Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

François PICARD. La musique chinoise

Paris : Minerve, 1991. 215 p.
Pierre-Yves Haab
p. 226-227
Référence(s) :

François Picard. La musique chinoise. Paris : Minerve, 1991. 215 p.

Texte intégral

1Si les études concernant la musique chinoise sont relativement nombreuses aujourd’hui en Occident, il n’existait à ce jour aucune présentation d’ensemble, en français, qui offrît à l’amateur une approche à la fois globale et synthétique – mais également détaillée – sur le plan historique. C’est chose faite désormais avec l’ouvrage de François Picard.

2En effet, qui veut aborder cet univers apparemment sans limites se voit confronté à une multitude de sources dispersées dans des publications et des articles d’une grande variété. Aussi n’est-ce pas l’un des moindres mérites de ce travail que d’avoir rassemblé à disposition du lecteur tout un corpus de données historiques, ainsi que bibliographiques.

3 Signalons cependant d’emblée l’originalité spécifique à la démarche adoptée : le discours – et, par là même, le parcours – est celui du musicologue, voire de l’ethnologue, et non celui de l’historien. Cela nous vaut de précieuses informations sur le statut du musicien, et sa situation actuelle, comme celle des temps passés ; ou une répartition des genres articulée selon des critères internes, d’ordre esthétique ; ou encore une analyse des plus pénétrantes et exhaustives de toutes les familles d’instruments – qui constitue la « pièce maîtresse » de l’ouvrage. Le discours historique – celui des lettrés, des versions officielles impériales, et par conséquent occidentales – est cité, mais toujours avec un regard critique, étant perçu comme la justification – a posteriori, ou a priori – de l’impérialisme de l’idée sur la musique. La référence de base – le sésame – qui mène concrètement au travers du parcours historique étudié est celle du musicien, et non, comme on en avait l’habitude, celle du penseur. Musicologie et idéologie se trouvent donc opposées : « La fameuse opposition entre théorie et pratique, chère à l’historien de la musique occidentale qui en a fait sa fierté, trouve son apogée dans la littérature chinoise. Penseurs, philosophes, poètes, astronomes ou mathématiciens, taoïstes, bouddhistes, légistes ou confucéens, les lettrés n’ont pas été avares de leur encre pour légiférer sur la musique ou en célébrer les vertus. Leurs essais en langue classique, nourris d’allusions et de références, relèvent d’une lecture et d’une interprétation d’une spécialisation extrême. Ils se situent le plus souvent aux antipodes de la musicologie et plongent dans l’idéologie. […] Cette prétendue prédominance du fond sur la forme, de l’esprit sur la lettre, a beaucoup servi la musique chinoise auprès des sinologues, sensibles à l’aspect littéraire, pour eux accessible ; elle lui a beaucoup nui auprès des musiciens occidentaux, méfiants vis-à-vis de ce qui ne leur semblait pas relever de la “musique pure”. » (pp. 39 et 43). Le lecteur en est informé d’entrée : la « pensée » est extérieure, parallèle, à la musique, et lui a imposé toute une imagerie, un programme, et même un sens, indépendant de sa réalité propre.

4Cette prise de position, qui a pour elle le bénéfice de la nouveauté, privilégie donc l’examen de l’acte musical, et non du sens qu’on peut lui donner. De là découle la structure de l’ouvrage : des trois parties principales qui la divisent – le cadre, les genres, les instruments –, la première, qui est la plus courte, fait le point sur l’environnement socio-culturel de cette activité au travers de l’histoire. La deuxième passe en revue, et de façon originale, les différents domaines, les décrivant de l’extérieur pour observer leur mode de fonctionnement, répartis pour les besoins de l’analyse en trois groupes (liturgique, paraliturgique, profane). La troisième, enfin, comme on l’a dit, forme le « gros œuvre » de ce document : quatre-vingt-quatre pages consacrées à l’étude détaillée de tous les instruments chinois connus, et qui justifient pleinement, à elles seules, la parution d’un tel livre. Une quatrième section, que l’on aimerait volontiers plus longue, se penche très rapidement (sept pages) sur l’intéressante question des influences chinoises hors de Chine.

5Une bibliographie étoffée et une discographie des publications les meilleures, et les plus récentes également, complètent utillement cette recherche.

6En voulant laisser de côté « la commodité » et « l’uniformisation » du discours idéologique pour privilégier une démarche de musicologie « sur le terrain », il n’est pas toujours aisé, toutefois, d’éviter le risque opposé, inhérent au discours basé sur la « description brute » : un certain dispersement – dépendant du matériau à disposition – peut apparaître par instants, sensation qui est renforcée par l’inégalité d’importance ou d’intérêt, assez variables, des questions soulevées – surtout lorsqu’il n’existe pas, ou trop peu, d’éléments de réponse.

7Soulignons cependant que, s’il ne saurait répondre pleinement aux besoins du spécialiste sinologue, cet ouvrage demeure une excellente introduction, complète et synthétique, de la « planète musicale » chinoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Haab, « François PICARD. La musique chinoise », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 226-227.

Référence électronique

Pierre-Yves Haab, « François PICARD. La musique chinoise », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1499

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Haab

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page