Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Musique byzantine profane

Byzantine Maistores : Ioannis Koukouzelis, vol. 1

Alain Swietlik
p. 255-256
Référence(s) :

Byzantine Maistores : Ioannis Koukouzelis, vol. 1. ORATA, coffret de 3 CD BMKOUK.001, 1990. Livret trilingue (95 p. : grec, anglais, français – 18 p.).

Texte intégral

1Ce coffret comporte quinze œuvres. Certaines sont brèves, comme Voulgarikon (3’30), qui provient du coffret 1 de la série précédente, d’autres au contraire très longues (deux pièces de 17’), dont Du Roi du même coffret 1. Halaris a en effet repris trois enregistrements du coffret 1 et deux du coffret 3, (soit un tiers de la durée totale du présent coffret) et a enregistré de nouvelles pièces, avec d’ailleurs une prise de son moins réverbérée. Le Tisserand (CD 2) est une version différente de la pièce du même titre du coffret 1. Parmi ces quinze œuvres, une seule comporte une partie vocale : Du Roi. Dans trois pièces, Halaris emploie une clarinette, sans doute par référence à l’aulos antique.

2Ioannis Koukouzelis est né au XIIe s. (les autres auteurs ont toujours dit au XIVe s.). Son nom est célèbre, son œuvre immense et variée. On l’appelle très fréquemment La Voix d’Ange, Le Très Bon, Le Très Beau. Les épithètes Le Très Bon (Pani Kalon) et Le Très Beau (Pani Oraios) qui figurent dans les titres des différents CD de l’anthologie Orata ne sont pas en effet des titres d’œuvres comme les guillemets tendraient à le faire croire, mais des appellations attachées au nom de Koukouzelis. Le livret nous apprend que Koukouzelis a eu un biographe, dont le récit, conservé dans le monastère Megistis Lavras au Mont Athos, est résumé et critiqué par Halaris.

  • 1  Au sujet des Bulgares qui considèrent aujourd’hui Koukouzelis comme l’un des leurs, Halaris nous a (...)

3Il est né en Illyrie (peuplée à l’époque par des Bulgares, qui furent hellénisés dès le Ve s. av. J.-C.), d’une mère illyrienne et d’un père grec1. Il fut le meilleur élève de l’Ecole Royale, surpassant tout le monde. Son biographe (un moine) ne parle que de sa vie au monastère Megistis Lavras, mais passe sous silence tous les aspects les plus brillants de sa carrière publique à la Cour : chef des musiciens du Palais, Koukouzelis est aussi célèbre pour avoir contribué de très près « au développement des fondements théoriques de la musique byzantine, et à la refonte de la parasémantique ».

4D’après la lecture critique qu’Halaris a faite de cette biographie, Koukouzelis selon toute vraisemblance n’aurait pas embrassé la vie monastique par simple vocation religieuse, mais se serait réfugié dans le monastère Megistis Lavras pour échapper à une conspiration… Dans l’un des deux récits relatant la vie de Koukouzelis, le moine condamne de façon très signifiante les musiques non religieuses, les chants thyméliques (de théâtre) qui sont, dit-il, « privés de spiritualité, et abominables parce qu’ils ont lieu dans le rire et l’impureté ». Un commentateur récent (1938) prétend même que Koukouzelis n’a été initié à la musique qu’au monastère et n’a jamais été musicien impérial. Il est très gênant en effet pour la religion que son meilleur chantre, qui était un moine et qui fut sanctifié, doive l’essentiel de sa gloire à ses activités de musicien impérial ! Koukouzelis a été canonisé non pas pour avoir enduré un quelconque martyre, mais pour son talent de musicien exceptionnel, fait remarquer Halaris, qui précise aussi que Koukouzelis a composé de nombreux chants de longévité, des térétismes, etc. D’ailleurs, le présent coffret traite précisément de la musique thymélique de Koukouzelis…

5Dans ses commentaires des différentes pièces, Halaris parle des musiques de théâtre, des musiques de spectacle et de ballets, insistant sur le fait que les autorités ecclésiastiques ont tout fait pour les interdire, et plus tard pour en nier l’existence, ne voulant pas qu’on sache « l’origine profane des kratimata et d’autres ouvrages contenant des voix dénuées de sens, et déjà intégrés, des siècles durant, à la musique de l’Eglise ». Le clergé et les autorités ecclésiastiques ont donc cherché à dissimuler et à nier la musique profane byzantine, et à faire croire que les citoyens de Byzance « vivaient une existence d’où le rire était absent : ils ne chantaient pas, ne dansaient pas, n’allaient pas au théâtre ».

6Chose curieuse, Halaris ne fait aucun commentaire sur le titre de la toute première pièce du coffret, Simandron. En effet la simandre est un substitut de la cloche (les cloches étaient interdites par les Turcs), un instrument de signal et d’appel, disque ou plaque de bois ou de métal, utilisé, il est vrai, à l’extérieur du sanctuaire, mais utilisé tout de même par les moines.

Haut de page

Notes

1  Au sujet des Bulgares qui considèrent aujourd’hui Koukouzelis comme l’un des leurs, Halaris nous apporte les précisions suivantes : « Au XIIe s., l’Illyrie est une province byzantine et les Illyriens parlent uniquement le grec, depuis des siècles. Quelques peuplades slaves, soumises à l’autorité byzantine, sont effectivement autorisées à résider sous conditions dans cette région (par exemple, intégrées dans les corps akritiques). Les acrobaties historiques des Bulgares visant à donner la nationalité bulgare à Ioannis Papadopoulos (dit Koukouzelis) ressemblent aux acrobaties de M. Özal (président turc) qui affirme dans son ouvrage que Platon était turc et qu’en fait il s’appelait “Aphlaton” ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Swietlik, « Byzantine Maistores : Ioannis Koukouzelis, vol. 1 », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 255-256.

Référence électronique

Alain Swietlik, « Byzantine Maistores : Ioannis Koukouzelis, vol. 1 », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1523

Haut de page

Auteur

Alain Swietlik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page