Navigation – Plan du site
Droit de réponse

Réponse de l’auteur

Jean During
p. 280-281

Les professionnels qui publient des textes ou des enregistrements assument le risque d’éventuelles critiques ou remarques de leur collègues. Il n’est pas dans leurs habitudes de faire la critique d’un compte rendu en faisant monter le ton. Il me faut donc mettre quelques bémols au propos de M. Lecomte :

  1. je n’ai pas employé le mot « touristique » ;

  2. dire que Sorour Kasmaï parle persan et russe était une reconnaissance d’une certaine compétence (rappelons que jusqu’en 1991, le Tadjikistan faisait partie de l’URSS russophone) ;

  3. la notion d’« artiste officiel » opposée à celle de non officiel – qui suppose donc une recherche et une « découverte » de la part du collecteur – ne connote aucun jugement de valeur. J’ai d’ailleurs bien souligné la qualité de ces artistes et du disque en général ;

  4. le fait que Dowlatmand soit l’élève d’Adineh Hashemov m’a été rapporté par ce dernier, mais il n’a pas défini ce qu’il entendait par « élève » ; peut-être voulait-il dire qu’il l’imitait ;

  5. si l’on dit dutår, c’est pour abréger dutar-i mayda ou dutarche ( = « petit dutår ») qui, sauf rares exceptions locales, restent, avec dombra, les termes usuels et officiels dans cette partie du monde, y compris en Afghanistan (cf. Entsiklopediya-i Soveti-i Tâjik s.v.).

Ces détails ne justifient pas d’occuper davantage les pages d’une revue scientifique dont la haute tenue retient par ailleurs ses collaborateurs d’user du ton vindicatif en vigueur dans la presse d’opinion. Mais mon intégrité d’ethnomusicologue ayant été mise en cause, je suis contraint de démentir les allégations que M. Lecomte répand concernant ma phobie de l’accordéon oriental et ma responsabilité – directe ou indirecte – dans le veto concernant la participation d’un accordéoniste au concert donné par Adineh Hashemov à Paris en 1991, ou au refus opposé par Radio-France à la publication du disque de Sorour Kasmaï en raison de la présence de cet instrument. J’avais répondu plus discrètement à ces allégations en soulignant, à dessein et sans aucun « sourire crispé », que seuls les puristes déploreront le son de l’accordéon. Que je ne sois pas parmi les « puristes », c’est évident si l’on lit la critique que j’ai faite du disque de T. Levin dans le même article. M. Lecomte n’a hélas pas saisi l’allusion, mais puisqu’il tient à ouvrir ce débat, en toute neutralité, je présenterai (ne lui déplaise), une pièce à verser au dossier contre la légitimité de l’accordéon, instrument que j’ai défendu précédemment. Aussi large soient nos idées et nos oreilles (tolérant notamment les micro-dissonances), il ne faut pas s’offusquer de ce qu’il soit rejeté par des puristes (en même temps que le synthétiseur). Si certains bardes aiment l’accordéon, Sharif Nazirov de Langar, le meilleur élève de Hakim Mahmudov déclare crûment (commun. pers.) : « lorsque j’entends l’accordéon jouer avec le dutarche, ça me donne la nausée ».