Navigation – Plan du site
Droit de réponse

Rectificatif

Henri Lecomte
p. 279-280

Notes de la rédaction

A propos de l’article « Approches du disque ethnique : quatre disques de musiques d’Asie centrale » de Jean During, paru dans Cahiers de musiques traditionnelles 5/1992, pp. 312-317, l’un des auteurs du disque Tadjikistan. Musiques populaires du Sud (Fonte Musicali fmd 189, 1991) a tenu à publier le rectificatif suivant :

[...] Ce disque n’est pas dû à un « voyage rapide », comme l’écrit Jean During pour déprécier notre travail et l’assimiler aux disques des voyageurs-chasseurs de son dont les noms sont dans l’esprit de chacun. C’est, en fait, le résultat de plusieurs séjours de Sorour Kasmaï au Tadjikistan (dont deux avec moi) et d’une fréquentation assidue des musiciens tadjiks par Sorour Kasmaï, qui les a accompagnés au cours de leurs tournées européennes. La simple lecture des dates d’enregistrements (juillet 1989 et avril 1990) permet déjà de constater qu’ils ont été effectués au cours de deux séjours. Ce disque est donc le résultat d’un choix réfléchi parmi de nombreux musiciens que Sorour Kasmaï et moi-même connaissons au Tadjikistan.

Que Jean During conteste ce choix, c’est son droit. L’argument des « artistes des circuits officiels » prête cependant à sourire et il me semble difficile de nier la reconnaissance accordée à des musiciens comme Adineh Hashemov ou Dowlatmand par leur propre communauté. Au cours des nombreuses occasions que nous avons eues de les entendre, Sorour Kasmaï et moi-même, bien peu étaient « officielles ». Quant à l’absence de « révélation », je me permets de demander : révélation pour qui, alors qu’il s’agit du premier enregistrement de ces musiciens édité en Europe et que je n’ai jamais vu aucun disque d’eux au Tadjikistan. Ni Sorour ni moi n’avons d’ailleurs le culte de l’inédit pour l’inédit et ne voyons pas en quoi la célébrité d’un artiste dans son pays d’origine impliquerait un moindre intérêt artistique.

Le sourire devient plus crispé quand During écrit encore, toujours à propos d’Adineh : « l’accordéon qui l’accompagne ne choquera que les puristes ». Propos surprenants de la part de quelqu’un qui a empêché le fils d’Adineh d’emporter son accordéon pour accompagner son père lors de ses concerts parisiens (« On m’a coupé les ailes », confiait un Adineh navré à Sorour Kasmaï à l’issue du concert).

Jean During accentue d’autre part cette idée d’officialité de la démarche de Sorour Kasmaï en évoquant le fait qu’elle parle « russe avec les officiels », ce qui est inventé de toutes pièces. Ni Sorour Kasmaï ni moi-même n’avons eu le moindre contact avec des officiels russes au Tadjikistan et on imagine mal Sorour Kasmaï, qui est Iranienne de naissance, parler russe avec des Tadjiks. Précisons en outre que Jean During ne s’est jamais trouvé au Tadjikistan en même temps que Sorour Kasmaï et qu’il n’est pas besoin d’être spécialiste de l’ex-Union Soviétique pour comprendre ce que ce genre d’affirmation peut comporter de sous-entendus désagréables.

J’ajouterai aussi que nous avons employé le terme dutår, parce que c’est celui qu’emploient invariablement les musiciens dans la conversation ou sur les pochettes des disques édités au Tadjikistan, et que s’ils connaissent, bien entendu, le mot dombra, ils ne l’emploient jamais pour désigner leur petit luth à deux cordes. Quant à un Dowlatmand, « élève de Adineh », il s’agit là d’une affirmation tout à fait fantaisiste.