Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Musique byzantine profane

Pandora, vol. 1 et 2

Alain Swietlik
p. 259-260
Référence(s) :

Pandora, vol. 1 et 2. Music of the post-Byzantine high society. ORATA ORAPAN 001 et 002, 1990-1991. Livrets de 39 p. et 38 p., dont 7 et 8 p. en français. Extraits des partitions originales.

Texte intégral

1Ces deux CD proposent des œuvres « post-byzantines », c’est-à-dire de l’après 1453, et se distinguent donc de la série précédente, consacrée à la période classique. Les musiques sont complètement différentes : elles sont d’un caractère plus franc et plus simple, les mélodies sont plus faciles à mémoriser et se rapprochent de celles de l’Occident.

2Les œuvres débutent par un bref taksim (voir aussi les deux dernières œuvres du CD « Sympotika » vol. 2), et les strophes sont séparées par des interludes, semble-t-il, improvisés ( ?). Les changements sont profonds, et ce qui était interdit durant la période classique est maintenant permis, voire recherché.

3Les chants enregistrés ici sont accompagnés par l’orchestre habituel des CD précédents, mais on y a ajouté parfois de petits tambours et, dans la première pièce du premier CD, des cymbalettes. Ce sont les chants que « la bonne société » chantait au XIXe s. Halaris les a tirés d’un recueil édité par Théodore Paraskos le Phocéen (à ne pas confondre avec le grand chantre et compositeur du XVIIIe s. Théodore le Phocéen) en 1843 à Constantinople, recueil intitulé « Soixante-deux chansons grecques, et vingt autres dont le chant s’apparente aux mélodies occidentales, avec ajout à la fin d’un morceau de virtuosité grec, en soixante-quinze modes transcrits en parasémantique contemporaine ».

4Tous ces chants sont écrits sur des textes en vers, sauf le premier qui est un kratima avec des syllabes sans signification. Dans la septième œuvre, le bourdon vocal isokratima est très grave, et presque mirlitonné.

5Le livret donne les traductions des poèmes, mais en ce qui concerne les partitions, uniquement copie des originaux, sans transcription en notation occidentale. Les partitions n’indiquent rien concernant la partie instrumentale, qui est encore une fois le fait d’Halaris et de lui seul.

  • 1  Ce chant provient d’un autre recueil, daté de 1880.

6Les huit chants du deuxième volume semblent tirés du même recueil. Les thèmes de la plupart des chants sont intéressants, et assez ornés. Chant sur le malheur de la séparation, chant laudatif pour le Chef de la Cité, ou le Doyen de la Faculté ou de l’Eglise… (sic), chant d’amour, prière à Zeus ( !) pour que les païens cessent d’être importunés, méprisés, ou persécutés, et retrouvent le « Siècle d’or » de la religion grecque antique (s’agit-il d’un chant pour une représentation théâtrale, ou réellement – ce qui serait très étonnant – d’un chant de la bonne société du XIXe s. ?)1, chant dont le titre est… Le mur de Sémiramis.

Haut de page

Notes

1  Ce chant provient d’un autre recueil, daté de 1880.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Swietlik, « Pandora, vol. 1 et 2 », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 259-260.

Référence électronique

Alain Swietlik, « Pandora, vol. 1 et 2 », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1528

Haut de page

Auteur

Alain Swietlik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page