Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Musique byzantine profane

Byzantine Maistores : Emmanuel Doukas Chrysaphis, vol. 1.

Alain Swietlik
p. 257-259
Référence(s) :

Byzantine Maistores : Emmanuel Doukas Chrysaphis, vol. 1. ORATA, coffret de 3 CD BMCRYS.001, 1991. Livret trilingue (78 p. : grec, anglais, français – 13 p.)

Texte intégral

1Manouil Doukas Chrysaphis fut le dernier grand compositeur de l’Empire byzantin. Il vécut le siège de Constantinople (1453) où il put voir, nous dit Halaris, « les Conquérants cuisiner en brûlant les manuscrits précieux des bibliothèques »… Il est, comme Koukouzelis, un Maïstor (un Maître) et son nom est fréquemment complété (ou même remplacé) par Lampadarios, c’est-à-dire chef de chœur, premier chantre (à Sainte-Sophie). Lui aussi fut musicien du Palais, et les empereurs lui firent des commandes d’œuvres.

2Il fit, semble-t-il, de nombreux voyages : Sparte, Crète, Serbie… Comme il était aussi calligraphe, on possède des œuvres de sa main : partitions, et textes théoriques, où il mentionne les plus grands maîtres de l’Empire, en particulier Koukouzelis.

3Il n’est rien dans ce coffret, tout comme dans celui consacré à Koukouzelis, qui soit nouveau par rapport aux trois coffrets anthologiques. Mais, dans l’un comme dans l’autre, on voit à l’évidence qu’on a affaire à des compositeurs de qualité, dont les musiques, encore aujourd’hui, nous surprennent et nous enchantent.

4Comme il l’avait fait pour Koukouzelis, Halaris reprend ici quelques-uns des enregistrements déjà publiés dans l’anthologie : quatre pièces (soit 41’) sur seize.

5Les partitions proviennent elles aussi du Monastère d’Iviron (Mont Athos) et de la Bibliothèque Nationale. La première œuvre enregistrée ici, « Chant persan, Tas Nifi », pose un problème de titre (on pense inévitablement, bien sûr, à ce qu’on appelle un tasnif dans la musique moyen-orientale) : Halaris hésite à considérer cette œuvre comme un chant sur l’ivrognerie, ou comme un kratima accompagnant le cortège nuptial, tous deux étant bien entendu condamnés par les Pères de l’Eglise. La seconde œuvre, intitulée Le Désireux d’apprendre la musique est exceptionnellement avec paroles. Malheureusement, elle est la seule dont la partition ne soit pas reproduite dans le livret. La troisième pièce du CD 2 est elle aussi avec paroles, cette fois sans signification. La première œuvre du CD 3 fait référence comme la première du CD 1 à la Perse. Comme la quatrième du CD 3, elle emploie la clarinette, beaucoup plus longuement que la seconde œuvre du CD 2, qui ne l’emploie que pour un très bref passage. Ce qui nous amène à nous demander ce qui a exactement motivé Halaris à employer la clarinette à tel endroit de l’œuvre plutôt qu’à tel autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Swietlik, « Byzantine Maistores : Emmanuel Doukas Chrysaphis, vol. 1. », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 257-259.

Référence électronique

Alain Swietlik, « Byzantine Maistores : Emmanuel Doukas Chrysaphis, vol. 1. », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1524

Haut de page

Auteur

Alain Swietlik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page