Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Nouveautés et rééditions africaines et créoles chez OCORA

Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Jabrun/ Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Cacao

Enregistrement: Olivier Beurotte, assisté de Sylvain Jaffré. Production et texte: Caroline Bourgine. Paris, 1992
Vincent Zanetti
p. 243
Référence(s) :

Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Jabrun. Enregistrement: Olivier Beurotte, assisté de Sylvain Jaffré. Production et texte: Caroline Bourgine. Paris, 1992. 1 CD OCORA C 560030.

Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Cacao. Enregistrement: Olivier Beurotte, assisté de Sylvain Jaffré. Production et texte: Caroline Bourgine. Paris, 1992. 1 CD OCORA C 560031.

Texte intégral

1Bien que consacrés à un autre continent, ces deux disques peuvent se rattacher à la présente chronique pour en tout cas deux raisons autres que le choix de la maison d’édition. Tout d’abord, il s’agit d’enregistrements de chants et de percussions directement apparentés aux musiques ouest-africaines, tant par leur forme que par leur instrumentation, et même par leur fonction sociale. Ensuite, et nous y reviendrons, il s’agit à nouveau de productions de Caroline Bourgine, tout comme les disques consacrés à l’Ouganda et au Congo présentés ci-dessus. C’est certainement bien plus qu’une coïncidence!

2Comme le laissent supposer les titres respectifs des deux disques et leurs références, le tout aurait certainement pu faire l’objet d’une seule production. Même musique, certes interprétée par des gens différents, en des lieux distincts et à des dates différentes, mais privilégiant dans un contexte identique la même facette du répertoire de la Guadeloupe, au son des mêmes instruments, distribués et utilisés de la même manière!

3Cela dit, Caroline Bourgine nous livre ici une anthologie assez complète du gwoka, tambour créole par excellence, fabriqué à l’origine à partir d’un quart de tonneau pour les salaisons, et que l’on retrouve dans toutes les Antilles. Le texte de présentation est complet, bien documenté, et explique bien le sens et le déroulement des soirées lèwoz, propres aux habitations sucrières, dont la vente de rhum et de nourriture fait partie intégrante. La prise de son est bonne et permet de distinguer, à côté de la voix du soliste et des chœurs, le timbre distinct des gwoka d’accompagnement, les boula, et du maké, le tambour soliste destiné à marquer la danse, d’où son nom.

4Tout comme pour ses précédentes productions commentées plus haut, Caroline Bourgine nous restitue ici deux événements, un par disque, sans rien y retrancher, mais là aussi, ceux-ci apparaissent plus comme d’heureux accidents, que comme les résultats d’une réelle recherche ethnomusicologique. Cela n’enlève certes rien à la qualité du répertoire abordé, mais nuit peut-être à celle de sa présentation: on eût préféré moins de matière, mais choisie et confrontée avec plus de pertinence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Zanetti, « Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Jabrun/ Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Cacao », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 243.

Référence électronique

Vincent Zanetti, « Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Jabrun/ Guadeloupe. Le Gwoka – Soirée lèwoz à Cacao », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1516

Haut de page

Auteur

Vincent Zanetti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page