Navigation – Plan du site
Travaux récents

Marie-Barbara LE GONIDEC, Le beau berger et sa flûte de miel: Les instruments de musique pastoraux dans les chants traditionnels bulgares

Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre soutenue le 1er décembre 1997
p. 247
Référence(s) :

Marie-Barbara Le Gonidec, Le beau berger et sa flûte de miel: Les instruments de musique pastoraux dans les chants traditionnels bulgares. 2 tomes: 330 p.+ 154 p. (pièces annexes), 65 fig., + 1 cassette vidéo. Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre (Département d’ethnologie et de sociologie comparative), soutenue le 1er décembre 1997. Directeur de thèse: Bernard Lortat-Jacob

Texte intégral

1Le travail porte, d’une part sur l’organologie des flûtes, des cornemuses et des cloches bulgares, et d’autre part sur un important corpus de chants traditionnels mentionnant ces instruments et provenant des collections bulgares. Une fois exposés les caractères organologiques des instruments en question et la façon dont ils apparaissent dans les textes, l’analyse proposée vise à dégager la signification symbolique qui leur est attachée.

2Dans les textes considérés, ce sont les flûtes qui sont mentionnées le plus souvent, particulièrement des flûtes à embouchure biseautée de type kaval dont le timbre est souvent rapproché de la voix humaine, même si, dans la pratique, les Bulgares font également usage de flûtes à bloc (duduk). De nombreux chants mettent en évidence la fonction de communication jouée par la flûte, traditionnellement employée pour conduire le troupeau (en se basant sur les réflexes conditionnés des animaux). En outre, en raison du rapport souffle/voix, la flûte confère au berger les valeurs positives attribuées universellement au souffle; enfin, les propriétés créatrices du souffle vital font que la flûte symbolise le phallus.

3En ce qui concerne la cornemuse (gajda), même si les textes ne lui accordent pas un caractère pastoral, l’emploi cérémoniel qui en est fait lors des mariages ritualise l’union du couple en conduisant la procession, et l’outre symbolise le ventre de la femme déflorée.

4Prenant en considération les modalités d’usage de la cloche, les chants montrent l’importance du lien établi entre l’homme et l’animal, lien direct dans la mesure où l’animal ensonnaillé est doté d’une voix et parle avec le berger, lien indirect au sens où, richement paré, il est un faire-valoir.

5L’étude des chants traditionnels bulgares constitue donc une voie d’accès à la compréhension des systèmes de représentations dans lesquels s’inscrivent les instruments de musique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marie-Barbara LE GONIDEC, Le beau berger et sa flûte de miel: Les instruments de musique pastoraux dans les chants traditionnels bulgares », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 247.

Référence électronique

« Marie-Barbara LE GONIDEC, Le beau berger et sa flûte de miel: Les instruments de musique pastoraux dans les chants traditionnels bulgares », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1649

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page