Navigation – Plan du site
Thèses

Isabelle Henrion-Dourcy : Ache Lhamo. Jeux et enjeux d’une tradition théâtrale tibétaine

Thèse de doctorat en sciences sociales, orientation anthropologie, 2004, Université Libre de Bruxelles
p. 303-304
Référence(s) :

Isabelle Henrion-Dourcy : Ache Lhamo. Jeux et enjeux d’une tradition théâtrale tibétaine. Thèse de doctorat en sciences sociales, orientation anthropologie, soutenue le 17 septembre 2004 à l’Université Libre de Bruxelles, en co-tutelle avec l’École Pratique des Hautes Études (IVe section), Paris. Directeurs de thèse : Fernand Meyer (EPHE) et Françoise Lauwaert (ULB) 2 volumes (789 pages), 31 illustrations, 9 figures.

Texte intégral

1L’objet de cette thèse est une monographie du théâtre traditionnel tibétain, ache lhamo, tel qu’il était joué à l’époque pré-moderne (antérieure à 1950) et tel qu’il est encore joué actuellement en Région autonome du Tibet (République populaire de Chine) et dans la diaspora tibétaine établie en Inde et au Népal. Cette étude circonscrit à la fois le contenu, le rôle social, le langage artistique et les implications politiques du théâtre dans la civilisation tibétaine. La méthodologie a été composée en combinant les apports de l’ethnologie, de la tibétologie, des études théâtrales et, dans une certaine mesure, de l’ethnomusicologie. Comme la plupart des théâtres d’Asie, l’ache lhamo est un genre composite : à la fois drame à thématique religieuse (issue du bouddhisme mahâyâna), satire mimée, et farce paysanne. Bien qu’une grande partie des représentations consiste en danses individuelles et collectives et en dialogues joués, c’est la partie musicale qui est la plus valorisée, en particulier les chants solo (qui requièrent des acteurs la plus grande virtuosité technique, et donc la plus longue formation).

2La thèse est subdivisée en trois parties, qui peuvent être caractérisées par trois adjectifs : culturelle, sociologique, artistique. La première partie, intitulée « Le cadre culturel du lhamo avant 1959 », est consacrée au contexte (historique, religieux et littéraire) dans lequel le théâtre est inscrit, ainsi qu’aux textes (leur contenu, leurs modalités de composition et de transmission) qui révèlent l’imaginaire propre du théâtre. La deuxième partie est une analyse de « L’ancrage sociologique du lhamo ». Les conditions matérielles des représentations y sont examinées : les divers types de troupes, leur organisation interne, le statut social des acteurs, l’inscription de la pratique du théâtre dans le système socio-économique pré-moderne, et les rapports d’obligations tissés entre acteurs et commanditaires des représentations. La dernière partie, « Art et savoirs des acteurs », jette un éclairage sur la matière vive du lhamo. Elle rend compte des conceptions, valeurs, plaisirs et difficultés de ceux qui pratiquent cette forme d’art. Les divers registres de leur discipline sont analysés en détail : costumes, masques, gestuelle, chant, percussion et sentiments exprimés. L’appréciation qui en est faite par le public est aussi consignée.

3Cette dernière partie comprend une analyse ethnomusicologique des quatre composantes du tissu sonore des spectacles : récitation du texte par le narrateur, chant individuel (rnam-thar, l’emblème musical de l’ache lhamo), chants de groupe et accompagnement instrumental (percussions). En rendant à chaque fois les terminologies locales, cette section analyse les techniques vocales des acteurs (scansion rapide en déclamé-chanté, effectuée recto tono dans un registre de poitrine ; chant solo a cappella effectué avec une grande puissance sonore dans un registre de poitrine très aigu, avec une tension particulière dans la gorge), les classifications des voix, les divers types de mélodies (masculines, féminines, tristes, mélangées) et enfin les éléments de base qui composent toute production vocale (un incipit, des inflexions, des glottalisations, des interpolations non signifiantes et enfin l’accompagnement d’un chœur, formé par tous les acteurs présents sur scène). Ce sont les glottalisations (mgrin-khug) qui sont les plus admirées et les plus difficiles à maîtriser. Enfin, l’organologie, les techniques de frappe et le jeu combiné du tambour et de la paire de cymbales sont examinés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Isabelle Henrion-Dourcy : Ache Lhamo. Jeux et enjeux d’une tradition théâtrale tibétaine », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 | 2006, 303-304.

Référence électronique

« Isabelle Henrion-Dourcy : Ache Lhamo. Jeux et enjeux d’une tradition théâtrale tibétaine », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/161

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page