Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Raúl Barboza et le chamamé argentin

Raúl BARBOZA

Michel Plisson
p. 270
Référence(s) :

Raúl BARBOZA. 1 CD La Lichère LLL 167, 1993.

Texte intégral

1La parution en France de ce deuxième disque de Raúl Barboza est l’occasion pour nous de parler de la marque La Lichère. Cette jeune entreprise a déjà un remarquable répertoire en matière de musiques traditionnelles. Récemment, elle vient de produire deux très bons disques de musique turque et un non moins excellent « Paris Musette », véritable anthologie de musique pour instruments à anches libres. Seize musiciens jouent, parmi lesquels Raúl Barboza, qui interprète une version non européanisée de « La foule », thème rendu célèbre par Edith Piaf, qui est à l’origine une valse argentine traditionnelle.

2Raúl Barboza possède une technique de jeu bien particulière, que ce CD nous permet d’apprécier. Main droite et main gauche servent indifféremment pour la mélodie et l’accompagnement. A l’instar de la technique utilisée au bandonéon, il n’y a pas de spécialisation des mains en fonction des claviers. Cette technique permet une plus grande liberté de jeu et un phrasé original. La mélodie est très ornementée et l’improvisation plus grande que celle que l’on peut apprécier dans les campagnes de Corrientes. Les nuances sont très contrastées. On passe sans transition de fortissimo à piano, le tout entrecoupé de suspensions rythmiques. Tous ces éléments musicaux appartiennent à la tradition du chamamé mais sont utilisés avec originalité par Raúl Barboza.

3Les thèmes interprétés sont bien dans la tradition et plusieurs d’entre eux relèvent du répertoire du genre. Citons « Nostalgias del negro Juan », rasguido doble joué très « afro » grâce aux percussions de Minimo Garay. « Kilometro onze » est l’un des chamamé les plus connus dont le compositeur Transito Cocomarola, d’origine italienne, fut avec Ernesto Montiel l’un des pionniers.

4Raúl Barboza est accompagné par le guitariste Rudy Flores qui, avec son frère Nini, constitue le duo le plus représentatif de la jeune génération de musiciens de chamamé. Les frères Flores, que nous avons pu enregistrer l’an dernier, cherchent des voies nouvelles à ce genre musical parfois accusé d’être par trop figé dans une esthétique révolue.

5En Argentine, harpe et accordéon ne jouent pas ensemble. Ici, Lincoln Almada intervient dans l’accompagnement. Cette association voulue est un hommage à l’histoire car le chamamé se constitua à ses débuts à partir de la polca paraguayenne qu’exécutaient harpes et guitares. En conclusion, Raúl Barboza est dans la tradition mais la prolonge. Notons enfin une excellente prise de son et un livret très bien documenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Plisson, « Raúl BARBOZA », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 270.

Référence électronique

Michel Plisson, « Raúl BARBOZA », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1536

Haut de page

Auteur

Michel Plisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page