Navigation – Plan du site
Livres

Éliane GAUZIT : Faridondeta, revira-te ! Jòcs cantats, ròdas, coblets de dançar. Faridoundette, retourne-toi ! Jeux chantés, rondes, couplets à danser

Biarritz : Atlantica, 2005
Didier Perre
p. 282-284
Référence(s) :

Éliane GAUZIT : Faridondeta, revira-te ! Jòcs cantats, ròdas, coblets de dançar. Faridoundette, retourne-toi ! Jeux chantés, rondes, couplets à danser, Collection Occitanas. Biarritz : Atlantica [www.atlantica.fr], 2005, 280 pages.

Texte intégral

1Voici un livre dont le titre de l’introduction (pp. 11-38), « Le jeu chanté enfantin et ses aspects en domaine occitan », décrit mieux l’objet. L’auteure nous livre ici une synthèse particulièrement pertinente et maniable sur un genre ignoré ou accessoire dans la plupart des études sur la chanson traditionnelle du territoire français, à l’exception notable des publications d’Achille Montel et Louis Lambert à la fin du XIXe siècle.

2Ce recueil est en effet consacré à une catégorie de chants enfantins occitans bien particulière : les chants fonctionnels accompagnant le jeu et se transmettant oralement parmi les enfants.

3Le caractère neuf de cette étude est d’abord lié à la triple marginalisation de ce genre vocal, qui n’a de ce fait jamais fait l’objet d’une synthèse en domaine occitan :

  1. une marginalisation due au fait que de nombreux folkloristes ont considéré ce genre comme ne relevant pas du genre « chanson » mais d’enfantillages sans grand intérêt ;

  2. une marginalisation liée au mode de transmission, non pas entre générations d’adultes, mais entre classes d’âge, les grands apprenant aux petits, sans recourir aux adultes ; d’où une collecte de ce répertoire délicate, limitée aux souvenirs d’enfance et aux personnes côtoyant de près les enfants ;

  3. enfin la marginalisation linguistique de l’occitan, particulièrement en milieu scolaire.

4Sont donc exclues de ce livre les chansons destinées aux enfants, mais prescrites par les adultes : sauteuses, berceuses, formulettes des doigts (La poleta faguèt son cacau aquí…). Les comptines précédant le jeu (pour désigner celui qui commence) n’entrent pas non plus dans ce recueil, l’auteure s’en explique dans la présentation. La délimitation du genre reste cependant difficile : le Balin, balan… cité dans ce recueil est le plus souvent un jeu de l’adulte avec l’enfant, tout comme les sauteuses (Arri, arri… par exemple), qui n’y sont pas incluses. De même, le jeu de la scie Rèssa, rèssa… cité, peut être indifféremment pratiqué entre un adulte et un enfant ou entre enfants. Dans le domaine de la danse, Éliane Gauzit met bien en évidence que la limite entre pratique enfantine spontanée et imitation des adultes est difficile à tracer.

5Le classement des pièces est fait selon leur fonctionnalité : jeux individuels, jeux à plusieurs (par exemple, « chandelle », « furet », « aiguille à enfiler »), etc. Cette classification souligne le caractère de support du mouvement du jeu dévolu à ces chants, qui, sans ce dernier, perdraient leur signification. Ce rôle fonctionnel du chant se retrouve jusque dans la scansion des paroles et dans les mélodies qui utilisent abondamment la psalmodie et les tierces pour accompagner les gestes du jeu. Il n’est pas indifférent de signaler que la grosse centaine de chants présentés ont tous leur mélodie notée, de plus sous une forme mettant en évidence leur structure interne.

6Pour la constitution de ce recueil, outre ses souvenirs d’institutrice d’école maternelle, Éliane Gauzit a puisé dans la plupart des recueils publiés, Montel et Lambert (1880), déjà cités, ayant seuls fourni un répertoire panoccitan conséquent. Deux autres sources inédites, d’un intérêt considérable, ont été exploitées : les enregistrements d’André Lagarde, occitaniste et instituteur ariégeois ayant recueilli un grand nombre de jeux chantés de son terroir, et l’enquête-concours de 1931 lancée par le Manuel général de l’instruction publique et consacrée au « folklore enfantin », enquête restée inédite et dont la mise au jour constitue une des heureuses surprises de ce recueil. Si la zone occitane est faiblement représentée dans cette enquête, Éliane Gauzit souligne l’intérêt de la moisson gardoise, qu’elle exploite abondamment.

7Tant l’introduction que les abondants commentaires accompagnant chaque pièce fourmillent d’informations et, au final, font de ce livre, bien plus qu’un chansonnier, une véritable étude précise et documentée sur ce genre si méconnu. Pour ma part, j’aurais préféré que les commentaires de chaque pièce ne fussent pas reportés en fin de volume ; mais ce choix a sans doute aussi été motivé par une volonté de ne pas surcharger un document destiné aussi au réinvestissement de ce répertoire par les enfants scolarisés dans des écoles en langue occitane ou en classes bilingues.

8Si la chanson occitane a fait l’objet de nombreuses monographies par terroir, il n’existe pas d’études transversales de grande ampleur couvrant tout l’espace occitanophone. Celle-ci comble une lacune, même si je regrette avec l’auteure la sous-représentation de la zone nord-occitane. Un travail sur les enquêtes de Pierre Nauton pour la réalisation de l’Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central (1963-1977), complèterait utilement ce recueil. Quoi qu’il en soit, Éliane Gauzit est une des très rares spécialistes à avoir une vision panoccitane de la chanson traditionnelle, ses nombreuses contributions, trop dispersées dans des revues, le démontrent.

  • 1 Les écoliers occitans du début du XXe siècle apprenaient sur l’air de la chanson traditionnelle Se (...)

9Enfin, la présentation du livre redonne une place de choix à la langue occitane. Si l’appareil critique reste en français, chaque chant est présenté en occitan par un petit commentaire sur sa fonction, et le français n’intervient qu’à titre de traduction. C’est aussi une façon de redonner sa dignité à cette langue qui fut tant opprimée en milieu scolaire. Malheureusement, l’ethnomusicologie du domaine français reste encore frileuse dans son abord de la chanson non francophone. Cela est sans doute en partie dû à l’influence de figures tutélaires comme Julien Tiersot et Patrice Coirault, dont les approches des faits linguistiques du territoire français étaient pour le moins ambiguës. Tiersot lui-même a contribué à des publications à vocation scolaire qui imposaient des paroles françaises sur des chansons en breton, alsacien, occitan, etc., contribuant ainsi à l’entreprise d’acculturation des provinces françaises conduite par l’Éducation nationale1. Quant à Patrice Coirault, si, en matière d’étude de la chanson traditionnelle, son œuvre reste incontournable (quoique difficile à consulter et à l’exposé pas toujours très clair), il règne malheureusement dans son travail une grande confusion en matière linguistique, comme l’ont d’ailleurs démontré Pierre Bec et Éliane Gauzit elle-même.

10Il manque encore pour chaque « langue régionale française » une étude de synthèse sur la chanson traditionnelle dans cette langue et ses spécificités. Qu’Éliane Gauzit soit remerciée pour sa contribution essentielle à cette œuvre à venir.

Haut de page

Bibliographie

BEC Pierre et Éliane GAUZIT, 2001, Réflexions critiques poético-musicales sur divers recueils occitans, Actes du colloque de Clamecy : De l’écriture d’une tradition orale à la pratique orale d’une écriture. Parthenay : FAMDT, Modal : 63-81.

BOUCHOR Maurice et Julien TIERSOT , 1896, Chants populaires pour les écoles, 2e édition Paris : Hachette.

LAMBERT Louis, 1906, Chants et chansons populaires du Languedoc. 2 tomes. Paris, Leipzig : H. Welter.

MONTEL Achille et Louis LAMBERT , 1880, Chants populaires du Languedoc. Paris :Maisonneuve & Cie, Libraires éditeurs.

NAUTON Pierre, 1963-1977, Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central. Volume I : La nature (1972) ; volume II : Le paysan (1976) ; volume III : L’homme (1977) ; volume IV : Exposé général, table-questionnaire, index alphabétique (1963).

Haut de page

Notes

1 Les écoliers occitans du début du XXe siècle apprenaient sur l’air de la chanson traditionnelle Se canta, réputée hymne occitan, les paroles suivantes : « Oh ! France chérie / France mes amours / Sois toujours bénie / Prospère toujours ! ». C’est ainsi, sur des airs du pays, qu’avait lieu l’aliénation culturelle des pays de langue d’oc (Collectage DP, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Perre, « Éliane GAUZIT : Faridondeta, revira-te ! Jòcs cantats, ròdas, coblets de dançar. Faridoundette, retourne-toi ! Jeux chantés, rondes, couplets à danser », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 | 2006, 282-284.

Référence électronique

Didier Perre, « Éliane GAUZIT : Faridondeta, revira-te ! Jòcs cantats, ròdas, coblets de dançar. Faridoundette, retourne-toi ! Jeux chantés, rondes, couplets à danser », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/146

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page