Navigation – Plan du site
Livres

Rollin RACHELE: Overtone Singing Study Guide

Amsterdam: Cryptic Voices Productions, 1996. 127 p.
Trân Quang Hai
p. 298-299
Référence(s) :

Rollin Rachele: Overtone Singing Study Guide. Amsterdam : Cryptic Voices Productions, 1996. 127 pages, 71 transcriptions musicales, 15 sonagrammes, bibliographie, discographie, index et un CD

Texte intégral

1L’Occident découvre le chant « diphonique » ou « harmonique » à partir du début des années 1960. L’effet « harmonique » de la voix grave des moines tibétains a d’abord impressionné quelques musicologues, puis le compositeur Karlheinz Stockhausen, dont l’œuvre intitulée Stimmung, créée à Paris en 1968, intègre pour la première fois la production d’harmoniques.

2Depuis plus de trente ans, le chant « diphonique » (terme proposé en 1971 par Emile Leipp) a eu de nombreux adeptes, non seulement en Europe, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et au Japon, ceci dans plusieurs domaines de recherche : acoustique (Emile Leipp, Gilles Léothaud), ethnomusicologique (Carol Pegg, Mark van Tongeren, Alain Desjacques), expérimentale (Michael Vetter, David Hykes, D. Becher, Ch. Bollman, N. Ch. Halfhid, Rollin Rachele ou l’auteur de ces lignes). Une soixantaine de CD existent à l’heure actuelle sur le chant diphonique, allant de la musique bouddhique tibétaine et du « chant de gorge » (xöömij) de Touva, de Mongolie, du Gorno-Altai ou de Bachkirie, à la musique New Age occidentale.

3Le chanteur et compositeur Rollin Rachele a découvert le chant diphonique en 1979. Son premier livre intitulé Boventoonzang : een zelfstudiecursus in het leren zingen van boventonen (Katwijk aan Zee : Servire Uitgevers B.V. 1989) a connu une faible diffusion car le néerlandais n’est pas une langue accessible à tout le monde. C’est en 1996 qu’en paraît la version anglaise, revue et augmentée, sous le titre Overtone Singing Study Guide, qui est peut-être le premier ouvrage à large diffusion consacré à l’apprentissage du chant diphonique. L’ouvrage comporte huit chapitres : Histoire du chant diphonique (pp.  15-23), Théorie derrière le chant diphonique (pp.  24-37), Préparation physique (pp.  38-47), Exercices d’échauffement de la voix (p. 48-51), Mécanismes du chant diphonique (pp.  52-74), Changements du Fondamental (pp.  75-93), Effets spéciaux (pp.  94-95), et Aides pour l’improvisation collective (pp.  96-98).

4La partie historique du livre distingue à juste titre deux zones d’expansion : l’Extrême Orient (Touva, la Mongolie et le Tibet), et l’Occident avec le développement tardif du chant diphonique au XXe siècle.

5Il faut bien noter que la technique proposée ensuite par Rachele se réfère au chant diphonique de « l’école européenne », c’est-à-dire à la production des harmoniques sur un son fondamental faible et doux, contrairement à ce qui se pratique chez les Touvins et les Mongols, qui produisent un son fondamental compressé et étranglé afin d’en réduire la puissance et d’augmenter le volume sonore des harmoniques. Les Touvins possèdent cinq styles principaux, à savoir sygyt, xoomei, borbannadyr, ezengileer, kargyraa. Les Mongols ont des styles légèrement différents selon les techniques de phonation mises en œuvre : tagnain xöömij (langue retournée vers le bas), xamrijn xöömij (par le nez), bagalzuurijn xöömij (par la gorge), tseedzni i xöömij (par la poitrine), kevliin xöömij (par le ventre), xarkiraa xöömij (xöömij narratif, très grave), isgerex (technique de chant sifflé entre les dents avec suppression du fondamental). En Europe, le seul style pratiqué dans la musique New Age et les exercices de méditation ou de relaxation comporte un fondamental doux et il ne vise pas à créer des mélodies harmoniques comme en Sibérie, mais plutôt, selon l’inspiration du chanteur, des mouvements harmoniques ascendants et descendants.

6Grâce à son expérience personnelle de chanteur, Rollin Rachele présente 99 exercices, répartis du plus simple au plus complexe de manière cohérente et logique. En essayant de les pratiquer, j’ai effectivement obtenu les résultats indiqués, avec néanmoins des spectres légèrement différents sur le plan des partiels. Les exercices proposés par Rollin Rachele sont très valables : mouvements des lèvres, mouvements de la langue, combinaison des lèvres et de la langue, la vitesse, les dynamiques, les rythmes, et les sauts d’intervalles (pp.  52-74). Les transcriptions musicales sont un outil de travail efficace, grâce à des chiffres de la série des harmoniques indiqués en dessous des notes ; une seule erreur concerne la note FA (harmonique 11), qui devrait être diésée (pp.  51, 55, 57, 60, 61, etc.).

7On regrettera que la discographie (pp.  114-115) soit très maigre, eu égard au grand nombre de CD existant sur le sujet, et que la bibliographie omette quelques articles récents essentiels tels que les travaux d’Alain Desjacques ou de Mark Van Tongeren. Mais, malgré ces quelques remarques, l’ouvrage de Rollin Rachele est un outil d’une grande valeur pédagogique pour tous ceux qui voudraient découvrir le chant diphonique de style européen avant de s’initier éventuellement aux autres techniques de chant de gorge telles que celles des peuples sibériens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Trân Quang Hai, « Rollin RACHELE: Overtone Singing Study Guide », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 298-299.

Référence électronique

Trân Quang Hai, « Rollin RACHELE: Overtone Singing Study Guide », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1688

Haut de page

Auteur

Trân Quang Hai

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page