Navigation – Plan du site
Travaux récents

Dana RAPPOPORT, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan, musiques du Couchant, musiques du Levant (Célèbes-Sud, Indonésie)

Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre soutenue le 10 mars 1997
p. 248-249
Référence(s) :

Dana Rappoport, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan, musiques du Couchant, musiques du Levant (Célèbes-Sud, Indonésie). 2 tomes : 597 p., 70 photos, cartes, notations, sonagrammes, glossaire des termes musicaux + CD. Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre (Département d’ethnologie et de sociologie comparative), soutenue le 10 mars 1997.Directeur de thèse : Mireille Helffer

Texte intégral

1Ce travail, issu de plusieurs missions de terrain effectuées entre 1991 et 1995, examine la place de la musique dans la vie des Toraja Sa’dan, une population de 500000 individus habitant les montagnes de Célèbes-Sud en Indonésie.

2Pratiquée dans les rituels, la musique dépendait autrefois exclusivement de la vie religieuse. La religion ancestrale, appelée « règle des anciens » (aluk to dol), n’existe plus que de façon résiduelle et n’est suivie aujourd’hui que par environ 10 % de la population ; elle repose sur un cycle rituel dans lequel la musique joue un rôle déterminant : rituels de funérailles « du côté du soleil couchant » et rituels de fécondité « du côté du soleil levant ». Par la louange chantée, la musique toraja élève les défunts et les vivants de haut rang et, par les chants de transe, elle protège la collectivité de la maladie et du malheur.

3Après avoir dégagé les principes de l’organisation religieuse, la thèse décrit les différents répertoires dans les rituels du Couchant, puis dans les rituels du Levant ; après quoi sont mis en évidence les principes d’ordonnancement des groupes de musiciens, des répertoires de musique, ainsi que ceux qui règlent l’alternance des sons. Enfin, il est montré comment, dans un système socio-religieux bouleversé par la christianisation et l’indonésianisation, la musique rituelle survit malgré tout, désacralisée, récupérée par le pouvoir local et national.

4Dans l’ensemble des musiques décrites, quatre grands répertoires, appartenant aux rituels du plus haut rang, au Couchant comme au Levant, sont dits « partenaires », unis par un lien nommé bali ; il s’agit de deux grands chœurs dansés (badong et simbong), de deux psalmodies (retteng to mate et retteng deata) et de deux chœurs assis (dondi’ et serang mundan). L’élucidation du sens de bali fait apparaître des principes communs à la dynamique sonore et à la dynamique rituelle en milieu toraja.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Dana RAPPOPORT, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan, musiques du Couchant, musiques du Levant (Célèbes-Sud, Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 248-249.

Référence électronique

« Dana RAPPOPORT, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan, musiques du Couchant, musiques du Levant (Célèbes-Sud, Indonésie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1651

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page