Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Musique byzantine profane

Sympotika, vol. 1 et

Alain Swietlik
p. 257-259
Référence(s) :

Sympotika, vol. 1 et 2. (Secular music of Byzantine banquets). ORATA ORASYM.001 et 002. Livrets trilingues (46 p. et 39 p. : grec, anglais, français – 7 p.)

Texte intégral

1Musiques et chants profanes des festins byzantins, écrits entre le IVe s. et le XVe s. Les convives des banquets byzantins mêlaient aux plaisirs de la table ceux de la danse, du théâtre, et de la musique. Le fait qu’on consommait « les dons de la terre ou de la déesse Déméter imprégnait souvent la réunion de religiosité. La présence des serviteurs de Dionysos, dieu chtonien, était indispensable », écrit Halaris. Et plus les hôtes étaient riches, plus le festin revêtait un éclat particulier dû au nombre d’artistes invités.

  • 1  Il renvoie au Traité des automates d’Héron d’Alexandrie.
  • 2  Voir aussi les théâtres d’ombres ou de marionnettes dans tous les pays asiatiques, toujours accomp (...)

2Halaris rappelle que l’automatisme et les automates se développèrent dès le IIe s. av. J.-C.1 et que les hôtes non fortunés remplaçaient les musiciens et les danseurs par des automates, voire des sortes de châtelets de théâtre de marionnettes : « Des mécanismes automatiques hydrauliques et autres, font à cette époque leur apparition pour être rapidement diffusés. Ils ont la faculté de produire des sons et de mettre en mouvement des zodia (personnages, marionnettes), des créatures à forme humaine ou animale. Le mécanisme permettait la narration simple d’une histoire, le plus souvent largement connue, tirée de quelque mythe ». « Les automates statiques, sorte de théâtre de marionnettes, pouvaient représenter, grâce à un mécanisme complexe, d’anciennes tragédies ou des extraits de la mythologie mis en scène, sans l’intervention d’un manipulateur au cours de la représentation. A titre de grands succès de l’époque, citons la tragédie d’Ajax ou le Triomphe de Dionysos. L’organarios accompagnait de son orgue ce qui se passait sur la petite scène du théâtre d’automates, tout comme il exécutait des chants de festin pour charmer les convives ». Comme on voit, l’accompagnement du cinéma muet par un piano n’est pas une idée récente2 !

3Halaris signale aussi que les kratimata, œuvres instrumentales complexes, « étaient exécutés au cours des banquets pour souligner l’action théâtrale ou choro-dramatique », ou joués en concert.

4Volume 1 : 1. Kratima de théâtre, pour soutenir une action choro-dramatique (œuvre dansée) de Ioannis Koukouzelis. 2. Chant de festin (sympotiko) avec paroles, reproduites et traduites dans le livret. 3. Œuvre d’inspiration théâtrale, de Manuel Chrysaphis. 4. Chant de festin (sympotiko) avec paroles, reproduites et traduites dans le livret. 5. Œuvre de Xénos Koronis, La Petite Simandre. Sans précisions… 6. Chant Lorsque chante le coq, avec paroles reproduites et traduites dans le livret. Sans précisions… 7. Kratima de Ioannis Glykaïos (Le Doux). Œuvre déjà enregistrée dans le coffret 3, CD 1. On n’explique pas sa présence ni dans l’un ni dans l’autre coffret, ni le fait qu’il se trouve dans les deux.

5 Volume 2 : 1. Chant atzemiko érotique (chant persan). Premier exemple retrouvé de « suite sympotique » : a) chant érotique persan. b) kratima. c) chant de souhait pour prospérité et longue vie. d) kratima. La partition ne reproduit pas les paroles, le commentaire non plus. 2. L’Orphelin. Œuvre déjà présente dans le coffret 3, CD 1, et mentionnée ci-dessus comme étant jouée par un orchestre comportant un luth grave aux sons métalliques. C’est une œuvre de Ioannis Koukouzelis, mais elle ne se trouve pas dans le coffret qui lui est consacré. C’est un kratima destiné à accompagner une action scénique. 3. Chant post-byzantin, Le Rossignol de l’amour, magnifique. Reproduction de la partition byzantine, sans transcription. Paroles non traduites (syllabes sans signification ?). 4. Kratima Tatarikon, de Xénos Koronis. Cette œuvre figure déjà dans le coffret 2, CD 2. 5. Le Roi donne un repas, chant des Akrites (voir coffret consacré aux Akrites). Paroles transcrites et traduites.

6Ce second volume apporte la preuve que la musique byzantine, contrairement à ce qu’on a longtemps dit, a survécu à la chute de l’Empire (voir pièce 3, et volumes intitulés Pandora). Près de la moitié de ce CD (en temps) figure déjà dans les CD précédents.

Haut de page

Notes

1  Il renvoie au Traité des automates d’Héron d’Alexandrie.

2  Voir aussi les théâtres d’ombres ou de marionnettes dans tous les pays asiatiques, toujours accompagnés d’un instrument, d’un ensemble instrumental, ou même d’un orchestre. Mais il est vrai que là, à la différence de l’automate byzantin, il y a toujours un manipulateur-narrateur-dialoguiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Swietlik, « Sympotika, vol. 1 et  », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 257-259.

Référence électronique

Alain Swietlik, « Sympotika, vol. 1 et  », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1527

Haut de page

Auteur

Alain Swietlik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page