Navigation – Plan du site
Livres

Jane C. SUGARMAN : Engendering Song. Singing and Subjectivity at Prespa Albanian Weddings

Chicago: The University of Chicago Press, 1997. 396 p.
Bernard Lortat-Jacob
p. 285-287
Référence(s) :

Jane C. Sugarman: Engendering Song. Singing and Subjectivity at Prespa Albanian Weddings. Chicago: The University of Chicago Press, 1997. 396 p., cartes, dessins, transcriptions musicales, disque compact encarté.

Texte intégral

1Curieux lac que celui de Prespa, où les carpes et les tanches ne savent pas si elles sont grecques ou albanaises, ni à quelle Yougoslavie elles appartiennent. Lieu de frontières, comme souvent en terre balkanique. Lieu de Macédoine en somme, où les Albanais sont bien implantés.

  • 1  « Making muhabet: the social basis of singing among Prespa Albanian men ». Selected Reports in Eth (...)

2Titre intraduisible en français que cet Engendering Song, le chant « qui est engendré », mais qui également « engendre » et renvoie, en même temps, par un jeu de mots qu’autorise l’anglais, à la notion de « gender ». Ce que le chant engendre, nous dit l’auteur, c’est du social meaning, du sens partagé, surtout lorsque ce chant est polyphonique et qu’il laisse (et doit laisser) à chacun un large espace d’expression personnelle. Pour les Albanais de Prespa, chanter est « essentiellement (expressly) une forme de communication » (p. 60) qui passe par un certain état émotionnel du chanteur et de ceux qui lui répondent. C’est un état d’écoute nécessaire à la production de la musique, que génère cette musique. Il naît du muhabet, auquel Jane C. Sugarman avait déjà consacré, il y a une dizaine d’années, un article fort intéressant1. Le mot, dérivé de l’arabe mahabbah (« affection »), désigne à la fois l’accord particulier provenant d’une assemblée de convives et cette assemblée elle-même.

3Ce muhabet, ayant souvent pour cadre le mariage, a ses règles de temps et d’espace : nuits entières passées ensemble lors des noces, position et rôle fortement différenciés des hommes et des femmes, du marié et de la mariée, qui révèlent les clivages de genres et de sexes – cette notion de gender étant, selon l’auteur, essentielle pour une approche « socio-esthétique » (p. 22) d’une pratique musicale encore fort vivante. Ajoutons que bien chanter est aussi le signe distinctif de l’homme (ou de la femme) accompli(e) ; être, c’est justement être en mesure de communiquer, et en tout premier lieu, par le chant.

4La force du livre tient à cette approche originale et particulièrement approfondie de la musique, à son caractère, pouvons-nous dire, irremplaçable lorsqu’elle associe aussi étroitement que le montre l’auteur, non des musiciens professionnels et leur public, comme c’est le cas souvent ailleurs dans les Balkans, mais bel et bien les acteurs même de la noce. Son originalité tient aussi dans le fait que les lieux d’observation se situent simultanément et, en quelque sorte sans solution de continuité, à la fois dans les villages de Macédoine – région des premières enquêtes – et dans les populations émigrées à Toronto, au Canada, qui, le plus souvent, demeurent en contact étroit avec leurs lieux d’origine. En effet, et comme en témoignent notamment les exemples 9, 17 et 18 du disque inséré dans le livre, ils ne sont pas les derniers à bien chanter.

5Le livre est introduit par des réflexions théoriques – parfois, il faut le dire, un peu inutiles (références à Foucauld et à Bourdieu, comme on sait, actuellement très en vogue sur le continent américain) – et nourri d’une ethnographie analytique à la première personne, fort précise et obéissant à l’évidence au double réquisit du « politically correct » et d’un « post-modernisme » suffisamment discret pour qu’on puisse globalement y souscrire.

6Concession au classicisme – et concession heureuse selon nous –, les chants sont transcrits, traduits et notés « au fil du texte », selon une notation solfégique usuelle et, il faut le dire, tout à fait pratique (on remarquera la richesse métrico-rythmique de ces chants et la présence très marquée de rythmes asymétriques). Certes, en comparant avec les enregistrements figurant dans le disque, on pourrait contester certains choix de carrure métrique (l’exemple 2.7, p. 67, gagnerait certainement à ne pas être entendu comme un 3/4) et relever des structures scalaires qui n’ont pas été prises en compte par l’analyse (exemple 3.2, p. 84), pas plus, d’ailleurs, que n’ont été prises en compte, si ce n’est de façon assez imprécise, les techniques vocales et, en définitive, le projet esthétique majeur de ces magnifiques chanteurs albanais.

7A propos d’esthétique, justement, on regrettera quelques lacunes de la part de l’auteur. Pourquoi diantre si peu d’attention artistique lorsque, précisément, le titre du livre relève in fine de l’esthétique ? 1. les photographies, parfois répétitives ou peu signifiantes, sont souvent mal cadrées, et toujours mal tirées ; 2. la qualité des enregistrements est déplorable ; certes, si l’on en juge par les informations que l’on a, nombre de ces enregistrements ont été réalisés par les « communautés » elles-mêmes, ce qui peut expliquer l’imperfection du son ; mais ceux réalisés par l’auteur sont plutôt pires ! Il y avait sans doute une autre façon de rendre justice à ces remarquables polyphonies qui s’exécutent le plus souvent à deux parties sur un bourdon et que l’on retrouve également dans la partie méridionale de l’Albanie même et chez les Aroumains farcherots.

8Ces regrets exprimés, il n’en reste pas moins que, comme le souligne Stephen Blum sur la quatrième de couverture du livre, Engendering Song est un très beau livre, original par les thèmes qu’il aborde, sérieusement documenté, comprenant une bibliographie très complète et un précieux index – incontestablement un des meilleurs livres qu’ait produit l’ethnomusicologie américaine ces dernières années.

Haut de page

Notes

1  « Making muhabet: the social basis of singing among Prespa Albanian men ». Selected Reports in Ethnomusicology 7 : 1-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lortat-Jacob, « Jane C. SUGARMAN : Engendering Song. Singing and Subjectivity at Prespa Albanian Weddings », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 285-287.

Référence électronique

Bernard Lortat-Jacob, « Jane C. SUGARMAN : Engendering Song. Singing and Subjectivity at Prespa Albanian Weddings », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1682

Haut de page

Auteur

Bernard Lortat-Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page