Navigation – Plan du site
Travaux récents

Habib YAMMINE, Les hommes des tribus et leur musique (Hauts-plateaux yéménites, vallée d’al Ahjur)

Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre soutenue le 14 février 1996
p. 252
Référence(s) :

HabibYammine, Les hommes des tribus et leur musique (Hauts-plateaux yéménites, vallée d’al Ahjur). 2 tomes (VIII-419 p.), une pièce annexe : transcription de la danse bar’a + CD.

Texte intégral

1Sur les hauts-plateaux yéménites, la musique est étroitement liée aux activités quotidiennes ainsi qu’aux occasions festives. A travers l’étude de la pratique musicale manifestée dans ces diverses circonstances, la thèse essaie de mettre en valeur les rapports entre les groupes sociaux dans le milieu tribal villageois. L’échange qui caractérise ces rapports est indispensable pour réussir l’organisation des fêtes et cérémonies villageoises. Dans les cérémonies du mariage, considérées dans ce travail comme un microcosme de la société villageoise, sont en effet regroupés les acteurs musicaux représentant les différents groupes sociaux villageois : paysans-chanteurs (gabâyel ou hommes de tribus), hymnodes (nashshâd) issus du groupe religieux et barbiers musiciens (mzayyin) appartenant au groupe des banî-l-khums, ensemble des corps de métiers et d’activités manuelles.

2La description des instruments de musique, des formes vocales et de la musique de danse pratiqués dans ce contexte permet d’établir une nette distinction entre les répertoires masculin et féminin, soulignant la séparation des sexes dans la société villageoise.

3L’analyse des rapports entre la poésie et la musique révèle deux types différents de formes chantées : syllabique et mélismatique. Cette distinction formelle a permis de renforcer en conclusion un ensemble d’oppositions qui classe les répertoires musicaux et les occasions de la pratique musicale en fonction de deux domaines de la vie villageoise : le domaine public et le domaine privé. Au domaine public correspondent les formes syllabiques exécutées durant les cérémonies officielles (danse tribale bar’a, chants des tribus) ; au domaine privé correspondent les formes mélismatiques (travaux agricoles et domestiques, danse de divertissement le’ba).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Habib YAMMINE, Les hommes des tribus et leur musique (Hauts-plateaux yéménites, vallée d’al Ahjur) », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 252.

Référence électronique

« Habib YAMMINE, Les hommes des tribus et leur musique (Hauts-plateaux yéménites, vallée d’al Ahjur) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1662

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page