sixième continent». Sinon, les dernières trouvailles venues d’Afrique, des Caraïbes et du monde tsigane tenaient le haut du pavé dans une foire où les musiques d’Asie étaient étonnamment sous-représentées.

Toutes les nuits de 21h à 4h du matin, la Fiesta des Suds proposait aux participants et à la population marseillaise une programmation musicale très éclectique dans le quartier portuaire des docks. Sur trois scènes parallèles, une série de showcases (vitrines) offrait une heure de scène à chacun des quelque vingt-cinq ensembles à l’affiche. Du raï de Cheb Mami au son cubano de Sierra Maestra en passant par les chansons malgaches de Tarika ou le flamenco progressif du groupe andalou Los Activos, peu de choses sortaient des sentiers battus de la world music commerciale – il s’agissait d’ailleurs d’une opération de promotion montée aux frais des artistes et de leurs agents. Quelques agréables moments furent toutefois proposés par le choeur e Voce di Corsica, par la fanfare roumaine de Ciocârlia et par le prodigieux violoniste turc Nedim Nalbantoglu, dont la fougue et l’inspiration apportèrent un contraste bienvenu à un paysage sinon assez terne.

Quelques remarques s’imposent sur l’absence quasi totale d’ethnomusicologues à la réunion de Marseille, une absence symptomatique du fossé qui se creuse d’année en année entre chercheurs et promoteurs. De fait, chacun paraît agir selon une logique qui exclut celle de l’autre; l’ethnomusicologue se méfie du promoteur qui, selon lui, pervertit les musiques dont il voudrait préserver l’authenticité, et le promoteur, moins scrupuleux, cherche plutôt à forger une image vendable d’une musique à travers tel ou tel artiste au talent aussi malléable que prometteur: ces positions sont évidemment imcompatibles, voire antinomiques.

Force est donc de constater que, plus la recherche ethnomusicologique progresse, plus son objet et ses éventuels bénéfices moraux tendent à échapper à ceux qui l’ont menée. Les raisons en sont à la fois économiques – ce ne sont pas les chercheurs qui offrent aux artistes les moyens de leur survie – et artistiques – le développement du marché des musiques du monde suscite la transformation rapide de ces musiques afin qu’elles s’y adaptent avec un maximum d’efficacité. Les uns ont-ils alors défriché et balisé le terrain pour que les autres en profitent, ou sont-ils demeurés trop confinés dans leurs principes académiques pour mesurer les effets prévisibles d’une divulgation au demeurant nécessaire?

Cette méfiance réciproque est inévitable; mais il me semble que, dans les circonstances actuelles, les ethnomusicologues peuvent avoir un rôle à jouer, dans la mesure où ils acceptent de mouiller leur chemise et de pratiquer une ethnomusicologie plus engagée, voire militante. En effet, les musiques «traditionnelles authentiques» ont leur place dans le grand marché de la world music, une place non négligeable pour peu qu’elle soit bien défendue, et il est important qu’elles la conservent.